Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados  Versión PDF 

Ethical Aspects of Human Stem Cell research and use


Creación: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Fuente: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: Comunidades Europeas
Traducción castellana: No
Fecha: 14 de noviembre de 2000
Comprobado el 11 de marzo de 2003

 


Ethical Aspects of Human Stem Cell research and use

Reference: Initiative of the Group

Rapporteurs: Anne McLaren and Göran Hermerén

The European Group on Ethics in Science and New Technologies (EGE),

Having regard to the Treaty on European Union as amended by the Treaty of Amsterdam, and in particular Article 6 (formerly Article F) of the common provisions, concerning the respect for fundamental rights, Article 152 (formerly Article 129) of the EC Treaty on public health, (namely paragraph 4(a) referring to substances of human origin) and Articles 163–173 (formerly Articles 130F–130P) on research and technological development;

Having regard to the European Parliament and Council Directive 65/65/CEE of 26 January 1965 and the modified Directive 75/319/CEE of 20 May 1975 concerning medicinal products;

Having regard to the Council Directive 93/42/EEC of 14 June 1993 concerning medical devices and the European Parliament and Council Directive 98/79/EC of 27 October 1998 concerning in vitro diagnostic medical devices, in particular Article 1–4 which refers to ethics and requires the respect of the principles of the Convention of the Council of Europe on Human Rights and Biomedicine, with regard to the removal, collection and use of tissues, cells and substances of human origin;

Having regard to the Council Directive 98/44/EC of 6 July 1998 on the legal protection of biotechnological inventions and in particular Article 6, concerning certain inventions excluded from patentability and Article 7 giving mandate to the European Group on Ethics (EGE) to evaluate "all ethical aspects of biotechnology";

Having regard to the Parliament and Council Decision of 22 December 1998 concerning the 5th Framework Programme of the European Community for research, technological development and demonstration activities (1998–2002) and in particular Article 7 requesting compliance with fundamental ethical principles;

Having regard to the Council Decision of 25 January 1999 adopting the specific programme for research, technological development and demonstration activities on quality of life and management of living resources and in particular the ethical requirements mentioned in its Annex II;

Having regard to the Charter of 28 September 2000 on Fundamental Rights of the European Union, approved by the European Council in Biarritz on October 14th 2000, in particular Article 1 on "Human dignity", Article 3 on the "Right to the integrity of the person", which refers to the principle of "free and informed consent" and prohibits "the reproductive cloning of human beings" and Article 22 on "Cultural, religious and linguistic diversity";

Having regard to the Council of Europe’s Convention on Human Rights and Biomedicine, signed on 4 April 1997 in Oviedo, in particular Article 18 on embryo research, and to the additional protocol to the Convention on the prohibition of cloning human beings signed on 12 January 1998 in Paris;

Having regard to the Universal Declaration on the Human Genome and Human Rights adopted by the United Nations on 11 December 1998, in particular Article 11, which recommends to prohibit reproductive cloning of human beings, and Article 13 which refers to the responsibilities of researchers as well as of science policy makers;

Having regard to national regulations on stem cell and on embryo research and to national ethics bodies opinions, at the European Union level, concerning these subjects;

Having regard to the reports of the US National Bioethics Advisory Committee dated September 13, 1999 on the "Ethical Issues on Human Stem Cell Research", the hearings on the same subject by the US Congress, on April 2000 and the guidelines published by the Clinton administration on August 26 2000 to be forwarded to a NIH (National Institutes of Health) scientific review in 2001;

Having regard to the Round Table organised by the Group on 26 June 2000 in Brussels with members of the European Parliament, jurists, philosophers, scientists, representatives of industries, of religions, of patients’ associations, and of international organizations (Council of Europe, UNESCO, WHO);

Having regard to the Hearings of scientific experts on 6 June 2000 and on 2 October 2000, and to the Hearings of representatives of religions on 8 September 2000;

Having heard the rapporteurs Anne McLaren and Goran Hermerén;

1– WHEREAS

SCIENTIFIC BACKGROUND

1.1 How to define stem cells?

Stem cells are cells that can divide to produce either cells like themselves (self–renewal), or cells of one or several specific differentiated types. Stem cells are not yet fully differentiated and therefore can reconstitute one or several types of tissues.

1.2 What are the different kinds of stem cells?

Different kinds of stem cells can be distinguished according to their potential to differentiate. They are progenitor, multivalent or pluripotent stem cells.

– Progenitor stem cells are those whose terminally differentiated progeny consist of a single cell type only. For instance, epidermal stem cells or spermatogonial stem cells can differentiate respectively into only keratinocytes and spermatozoa.

– Multipotent stem cells are those which can give rise to several terminally differentiated cell types constituting a specific tissue or organ. Examples are skin stem cells which give rise to epidermal cells, sebaceous glands and hair follicles or haematopoietic stem cells, which give rise to all the diverse blood cells (erythrocytes, lymphocytes, antibody–producing cells and so on), and neural stem cells, which give rise to all the cell types in the nervous system, including glia (sheath cells), and the many different types of neurons.

Pluripotent stem cells are able to give rise to all different cell types in vitro. Nevertheless, they cannot on their own form an embryo. Pluripotent stem cells, which are isolated from primordial germ cells in the foetus, are called: embryonic germ cells ("EG cells"). Those stem cells, which are isolated from the inner cell mass of a blastocyst–stage embryo, are called: embryonic stem cells ("ES cells").

It should be noted that scientists do not yet all agree on the terminology concerning these types of stem cells.

1.3 What are the characteristics of the different stem cells?

Progenitor and multivalent these stem cells are essential stem cells may persist throughout life. In the foetus, to the formation of tissues and organs. In the adult, they replenish tissues whose cells have a limited life span, for instance skin stem cells, intestinal stem cells and haematopoietic stem cells. In the absence of stem cells, our various tissues would wear out and we would die. They are more abundant in the foetus than in the adult. For instance haematopoietic stem cells can be derived from adult bone marrow but they are particularly abundant in umbilical cord blood.

Pluripotent stem cells do not occur naturally in the body, which distinguishes them from progenitor and multipoten stem cells.

1.4 Where can stem cells be found?

The possible sources of stem cells include adult, foetus and embryos. Accordingly, there are:

– Adult stem cells: progenitor and multivalent stem cells are present in adults. Mammals appear to contain some 20 major types of somatic stem cells that can generate liver, pancreas, bone and cartilage but they are rather difficult to find and isolate. For instance, access to neural stem cells is limited since they are located in the brain. Haematopoietic stem cells are present in the blood, but their harvesting requires stimulatory treatment of the donor’s bone marrow. By and large, adult stem cells are rare and do not have the same developmental potential as embryonic or foetal stem cells.

– Stem cells of foetal origin:

Haematopoietic stem cells can be retrieved from the umbilical cord blood.

Foetal tissue obtained after pregnancy termination can be used to derive multivalent stem cells like neural stem cells which can be isolated from foetal neural tissue and multiplied in culture, though they have a limited life span. Foetal tissue can also give rise to pluripotent EG cells isolated from the primordial germ cells of the foetus.

Stem cells of embryonic origin: Pluripotent ES cells are those which are derived from an embryo at the blastocyst stage. Embryos could be produced either by in vitro fertilization (lVF) or by transfer of an adult nucleus to an enucleated egg cell or oocyte (somatic cell nuclear transfer – SCNT).

1.5. Human embryonic development

At two to three days after fertilization, an embryo consists of identical cells which are totipotent. That is to say that each could give rise to an embryo on its own producing for example identical twins or quadruplets. They are totally unspecialized and have the capacity to differentiate into any of the cells which will constitute the foetus as well as the placenta and membranes around the foetus.

– At four to five days after fertilization(morula stage), the embryo is still made up of unspecialized embryonic cells, but these cells can no longer give rise to an embryo on their own.

– At five to seven days after fertilization(blastocyst stage), a hollow appears in the centre of the morula, and the cells constituting the embryo start to be differentiated into inner and outer cells:

– The outer cells will constitute the tissues around the foetus, including the placenta.

– The inner cells (20 to 30 cells) will give rise to the foetus itself as well as to some of the surrounding tissues. lf these inner cells are isolated and grown in the presence of certain chemical substances (growth factors), pluripotent ES cells can be derived. ES cells are pluripotent, not totipotent since they cannot develop into an embryo on their own. lf they are transferred to a uterus, they would neither implant nor develop into an embryo.

Historical BACKGROUND

1.6 Research on animals

Embryonic stem cells

Scientists have been working with mouse embryonic stem cells in vitro for more than 20 years, noting very early their remarkable capacity to divide. Some mouse ES cell lines have been cultured for more than 10 years, while retaining their ability to differentiate.

There is today some evidence from animal models that multivalent stem cells can be used for somatic therapy. Convincing evidence however has been provided up until now from ES cell–derived, and not adult derived multipotent somatic cells. For instance neural cells when transplanted into a rat spinal cord several days after a traumatic injury can reconstitute neuronal tissue resulting in the (partial) recovery of hindlimb co–ordinated motility. Similarly, selected cardiomyocytes obtained from differentiating ES cells can be grafted into the heart of dystrophic mice to effect myocardial repair. Whether the same cellular derivatives when obtained from adult stem cells would differentiated mouse ES be able to correct for the deficiencies induced in those animal models remains to be determined.

Much research on mouse ES cells has also been focused on using these cells to create transgenic animals, in particular as disease models to study human genetic disorders.

– Adult stem cells

Research is also carried out on mouse adult stem cells. While many scientists had assumed that these cells were programmed to produce specific tissues and were thus no longer able to produce other sorts of tissue, recent studies suggest that adult stem cells may be able to show more malleability than previously believed. For instance, it has been shown that mouse neural stem cells could give rise, in specific conditions of culture, to cells of other organs such as blood, muscle, intestine, liver and heart. Moreover marrow stromal cells can generate astrocytes, a non–neuronal type of cells of the central nervous system and haematopoietic stem cells can give rise to myocytes.

1.7. First grafts of human foetal cells

Stem cells in tissues such as skin or blood are able to repair the tissues throughout life. By contrast, the nervous system has a very limited capacity for self–repair because the neural stem cells in the adult brain are few in number and have a poor capacity to generate new neurons for instance to repair injury.

Based on the positive results of experimentation on rodents and primates, clinical trials in patients with Parkinson’s disease have been performed on around 200 patients over the last 10 years especially in Sweden and the USA. They have shown that the transplantation of neural cells derived from the human foetus can have a therapeutic effect, with an important reduction of the symptoms of the disease in the treated patients. The clinical improvement among these patients has been observed for 6–24 months after transplantation and in some cases for 5–10 years. It has recently been shown that 10 years after the transplantation surgery, the transplanted neural cells were still alive and producing dopamine, the compound which is deficient in the brain of patients with Parkinson’s disease.

