Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados  Versión PDF 

Ethical Aspects arising from Doping in Sport


Creación: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Fuente: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: Comunidades Europeas
Traducción castellana: No
Fecha: 11 de noviembre de 1999
Comprobado el 11 de marzo de 2003

 


Ethical Aspects arising from Doping in Sport

Reference: Opinion requested by the European Commission on 22 April 1999

Rapporteur: Prof. D. Mieth and Dr. M. Sorsa

Having regard to the request for an Opinion by the European Commission of 22 April 1999 on doping in sport.

Having regard to the Treaty on European Community, and in particular its Title XIII and Article 152 on public health and its Title 111 and Article 30 on free movement of persons, services and capital.

Having regard to the Treaty on European Union, and in particular its declaration on spud adopted by the Conference.

Having regard to the Council Directive 89/391I/EEC of 12 June 1989 on the introduction of measures to encourage improvements in the safety and health of workers at work.

Having regard to the Council Directive 94/33/EC of 22 June 1994 on the protection of young people at work,

Having regard to the Presidency conclusions of the December 1998 Vienna Council on doping in sport.

Having regard to the Resolution of the Council and of the Representatives of the Governments of the Member States of 3 December 1990 on Community action to combat the use of drugs, including the abuse of medicinal products, particularly in sport.

Having regard to the Declaration by the Council and the Ministers for Health of the Member States, meeting within the Council of 4 June 1991 on action to combat the use of drugs, including the abuse of medicinal products, in sport.

Having regard to the Resolution of the Council and of the Representatives of the Governments of the Member States on a code of conduct against doping in sport adopted in 1992.

Having regard to the European Parliament Resolution of 17 December 1998 on urgent measures to be taken against doping in sport.

Having regard to the European Parliament Resolution of 13 April 1999 on criminal procedures in the European Union.

Having regard to the Final declaration of the informal meeting of Ministers in January 1999 in Bad Godesberg.

Having regard to the Council Presidency conclusions of the informal meeting of the Sport Ministers on 31 May to 2 June 1999 in Paderborn.

Having regard to the Commission staff working paper "The development and prospects for Community action in the field of sport" of 29 September 1998.

Having regard to the European Commission 'loon paper" "The fight against doping in sport: options for European Union action" of 12 January 1999.

Having regard to the DG X (Information, Communication, Culture, Audiovisual) consultation document "The European model of sport" of November 1998.

Having regard to national regulations and opinions expressed by national ethical bodies within the European Union on doping in sport.

Having regard to the Council of Europe Anti-doping Convention adopted on 16 November 1989 and to the further extensive work deriving from it.

Having regard to the Council of Europe's European Charter on Sport of 24 September 1992 and its Recommendation R(02)14 on the Code of Sporting Ethics, the purpose of which is to ensure that safe and healthy sport, accessible to all, is practised at all levels.

Having regard to the United Nations Convention on the Rights of the Child adopted by the General Assembly on 20 November 1989.

Having regard to the universal Declaration on the Human Genome and Human Rights adopted by the General Conference of UNESCO on 11 November 1997.

Having regard to the Lausanne declaration on doping in sport adopted by the World Conference on Doping in Sport on 4 February 1999).

Having regard to the hearing held on 21 September 1999 by the EGE, with experts, representatives of the European Institutions and of interest groups (heaIth, sport federations, industry, religions).

Having heard the rapporteurs.

1. Whereas

1.1 Historical background

Sport, as a physical activity, combines, to varying degrees, play and competition. Historical references to the Olympic Games go back as far as the 8th century B.C. These high-level competitions, where the best athletes were crowned victors, also served to unite and pacify the Greek world, acting as a kind of substitute for war (fighting was suspended for their duration). But the Greeks also practised sports outside the Games: physical exercise formed an integral part of their humanistic teaching, which sought to strike a balance between body and mind. Thus, from its very origins, sport has been driven by a dual philosophy which still applies today: the spirit of competition, seeking out "the best in the world", and the notion of mens sana in corpore sano.

The modern pattern of sports organisation first appeared in the 18th century - with the emergence of the first clubs in Great Britain - and became widespread in the course of the 19th century. New associations codified and institutionalised sports and drew a line between amateurs and professionals. The first national sports associations were founded at the end of the 19th century, as well as the first international federations. This process of institutionalisation at both national and international level continued throughout the first half of the 20th century, with the development and proliferation of new forms of communication (roads, railways, air travel, radio, press and, finally, television, internet) playing a key role. One of the movement's earliest achievements was the revival of the Olympic Games by Baron de Coubertin (1863-1937). The modern Games were held for the first time in Athens in 1896 and repeated at regular intervals thus speeding up the internationalisation (and later globalisation) of sport and its emergence as a media spectacle.

At the same time as competitive sports were developing in the 19th century, another trend began to take hold. Originating in Switzerland and Germany, gymnastics or physical exercises were seen as an important contribution to health and personal fulfilment. This parallel development revived and updated the dual role which sport had played in the Ancient World.

Even if certain political and economic interests have always been connected with sport (taking for example the propaganda behind the Olympic Games in Berlin in 1936), it was mainly during the second half of the both century that sport has become increasingly bound up with - or even dominated by - considerations that previously had little bearing on it, whether they be those of the media (television in particular), money (economic interests, insurance, advertising), research and scientific and technical progress (including the growing influence of medicine) or politics (East-West rivalry, nationalist values, the promotion of democratic ideals). At the same time, the professionalisation and institutionalisation of sport has been constantly gathering pace (witness the power of the IOC and FIFA).

1.2 Doping in Sports

The use of drugs is evident throughout the history of sport. In the ancient Olympic games in Greece, and in the Roman period, drug use in sport was commonplace, Ancient Olympic athletes were reputedly willing to ingest any preparation which might enhance their performance, including extracts of mushrooms and plant seeds.

Prior to the implementation of drug testing programs in the late 1960s, the use of performance enhancing substances by athletes appeared to be commonly accepted within the international sporting community. However, a gradual series of events in modern sport history led to countries eventually speaking out against the harm that drugs were causing the individual and sport.

The first significant international anti-doping development occurred in 1960 when the Council of Europe, a group of twenty-one Western European nations, tabled a resolution against the use of doping substances in sport. France and Belgium enacted national doping legislation in 1963. The Medical Commission of the International Olympic Committee IOC was established in 1967. Governments and international and national sporting organisations continued to implement anti-doping initiatives throughout the late 1960s and 1970s. Drug testing became a more common feature of high-level sporting competition.

Unfortunately, the simple fact that testing programs were in operation did not guarantee their effectiveness. Not only were positive drug tests limited because of inadequate technology, but athletes learnt quickly how to beat the system. In 1983, drug testing strategies took an important step forward when analytical procedures were significantly refined. Today, doping in sport has reached a level of sophistication where athletes can use drugs either only during competition, or only during specify training periods, or throughout the year.

In recent years, doping cases have increasingly come under the media spotlight, 1998 saw a series of affairs relating to doping by sportsmen and women, most notably in the Tour de France, where the use of products such as EPO (erythropoietin) and anabolic steroids was revealed. This caused a large amount of media attention. The eventual winner of the 1998 Tour de France, the Italian Marco Pantani, was disqualified from the Giro d'Italia the following year for failing the blood test for use of EPO. These doping cases damaged the sport's image, provided unquestionable evidence of widespread doping practices, and focused public attention on the many divergent voices, opinions, and efforts at regulation surrounding this complex issue.

1.3 The Complexity of the Issue

The immediate reaction which doping in sport evokes is certainly negative. A sportsman/woman who dopes him/herself in order to perform better is quickly condemned. However, a closer look at the circumstances surrounding doping, and the variety of actors involved renders an immediate judgement or actions to be undertaken extremely difficult.

The variety of actors

The variety of actors involves the sportsman/woman's close environment, the coach, the medical practitioner, the masseur, the nutritional specialist, etc. as well as, in the case of children and adolescents, the parents. The wider environment is composed, inter alia, of the sport club, the sports federation, international organisations, the sponsors, the interim consultants administrating the contracts between the athletes and the federations, the organisers of sports events, sports articles enterprises, the pharmaceutical industry, laboratories, the media, national public authorities in setting up a legal framework, judges, the state as promoter of the athlete as well as the general public carrying out sports activities and being spectators of sports events.

Some problems arising from the varied of actors

Against the background of this variety of actors, and consequently, variety of interests involved, the existing legal framework at the national and at the international level in the area of doping, leaves large space for interpretation about which instance is responsible in the decision-making process. For example, different rules with regard to sanctions, adopted by international spuds federations and national competent authorities, regularly lead to disputes, in which the period of exclusion from competition varies between 3 months up to 2 years.

Federations have traditionally played an important role in setting rules, promoting the athletes as well as selling the sports events to the media. If taking into consideration that it is also the federations which carry out doping controls and their analysis, a conflict of competing interests is probable to arise.

When it comes to scientific and medical aspects of doping, it is difficult to draw the borderline between the medicalization of the sportsperson to preserve his/her health and the prescription of drugs to enhance performance. Most of the doping products - depending on the dosage and on the interaction with other products - are considered dangerous for the health. However, not every substance is unhealthy. Certain substances need to be prescribed to treat the sportsperson state of health, though, within the context of sport, considered as doping substance and thus legally banned. The right of the sportsperson to medical treatment could thus be jeopardised.

At the same time, the above-mentioned aspects need to be balanced against the fact that the sportsperson also has the choice to take any decision in a responsible way.

1.4 Scientific and Medical Aspects

Doping is closely linked to science and medicine. As such, the rapid development of new products and new technologies in these areas have influenced doping in sport. The constant and rapid rise of new substances, chemical modifications of old ones and new production techniques means that no list of prohibited substances can ever be complete. Another scientific ambiguity is that the inclusion criteria of the compounds might be vague or inconclusive, since the site effects of compounds and their various interactions cannot be extrapolated with certainty. Some prohibited substances may also find genuine use as therapeutic agents.

1.4.1 Doping agents and methods

Doping agents may be briefly classified based on their anticipated effect on sport performance or on training:

A Stimulating agents improve performance capacity and prevent tiredness (e.g. pain-relievers, cardio-respiratory analeptics and central nervous system stimulants).

B Substances acting on metabolism increase muscular working capacity (e.g. anabolic steroids, testosterone inducers, growth hormones and other hormone stimulants, somatostatins which inhibit normal growth, and diuretics which increase elimination kinetics and thus mask the uses of other substances).

C Ergogenic substances improve performance (e.g. erythropoietin and related substances which increase oxygen transport, substances which stimulate energy sources or act on body vigilance).

The rapid development of pharmaceuticals has, to a certain extent, replaced accepted procedures which were designed to improve oxygen transport such as training in high altitude environments.

Genetic technology is increasingly being used in the production of hormonal compounds (e.g. tissue-specific human growth factors) or drug proteins (e,g. erythropoietin (EPO)). Rapid advances are anticipated in the use of molecular genetic techniques for the production of better targeted pharmaceuticals. In the future, genetic technologies may also be applied to the screening of specify desirable or undesirable genetic combinations among top athletes.

1.4.2 Detection methods

Evidence of doping is demonstrated through the detection of prohibited substances or their metabolites, or unnatural dose levels of an endogenous substance found in the individual athlete's urine sample. Analytical screening methods are sensitive and sophisticated, but the quality of testing laboratories varies. It is possible to avoid detection by diluting or masking the urine sample with other substances or by carefully timing the drug use. Certain banned drugs used in training may be untraceable by the time competition and testing takes place, yet still provide the desired effects on performance. Certain banned drugs can be taken in dosages which do not exceed detection or banned levels; and certain drugs may be banned in one country or under the rules of one federation, but not in others.

Efforts to control and regulate doping in sport have become increasingly complex. Drug testing using blood samples is more accurate, but it is more expensive and requires specially trained personnel. To improve the reliability of doping detection, increased sampling validity is needed, both through routine and spot checks, as well as during competition and training periods, Furthermore, standardisation of analytical methods, internal quality controls, and interlaboratory comparisons are necessary.

1.4.3 Health-related aspects: sport and doping

There are studies available on the beneficial effects of both elite and leisure time sports on life expectancy and on decreased morbidity, e.g. for hypertension, diabetes and head disease.

Despite such benefits, accidental deaths and injuries do occur in different kinds of sports both at amateur and top levels. As far as top-level sport and its long-term effects are concerned, vascular problems, bone loss and late effects of frequent bone and joint microtraumas can occur. Repeated head injuries in some type of sports such as boxing or football can lead to loss of cognitive skills and weakening memory functions.

Extensive training among young athletes can cause reproductive health problems and anorexia in females, although these problems are generally reversible.

There has been little systematic study of the health consequences of the use of doping agents in sports.

It is difficult to carry out reliable epidemiological studies because of inconsistencies in the reporting of drug use among athletes.

Nevertheless, the overall toxicological and pharmacological evidence on drugs, together with case studies among patients and the few reported case studies among athletes, clearly suggests an association with health impairment. Such impairment is especially associated with the use of anabolic agents, with overdoses, long-term use and with drug interactions. Side effects such as liver damage and reproductive disorders have been reported in the treatment of patients with anabolic-androgenic steroids; consequently, similar effects can be suspected among athletes. Behavioural disturbance, addiction and mental health problems have also been associated with use of anabolic steroids and amphetamines.

1.5 Regulatory Aspects

Any attempt to coordinate anti-doping measures at the international level must overcome the problem that the legal provisions concerning doping vary considerably from country to country. This is evident from even a brief comparison of the EU Member States. AII are signatories of the Anti-Doping Convention of the European Council (Belgium and Ireland have not ratified), and IOC provisions are often referred to in domestic doping regulations. Rules on doping, however - whether established by specific laws on doping in sport, or by laws of a more general nature on drugs - may differ widely in terms of the nature of the defined offences, the bodies given authority to tackle doping, and the penalties set down. Moreover, rules with regard to doping laid down by sports allocations - in particular at the international level - may not correspond to rules of national anti-doping bodies and/or national legislation.

1.5.1 International level

Council of Europe

The only legally binding text at the international level referring to doping and providing for a definition on doping is the "Anti-doping Convention" of the Council of Europe of 1989. The Convention is now in force in 32 members countries of the Council of Europe, and Australia, Canada and Bosnia-Herzegovina have also acceded to it.

The Convention proposes, inter alia, actions to reduce the trafficking of doping substances, to strengthen doping testing and improve screening programmes, to support education and awareness programmes and to guarantee the effectiveness of the penalties imposed on offenders.

International Olympic Committee (IOC)

In June 1988, at the initiative of the IOC, the International Olympic Charter against Doping in Sport was adopted, which represents the basic document of reference for the IOC with regard to the fight against doping in sport.

The activities of the IOC Medical Commission are based on its Medical Code. The Medical Code prohibits doping, establishes a list of classes of banned substances and methods, imposes on competitors the obligation to undergo doping control and medical examination and identifies applicable sanctions in the case of violations.

Moreover, the IOC has proposed to set up an international agency on the fight against doping in sport which is due to be fully operational before the Olympic Games in Sydney in 2000.

1.5.2 EU level

Sport and penal precedents

At the European Union level, the European Court of Justice, although not having dealt with doping specifically, has made certain rulings clarifying the legal status of salesperson. In the Bosman-case of 1995, it was ruled that professional footballers enjoy the rights of free movement of workers on the basis of Alt. 48 EC Treaty. Similarly, in the Deliège-case of 1999 the Opinion of the Advocate General states that even amateur salespersons may be involved in economic activity relating to their sport that fall under provisions of the Treaty's articles on the free movement of workers.