However, this therapeutic approach still remains experimental. In addition the availability of neural foetal tissue is very limited. Five to six aborted foetuses are needed to provide enough neural tissue to treat one Parkinson’s patient. That is why new sources of neural cells have been explored in some countries such as the US and Sweden. The aim is to derive neural stem cells from foetuses: these stem cells could be induced to proliferate in culture, providing much greater amounts of neural tissue for transplantation.

1.8. Transplantation of human haematopoietic stem cells

The transplantation of human haematopoietic stem cells is routinely used to restore the production of blood cells in patients affected by leukaemia or aplastic anaemia after chemotherapy. There are two sources of haematopoietic stem cells:

– Adult stem cells: they can be retrieved of donors, or from the patients themselves under anaesthesia, from the bone marrow (before chemotherapy). Haematopoietic stem cells can also be retrieved directly from the blood, which requires a treatment to induce the passage of stem cells from the bone marrow into the blood circulation.

– Stem cells of foetal origin: haematopoietic stem cells can be retrieved from the umbilical cord blood at birth, though care must be taken to ensure that the baby receives enough cord blood. There are at present cord blood banks designated to facilitate haematopoietic stem cell transplantation. The systematic retrieval and cryopreservation of cord blood, at birth, has even been considered in order to have autonomous stem cells available in case of later need. Stem cells of foetal origin give rise to less rejection reaction than adult stem cells.

1.9. Discoveries on human stem cells

In the late 70’s, the progress of infertility treatment led to the birth of the first child by in vitro fertilization. The formation of human embryos in vitro during the course of infertility treatment has made possible the study of human embryogenesis following fertilization, and thus has increased our knowledge of the behaviour and characteristics of embryonic cells at a very early stage.

Since 1998, derivation and culture of embryonic and foetal human pluripotent stem cells has been performed, a process which had never been achieved before with human cells. A team at the University of Wisconsin in Madison (USA) announced in November 1998 that it had successfully isolated and cultured for several months cells from 14 human blastocysts obtained from donated surplus embryos produced by in vitro fertilization. This team established five embryonic ES cell lines with the ability to be grown continuously without losing their capacity to differentiate into many kinds of cells that constitute the body. At the same time, a team at the Johns Hopkins University in Baltimore (USA) reported that foetal primordial germ cells had been isolated from the gonads of foetuses obtained after pregnancy termination and cultured to make EG cells. Cell lines derived from these cells were grown for many months while maintaining the same capacity to differentiate as the ES cell lines.

In 1999, research on adult stem cells revealed that their plasticity was much higher than previously thought. Adult neural stem cells have been reported to give rise occasionally to other cell types including blood cells. A team at theUniversity of Minnesota in Minneapolis, (USA) has shown that cells isolated from the bone marrow of adults or children were able to become neural or muscle cells. Nevertheless, bone marrow cells with such extraordinary malleability are extremely rare. In any case, these recent endings still require to be substantiated.

The future challenge is been shown in animals that to control the differentiation of human stem cells. It has by culturing stem cells in the presence of certain chemical substances referred to as "growth factors", it is possible to induce differentiation of specific cell types. Experiments on human stem cells are less advanced but finding ways to direct differentiation is presently an active focus of research.

1.10. What is the main interest of stem cell research and what are the hopes?

The main interests at present include:

Basic developmental biology. Culturing of human stem cells offers insights that cannot be studied directly human embryo or understood through the use of in the animal models. For instance, basic research on stem cells could help to understand the causes of birth defects, infertility and pregnancy loss. It could also be useful to give a better understanding of normal and abnormal human development.

Studies of human diseases on animal models. For example, mouse ES cells can be engineered to incorporate human mutated genes known to be associated with particular diseases and then used to make transgenic mouse strains. If such mice express the pathology of the human disease, this confirms the hypothesis that the gene is involved with the etiology of the disease. This strategy also yields an animal model of the human disease which has in most cases a much better predictability for the human situation than more conventional animal models. One of the most illustrative examples of that method is its use in order to address the potential causes of Alzheimer’s disease.

Culturing specific differentiated cell lines to be used for pharmacology studies and toxicology testing. This is the most likely immediate biomedical application, making possible the rapid screening of large numbers of chemicals. By measuring how pure potential drugs, it will be possible to sort out medicinal products that may be populations of specific differentiated cells respond to either useful or on the contrary problematic in human medicine.

Use of stem cells in gene therapy. Stem cells could be used as vectors for the delivery of gene therapy. One current application in clinical trials is the use of haematopoietic stem cells genetically modified to make them resistant to the HIV (virus responsible for AIDS).

Production of specific cell lines for therapeutic transplantation. If feasible, this would be the most promising therapeutic application of ES cells. Research is being actively pursued, mostly in the mouse, with the aim of directing the differentiation of pluripotent stem cells to produce pure populations of particular cell types to be used the aim would be to for the repair of diseased or damaged tissues. For instance, produce cardiac muscle cells to be used to alleviate ischaemic heart disease, pancreatic islet cells for treatment of diabetes (juvenile onset diabetes mellitus), liver cells for hepatitis, neural cells for degenerative brain diseases such as Parkinson’s disease, and perhaps even cells for treating some forms of cancer. The transplantation of stem cells could also help, for example, to repair spinal cord damage which occurs frequently, mainly following trauma (for instance car accidents) and is responsible for paraplegia. Results of that kind of cell therapy on animals are promising, but are still years away from clinical application. Even more remote (possibly decades away) is the prospect of being able to grow whole organs in vitro, but if tissues for the repair of organs become available, it would greatly relieve the existing unsatisfied demand for donated organs for transplantation. In providing a potentially unlimited source of specific clinically important cells such as bone, muscle, liver or blood cells, the use of human stem cells could open the way to a new "regenerative medicine".

1.11. Why is somatic cell nuclear transfer (SCNT) considered?

Apart from its interest for basic research, SCNT is considered as a possible strategy in "regenerative medicine" for theavoidance of immunological problems after transplantation. Neural tissues can sometimes be transplanted from one individual to another without suffering immunological rejection, but for all other tissues, stem cell therapy would need to be accompanied by long–term treatments with immunosuppressive drugs, leading to increased susceptibility to infections and even to cancer.

– One approach to avoid this immune rejection problem would involve genetic engineering of stem cells to render them non–antigenic, or immunological manipulation of the patients to render them tolerant.

– An alternative approach is based on somatic cell nuclear transfer. It consists of transferring nuclei from the patient’s own body cells into donated human or even animal unfertilized eggs from which the nuclei have been removed. If these reconstructed eggs were stimulated for example with electricity to develop to the blastocyst stage, pluripotent stem cells could be derived from them to form cells genetically identical to the patient. No rejection of any transplanted cells would then occur.

– Related technology could lead to the cloning of human individuals if the reconstructed embryos were transferred to a woman’s uterus. However, this is contrary to European Community law and prohibited in most European countries.

1.12. Possible origins of the embryos in countries which allow embryo research

These embryos are:

– either "spare embryos" (i.e. supernumerary embryos) created for infertility treatment to enhance the success rate of IVF, but no longer needed for this purpose. They are intended to be discarded but, instead, may be donated for research by the couples concerned,

– or research embryos, created for the sole purpose of research.

– These may either be produced with donated gametes, i.e. they are derived from the fertilization in vitro of a human oocyte by a human sperm,

– or they may be produced by embryo splitting or nuclear transfer. In the latter case they would be derived by introducing the nucleus of an adult somatic cell into an enucleated human oocyte (sometimes misleadingly termed "embryo cloning" or "therapeutic cloying").

LEGAL BACKGROUND

1.13. Legal situation in the Member States

At national level, stem cell research is not regulated as such.

With regard to embryonic stem cell research, it is thus necessary to refer to the general legislation on embryo research. In this respect, the situation in the Member States is diverse:

Ireland is the only country of the EU whose Constitution affirms the right to life of the "unborn" and that this right is equal to that of the mother.

In some Member States no legislation on embryo research exists. This is the case of Belgium and of the Netherlands, where embryo research is nevertheless carried out. In Portugal however, in the absence of legislation, no embryo research seems to be performed. This also seems to be the case in Italy although artificial reproductive techniques are widely practised.

Where embryo research is legislated, legislation either prohibits any kind of embryo research (Austria, Germany), or authorizes this research under specified conditions (Finland, Spain, Sweden, and UK). In France, where embryo research is still prohibited, the law authorizes "the study of embryos without prejudicing their integrity" as well as preimplantation diagnosis.

In some countries the Constitutional Courts have dealt with the use of human embryos (judgement of the French Constitutional Court of July 27, 1994 on Bioethics, and judgement of the Spanish Constitutional Court of July 10, 1999 on the legislation concerning assisted human reproduction techniques).

The legal situation of many countries in Europe is under development. New legislation is being drafted mainly in response to the challenge of stem cell research.

– In some countries, draft legislation is being prepared to allow research on stem cells derived from supernumerary embryos after in vitro fertilization (The Netherlands).

– In other countries, draft legislation provides forthe possibility of creating embryos by nuclear transfer, for the sole purpose of stem cell research. This is the case in Belgium, and in the UK. (In the latter case, legislation allowed creation of embryos for the purpose of research, but only in relation to the treatment of infertility, to contraception or to the avoidance of genetic disease). In France legislation is under preparation.

1.14. European legislation in the field

At the Council of Europe’s level, the Convention on Human Rights and Biomedicine signed in Oviedo in 1997 in itsArticle 18 establishes that it is up to each country to decide whether to authorize or not embryo research. Each country is only obliged to respect two conditions: "to ensure adequate protection of the embryo" that is to say to adopt a legislation fixing the conditions and limits of such research; and to prohibit "the creation of human embryos for research purposes". The Convention is binding only for the States which have ratified it. In the European Union so far only three countries have completed the procedure and some are in the process of doing so.

At EU level, although there is no legislative competence to regulate research, some Directives allude to the issue of embryo research and use. For instance, the Directive 98/44/EC on the legal protection of biotechnological inventions (patenting on life) stipulates that "processes for cloning human beings" and trusts of human embryos for industrial or commercial purposes"… "shall be considered unpatentable" The Directive 98/79/EC on in vitro diagnostic medical devices (including the use of human tissues) provides that "the removal, collection and use of tissues, cells and substances of human origin shall be governed, in relation to ethics, by the principles laid down in the Convention of the Council of Europe for the protection of human rights and medicine dignity of the human being with regard to the application of biology and by any Member States regulations on this matter"

At this same level, the Charter on Fundamental rights of the European Union approved by the European Council in Biarritz (France) on October 14, 2000 prohibits different kinds of practices possibly related to embryo research, namely "eugenic practices, in particular those aiming at the selection of persons" and "the reproductive cloning of human beings".

1.15. US approach related to embryo research and stem cell research

The situation in the US contrasts with that in Europe. A substantial difference is a sharp distinction between the public and the private sector. Since 1995 the US Congress has been adopting each year a provision in the Appropriation Bill to prohibit public funding for embryo research. Thus, the National Institutes of Health (NIH) cannot carry out embryo research, which, in the absence of legislation, remains free and beyond control in the private sector.

New discoveries concerning the culturing of human stem cells in 1998 have led to the reopening of the debate. The National Bioethics Advisory Committee (NBAC) issued a report on September 1999; hearings took place in 1999 and 2000 before the competent Committees of the US Congress and finally the Clinton administration proposed that, under certain human ES cells be permitted. New guidelines of the NIH published in August 2000 according to which research on human ES cells can be publicly funded if two conditions are respected. First, the cells must be taken from frozen spare embryos from fertility clinics and already destined to be discarded; second, Federal funds could not be used to destroy the embryos to obtain the cells; privately funded researchers will have to pass them on to Federally supported scientists.

ETHICAL BACKGROUND

1.16. Main ethical issues with retard to stem cell research

Human stem cell research is an example of bioethical value conflicts. On the one hand, the prospect of new therapies, even in the far future, is attractive in offering an alternative to organ and tissue donation. On the other hand, when this research involves the use of human embryos, it raises the question of its ethical acceptability and of the limits and conditions for such research. Embryo research has been extensively debated in the context of research carried out to improve IVF as a treatment for infertility. Embryonic stem cell research raises the following specific additional ethical questions:

New types of research to be performed on human embryos. Up until now, research that involved destroying embryos, if allowed, was limited to research on reproduction, contraception or congenital diseases. With human stem cell research, a much wider scope of research is being considered.

The use of ES cells and stem cell lines for therapeutic purposes. Human embryos used for research were destroyed and therefore were never used for fertility treatment. What remained was additional knowledge. Human embryonic stem cell research is aimed at creating cell lines with appropriate specificity. There is thus continuity from the embryonic cells to the therapeutic material obtained by culture.

The creation of embryos for research purposes. This delicate issue is now raised again since there is a scientific justification of this practice, namely the possibility of producing stem cells identical to the patient’s cells and thus avoiding problems of rejection in the context of the future "regenerative medicine". At the same time, creating human embryos raises new ethical concerns. The ethical acceptability of stem cell research depends not only on the objectives but also on the source of the stem cells; each source raising partly different ethical questions. Those who condemn embryo research in general will not accept this difference, but for those who accept it, this issue is of major importance.

1.17. Ethical issues in transplantation of stem cells

Clinical research and potential ethical issues as those dealt future applications in this field raise the same with in the EGE’S Opinion on Human Tissue Banking (21/07/1998), concerning the respect of the donor, who should give informed consent to this use of the donated cells, the respect of the autonomy of the patients, their right to safety and to the protection of their private life and the right to a fair and equal access to new therapies.

2 – OPINION

The Group submits the following Opinion:

SCOPE OF THE OPINION

2.1 Ethical issues of stem cell research and use for clinical purposes.

This Opinion reviews ethical issues raised by human stem cell research and use, in the context of the European Union research policy and European Community public health competence to improve human health and to set high standards for the safety of substances of human origin.

With regard to the specific ethical questions related to the patenting of inventions involving human stem cells, on which President Prodi requested an Opinion from the Group on 18 October 2000, this will be made public in Brussels at a later date. The following Opinion therefore excludes the patenting issue.

GENERAL APPROACH

2.2. Fundamental ethical principles at stake

The fundamental ethical principles applicable are those already recognised in former opinions of the EGE, and more specifically:

– the principle of respect for human dignity

– the principle of individual autonomy (entailing the giving of informed consent, and respect for privacy and confidentiality of personal data)

– the principle of justice and of beneficence (namely with regard to the improvement and protection of health)

– the principle of freedom of research (which is to be balanced against other fundamental principles)

– the principle of proportionality (including that research methods are necessary to the aims pursued and that no alternative more acceptable methods are available).

In addition, the Group considers it important to take into account, based on a precautionary approach, the potential long–term consequences of stem cell research and use for individuals and the society.

2.3. Pluralism and European ethics

Pluralism is characteristic of the European Union, mirroring the richness of its tradition and adding a need for mutual respect and tolerance. Respect for different philosophical, moral or legal approaches and for diverse cultures is implicit in theethical dimension of building a democratic European society.

From a legal point of view, respect for pluralism is in line with Article 22 of the Charter on Fundamental Rights on "cultural, religious and linguistic diversity" and with Article 6 of the Amsterdam Treaty which ensures the protection of fundamental rights at EU level, notably based on international instruments as well as common constitutional traditions, while also stressing the respect for the national identity of all Member States.

BASIC RESEARCH ON HUMAN STEM CELLS

2.4 Principal requirements according to the diverse sources of stem cells.

– The retrieval of adult stem cells requires the same conditions as those required in the case of tissue donation, based on respect for the integrity of the human body and the free and informed consent of the donor.

– The retrieval of stem cells from the umbilical cord blood after delivery requires that the donor (the woman or the couple concerned) is informed of possible uses of the cells for this specific purpose of research and that the consent of the donor is obtained.

– The retrieval of foetal tissues to derive stem cells requires, besides informed consent, that no abortion is induced for the purpose of obtaining the tissues and that the termination timing and the way it is carried out are not influenced by this retrieval.

– The derivation of stem cells from embryonic blastocysts raises the issue of the moral status of the human of embryo. In the context of European pluralism, it is up to each Member State to forbid or authorize embryo research. In the latter case, respect for human dignity requires regulation embryo research and the provision of guarantees against risks of arbitrary experimentation and instrumentalisation of human embryos.

2.5. Ethical acceptability of the field of the research concerned.

The Group notes that in some countries embryo research is forbidden. But when this research is allowed, with the purpose of improving treatment for infertility, it is hard to see any specific argument which would prohibit extending the scope of such research in order to develop new treatments to cure severe diseases or injuries. As in the case of research on infertility, stem cell research aims to alleviate severe human suffering. In any case, the embryos that have been used for research are required to be destroyed. Consequently, there is no argument for excluding funding of this kind of research from the Framework Programme of research of the European Union if it complies with ethical and legal requirements as defined in this programme.

2.6. Public control of ES cell research.

The Group deems it essential to underline the sensitivity attached to the use of embryonic stem cells, since this use may change our vision of the respect due to the human embryo.

According to the Group, it is crucial to place ES cell research, in the countries where it is permitted, under strict public control by a centralized authority – following, for instance, the pattern of the UK licensing body (the Human Fertilization and Embryology Authority) – and to provide that authorizations given to such research are highly selective and based on a case by case approach, while ensuring maximum transparency. This must apply whether the research in question is carried out by either the public or the private sector.

2.7. Alternative methods to the creation of embryos for the purpose of stem cell research.

The Group considers that the creation of embryos for the sole purpose of research raises serious concerns since it represents a further step in the instrumentalisation of human life.

– The Group deems the creation of embryos with gametes donated for the purpose of stem cell procurement ethically unacceptable, when spare embryos represent a ready alternative source.

– The Group takes into account interest in performingsomatic cell nuclear transfer (SCNT) with the objective of studying the conditions necessary for "reprogramming" adult human cells. It is also aware that, in view of future cell therapy,the creation of embryos by this technique may be the most effective way to derive pluripotent stem cells genetically identical to the patient and consequently to obtain perfectly histocompatible tissues, with the aim of avoiding rejection after transplantation. But, these remote therapeutic perspectives must be balanced against considerations related to the risks of trivializing the use of embryos and exerting pressure on women, as sources of locates, and increasing the possibility of their instrumentalisation. Given current high levels of inefficiency in SCNT, the provision of cell lines would require large numbers of oocytes.

– In the opinion of the Group, in such a highly sensitive matter, the proportionality principle and a precautionary approach must be applied: it is not sufficient to consider the legitimacy of the pursued aim of alleviating human sufferings, it is also essential to consider the means employed. In particular, the hopes of regenerative medicine are still very speculative and debated among scientists. Calling for prudence, the Group considers that, at present, the creation of embryos by somatic cell nuclear transfer for research on stem cell therapy would be premature, since there is a wide held of research to be carried out with alternative sources of human stem cells (from spare embryos, foetal tissues and adult stem cells).

2.8. Stem cell research in the European Framework Programme of research

Stem cell research based on alternative sources (spare embryos, foetal tissues and adult stem cells) requires a specific Community research budget. In particular, EU funding should be devoted to testing the validity of recent discoveries about the potential of differentiation of adult stem cells. The EU should insist that the results of such research be widely disseminated and not hidden for reasons of commercial interest.

At European Union level, within the Framework Programme of research, there is a specific responsibility to provide funding for stem cell research. This implies the establishment of appropriate procedures and provision of sufficient means to permit ethical assessment not only before the launching of a project but also in monitoring its implementation.

2.9. Stem cell research and rights of women

Women who undergo infertility treatment are subject to high psychological and physical strain. The Group stresses the necessity to ensure that the demand for spare embryos and oocyte donation does not increase the burden on women.

CLINICAL RESEARCH ON HUMAN STEM CELLS

The speed with which researchers, throughout the world, are moving to test stem cells in patients is remarkable, even if ES cell transplantation is unlikely to be attempted in the near future. Clinical trials with stem cells other than ES carried out on patients suffering from severe conditions such as Parkinson’s disease, heart disease or diabetes raise the following issues:

2.10. Free and informed consent

Free and informed consent is required not only from the donor but also from the recipient as stated in the Group’s opinion on Human Tissue Banking (21/07/1998). In each case, it is necessary to inform the donor (the woman or the couple) of the possible use of the embryonic cells for the specific purpose in question before requesting consent.

2.11. Risk–benefit assessment

Risk–benefit assessment is crucial in stem cell research, as in any research, but is more difficult as the uncertainties are considerable given the gaps in our knowledge. Attempts to minimise the risks and increase the benefits should include optimizing the strategies for safety. It is not enough to test the cultured stem cells or tissues derived from them for bacteria, viruses or toxicity. Safety and security aspects are of utmost importance in the transplantation of genetically modified cells and when stem cells are derived from somatic cells. For example, the risks that transplanted stem cells cause abnormalities or induce creation of tumours or cancer have to be assessed. It is important that the potential benefits for the patients should be taken into account but not exaggerated. The grounds of a precautionary approach need to be taken into account.