Sport and Youth

Furthermore, a Directive (94/33/EC) of 22 June 1994 on the protection of young people at work refer in its Article 5 to "cultural and similar activities" which includes sporting activities of children and adolescents. According to this Directive, Member States were committed to putting in place by 22 June 1996 authorisation procedures for the employment of children in cultural, artistic, sports or advertising activities. Such procedures would incorporate the following conditions: the activities (i) are not likely to be harmful to the safety, health or development of children and (ii) are not such as to be harmful to their attendance at school, their participation in vocational guidance or training programmes.

Doping

As far as actions on doping are concerned, the European Council stressed in the conclusions of its meeting in Vienna in December 1998 that the Member States should examine jointly with the European Commission and international sports bodies possible measures to intensify the fight against doping, in particular, through better coordination of existing national measures.

In 1999, the Commission has looked into measures to be undertaken on the fight against doping in sport for the purpose of informing the Helsinki European Council of December 1999.

The European Parliament has also examined the issue in a "Resolution on urgent measures to be taken against doping in sport" of December 1998.

1.5.3 EU Member States

Laws

There are, broadly speaking, two groups of countries in the EU, in terms of the domestic legislative approach to doping. The first group of countries (i) has specific laws on doping, whilst the second (ii) has laws of a general nature about the use of drugs which have an impact on doping.

(i) Specific laws have been adopted in Austria, Belgium, Denmark, France, Greece, Italy, Portugal, Spain and Sweden. These laws prohibit explicitly doping in sport and contain various measures on prevention and/or sanctions.

(ii) In other countries, laws of a general nature about the use of drugs, having an impact on doping, apply. This is the case in Finland, Germany, Ireland, Luxembourg, The Netherlands and the United Kingdom. Often, this would involve legislation, for example, on medication, the misuse of drugs, their import and export and trammelling.

In Ireland, legislation with regard to the misuse of drugs is currently being amended in order to cover doping.

Anti-Doping-Bodies

AII countries set up anti-doping committees, councils, which are, in most of the cases, composed of representatives from governmental bodies and from the sporting community. These committees have, inter alia, the following tasks: delivering opinions on any problem relating to doping, carrying out anti-doping tests and its analysis, coordinating actions to prevent, monitor and penalise the use of prohibited substances, providing for information as well as promoting research in this field.

Sanctions

In most EU countries, no specific criminal penalties attached to doping in sport exist. Sporting or administrative penalties (such as suspensions, bans or fines) can be applied, these being the responsibility of the relevant sports federation or anti-doping organisation. Federations, as well as athletes, may be subject to administrative sanctions for failing to implement anti-doping rules. Criminal penalties may exist, however, in so far as doping is covered by general legislation on drugs (e.g. import and trafficking).

In two EU countries (France and Italy), there is also legislation covering criminal penalties (ice the possibility of going to prison), for those found to be administering, encouraging, or facilitating doping (e.g. sports doctors).

In three EU countries (Belgium, Greece and Sweden), there is also legislation covering criminal penalties for athletes found to be doping.

1.5.4. The Sports community

Traditionally, sports activities have been regulated by the sporting community: international federations, national federations down to the regional associations and the sports clubs. Rules laid down by the sports associations have also included tasks relating to doping such as the carrying out of doping tests and the setting up of sanctions. However, the rules of national federations - which can be based on national legislation, on requirements by anti-doping-bodies or on rules laid down by the National Olympic Committee - may not necessarily correspond to those rules adopted by the international federation of the same discipline. Thus, on many occasions the different rules will cause unclear situations for the athletes.

1.6 Network of Actors - Internal aspects

The athlete is surrounded by a team that can be composed of a coach, a medical practitioner, a masseur, a specialist in nutritional questions and/or other specialists. Given the athlete's long training hours, special life style and the fact that he/she is often away from home, the team around the athlete can replace his/her family, partners and friends.

The coach plays a crucial role in the physical and psychological well-being of the athlete. He/she coordinates and supervises the interactions within the team and is entrusted with the task of achieving the highest possible performance. To this end, he/she sets the timetable and the form of training, as well as being responsible for motivating, and establishing self-confidence in, the athlete.

The medical practitioner in a sporting team treats the athlete's physical and psychological health, in the athlete's best interest, and thus assists in achieving the highest possible performance. However, the role of the medical practitioner within the context of doping in spud has been questioned, since one essential issue of debate has been whether enhancing performance is being prioritized before taking care of athlete's health.

Any influence exercised by the coach, the medical practitioner or another member of the sporting team becomes even more significant when it concerns children and adolescents in sport. The daily, long training hours involved in top-level sport endanger the academic and/or social development of a child or an adolescent. Childhood is taken away early, and children have to deal with discipline, ambition - often the ambition of the parent - as well as physical and psychological pain. There is a risk of life-long harm caused by the sporting activity itself or any drugs taken during the active period.

Thus, parents and members of the sporting team play a key role in ensuring that the children and adolescents trust in them as their guardian, to act in their best possible interest, and to protect them from abuse.

1.7 Network of Actors - External Aspects

The spokesperson is not only part of an internal network of actors, but is also at the heart of a very wide circle of all the actors who have an interest in the salesperson or in sport in general. Such external actors include sponsors, clubs, sports federations, the media, spectators, governments, In essence, all of these actors are interested in seeing the performance of the spokesperson reach ever higher levels.

Modern sport is a highly commercialized industry, and a vast amount of money circulates within it. The interests of the external actors are often economic in character. The spokesperson can gain financially from the external actors, not only from sponsorship or sports funding, but from, for example, the wages offered by clubs or the prize money awarded by tournament organized - which themselves may have been funded at least in part by the money paid for television rights or sponsorship of events.

The spokesperson is the focal point of the network of actors surrounding her/him. The pressure to perform to meet their expectations is great, and conflicts of interest are possible - for example, the aim of federations to improve the sporting performance of the sportsperson, as against the duty to protect her/his health.

1.8 Aspects of the public debate on the "fight against doping"

Recently, there has been widespread public debate about the issue of doping in sport. Although the concept of doping is automatically perceived in a negative light, it is none the less not unambiguous and is not precisely reined, either ethically or legally. Definitions which focus, amongst other things, on damage to health, unnaturalness and distortion of competition are incomplete in relation to the complexity of the issue.

There is also no convincing neutral definition of doping. Thus, it is not possible to make the distinction between right and wrong doping. Concepts are not innocent. They often underlie strategic intentions. If we assume the political will, legal power and ethical motivation to eliminate or reduce abuse in sport, then doping is classified as "abuse" because of its socially recognised negative connotation. However, what constitutes "abuse" must be clarified. Only then is the "fight against doping" legitimized, not just intuitively, but also rationally,

There are doubts which are publicly expressed about the harm caused by doping, as well as doubts about the arguments against doping. These are some of the commonly expressed ideas:

- Does doping really damage health?

- Does doping really differ from other ways of fighting physical strain, shortening recovery times, boosting performance and achieving competitiveness?

- Since doping today does not just come into play during sporting competition but is used in training as a whole, at what particular point does the unfair competition or cheating come in?

- The fight against doping has so far proved ineffective.

- In view of people's freedom over their own body, the burden of proof lies with those who argue that doping constitutes abuse?

- Would it not be better to prepare individuals by educating them to make responsible decisions?

- Does the right to autonomy of the individual not take precedence over the right to protection by governments or organisations?

Moreover, there are arguments which are based on public concerns, e,g.:

- Participants and spectators have the right to expect sport to be "clean";

- The sportsmen and women who compete fairly are also suspected and thus discriminated against.

- There are few participatory mechanisms through which they can defend themselves;

- Children and young people are vulnerable to be exploited and manipulated;

- We are getting further and further into trouble: new doping methods, difficult to prove and very effective, are being developed (neurotransmitters, stem cells transplants, genetic operations);

- Demand for doping is created through supply;

- Competition between athletes becomes a farce. Behind it there are other types of competition, controlled by scientific, economic, or ideological interests;

- The body loses its individual, autonomous, and even gender characteristics, because it is subordinated to interests that are dependent on success in sport and its exploitation.