2.12. Protection of the health of persons involved in clinical trials

The possibility that irreversible in clinical applications of stem and potentially harmful changes are introduced cell research should be minimized. Techniques enhancing the possibilities of reversibility should be used whenever possible. If, for example, genetically modified cells were encapsulated when they are transplanted in order to stimulate neural cell growth, it should be possible for the procedure to be reversed if something goes wrong.

2.13. Scientific evaluation of stem cell use for therapeutic purposes

It is urgent to outline strategies and specific requirements for the best evaluation of ethically sound and safe use of stem cells as means of therapy (gene therapy, transplantation, etc.) Such an evaluation should be done in collaboration with the European Agency for the Evaluation of Medicinal Products.

2.14. Anonymity of the donation

Steps must be taken to protect and preserve the identity of both the donor and the recipient in stem cell research and use. As stated in the EGE’S Opinion on Human Tissue Banking (21/07/1998): "in the interests of anonymity, it is prohibited to disclose information that could identify the donor, and the recipient. In general, the donor should not know the identity of the recipient, nor should the recipient know the identity of the donor".

2.15. Stem cell banks and safety

Procurement and storage of stem cells in stem cell banks leads to the collection and storage of a growing number of personal and familial data. Cell banks should be regulated at European level in order to facilitate the implementation of a precautionary approach. If unsatisfactory side effects occur, it should be possible to trace donor and recipient and to reach their medical files. Traceability must be one of the conditions required for the authorization of cell banks at national or European level.

2.16. Stem cell balks and confidentiality

In order to reconcile the traceability requirement and the need to protect the donor’s rights – medical confidentiality and privacy – cell balks must take the necessary steps to protect confidentiality of the data.

2.17. Prohibition of commerce in embryos and cadaveric foetal tissue

The potential for coercive pressure should not be underestimated when there are financial incentives. Embryos as well as cadaveric foetal tissue must not be bought or sold not even offered for sale. Measures should be taken to prevent such commercialization.

2.18. Export and import of stem cell products

Stem cell imports or exports should be licensed by public authorities either at national or European level. Authorization should be subject to ethical as well as safety rules.

2.19. Education and dialogue

There is a need for continuing dialogue and education to promote the participation of citizens, including patients, in scientific governance, namely in the social choices created by new scientific developments.

The European Group on Ethics in Science and New Technologies:

The Members: Paula Martinho da Silva, Anne McLaren, Marja Sorsa, Ina Wagner, Göran Hermerén, Gilbert Hottois, Dietmar Mieth, Octavi Quintana–Trias, Stefano Rodota, Egbed Schroten, Peter Whittaker

The Chairperson: Noëlle Lenoir

 

Les Aspects Ethiques de la Recherche sur les cellules souches humaines et leur utilisation

Référence: Initiative du Groupe

Rapporteurs: Anne McLaren et Göran Hermerén

Le groupe européen d’éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE),

vu le traité sur l’Union européenne, tel que motivé par le traité d’Amsterdam, et notamment l’article 6 (ex–article F) des dispositions communes, relatif au respect des droits fondamentaux, l’article 152 (ex–article 120) du traité CE sur la santé publique (et plus précisément le paragraphe 4, point a), qui porte sur les substances d’origine humaine), ainsi que les articles 163 a 173 (ex–articles 130 F à 130 P) sur la recherche et le développement technologique,

vu la directive 65/65/CEE du Parlement européen et du Conseil du 26 janvier 1965 et la directive modifiée 75/319/CEE du 20 mai 1975 relative aux spécialités pharmaceutiques,

vu la directive 90/220/CEE du Conseil du 23 avril 1990 relative à la dissémination volontaire d’organismes génétiquement modifiés dans l’environnement,

vu la directive 93/42/CEE du Conseil du 14 juin 1993 relative aux dispositifs médicaux et la directive 98/79/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 octobre 1998 relative aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro, et notamment l’article 1, paragraphe 4, qui fait référence aux aspects éthiques et dispose que le prélèvement, la collecte et l’utilisation de tissus, de cellules et de substances d’origine humaine sont régis, à cet égard, par les principes énoncés dans la convention du Conseil de l’Europe sur les droits de l’homme et la biomédecine,

vu la directive 98/44/CE du Parlement européen et du Conseil du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques, et notamment l’article 6, qui concerne certaines inventions exclues de la brevetabilité, ainsi que l’article 7, qui donne mandat au Groupe européen d’éthique (GEE) d’évaluer "tous les aspects éthiques liés à la biotechnologie",

vu la décision du Parlement européen et du Conseil du 22 décembre 1998 relative au cinquième programme–cadre de la Communauté européenne pour des actions de recherche, de développement technologique et de démonstration (1998–2002) et notamment l’article 7, qui exige le respect des principes éthiques fondamentaux,

vu la décision du Conseil du 25 janvier 1999 arrêtant un programme spécifique de recherche, de développement technologique et de démonstration dans le domaine "Qualité de la vie et gestion des ressources du vivant" et notamment les exigences éthiques mentionnées dans l’annexe II,

vu la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne du 28 septembre 2000, approuvée par le Conseil européen de Biarritz le 14 octobre 2000, et notamment son article 1 intitulé "Dignité humaines", l’article 3 intitulé "Droit à l’intégrité de la personnels", qui fait référence au principe du "consentement libre et éclairé" et interdit "le cannage reproductif des êtres humains" et l’article 22 intitulé "Diversité culturelle, religieuse et linguistiques",

vu la Convention du Conseil de l’Europe sur les droits de l’homme et la biomédecine, signée à Oviedo le 4 avril 1997, et notamment l’article 18 relatif à la recherche sur les embryons, ainsi que le protocole additionnel à cette convention portant interdiction du clonage d’êtres humains, signé à Paris le 12 janvier 1998;

vu la déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme adoptée par I’UNESCO le 11 novembre 1997, et notamment l’article 11, qui recommande l’interdiction du clonage à des fins de reproduction d’êtres humains, et l’article 13, qui fait référence aux responsabilités des chercheurs ainsi qu’à celles des décideurs en matière de politiques scientifiques,

vu les réglementations nationales sur les cellules souches et les recherches sur l’embryon, ainsi que les avis exprimés par les comités d’éthique nationaux, au niveau de l’Union européenne, sur ces questions,

vu le rapport présenté par la "National Bioethics Advisory commissionné", aux États–Unis, le 13 septembre 1999, sous le titre "Ethical Issues in Human Stem Cell Research", les auditions sur ce thème organisées par le Congrès américain en avril 2000 ainsi que les principes directeurs publiés par le gouvernement Clinton le 26 août 2000 afin d’être transmis aux NIH (National Institutes of Health) pour un examen scientifique prévu en 2001,

vu la table ronde que le Groupe a organisée le 26 juin 2000 à Bruxelles avec des membres du Parlement européen, des juristes, des philosophes, des chercheurs, des représentants du monde de l’industrie, des communautés religieuses, des associations de malades ainsi que des représentants d’organisations internationales (Conseil de l’Europe, UNESCO, OMS),

vu les auditions des experts scientifiques des 6 juin 2000 et 2 octobre 2000, ainsi que les auditions des représentants de communautés religieuses du 8 septembre 2000,

ayant entendu les rapporteurs Anne McLaren et Goran Hermerén,

1 – CONSIDÉRANT LES POINTS SUIVANTS

LE CONTEXTE SCIENTIFIQUE

1.1 Comment définir les cellules souches?

Les cellules souches sont des cellules pouvant se diviser pour engendrer soit des cellules identiques à elles–mêmes (auto–renouvellement), soit un ou plusieurs types spécifiques de cellules différenciées. Les cellules souches ne sont pas encore totalement différenciées et peuvent par conséquent reconstituer un ou plusieurs tissus.

1.2. Quels sont les différents types de cellules souches?

On peut distinguer différents types de cellules souches en fonction de leur potentiel de différenciation. Ce sont des cellules souches progénitrices, multipotentes ou pluripotentes.

– Les cellules souches progénitrices sont celles dont la progéniture totalement différenciée n’est constituer que d’un seul type cellulaire, Par exemple, les cellules souches épidermiques ou les cellules souches spermatogoniques peuvent respectivement se différencier uniquement en kératinocytes et en spermatozoïdes.

– Les cellules souches multipotentes peuvent donner plusieurs types cellulaires définitivement différenciés constituant un tissu ou un organe spécifique. Ce sont par exemple les cellules souches de la peau qui produisent les cellules épidermiques, les glandes sébacées et les follicules pileux, ou encore les cellules souches hématopoïétiques, qui sont à l’origine de toutes les différentes cellules sanguines (érythrocytes, Iymphocytes, cellules produisant les anticorps et ainsi de suite) et les cellules souches neurales, qui donnent naissance à tous les types cellulaires du système nerveux, notamment les cellules de la névroglie (cellules de la gaine de myéline) et les nombreux types de neurones.

– Les cellules souches pluripotentes peuvent donner naissance in vitro à tous les types cellulaires. Elles ne peuvent cependant pas former d’embryon par elles–mêmes. Les cellules souches pluripotentes, que l’on isole à partir de cellules germinales primitives chez le fœtus, sont appelées cellules terminales embryonnaires ("cellules GE"). Celles qui sont isolées à partir de la masse cellulaire interne d’un embryon au stade de blastocyste sont appelées cellules souches embryonnaires ("cellules SE").

Il y a lieu de remarquer toutefois que les chercheurs sont loin d’être tous d’accord sur la terminologie relative à ces types de cellules souches.

1.3 Quelles sont les caractéristiques des différents types de cellules souches?

Les cellules souches progénitrices et multipotentes peuvent persister tout au long de la vie. Chez le fœtus, ces cellules souches sont primordiales pour la formation des tissus et des organes. Chez l’adulte, elles régénèrent les tissus dont les cellules ont une durée de vie limitée, par exemple les cellules souches cutanées, intestinales et hématopoïétiques. En l’absence de cellules souches, nos différents tissus s’useraient et nous mourrions. Elles sont plus abondantes chez le fœtus que chez l’adulte. Par exemple, les cellules souches hématopoïétiques peuvent être obtenues à partir de la moelle osseuse de l’adulte, mais elles sont particulièrement abondantes dans le sang du cordon ombilical.

Les cellules souches pluripotentes n’existent pas spontanément dans l’organisme, ce qui les distingue des cellules souches progenitrices et multipotentes.