It seems that there are more questions than answers in this field.

1.9 Ethical aspects

One thing that is clear in spite of the complexity of the doping phenomenon is that the issue comes down to two essential questions: health protection and unfair performance enhancement. Both issues, health and fairness, should be seen in the context of, and sometimes in conflict with, other values: for instance, the right to autonomy which implies that the sportsman/woman can make use of his/her body freely.

However, there are two very cogent ethical arguments related to doping to be considered from various points of view:

- The individual contract argument:

The sportsperson has a contract with the sports organisations in participating in competitions and training, which requires him/her to adhere to certain rules. Sportspersons are aware of lists of banned substances. They also know the sanctions if they contravene their contract.

- The social contract argument:

The individual contract of salespersons with their sports organisations has a wider social dimension based on values associated with sports - namely health, fitness, joie de vivre, overcoming one's limit, winning, discipline, team spirit and training opportunities.

In addition to the sports movement itself, sponsors, business and media, are to some extent also partners in this social contract and they are dependent on this contract for their own goals. Sponsoring industries and the media exert considerable pressure on the athletes to enhance performance and this contributes to doping. On the other hand, the sponsoring industries and the media themselves depend on the unbroken image of fairness in sports.

THE CONTEXT OF MODERN SPORT

2.1 Transformation of sporting activities and the values in sport

There is an urgent need for policy to take into account the profound change that has taken place in sport in this century due to the influences of growing economic interests and of the mass media on an increasingly global scale. These influences have accelerated medical and technological developments in sport and related industries as well as increased the pressure put on the sports person. As a result, all action concerning doping must take into consideration, in accordance with this change, the realisation that today performance and victory prevail over competition and participation.

The Group thus intends to stress the tension that exists between anti doping measures and an unlimited demand for enhanced performance.

DEFINITIONS

2.2 Scope of the Opinion

This Opinion applies directly to professional or semi-professional competitive sport. It may apply to amateur sport as the frontier between amateur and professional sport today is becoming increasingly blurred. The Opinion applies only indirectly to "sport for all" (or recreational sport).

2.3 Defining doping in sport

For the purpose of this Opinion, the Group proposes to define doping as "the use of substances, dosages or methods with the intention of enhancing sporting performance, which are banned mainly because they may have a harmful effect on sportsmen/women's health and which may compromise the generally accepted conditions of fair play".

ETHICAL APPROACH

2.4 Ethical approach to doping in sport

The demands that society places on sport cannot be reduced merely to seeking high performance and economic financial gain for sportsmen/women, sport associations and the media. Sporting activities, even professional and semi-professional sport, relate to ethical values, in particular, fair play. Sporting activities are also based on a social compact, justifying the idea that sport is regarded as socially meaningful, valuable and as a cultural good.

2.5 Fundamental European ethical principles in the fight against doping.

AII measures taken at EU level should seek to prevent and to combat doping, as well as to promote the health of sportsmen/women, and should take into consideration several ethical principles which are central to the fight against doping. These include:

- protection of health and safety of citizens, which includes sportsmen/women;

- integrity and transparency, which requires guaranteeing the honesty of sports events and the outlawing of cheating;

- protection of vulnerable persons, especially children;

- dignity of the sportsperson and freedom from exploitation.

2.6 Rights and obligations of sportsmen/women

The rights and obligations of sportsmen/women, which are important in the context of an ethical approach to doping in sport, relate mainly to the following:

- autonomy which implies that the sportsman/woman can make use of his/her body freely;

- information about what kind of substances, methods and risks are involved;

- competition under fair conditions, based on equality of access to competition;

- protection from any kind of exploitation linked to economic interests which could seriously limit the autonomy of the sportsman/woman;

- participation in the implementation of ethical rules in sport;

- participation in decision-making processes in the various sports concerned, with the aim of informing the sportsmen/women about risks, advantages, forms of medicalization and how rules are defined with regard to controls and sanctions.

2.7 Shared responsibilities and obligations of snorts associations and sportsmen/women

Certain obligations are associated with the rights linked to sporting activities. Such obligations include fair competition which means respect for the rules set down. Fairness not only demands that all sportsmen/women understand and respect such mutually recognized rules, but also requires that the spuds associations (regional, national, european, international federations as well as clubs) create conditions which ensure that the sportsmen/women are able to respect those rules.

The sports associations at all levels, including International Federations (IFs) and the International Olympic Committee (IOC), should actively promote sports ethics given their global power and their financial resources. They must provide sportsmen/women with information on what kind of substances, methods and risks are involved with a particular sporting activity,

The right that sportsmen/women have to this information, and the duty of both parties to adhere to anti-doping rules, should be laid down in their contracts. Both parties should be liable to sanctions.

HEALTH ISSUES AND MEDICAL ETHICS

2.8 Sports medicine and ethics

The application of medicine in sports implies specific responsibilities for those who are involved (doctors, trainers, masseurs, psychologists, pharmacists, etc) in that they exercise considerable influence on the sportsman/woman.

Even if it is generally accepted that the sports physician does not have a solely preventive and/or therapeutic function, because he/she follows the sportsman/woman's training, he/she nonetheless must scrupulously respect the ethical principles of his/her profession and specifically the preservation of the sportsman/woman's health.

Even in the EU member states where spots medicine is not recognised as a speciality, as it is in four EU countries (Austria, Finland, Italy, Portugal), the EU should contribute towards further training courses in sports medicine and in general medical education.

The EU should also encourage the Member States, including financially, to organize campaigns to raise awareness in educational institutions about the problems of health and medicine in sport.

Moreover, it is important that the EU encourages consultation between all parties involved, especially organisations of medical practitioners directly associated with the sports movement, with the aim of promoting the drafting of a code of good practice in spots medicine.

2.9 Doping prevention and healthcare surveillance

The fight against doping cannot be limited to being repressive and can only be successful if all parties involved are interested and make every effort possible to combat doping and promote health in sport. This is the most desirable solution, considering the difficulties faced by previous attempts by the sports movements to prevent and to control doping.

Consequently, the main focus should be on the sportsman/woman's health and on guaranteeing consistent overall medical care. In this context, the Group recommends the setting up of a service of specialized medical, psychological and informational support for sportsmen/women which would be voluntary, non-binding and free of charge. This would allow sportsmen/women to have their health evaluated wherever necessary.

The European Agency on the Evaluation of Medicinal Products EMEA should be involved in evaluating the effects of doping on the physical and psychological health of sportsmen/women. It should also be involved in issuing drug-warnings to athletes, directly accessible on the Internet.

Special attention must be paid to new drugs which could be used as doping products, especially drugs derived from genetic technologies which may be less detectable.

Furthermore, specific clauses on the protection of salespersons should be introduced, in so far as they are workers exposed to particular occupational hazards, into appropriate Community texts on the health and safety of workers.

2.10 Vulnerable Groups

Taking into account the growing number of children and adolescents involved in top-level training methods and in sporting activities and the pressures exercised on them, measures to preserve their health and to protect their autonomy must be strengthened, Children and adolescents are particularly vulnerable to manipulation and exploitation, including by doping. Psychological pressure, long training hours and demanding sponsoring contracts can be considered analogous to child labour. In order to protect the childrens' physical and psychological health, sporting activities at top-level should be governed by rules similar to those applied to children "at work". Such rules refer to the principles of the UN Convention on the Protection of Children of 1990 and also to the EU Directive of June 1994 on the protection of young people at work, mentioned above.

Apart from their protection as "children at work", children and adolescents have to be fully informed about the risks and dangers arising from their activities, so that they can themselves also take a decision on their sporting activities. In this respect there is a specific duty by the federations to inform the parents about those risks and dangers.