1.4 Quelles sont les différentes sources de cellules souches?

Les sources possibles de cellules souches sont l’adulte, le fœtus et l’embryon. On distingue par conséquent:

les cellules souches de l’adulte: les cellules souches progenitrices et multipotentes sont présentes chez l’adulte. Il semble que les mammifères comptent une vingtaine de types principaux de cellules souches somatiques à l’origine du foie, du pancréas, des os et des cartilages, mais ces cellules sont relativement difficiles à trouver et à isoler. C’est ainsi que l’accès aux cellules souches neurales est limité, étant donné que ces cellules sont localisées dans le cerveau. Les cellules souches hématopoïétiques sont présentes dans le sang, mais leur obtention nécessite un traitement de stimulation de la moelle osseuse du donneur. Généralement, les cellules souches de l’adulte sont rares et ne présentent pas le même potentiel de développement que les cellules souches de l’embryon ou du fœtus.

les cellules souches d’origine fœtale:

les cellules souches hématopoïétiques peuvent être isolées à partir du sang du cordon;

le tissu fœtal, obtenu après une interruption de grossesse, peut servir à extraire des cellules souches multipotentes, comme des cellules souches neurales, pouvant être isolées à partir de tissu neural fœtal et multipliées en culture, bien qu’elles aient une durée de vie limitée. Le tissu fœtal peut aussi produire des cellules GE pluripotentes, isolées à partir de cellules germinales primitives du fœtus.

les cellules souches d’origine embryonnaire: les cellules SE pluripotentes sont obtenues à partir d’un embryon au stade de blastocyste. Les embryons pourraient être produits soit par fécondation in vitro (FIV), soit par transfert d’un noyau adulte dans un ovule ou un ovocyte énucléé (transfert de noyaux de cellules somatiques).

1.5 Développement de l’embryon humain

Deux à trois jours après la fécondation, un embryon est constitué de cellules identiques qui sont totipotentes, c’est–à–dire que chaque cellule a la capacité de former un embryon par elle–même et de donner des jumeaux ou des quadruplés monozygotes. Elles sont totalement indifférenciées et ont la capacité de se différencier en n’importe lequel des types cellulaires qui constitueront le fœtus, le placenta et les membranes entourant le fœtus.

Au quatrième ou cinquième jour après la fécondation (stade morula), l’embryon est encore constitué de cellules indifférenciées, mais ces cellules ne peuvent plus donner d’embryon par elles–mêmes.

Cinq à sept jours après la fécondation (stade blastocyste), apparaît une cavité au centre de la morula, et les cellules constituant l’embryon commencent à se différencier en cellules internes et externes:

Les cellules externes formeront les tissus entourant le fœtus, notamment le placenta.

Les cellules internes (20 à 30 cellules) formeront le fœtus proprement dit ainsi que certains des tissus environnants. Si ces cellules intimes sont isolées et cultivées en présence de certaines substances chimiques ("facteurs de croissance"), on peut obtenir des cellules SE pluripotentes. Les cellules SE sont pluripotentes, et non totipotentes, puisqu’elles ne peuvent pas former d’embryon par elles–mêmes. Si elles sont transplantées dans un utérus, elles ne pourraient pas s’y fixer ni former un embryon.

LE CONTEXTE HISTORIQUE

1.6 La recherche sur les animaux

Les cellules souches embryonnaires

Les scientifiques travaillent sur des cellules souches embryonnaires de souris in vitro depuis plus de vingt ans et ont constaté très tôt leur capacité remarquable de se diviser. Certaines lignées de cellules SE de souris sont maintenues en culture depuis plus de dix ans et ont conservé leur capacité de se différencier.

Grâce aux observations réalisées sur les modèles animaux, on dispose aujourd’hui de certains éléments qui démontrent que des cellules souches multipotentes peuvent être utilisées pour la thérapie somatique. Toutefois, les preuves convaincantes ont jusqu’à été fournies par des cellules somatiques multipotentes dérivées de cellules souches embryonnaires et non de cellules souches adultes. Par exemple, lorsque des cellules SE de souris, différenciées en cellules neurales, sont transplantées dans la moelle épinière d’un rat plusieurs jours après un traumatisme, elles sont capables de reconstituer le tissu nerveux, ce qui permet à l’animal de récupérer (partiellement) la motilité coordonnée de ses pattes arrière. De la même façon, certains cardiomyocytes obtenus à partir de cellules SE différenciées peuvent être greffés dans le cœur d’une souris dystrophique afin de reconstruire le myocarde. Reste à savoir si les mêmes dérivés cellulaires, obtenus à partir de cellules souches adultes, seraient capables de corriger les déficiences induites sur ces modèles animaux.

Une grande partie des recherches menées sur les cellules SE de souris a également été axée sur l’utilisation de ces cellules aux fins de création d’animaux transsoniques, en particulier pour obtenir des modèles de maladies afin d’étudier les maladies génétiques humaines.

Les cellules souches adultes

Des recherches sont également menées sur des cellules souches de souris adultes. Alors que de nombreux scientifiques supposaient que ces cellules souches adultes étaient programmées pour produire des tissus spécifiques et n’étaient donc plus capables de générer d’autres types de tissus, de récentes études semblent indiquer que ces cellules peuvent présenter une malléabilité plus grande qu’on ne l’avait cru auparavant. Par exemple, on a pu montrer que des cellules souches neurales de souris pouvaient donner naissance, dans certaines conditions de culture, à des cellules d’autres organes tels que sang, muscle, intestin, foie et cour. Les cellules stromales de la moelle peuvent générer des astrocytes (un type de cellules non neuronales du système nerveux central), et les cellules souches hématopoïétiques peuvent donner naissance à des myocytes.

1.7 Les premières greffes de cellules fœtales humaines

Les cellules souches de tissus comme la peau ou le sang sont capables de réparer les tissus toute la vie durant. Par contre, le système nerveux possède une capacité très limitée d’autoréparation, car les cellules souches neurales dans le cerveau de l’adulte sont peu nombreuses et ont une faible capacité de générer de nouveaux neurones, par exemple pour réparer une lésion.

En se basant sur les résultats positifs d’expérimentations réalisées chez des rongeurs et des primates, des études cliniques ont été conduites au cours des dix dernières années, notamment en Suède et aux États–Unis, chez quelques 200 patients souffrant de la maladie de Parkinson. Elles ont montré que la transplantation de cellules neurales issues du fœtus humain peut avoir un effet thérapeutique, en réduisant de façon notable les symptômes de la maladie chez les patients traités. L’amélioration de l’état clinique chez ces patients a été observée pendant six à vingt–quatre mois après la transplantation, et dans certains cas, pendant cinq à dix ans. On a ainsi pu montrer récemment que dix ans après la transplantation, les cellules neurales transplantées étaient toujours en vie et produisaient de la dopamine, composé qui fait défaut dans le cerveau des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Toutefois, cette approche thérapeutique est encore expérimentale. De plus, la disponibilité de tissu neural fœtal est très limitée. Cinq à six fœtus avortés sont nécessaires afin de produire suffisamment de tissu neural pour traiter un patient parkinsonien. C’est pourquoi de nouvelles sources de cellules neurales ont été explorées dans certains pays tels que les États–Unis et la Suède. Le but est d’isoler des cellules souches à partir du fœtus, puis d’induire leurprolifération en culture, afin de produire de plus grandes quantités de tissu neural pour les transplantations.

1.8 La transplantation de cellules souches hématopoïétiques humaines

La greffe de cellules souches hématopoïétiques humaines est couramment utilisée pour restaurer la production de cellules sanguines chez les malades atteints de leucémie ou d’aplasie médullaire après une chimiothérapie. Il y a deux sources de cellules souches hématopoïétiques:

– Les cellules souches de l’adulte: elles peuvent être obtenues à partir de moelle osseuse prélevée sous anesthésie chez des donneurs ou chez les patients eux–mêmes (avant une chimiothérapie). Les cellules souches hématopoïétiques peuvent également être isolées directement à partir du sang; il faut alors un traitement pour induire le passage des cellules souches de la moelle osseuse dans la circulation sanguine.

les cellules souches d’origine fœtale: des cellules souches hématopoïétiques peuvent être obtenues à partir du sang du cordon ombilical à la naissance, mais il faut veiller à ce que le nouveau–né reçoive suffisamment de sang du cordon. Il existe aujourd’hui des banques de sang de cordon ombilical, conçues pour faciliter la transplantation de cellules souches hématopoïétiques.

On a même envisagé le prélèvement systématique et la cryoconservation du sang de cordon à la naissance, afin de disposer de cellules souches autologues en cas de besoin ultérieur. Les cellules souches d’origine fœtale donnent lieu à moins de réactions de rejet que les cellules souches de l’adulte.

1.9 Découvertes sur les cellules souches humaines

A la fin des années 1970, les progrès en matière de traitement de l’infertilité ont conduit à la naissance du premier bébé par fécondation in vitro. La formation d’embryons humains in vitro au cours du traitement de l’infertilité a permis d’étudier le tout premier stade de l’embryogenèse humaine, juste après la fécondation, et de mieux comprendre le comportement et les caractéristiques des cellules embryonnaires dès les premiers stades.

Depuis 1998, on est capable d’isoler et de cultiver des cellules souches pluripotentes embryonnaires et fœtales humaines, procédé qui n’avait jamais été utilisé auparavant sur des cellules humaines. Une équipe de chercheurs del’université du Wisconsin, à Madison (États–Unis) a annoncé, en novembre 1998, qu’elle avait réussi à isoler et à cultiver, pendant plusieurs mois, des cellules provenant de 14 blastocystes humains obtenus dans le cadre de dons d’embryons surnuméraires produits par fécondation in vitro. Cette équipe a établi cinq lignées de cellules souches embryonnaires (cellules SE) capables d’être cultivées en continu sans perdre leur capacité de se différencier et de former les nombreux types cellulaires que comporte l’organisme. Au même moment, une équipe del’université Johns Hopkins de Baltimore (États–Unis) a rapporté que des cellules germinales primitives fœtales avaient été isolées et cultivées à partir de gonades de fœtus prélevées après une interruption de grossesse afin d’obtenir des cellules GE. Les lignées de cellules obtenues à partir de ces cellules et maintenues en culture pendant de longs mois ont conservé la même capacité de différenciation que les lignées de cellules SE.