Furthermore, it is equally important to help the parents of young salespersons assume the particular responsibilities which require them to preserve the health of their children, to assist their children in developing their autonomy, and fostering their personal enrichment.

A directive should be elaborated on the protection of children and adolescents in sport, notably those who aspire to become professional or semi-professional.

DOPING DETECTION

2.11 Qualitative and quantitative approaches to doping

Only establishing a single list of prohibited substance for all kinds of sports is misconceived in view of the need to safeguard sportsman/woman's health and in this manner defining what should or should not be considered as doping. The Group advocates a more science-based approach, which takes account not only of certain substances according to their specific nature, but also to the allowed dosage of associated medical substances which may interact to jeopardize the health of the sportsman/woman. This should be based on up-to-date scientist knowledge.

A European laboratory of reference should be established to act as a coordinator of a European-wide network of licensed high quality laboratories.

In the perspective of an extension of the European Agency on the Evaluation of Medicinal Products (EMEA)'s conferences, it is recommended that the Agency also be given competency to draw up and publish information on pharmaceuticals, registered in Member States, which are susceptible to being used for performance enhancement and hence for doping purposes.

2.12 The control of doping and the principle of the separation of functions

Without compromising the autonomy of the sporting associations, it is important that the principle of independent judgement is respected in the carrying out of anti-doping measures, in order to avoid a conflict of interest, which can arise when the same bodies act as both judges and parties.

It follows from this principle that the sporting associations, notably the federations, cannot be the only ones to carry out anti-doping controls. For one thing, these controls are insufficient if they are limited to times of competition. Furthermore, the federations, for whom the essential goal is to obtain from their athletes the best possible results, cannot alone be responsible for controlling practices which have as their exact goal the achievement of ever-better performance. There is therefore a need for an external and independent system of control.

This system should provide for random controls, during, as well as outside competitions.

2.13 The control of doping as regards police and judicial cooperation

Police and judicial cooperation, provided for in the 3rd Pillar of the EU Treaty, should be established at the EU level in the area of the fight against doping.

In the mean time, the Commission interservice group on drugs should have an enlarged mandate to deal with drugs uses for doping in sport.

Special attention should be paid to the use of the Internet as a means to traffic in drugs for the purpose of doping in sport.

WORLD AGENCY

2.14 A World Agency to combat doping in sport

Efforts initiated by the IOC to establish a World Agency to combat doping in sport address the need to guarantee an external and independent dimension to the fight against doping.

However, the viability of such an agency is dependent on certain conditions which are indispensible to its credibility and effectiveness.

These conditions are:

- A statute of independence: To guarantee the agency's independence, representatives of the sports movement, including sportsmen/women, should not have the majority of responsibility over the management of the agency, Representatives of public bodies should constitute at least 50 percent of the membership of the agency and its executive board.

- Transparency and accountability: The agency's work should remain as transparent as possible, through measures such as: the publishing of an annual report; the participation of NGOs in certain areas of the agency's work; transparency of the means of financing and in decision-making procedures.

- Authority: In the event that the proposed agency does not have decision-making authority, and in the event there is no other international organization that takes on an overarching role, the agency must at least benefit from the assistance of the highest authorities available both within and outside the field of sport.

- Neutrality and the role of conciliation: The agency's statute must clearly define its mission in order to avoid conflicting responsibilities with other bodies such as the IOC, the WHO, and the EU. Finally, it is helpful to underline the potential role for the agency as a conciliator between federations and their member sports persons.

- Competence: The agency should benefit from the assistance of the highest scientific and ethical expertise both within and outside the field of sport. In particular, collaboration with EMEA should be encouraged.

- The promotion of a sports ethic: Beyond research on doping and the health of salespersons, the agency should include an ethics department which is pluralism, multi-disciplinary and independent, and which can be consulted, when necessary, at the request of a state. There should also be funding for further ethical research.

Furthermore, the Group considers that the term "Anti-doping", in the proposed name of the agency, brings with it negative connotations and oversimplifies a complex issue. It would be preferable to consider a name for the agency which implies a broader scope, such as: "Agency for the Health and Safety in Sport".

The Agency should elaborate and make public an "Annual Report on Health and Safety in Sport".

EDUCATION AND RESEARCH

2.15 Research

The Group insists on the need for epidemiological research on health consequences of sporting activities, and follow-up studies, particularly long-term studies, on the growing influence of medicine in sport and its abuse.

Further research on detection methods should also be promoted.

Research is also needed on the wider sociological aspects of sport, including the ethical and juridical issues arising from the commercialization and medicalization of sport.

In particular, such research should be encouraged in the context of future Community research framework programmes.

2.16 Raising awareness

Consensus conferences should be organised in cooperation with the sporting associations and educational bodies, on the theme of doping and the health of salesperson.

Education professionals should be sensitized to questions related to ethics in sport and its instruction, in accordance with the education methods of each particular country.

FINANCE

2.17 Funding of anti-doping and health measures

Public authorities already contribute considerable funds to the support of sport. Sporting activities generate a large amount of money. Furthermore, to ensure fair play is in the interests of sport itself. It is therefore an ethical requirement that the money raised by sport should contribute substantially to the efforts against doping and in favour of sportspersons' health and security.

CODE OF CONDUCT

2.18 Drafting a code of good conduct in sports

A European conference on doping in sport should be organised by the European Union in cooperation with the Council of Europe, with the aim of having the participants (the sportsperson, the sports movements, States, European institutions, professional medical organizations, representatives of the pharmaceutical industry, organizations representing youth and families, the media, audiovisual in particular…) agree on a common Declaration, equivalent to a code of good conduct in sport.

The European Group on Ethics in Science and New Technologies:

The Members: Paula Martinho da Silva, Anne McLaren, Marja Sorsa, Ina Wagner, Göran Hermeren, Gilbert Hottois, Dietmar Mieth, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Peter Whittaker

The Chairperson: Nöelle Renoir

 

Les Aspects Ethiques du dopage dans le sport

Référence: Avis demandé par la Commission européenne le 22 avril 1999

Rapporteur: D. Mieth et M. Sorsa

vu la demande d'avis sur le dopage dans le sport présentée par la Commission européenne le 22 avril 1999;

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment ses titre XIII, article 152 (sauté publique) et titre 111, article 30 (libre circulation des personnes, des services et des capitaux);

vu le traité sur l'Union européenne, et notamment la Déclaration sur le sport adoptée par la Conférence;

vu la directive 89/391/CEE du Conseil du 12 juin 1989 concernant la mise en Ouvre de mesures visant à promouvoir l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs au travail;

vu la directive 94/33/CE du Conseil du 22 juin 1994 relative à la protection des jeunes au travail; vu les conclusions de la Présidence du Conseil de Vienne de décembre 1998 concevant le dopage dans le sport;

vu la résolution du Conseil et des représentants des gouvernements des Etats membres, réunis au sein du Conseil, du 3 décembre 1990, relative à une action communautaire de lutte contre le dopage, y compris l'abus de médicaments, dans les activités sportives;

vu la déclaration du Conseil et des ministres de la santé des (états membres, réunis au sein du Conseil, du 4 juin 1991, relative à la lutte contre le dopage, y compris l'abus de médicaments, dans les activités sportives;

vu la résolution du Conseil et des représentants des gouvernements des Etats membres, réunis au sein tu Conseil, relative à un code de conduite antidopage dans les activités sportives, adoptée en 1992;

vu la résolution du Parlement européen tu 17 décembre 1998 sur les mesures urgentes à prendre contre le dopage dans le sport; vu la résolution du Parlement européen du 13 avril 1999 sur les procédures pénales dans l'Union européennes

vu la déclaration finale de la réunion informelle des ministres tenue en janvier 1999 à Bad Godesberg;

vu les conclusions de la présidence du Conseil à l'issue de la réunion informelle des ministres européens des sports qui s'est déroulée à Paderborn du 31 mai au 2 juin 1999.,

vu le document de travail du personnel de la Commission du 29 septembre 1998, intitulé "Le développement et les perspectives te l'action communautaire dans le domaine du sport";

vu le document informel de la Commission européenne du 12 janvier 1999, intitulé "La lutte contre le dopage dans le sport: choix pour l'action de l'Union européennes,

vu le document de réflexion te la DG X (Information, Communication, Culture, Audiovisuel) du 22 avril 1999, intitulé "Le modèle européen du sport";

vu les réglementations nationales et les avis exprimés par des organismes nationaux d'éthique dans l'Union européenne au sujet du dopage dans le sport;

vu la Convention antidopage adoptée par le Conseil te l'Europe le 16 novembre 1989 et les nombreux travaux qui en ont découlé;

vu la Charte européenne du sport du Conseil de l'Europe du 24 septembre 1992 et la recommandation no R (02) 14 du comité des ministres aux Etats membres sur le Code d'éthique sportive, dont le but est de garantir la pratique d'un sport sûr, sain et accessible à tous a tous les niveaux;

vu la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant, adoptée par l'Assemblée générale le 20 novembre 1989;

vu la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'Homme, adoptée par la Conférence générale de I'UNESCO le 11 novembre 1997;

vu la Déclaration de Lausanne sur le dopage dans le sport, adoptée le 4 février 1999 par la Conférence mondiale sur le dopage dans le sport

vu l'audition tenue par le GEE le 21 septembre 1999, à laquelle ont pris kart des experts et des représentants des institutions eurasiennes et de groupes d'intérim (santé, fédérations sportives, industrie, religions);

après avoir entendu les rapporteurs;

1. Considérant ce qui suit:

1.1 Contexte historique

Le sport, en tant qu'activité physique combinant, à des degrés variables, le jeu et le combat, est aussi ancien que l'humanité elle-même. Un comportement similaire peut aussi être observé chez d'autres mammifères. Les mentions historiques des Jeux Olympiques remontent au Vlllème siècle avant Jésus-Christ. Ces compétitions de haut niveau, centrées sur le triomphe tu meilleur, avaient aussi une finalité d'unification du monde grec et de pacification (suspension des conflits durant les Jeux, qui constituaient une sorte de substitut à la guerre). Mais les Grecs pratiquaient aussi les sports en dehors des Jeux: l'exercice physique faisait partie intégrante de l'éducation humaniste visant l'équilibre du corps et de l'esprit. Dès l'origine, on trouve donc une double philosophie du sport, qui s'applique encore au monde contemporain: "The best in the world" et "In corpore sano" (F. de Closets).

Les formes modernes d'organisation du sport apparaissent au XVlllème siècle (avec l'émergence des premiers clubs en Angleterre) et se généralisent durant le XlXème siècle. De nouvelles associations sportives codifient et institutionnalisent les disciplines et établissent une distinction entre "amateurs" et "professionnels". Les premières associations sportives nationales voient le jour à la fin du XlXème siècle et sont suivies des fédérations nationales au début du XXème siècle. Cette institutionnalisation, à la fois nationale et internationale, se poursuivra durant toute la première moitié du XXème siècle. La multiplication et le développement de tous les moyens de communication (route, rail, air, radio, presse, radio et enfin, télévision et Internet) y jouent un rôle déterminant. Le mouvement est consacré très tôt par la résurrection, grâce au Baron de Coubertin (1863-1937), des Jeux Olympiques (Athènes, 1896), dont la répétition régulière va accélérer la dynamique d'internationalisation (et plus tard, de mondialisation) et de médiatisation tu sport.

Parallèlement à ce développement des spots de compétition s'impose aussi, à partir du XlXème siècle, une autre tendance, venue de Suisse et d'Allemagne: la gymnastique (ou exercice physique), considérée comme un facteur essentiel de santé et d'épanouissement. Ce développement parallèle prolonge et réactualise la double portée que le sport a revenue dès l'Antiquité.

Même si certains intérêts ont toujours été associés au sport (comme l'illustre la propagande sur fond de Jeux olympiques à Berlin en 1936), c'est principalement au cours de la seconde moitié du XXème siècle que le sport sera de plus en plus étroitement associé, voire subordonné, à des logiques qui lui étaient jusqu'alors largement étrangères: celles des médias (en particulier télévisuels), de l'argent (intérêts économiques, assurances, publicité), de la recherche et du progrès technique et scientifique (la médecine, notamment, joue un rôle de plus en plus déterminant), de la politique (rivalités entre l'Est et l'Ouest, valeurs nationalistes, promotion d'idéaux démocratiques). En même temps, la professionnalisation et l'institutionnalisation du sport n'ont cessé de croître (comme le montre, par exemple, le poids acquis par le CIO et la FIFA).

1.2 Le dopage dans le sport

La consommation de drogues est un phénomène manifeste dans toute l'histoire du sport. Cette pratique était courante pendant les Jeux olympiques de antiquité et durant la période romaine. Les premiers athlètes olympiques ne cachaient pas qu'ils étaient disposés à ingérer toute préparation susceptible d'améliorer leurs performances, y compris des extraits de champignons et des graines.

Avant que des programmes de détection ne soient mis en œuvre à la fin des années 60, l'utilisation par les athlètes de substances permettant d'obtenir de meilleurs résultats semblait généralement acceptée au sein de la communauté sportive internationale. Toutefois, un nombre croissant d'événements survenus dans l'histoire du sport moderne ont conduit les pays à se prononcer finalement contre les dommages occasionnés par les médicaments chez les sportifs et dans le sport lui-même:

Le premier pas important réalisé à l'échelle antinationale en matière de lutte antidopage remonte aux années 60, lorsque le Conseil de l'Europe, regroupant 21 nations d'Europe occidentale, a présenté une résolution contre l'usage de substances dopantes dans le sport. La France et la Belgique ont adopté, en 1963 et 1965 respectivement, une législation relative au dopage. La Commission lexicale du Comité international olympique (CIO) a vu le jour en 1067. Les gouvernements et les organisations sportives internationales et nationales ont poursuivi leur action contre le dopage durant les années 60 et 7â. Les tests antidopage sont devenus un aspect de plus en plus courant tes compétitions sportives de haut niveau.

Malheureusement, le simple fait que des programmes de détection soient mis en œuvre ne garantissait pas leur efficacité. Non seulement les tests antidopage positifs étaient limités, du fait de l'inadéquation des technologies, mais les athlètes ont rapidement appris à contourner le système. En 1983, les tests antidopage ont progressé considérablement grâce au net progrès des méthodes analytiques. Aujourd'hui, le dopage dans le sport a atteint un niveau de sophistication tel que les athlètes peuvent consommer des médicaments soit lors des compétitions ou des périodes d'entraînement uniquement, soit tout au long de l'année.

Ces dernières années, le dopage a fait de plus en plus souvent la une des médias. L'année 1998 a été caractérisée par une série d'affaires de dopage impliquant aussi bien des hommes que des femmes; les cas les plus retentissants ont été mis en lumière lors du Tour de France, avec la relégation de la prise de produits tels que I'EPO et les stéroïdes anabolisants. Ces affaires ont été largement médiatisées. Le vainqueur final du Tour te France 1998, l'Italien Marco Pantani, a été disqualifie du Tour d'Italie l'année suivante, les tests sanguins ayant révélé la présence d'EPO. Ces cas de dopage ont terni l'image du sport; ils ont roumi la preuve irréfutable de la généralisation de cette pratique et attiré l'attention du public sur la divergence des avis en la matière et tes mesures visant à réglementer cette question complexe.

1.3 Une question complexe

La réaction que suscite d'emblée le dopage dans le sport est certainement négative. Un sportif qui se dope pour améliorer ses performances est vite condamné. Toutefois, un examen attentif des circonstances qui entourent cette pratique et de la diversité des intervenante permet de se rendre compte qu'il est extrêmement difficile de porter un jugement immédiat ou de déterminer sur-le-champ les mesures à prendre.