En 1999, des recherches sur les cellules souches de l’adulte ont révélé que leur plasticité était bien supérieure à ce que l’on croyait jusque–là. Il semblerait que des cellules souches neurales d’adulte engendrent occasionnellement d’autres types cellulaires, notamment des cellules sanguines. Une équipe del’université du Minnesota, à Minneapolis (États–Unis) a montré que des cellules isolées à partir de moelle osseuse prélevée sur des adultes ou des enfants étaient capables de se différencier en cellules neurales ou musculaires. Néanmoins, les cellules de la moelle osseuse possédant une malléabilité aussi extraordinaire sont extrêmement rares. Au demeurant, ces résultats récents doivent encore être étayés.

Le prochain défi sera de pouvoir contrôler la différenciation des cellules souches humaines. On a pu montrer, chez l’animal, qu’en cultivant les cellules souches en présence de certaines substances chimiques (à savoir les "facteurs de croissance"), on peut provoquer une différenciation en certains types cellulaires. Les expériences sur les cellules souches humaines sont moins avancées, mais les recherches sont actives actuellement pour explorer les possibilités de contrôler la différenciation.

1.10 Quel est l’intérêt principal des recherches sur les cellules souches et quels sont les espoirs?

Les principaux domaines d’intérêt sont les suivants:

La biologie fondamentale du développement. La culture de cellules souches humaines donne des résultats que l’on ne peut observer directement sur l’embryon humain ou auxquels on ne peut parvenir en utilisant des modèles animaux. Par exemple, la recherche fondamentale sur les cellules souches pourrait aider à comprendre les causes des malformations congénitales, de l’infertilité et des fausses couches. Cela pourrait également permettre de mieux comprendre le développement normal et les anomalies de développement chez l’être humain.

Les études des maladies humaines sur des modèles animaux. Les cellules SE murines, par exemple, peuvent être traitées de manière à y incorporer des gènes humains mutés dont on sait qu’ils sont associés à certaines maladies; ces cellules peuvent ensuite être utilisées pour former des lignées de souris transgéniques. Si ces souris présentent la pathologie de la maladie humaine considérée, cela confirme l’hypothèse suivant laquelle le gène en question est impliqué dans la genèse de la maladie. Cette stratégie produit aussi un modèle animal de la maladie humaine lui, dans la majorité des cas, permet une prédiction de ce qui se passe chez l’homme meilleure qu’en utilisant les modèles animaux plus classiques. L’un des exemples les plus représentatifs de cette méthode est son utilisation pour comprendre les causes potentielles de la maladie d’Alzheimer.

La culture de lignées de cellules différenciées spécifiques, destinées aux études pharmacologiques et aux essais toxicologiques. Il s’agit là de l’application biomédicale directe la plus probable, qui permet le criblage rapide d’un grand nombre de substances chimiques. En mesurant la manière dont des populations pures de certaines cellules différenciées réagissent à des médicaments potentiels, on pourra sélectionner les spécialités pharmaceutiques qui peuvent être utiles ou poser au contraire des problèmes en médecine humaine.

L’utilisation des cellules souches dans la thérapie génique. Les cellules souches pourraient être utilisées comme vecteurs dans la thérapie génique. L’une des applications actuelles dans les essais cliniques est l’utilisation de cellules souches hématopoïétiques génétiquement modifiées pour les rendre résistantes au virus HIV (responsable du SIDA).

La production de lignées cellulaires spécifiques pour la transplantation thérapeutique. Ce serait l’application thérapeutique des cellules SE la plus prometteuse, si elle est matériellement réalisable. Les recherches se poursuivent activement, essentiellement chez la souris, dans le but de parvenir à contrôler la différenciation des cellules souches pluripotentes, afin de produire des populations pures de types cellulaires particuliers, qui serviraient à réparer des tissus malades ou endommagés. L’objectif pourrait être, par exemple, de produire des cellules de muscle cardiaque que l’on utiliserait pour soulager la cardiopathie ischémique, des cellules pancréatiques des îlots de Langerhans pour traiter le diabète (diabète sucré insuline–dépendant), des cellules hépatiques pour soigner les hépatites, des cellules neurones pour les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson, et peut–être même des cellules pour le traitement de certaines formes de cancer. La transplantation de cellules souches pourrait aussi contribuer, entre autres, à réparer les fréquentes lésions de la moelle épinière, qui sont principalement la conséquence de traumatismes (dus à des accidents de voiture, par exemple) et sont responsables de paraplégies. Les résultats de ce type de thérapie cellulaire sur les animaux sont prometteurs, mais il faudra attendre encore plusieurs années avant leur application clinique. A un horizon encore plus lointain (peut–être plusieurs décennies), on pourrait être à même de cultiver in vitro des organes entiers. Dans l’intervalle, si l’on pouvait disposer de tissus pour réparer des organes, cela soulagerait grandement la demande actuelle non satisfaite de dons d’organes pour la transplantation. En fournissant une source potentiellement illimitée de certaines cellules cliniquement importantes comme les cellules osseuses, musculaires, hépatiques ou sanguines, l’utilisation des cellules souches humaines pourrait ouvrir la voie vers une nouvelle "médecine régénératrice".

1.11 Pourquoi le transfert de noyaux de cellules somatiques est–il envisagé?

Outre son intérêt pour la recherche fondamentale, le transfert de noyaux de cellules somatiques est considéré comme une stratégie possible, dans la "médecine régénératrice", pour éviter les problèmes immunologiques qui font suite a une transplantation. Du tissu neural peut parfois être transplanté d’un individu à un autre sans qu’il y ait de rejet immunologique, mais pour tous les autres tissus, la thérapie à base de cellules souches devrait s’accompagner d’un traitement au long cours par des médicaments immunosuppresseurs, traitement qui augmente la sensibilité aux infections et même le risque de cancers,

L’une des approches possibles pour éviter le problème du rejet immunitaire passerait par le génie génétique de cellules souches, afin de les rendre non antagoniques, ou encore la manipulation immunologique des patients pour les rendre tolérants.

Une autre approche reposerait sur le transfert de noyaux de cellules sabbatiques, qui consiste à transférer des noyaux de cellules de l’organisme du patient dans des ovocytes humains de donneurs, ou éventuellement animaux, non fécondés et dont les noyaux ont été retirés. En stimulant (par exemple, par l’électricité) ces ovocytes reconstruits pour qu’ils se développent jusqu’au stade blastocyste, on pourrait obtenir des cellules souches pluripotentes afin de former des cellules génétiquement identiques à celles du patient, de sorte que, quelles que soient les cellules transplantées, il ne se produirait pas de rejet.

Une technique connexe pourrait déboucher sur le clonage humain si les embryons reconstruits étaient transplantés dans l’utérus d’une femme. C’est toutefois contraire au droit communautaire et interdit dans la plupart des pays européens.

1.12 Origines possibles des embryons dans les pays qui autorisent la recherche sur l’embryon

Ces embryons sont:

– soit des «embryons surnuméraires», créés pour le traitement de l’infertilité afin d’augmenter le taux de réussite de la FIV, mais dont on n’a plus besoin à cette fin. Ils sont normalement destinés à être détruits, mais les couples concernés peuvent aussi en faire don à la recherche.

– soit des embryons de recherche: embryons créés aux seules fins de travaux de recherche.

– Ces embryons peuvent être créés à partir de tons de gamètes, autrement dit obtenus par fécondation in vitro d’un ovocyte humain par un spermatozoïde humain,

– ou créés par scission de l’embryon ou par transfert nucléaire. Dans ce dernier cas, on introduit le noyau d’une cellule somatique d’adulte dans un ovocyte humain énucléé (technique parfois appelée "clonage embryonnaire" ou "clonage thérapeutique", ce qui prête à confusion).

LE CONTEXTE JURIDIQUE

1.13 Situation juridique dans les états membres

Au niveau national, il n’y a pas de loi réglementant spécifiquement la recherche sur les cellules souche.

En ce qui concerne la recherche sur les cellules souches embryonnaires, il faut donc se référer à la législation générale régissant la recherche sur l’embryon. A cet égard, la situation diffère d’un état membre à l’autre:

l’Irlande est le seul pays de l’Union européenne dont la constitution consacre le droit à la vie de l’enfant "à naître", qui est égal au droit à la vie de la mère;

certains États membres ne disposent d’aucune législation en matière de recherche sur l’embryon. C’est le cas de la Belgique et des Pays–Bas, où des recherches sur l’embryon sont toutefois menées. Au Portugal, en revanche, où il n’existe aucune législation sur le sujet, il semble n’y avoir aucune recherche sur l’embryon. Tel semble également être le cas de l’Italie, même si les techniques de reproduction artificielle y sont très répandues;

dans les pays où la recherche sur l’embryon est régie par une législation, celle–ci interdit toute sorte de recherche dans ce domaine (Autriche, Allemagne) ou l’autorise sous certaines conditions (Finlande, Espagne, Suède et Royaume–Uni). En France, où la recherche sur l’embryon est toujours interdite, la loi autorise les études sur l’embryon sous réserve qu’elles ne portent pas atteinte à son intégrité, ainsi que le diagnostic préimplantatoire;

dans certains pais, le conseil constitutionnel ou son équivalent s’est prononcé sur l’utilisation d’embryons humains (décision du Conseil constitutionnel du 27 juillet 1994 sur les lois de bioéthique et celle du tribunal constitutionnel espagnol du 10 juillet 1999 sur la législation relative à la procréation médicalement assistée).

Le cadre légal est, dans nombre de pays européens, en cours d’élaboration. De nouvelles législations sont en projet, principalement en réponse au défi que constitue la recherche sur les cellules souches.

– Dans certains pays, des projets de loi sont en cours d’élaboration afin d’autoriser les recherches sur les cellules souches obtenues à partird’embryons surnuméraires après fécondation in vitro (Pays–Bas).

– Dans d’autres pays, des projets de loi prévoient la possibilité de créer des embryons par transfert nucléaire, aux seules fins de la recherche sur les cellules souches. C’est le cas en Belgique et au Royaume–Uni (dans ce dernier pays, la législation autorisait la création d’embryons pour les besoins de la recherche, mais limitée au traitement de la stérilité, à la contraception ou à la prévention des maladies génétiques). En France, une loi est en cours d’élaboration,

1.14 Législation européenne en la matière

Au niveau du Conseil de l’Europe, la convention sur les droits de l’homme et la biomédicale, signée à Oviedo en 1997, prévoit, à l’article 18, qu’il appartient à chaque pays de décider d’autoriser ou non la recherche sur l’embryon. Chaque pays est seulement tenu au respect de deux conditions: assurer "une protection adéquate de l’embryon", c’est–à–dire adopter une législation qui fixe les conditions et les limites de cette recherche, et interdire "la constitution d’embryons humains aux fins de recherche". La convention ne lie que les États où elle a été ratifiée. Au sein de l’Union européenne, seuls trois pays ont mené à bien la procédure de ratification, qui est en cours dans certains autres.