La diversité des intervenants

La diversité des intervenants se trouve dans le proche entourage du sportif: l'entraîneur, le médecin sportif, le masseur, le nutritionniste, etc, ainsi que dans le cas des enfants et des adolescents, les parents. Dans un cercle plus large, figurent notamment le club sportif, la fédération, les organisations internationales, les sponsors, les conseillers qui gèrent les relations contractuelles entre les athlètes et les fédérations, les organisateur d'événements sportifs, des fabricants d'articles de sport, l'industrie pharmaceutique, les laboratoires, les médias, les autorités nationales chargées d'établir un cadre juridique, les juges, l'Etat, qui apporte un soutien à l'athlète, ainsi que le grand public, qui pratique le sport et assiste aux manifestations.

Exemples de problèmes résultant de la diversité des intervenants

Face à cette diversité d'acteurs et, partant, à la diversité des intérêts en jeu, le cadre juridique existant au niveau national et international dans le domaine du dopage laisse une grande marge d'interprétation pour ce qui est des instances habilitées à prendre les décisions. Ainsi, les règles différentes adoptées en matière de sanctions par les fédérations sportives internationales et les autorités compétentes nationales débouchent régulièrement sur des litiges, qui entraînent des périodes d'exclusion des compétitions pouvant aller de trois mois à deux ans,

Les fédérations ont toujours joué un rôle important dans la détermination des règles, la promotion des athlètes et la vente aux médias des droits relatifs aux manifestations sportives. Considérant que ce sont aussi les fédérations qui effectuent les contrôles antidopage et procèdent aux analyses, il est probable que des conflits d'intérêts se produisent.

En ce qui concerne les aspects scientifiques et médicaux du dopage, il est difficile de faire la différence entre l'administration de médicaments en vue de préserver la santé du sportif et la prescription des produits visant à améliorer ses résultats. La plupart des substances dopantes - selon leur dosage et leur interaction avec d'autres produits - sont considérées comme dangereuses pour la santé. Or, elles ne sont pas toutes mauvaises. Certaines doivent être administrées au sportif lorsque son état de santé l'exige, tout en étant considérées, dans le contexte du sport, comme des produits dopants et donc interdites par la loi. Le droit du sportif à un traitement médical pourrait donc être mis en péril,

Tous ces éléments ne doivent cependant pas masquer le fait que le sportif puisse aussi prendre valablement toute décision.

1.4. Aspects scientifiques et médicaux

Le dopage est étroitement lié à la science et à la médecine, Le développement rapide de nouveaux produits et technologies dans ces domaines a influencé le dopage dans le sport. En raison de l'augmentation continue et rapide du nombre de substances nouvelles des modifierions chimiques apportées aux plus anciennes et de l'apparition de nouveaux procédés de fabrication, il n'est pas possible de dresser une liste exhaustive des substances prohibées. De plus, le fait que les critères d'inclusion des composés soient parfois vagues ou peu concluants, ce qui tient au fait qu'il n'est pas possible de prévoir avec certitude les effets secondaires de ces substances et leurs diverses interactions, est également source d'ambiguïté sur le plan scientifique.

1.4.1 Agents dopants

On distingue différents types d'agents dopants selon leurs effets potentiels sur les performances durant les compositions ou à l'entraînement:

A les agents stimulants, qui améliorent le niveau de performance et préviennent la fatigue (par exemple, antidouleurs, analeptiques cardiorespiratoires et stimulants du système nerveux centrale;

B les substances agissant sur le métabolisme, qui augmentent la capacité musculaire (par exemple, les stéroïdes anabolisants, les inducteurs de testostérone, les hormones de croissance et autres stimulants hormonaux, les somatostatines qui inhibent la croissance normale, ainsi que les diurétiques, qui favorisent le processus d'élimination et permettent ainsi de dissimuler la présence d'autres substances)

C les substances ergogéniques, qui améliorent les performances (par exemple, l'érythropoïétine et les substances apparentées qui améliorent le transport de l'oxygène, les substances qui stimulent la reconstitution des stocks énergétiques ou agissent sur la vigilance corporelle).

L'évolution rapide des produits pharmaceutiques a, dans une certaine mesure, conduit à l'abandon de procédés admis utilisés pour faciliter le transport de l'oxygène, tels que l'entraînement en haute altitude.

Les technologies génétiques sont de plus en plus utilisées pour la production de composés hormonaux (tels que les facteurs de croissance humaine agissant spécifiquement sur les tissus) ou de protéines de synthèse (telles que l'érythropoïétine (EPO)). Le recours aux techniques génétiques moléculaires aux fins de la fabrication de produits pharmaceutiques mieux ciblés devrait connaître des progrès rapides, A l'avenir, les technologies génétiques pourraient aussi être appliquées au dépistage de combinaisons génétiques opportunes ou inopportunes chez les athlètes de haut niveau.

1.4.2. Les méthodes de détection

La preuve du dopage est apposée par la détection de substances prohibées ou de leurs métaboliser ou encore, de taux anormaux d'une substance endogène dans l'urine prélevée chez les athlètes. Les méthodes de dépistage analytique sont sensibles et perfectionnées, mais la qualité des laboratoires est variable. Il est possible d'empêcher la détection en diluant l'urine prélevée ou en dissimulant la présence de certains produits au moyen d'autres substances ou en programmant avec soin la prise de médicaments. Certains médicaments prohibés consommés lors de l'entraînement peuvent être impossibles à détecter lors de la compétition et pendant les tests, tout en continuant à produire les effets recherchés en termes de performances. D'autres permettent des dosages inférieurs aux taux décelables ou aux quantités qui sont interdites. D'autres, enfin, peuvent ne pas être autorisés par un pays ou une fédération seulement.

Les efforts en matière de contrôle et de réglementation du dopage dans le sport sont de plus en plus complexes. La recherche de médicaments au moyen de prélèvements sanguins donne des résultats plus précis; elle est toutefois plus onéreuse et nécessite un personnel spécialement formé à cet effet. Pour améliorer la fiabilité de la détection du dopage, il est nécessaire d'accroître la validité des prélèvements, à la fois par des contrôles réguliers et ponctuels et par des contrôles effectués durant les compétitions et les périodes l'entraînement. De plus, il est nécessaire de fixer des normes concernant les méthodes analytiques, les contrôles qualitatifs internes et les recoupements des résultats obtenus par les différents laboratoires.

1.4.3. Aspects liés à la santé: le sport et le dopage

On dispose de davantage d'études sur l'incidence bénéfique qu'a le sport, tant professionnel qu'amateur, sur l'espérance de vie et la diminution des risques de mortalité due notamment à l'hypertension, au diabète et aux maladies cardiaques.

Malgré ces effet bénéfiques, des décès accidentels et des blessures surviennent dans différentes disciplines sportives, que ce soit au niveau amateur ou au niveau professionnel. Ainsi, sur les 600.000 décès enregistrés chaque année en France, 1.500 seraient liés au sport,

En ce qui concerne le sport de haut niveau et ses conséquences à long terme, on constate des problèmes vasculaires, des pertes osseuses et certains effets tardifs liés à de fréquents microtraumatismes occasionnés aux membres et aux articulations. Les lésions crâniennes répétées que subissent les sportifs dans certaines disciplines peuvent entraîner une perte des capacités cognitives et un affaiblissement des fonctions mémorielles. Chez les jeunes athlètes, un entraînement intensif peut être à l'origine de troubles de la fertilité et de problèmes d'anorexie chez les femmes, même s'ils sont généralement réversibles.

Peu d'études systématiques ont été réalisées sur l'incidence sur la santé des agents dopants utilisés par les sportifs.