Au niveau de l’Union européenne, même s’il n’existe aucune compétence législative pour réglementer la recherche, certaines directives abordent la question de la recherche sur l’embryon et de ses applications. C’est le cas, par exemple, de la directive 98/44/CE relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques (brevetabilité du vivant), qui dispose que "les procédés de clonage des êtres humains" et "les utilisations d’embryons humains à des fins industrielles ou commerciales" ne sont pas "brevetables". La directive 98/79/CE relative aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (incluant l’usage de tissus humains) prévoit que "le prélèvement, la collecte et l’utilisation de tissus, de cellules et de substances d’origine humaine sont régis, pour les aspects éthiques, par les principes énoncés dans la convention du Conseil de l’Europe pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine, ainsi que par les réglementations qui peuvent exister en la matière dans les Etats membres".

Toujours au niveau de l’Union européenne, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, approuvée par le Conseil européen de Biarritz (France) le 13 octobre 2000, interdit différents types de pratiques pouvant avoir un lien avec la recherche sur l’embryon, à savoir les "pratiques eugéniques, notamment celles qui ont pour but la sélection des personnes" et le "clonage reproductif des êtres humains".

1.15 Approche des Etats Unis en matière de recherche sur l’embryon et de recherche sur les cellules souches

La situation aux États–Unis contraste avec celle de l’Europe. L’une des différences notables est la nette distinction qui est opérée entre le secteur public et le secteur privé. Depuis 1995, le Congrès américain adopte chaque année une disposition du projet de loi de finances qui interdit le financement public de la recherche sur l’embryon. De la sorte, les National Institutes of Health (NIH) ne peuvent effectuer de recherche sur l’embryon, recherche qui, faute de législation en la matière, reste libre dans le secteur privé où elle continue a échapper à tout contrôle.

De nouvelles découvertes sur la culture de cellules souches humaines en 1998 ont conduit à rouvrir le débat. Le National Bioethics Advisory Committee (NBAC) a publié un rapport en septembre 1999, des auditions ont eu lieu devant la commission compétente du Congrès américain en 1999 et 2000 et, pour finir, le gouvernement Clinton a proposé que, sous certaines conditions, le financement de recherches portant sur l’obtention et l’étude de cellules SE humaines soit autorisée. De nouveaux principes directeurs des NIH ont été publiés en août 2000, aux termes desquels la recherche sur les cellules SE humaines peut être financée sur des ressources publiques sous resale du respect de deux conditions. D’une part, les cellules doivent être prélevées sur des embryons surnuméraires congelés provenant de cliniques spécialisées dans le traitement de la stérilité et destinés à être détruits; d’autre part les ressources fédérales ne pouvant servir à financer la destruction d’embryons afin d’obtenir les cellules nécessaires, les chercheurs dont les travaux sont financés sur des ressources fédérales devront se procurer les cellules auprès des chercheurs qui travaillent sur la base de financements privés.

LE CONTEXTE ETHIQUE

1.16 Principaux problèmes éthiques soulevés par la recherche sur les cellules souches

La recherche sur les cellules souches humaines est une illustration des conflits de valeurs bioéthiques. D’une part, les perspectives de nouvelles thérapies, même dans un avenir lointain, sont très encourageantes, car elles offrent une alternative aux dons d’organes et de tissus. D’autre part, lorsque ces recherches concevant l’utilisation d’embryons humains, elles soulèvent la question de leur acceptabilité sous l’angle éthique, ainsi que des limites et des conditions de ces recherches. Le thème de la recherche sur l’embryon a été amplement débattu dans le contexte des recherches menées sur la fécondation in vitro pour traiter l’infertilité. Les recherches sur les cellules souches embryonnaires soulèvent des questions éthiques supplémentaires et spécifiques en ce qui concerne:

Les nouveaux types de recherche sur les embryons humains. Jusqu’à présent, les recherches impliquant la destruction d’embryons, puisqu’elles étaient autorisées, étaient limitées aux recherches sur la reproduction, la contraception ou les maladies congénitales. Avec les recherches sur les cellules souches humaines, c’est un domaine de la recherche beaucoup plus étendu qui est envisagé,

L’utilisation de cellules ES et de lignées de cellules souches à des fins thérapeutiques: Les embryons humains utilisés pour les recherches étaient détruits après achèvement des travaux et ne servaient donc jamais pour le traitement de la stérilité. A l’issue des travaux de recherche, il ne restait que de nouvelles connaissances. Les recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines visent à créer des lignées cellulaires présentant des caractéristiques appropriées en termes de pureté et de spécificité. Il y a donc une continuité entre les cellules embryonnaires et le matériel thérapeutique obtenu en culture’,

La création d’embryons à des fins de recherche: ce problème délicat se pose de nouveau dans la mesure où il existe une justification scientifique à cette pratique, à savoir la possibilité de produire des cellules souches identiques à celles du patient et d’éviter par conséquent les problèmes de rejet dans le contexte de la future "médecine régénératrice". La création d’embryons humains suscite en outre de nouvelles préoccupations éthiques. Il est un fait que l’acceptabilité éthique de la recherche sur les cellules souches ne dépend pas seulement des objectifs, mais également de la source des cellules souches. Chaque source pose des problèmes éthiques partiellement différents. Ceux qui condamnent les recherches sur l’embryon en général, n’admettront pas cette différence, mais pour ceux qui l’acceptent, la question est d’une grande importance,

1.17 Problèmes éthiques liés à la transplantation de cellules souches

La recherche clinique et ses applications potentielles futures dans ce domaine soulèvent les mêmes questions éthiques que celles avortées dans l’avis du GEE sur la constitution de banques de tissus humains (21/7/1998) en ce qui concerne le respect du donneur, qui doit donner son consentement éclairé à cette utilisation des cellules qu’il donne, ainsi que le respect de l’autonomie des patients, leur droit à la sécurité, à la protection de leur vie privée et à un accès égal et équitable aux nouvelles thérapies.

2 – AVIS

Le Groupe émet l’avis suivant:

CHAMP D’APPLICATION DE L’AVIS

2.1 Aspects éthiques liés à la recherche sur les cellules souches et à leur utilisation à des fins cliniques

Le présent avis passe en revue les questions éthiques que soulève la recherche sur les cellules souches humaines et leur utilisation, dans le cadre de la politique de recherche de l’Union européenne et de sa compétence en matière de santé publique, à savoir améliorer la santé humaine et fixer des normes élevées de sécurité pour les substances d’origine humaine.

En ce qui concerne les questions éthiques propres à la brevetabilité des inventions utilisant des cellules souches humaines, le président Prodi a demandé l’avis du Groupe le 18 octobre dernier, avis qui sera rendu public à Bruxelles à une date ultérieure. La question de la brevetabilité est donc exclue du champ du prisent avis.

APPROCHE GENERALE

2.2 Principes éthiques fondamentaux en jeu

Les principes éthiques fondamentaux applicables sont ceux qui ont déjà été reconnus dans des avis antérieurs du GEE, et qui sont plus précisément:

– le principe du respect de la dignité humaine,

– le principe de l’autonomie individuelle (qui exige l’obtention d’un consentement éclairé et le respect de la vie privée et de la confidentielles des données personnelles),

– le principe de justice et de bienfaisance (plus précisément, sous l’angle de l’amélioration et de la protection de la santé),

– le principe de la liberté de la recherche (qui toit être conciliable avec les autres principes fondamentaux),

– le principe de proportionnalité (notamment le fait que les méthodes de recherche soient indispensables aux objectifs poursuivis et qu’il n’existe pas d’autres méthodes plus acceptables).

En outre, le Groupe estime qu’il est important de tenir compte, dans une approche de précaution, des éventuelles convergences a long terme, pour les individus et pour la société, des recherches sur les cellules souches et de leurs applications.

2.3. Pluralisme et éthique européenne

Le pluralisme est caractéristique de l’Union européenne, reflétant toute la richesse de sa tradition et rendant nécessaires le respect mutuel et la tolérance. Le respect de différentes approches philosophiques, morales ou juridiques et de diverses cultures est implicite dans la dimension éthique de la construction d’une société européenne démocratique.

Sur le plan juridique, le respect du pluralisme est conforme à l’article 22 de la Charte des droits fondamentaux intitulé "Diversité culturelle, religieuse et linguistique" et à l’article 6 du traité d’Amsterdam, qui garantit la protection des droits fondamentaux au niveau de l’Union européenne, en se fondant notamment sur les instruments internationaux, ainsi que sur les traditions constitutionnelles communes, tout en insistant sur le respect de l’identité nationale de tous les États membres.

RECHERCHE FONDAMENTALE SUR LES CELLULES SOUCHES HUMAINES

2.4. Principales exigences en fonction de la source de cellules souches considérée

– Le prélèvement de cellules souches d’adulte requiert les mêmes conditions que celles qui s’appliquent au don de tissus, fondées sur le respect de l’intégrité du corps humain et le consentement libre et éclairé du donneur.

– Le prélèvement de cellules souchesà partir du sang du cordon ombilical après l’accouchement requiert que le donneur (la femme ou le couple concerné) soit informé de l’utilisation possible des cellules pour cette finalité de la recherche et donne son consentement.

– Le prélèvement de tissu fœtal pour l’obtention de cellules souches exige, outre un consentement éclairé, qu’il n’y ait pas d’incitation à l’avortement dans le but d’obtenir des tissus et que la programmation et la méthode d’interruption de la grossesse ne soient pas influencées par ce prélèvement.

– L’obtention de cellules souches à partir de blastocystes embryonnaires pose le problème du statut moral de l’embryon humain. Dans le contexte du pluralisme européen, il appartient à chaque Etat membre d’interdire ou d’autoriser les recherches sur l’embryon. Dans ce dernier cas, le respect de la dignité humaine implique que l’on réglemente les recherches sur l’embryon et que l’on prévoie des garanties contre les risques d’expérimentation arbitraire et d’instrumentalisation de l’embryon humain.

2.5. Acceptabilité éthique du domaine de recherche concerné

Le Groupe note que, dans certains pays, la recherche sur l’embryon est interdite. En revanche, dans les pays où elle est autorisée afin d’améliorer le traitement de l’infertilité, on peut difficilement trouver un argument à invoquer pour interdire une extension du champ de ces recherches visant à mettre au point de nouveaux traitements contre les maladies ou lésions graves. En effet, comme dans le cas de la recherche sur l’infertilité, la recherche sur les cellules souches vise à soulager la souffrance humaine. Dans tous les cas, les embryons qui ont servi pour des travaux de recherche sont destinés à être détruits. Par conséquent, il n’y a pas d’argument pour exclure le financement de ce type de recherches au titre du programme–cadre de recherche de l’Union européenne si elles satisfont aux exigences éthiques et recales définies dans ce programme.

2.6. Contrôle public de la recherche sur les cellules SE

Le Groupe estime qu’il est essentiel de souligner le caractère sensible de l’utilisation des cellules souches embryonnaires, car celle–ci pourrait changer notre vision du respect qui est dû à l’embryon humain.

Selon le Groupe, il est crucial de placer la recherche sur les cellules SE, dans les pays où elle est autorisée, sous le contrôle public strict d’une autorité centrale – en s’inspirant, par exemple, du modèle de l’autorité britannique qui délivre les licences, à savoir la Human Fertilisation and Embryology Authority – et de prévoir que les autorisations données pour ce type de recherche soient très sélectives et reposent sur un examen cas par cas, tout en assurant un maximum de transparence. Cette règle doit s’appliquer, que les recherches en question soient menées par le secteur public ou le secteur privé.

2.7. Méthodes alternatives à la création d’embryons à des fins de recherche sur les cellules souches

Le Groupe est d’avis que la création d’embryons aux seules fins de la recherche suscite de graves inquiétudes, car elle représente un pas supplémentaire sur la voie d’une instrumentalisation de la vie humaine,

– Le Groupe juge éthiquement inacceptable lacréation d’embryons à partir de dons de gamètes afin de se procurer des cellules souches, étant donné que les embryons surnuméraires représentent une source alternative disponible.

– Le Groupe tient compte de l’intérêt du transfert de noyaux de cellules somatiques en vue d’étudier les conditions nécessaires à la "reprogrammation" des cellules humaines adultes. Il est également conscient qu’en vue de la thérapie cellulaire future, la création d’embryons par cette technique est peut–être la manière la plus efficace d’obtenir des cellules souches pluripotentes génétiquement identiques à celles d’un patient et, dès lors, des tissus parfaitement histocompatibles, le but étant d’éviter le rejet de tissus après leur transplantation. Toutefois, ces perspectives thérapeutiques éloignées doivent être mises en balance avec d’autres considérations liées au risque que l’utilisation des embryons soit banalisée, que des pressions soient exercées sur les femmes en tant que sources d’avocates et que les possibilités d’instrumentalisation de la femme s’accroissent. Etant donné les très mauvais résultats actuellement enregistrés dans le transfert de noyaux de cellules somatiques, la fourniture de lignées de cellules exigerait de très nombreux ovocytes.

– Le Groupe est d’avis que sur ce sujet extrêmement sensible, on doit appliquer le principe de proportionnalité et adopter une approche de précaution: il ne suffit donc pas de consisterez la légitimité du but poursuivi, à savoir soulager les souffrances humaines, mais il est également essentiel de tenir compte des moyens employés. En particulier, les espoirs attachés à la médecine régénératrice sont encore très hypothétiques et controversés dans les milieux scientifiques. Le groupe invite à la prudence et estime que, pour l’heure, la création d’embryons par transfert de noyaux de cellules somatiques pour les besoins de la recherche sur la thérapie par les cellules souches serait prematurée, étant donné qu’il existe un vaste champ de recherches à explorer à l’aide d’autres sources de cellules souches humaines (à partir d’embryons surnuméraires, de tissu fœtal et de cellules souches d’adulte).

2.8. Recherches sur les cellules souches dans le contexte du programme cadre de recherche communautaire

Les recherches sur les cellules souches à partir de sources alternatives (embryons surnuméraires, tissu fœtal et cellules souches d’adulte) exigent l’affectation d’un budget communautaire spécifique. En particulier, un financement communautaire devrait permettre d’étayer la validité des récentes découvertes sur le potentiel de différenciation des cellules souches de l’adulte. L’Union européenne devrait insister pour que les résultats de ces recherches fassent l’objet d’une large diffusion et ne soient pas tenus secrets pour des motifs commerciaux.

Au niveau de l’Union européenne, il existe, dans le contexte du programme cadre de recherche, une responsabilité propre de l’Union européenne, en tant que financeur, en ce qui concerne lesprojets de recherche sur les cellules souches. Cette responsabilité implique la mise en place de procédures appropriées et l’affectation de ressources suffisantes pour permettre l’évaluation éthique non seulement avant le lancement de ces projets, mais aussi tout au long de leur mise en Ouvre.

2.9. Recherches sur les cellules souches et droits des femmes

Les femmes qui suivent un traitement contre l’infertilité sont soumises à de fortes pressions psychologiques et physiques. Le Groupe souligne la nécessité de faire en sorte que la demande d’embryons surnuméraires et de dons d’avocates n’alourdisse pas les contraintes qui pèsent sur les femmes.

RECHERCHE CLINIQUE SUR LES CELLULES SOUCHES HUMAINES

La rapidité avec laquelle les chercheurs, de par le monde, passent aux essais avec des cellules souches sur les patients est remarquable, même si la transplantation de cellules SE a peu de chances d’être tentée dans un proche avenir. Les essais cliniques avec des cellules souches autres que les cellules SE qui sont menés sur des patients souffrant de maladies graves, comme la maladie de Parkinson, les cardiopathies ou le diabète, posent les problèmes suivants:

2.10. Consentement libre et éclairé

Le consentement libre et éclairé non seulement du donneur, mais aussi du receveur, est nécessaire, comme le groupe l’a précisé dans son avis concernant la constitution de banques de tissus humains (21/7/1998). Dans tous les cas, il faut informer le donneur (Ia femme ou le couple) de l’utilisation possible des cellules embryonnaires pour la finalité considérée avant de lui demander son consentement.

2.11. Evaluation des risques et des avantages

Une évaluation des risques et des avantages est cruciale dans la recherche sur les cellules souches, comme dans tout autre secteur de la recherche, mais elle est d’autant plus difficile que les incertitudes sont considérables, compte tenu du caractère encore lacunaire de notre savoir. Toute mesure visant à réduire les risques au minimum et à accroître les avantages devrait s’accompagner d’une optimisation des stratégies de sécurité. Il ne suffit pas de procéder à des essais sur des cellules souches de culture ou des tissus obtenus à partir de celles–ci afin de détecter la présence éventuelle de bactéries, de virus ou l’existence d’une toxicité. Les aspects liés à la sécurité sont essentiels dans la transplantation de cellules génétiquement modifiées et dans le cas de cellules souches issues de cellules somatiques. Par exemple, il faut mesurer les risques que les cellules souches transplantées causent des anomalies ou entraînent la formation de tumeurs ou de cancers. Il est important que les avantages potentiels pour les patients soient pris en considération, sans être exagérés. Il faut tenir compte des raisons qui justifient l’approche prudente évoquée plus haut.

2.12. Protection de la santé des personnes soumises aux essais

Il faut réduire au minimum les risques que les applications cliniques de la recherche sur les cellules souches entraînent des modifications irréversibles et potentiellement préjudiciables. Les techniques qui renforcent les possibilités de réversibilité doivent être utilisées aussi souvent que possible, Si, par exemple, des cellules génétiquement modifiées étaient encapsulées lors de leur transplantation afin de stimuler le facteur de croissance du tissu nerveux, il serait possible d’inverser la procédure en cas de problème lors de la transplantation.

2.13. Evaluation scientifique de l’utilisation de cellules souches à des fins thérapeutiques

Il est urgent de définir des stratégies et des exigences spécifiques aie d’assurer la meilleure évaluation possible de l’utilisation éthiquement acceptable et sûre des cellules souches comme moyen thérapeutique (dans la thérapie génitale, pour les transplantations, etc.). Une telle évaluation devrait être conduite en liaison avec l’Agence Européenne pour l’Evaluation des Médicaments.

2.14. Anonymat du don

Des mesures doivent être prises pour préserver l’anonymat du donneur et du receveur dans les recherches sur les cellules souches et dans leur utilisation. Comme il est spécifié dans l’avis du GEE concernant la constitution de banques de tissus humains (21/7/1998), "l’anonymat du don de tissu interdit la divulgation d’informations permettant l’identification, soit du donneur, soit, s’il y a lieu, du receveur. En règle générale, le donneur ne doit pas pouvoir connaître l’identité du receveur, ni le receveur celle du donneur".

2.15. Banques de cellules souches et sécurité

L’obtention et le stockage de cellules souches dans des banques conduisent à la collecte et au stockage d’un nombre croissant de données personnelles et familiales. Les banques de cellules doivent être réglementées au niveau européen, de manière à faciliter la mise en ouvre de l’approche de précaution précitée. Si des effets secondaires non souhaités se produisent, il doit en effet être possible de retrouver le donneur et le receveur et d’avoir accès à leur dossier médical. La traçabilité doit être l’une des conditions à remplir pour que soient autorisées les banques de cellules à l’échelon national ou européen.

2.16. Banques de cellules souches et confidentialité

Afin de concilier l’exigence de testabilité et la nécessité de protéger les droits du donneur – confidentialité des données médicales et vie privée – les banques de cellules doivent prendre les mesures nécessaires pour assurer la confidentialité des données.

2.17. Interdiction du commerce d’embryons et de tissu de fœtus morts

Les possibilités de pressions coercitives ne doivent pas être sous–estimées lorsque des intérêts financiers sont en jeu. Les embryons ainsi que les tissus de fœtus morts ne peuvent être achetés ni vendus, ni même proposés à la vente. Des mesures doivent être prises pour empêcher une telle commercialisation.

2.18. Exportation et importation de produits obtenus à partir de cellules souches

Les importations et les exportations de cellules souches doivent faire l’objet d’une autorisation délivrée par les pouvoirs publics, soit au niveau national, soit à l’échelon européen. Cette autorisation doit être subordonnée au respect de règles éthiques et de règles de sécurité.

2.19. Education et dialogue

Il faut mettre en place un dialogue permanent et une éducation continue pour encourager la participation des citoyens, et notamment des patients, au processus de "gouvernance scientifique", autrement dit aux choix sociaux que crient les nouveaux progrès scientifiques.

Le Groupe Européen d’Ethique des Sciences et des Nouvelles Technologies:

Les membres: Paula Martinho Da Silva, Anne McLaren, Marja Sorsa, Ina Wagner, Göran Hermerén, Gilbert Hottois, Dietmar Mieth, Octavi Quintana–Trias, Stefano Rodota, Egbed Schroten, Peter Whittaker

La présidente: Noëlle Lenoir


Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002