Néanmoins, la preuve toxicologique et pharmaceutique de la prise de médicaments, de même que les études de cas effectuées parmi les patients et les quelques études de cas connues réalisées auprès l'athlètes, montrent très nettement que cette pratique est associée à une dégradation de la santé, en particulier dans le cas des agents anabolisants, responsables de surdoses, d'utilisations prolongées et d'interactions avec d'autres médicaments. Il a été fait état d'effets secondaires, tels que des lésions du foie et des troubles de la reproduction, chez les patients ayant pris des stéroïdes anabolisants et androgènes; il y a donc lieu de soupçonner la présence d'effets similaires chez les athlètes. On a observé récemment une augmentation sensible du taux de mortalité précoce chez les haltérophiles de haut niveau, qui pourrait être liée à l'utilisation de stéroïdes anabolisants. Les troubles du comportement, la dépendance et les problèmes de santé mentale ont également été associés à la prise de ce type de stéroïdes et d'amphétamines.

1.5. Aspects juridiques

Toute tentative visant à coordonner les mesures de lutte contre le dopage au niveau international se heurte au fait que les réglementations en la matière diffèrent considérablement d'un pays à l'autre, comme le montre une comparaison, même générale, entre les États membres de l'Union européenne. Tous ces pays sont signataires de la Convention antidopage du Conseil de l'Europe; et leurs réglementations respectives dans ce domaine s'appuient souvent sur les dispositions arrêtées par le CIO. Et pourtant, ces réglementations - qu'elles consistent en des lois spécifiques sur le dopage dans le sport ou des lois de nature plus générale ayant trait aux médicaments - peuvent varier largement en ce qui concerne la nature des délits qu'elles définissent, les organismes compétents et les sanctions qu'elles prévoient. De plus, les règles relatives au dopage arrêtées par les associations sportives - en particulier au niveau international - peuvent ne pas correspondre a celles des instances nationales compétentes et/ou aux législations nationales.

1.5.1 A l'échelle internationale

Le Conseil de l'Europe

Le seul texte juridiquement contraignant au niveau international qui traite du dopage et le définit est la "Convention antidopage" du Conseil de l'Europe de 1989. Cette Convention est actuellement appliquée par 33 pays européens et a été ratifiée également par l'Australie et le Canada.

La Convention propose entre autres des actions visant à limiter le trafic de substances dopantes, à renforcer les tests antidopage et à améliorer les programmes de dépistage, à soutenir des programmes l'éducation et de sensibilisation et à garantir l'efficacité des sanctions imposées aux coupables.

Le Comité international olympique (CIO)

En juin 1988 a été adoptée, à l'initiative du CIO, la Charte olympique contre le dopage dans le sport, qui constitue le document de base auquel se réfère le CIO en matière de lutte antidopage.

Les activités de la Commission médicale du CIO s'appuient sur le Code médical. Celui-ci interdit le dopage, énumère les classes de substances prohibées et les méthodes interdites, impose aux concurrents l'obligation de se soumettre à des tests antidopage et à des examens médicaux, et fixe les sanctions applicables en cas d'infractions. De plus, le CIO a proposé de créer une agence antinationale de lutte antidopage dans le sport, qui doit entamer ses travaux avant les Jeux olympiques de Sydney en 2000.

1.5.2. A l'échelle communautaire

Le sport et les précédents juridiques

Au niveau de l'Union européenne, la Cour européenne de justice, même si elle n'a pas eu à connaître spécifiquement de cas de dopage, a rendu certains arrêts qui apportent des éclaircissements sur le statut juridique des sportifs. Dans l'affaire Bosman (1995), elle a établi que les footballeurs professionnels bénéficiaient du droit à la libre circulation des travailleurs conformément à l'article 48 du traité CE. Dans l'affaire Deliège (1999) également, la Cour a indiqué que la pratique d'un sport, même au niveau amateur, pouvait constituer une activité économique relevant des dispositions du traité relatives à la libre circulation des travailleurs.

Le sport et les jeunes

De plus, une directive (94/33/CE) du 22 juin 1994, relative à la protection des jeunes au travail traite, à l'article 5, des "activités culturelles et similaires", parmi lesquelles figurent les activités sportives des enfants et des adolescents. En vertu de cette directive, les États membres étaient tenus d'instaurer le 22 juin 1996 des procédures d'autorisation pour l'embauche des enfants en vue de se produire dans des activités de nature culturelle, artistique, sportive ou publicitaire. Ces procédures doivent être mises en œuvre dans le respect des conditions suivantes: les activités ne doivent pas être susceptibles de porter préjudice i) à la sécurité, à la santé ou au développement tes enfants ni (ii) à leur assiduité scolaire et à leur participation à des programmes d'orientation ou de formation professionnelle.

Le dopage

En ce qui concerne les actions de lutte antidopage, le Conseil européen réuni à Vienne en décembre 1998 a, dans ses conclusions, invité les Etats membres à examiner avec la Commission et avec les instances sportives internationales les mesures qui pourraient être prises pour intensifier la lutte contre ce fléau, notamment par une meilleure coordination des mesures nationales existantes.

En 1999, la Commission a examiné les mesures à prendre pour lutter contre le dopage dans le sport en vue de soumettre au Conseil européen d'Helsinki de décembre 1999 un rapport sur la politique communautaire dans le domaine du sport, notamment du dopage.

Le Parlement européen s'est lui aussi penché sur la question et a adopté en décembre 1998 une "Résolution sur les mesures urgentes à prendre contre le dopage dans le sport".

1.5.3 Les États membres de l'Union européenne

Législations

On peut distinguer en gros deux groupes d'États membres en fonction de la manière dont ils abordent le dopage dans leur législation. Les premiers (i) appliquent des lois spécifiques relatives au dopage, tandis que les seconds (ii) possèdent tes réglementations à caractère général qui ont trait à l'usage de médicaments ayant une incidence sur le dopage,

(i) La Belgique, le Danemark, la France, la Grèce, l'Italie, le Portugal, l'Espagne et la Suède ont adopté des lois spécifiques. Celles-ci interdisent explicitement le dopage dans le sport et axent diverses mesures de prévention et/ou sanctions.

(ii) D'autres pays appliquent des lois de portée générale concevant la consommation de médicaments ayant une incidence sur le dopage. Tel est le cas de l'Autriche, de la Finlande, de l'Allemagne, de l'Irlande, du Luxembourg, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Il s'agit souvent de réglementations portant sur la médication, l'abus de médicaments, l'importation et l'exportation ou le trafic des substances faisant l'objet de contrôles, ainsi que de dispositions du code pénal.

En Irlande, la loi relative à l'usage abusif des médicaments est actuellement en cours de révision et va être étendue au dopage.

Organes de lutte antidopage

Tous les pays ont créé des organes de lutte antidopage (comités, conseils, etc.), composés pour la plupart de représentants d'organisations gouvernementales et de membres de la communauté sportive.

Ces comités ont notamment pour mission de rendre des avis sur tout problème lié au dopage, de réaliser des tests antidopage et d'en analyser les résultats, de coordonner les actions visant à prévenir, à contrôler et à sanctionner l'usage de substances prohibées, d'informer et d'encourager la réalisation de recherches dans ce domaine.

Sanctions

La plupart des États membres de l'Union européenne ne prévoient aucune sanction pénale spécifique en cas de dopage. Les fédérations sportives ou l'autorité compétente en matière de lutte antidopage peuvent appliquer des sanctions sportives ou administratives (comme la suspension, l'exclusion ou l'imposition d'amendes). Tant les fédérations que les athlètes peuvent faire l'objet de sanctions administratives en cas de non-respect des règles antidopage. Des sanctions pénales sont toutefois possibles, dans la mesure où le dopage est couvert par une législation générale relative aux médicaments (c'est le cas, par exemple, de l'importation et du trafic).

Dans deux États membres (Ia France et l'Italie), il existe une loi prévoyant l'application de sanctions pénales (telles que l'emprisonnement) pour les personnes jugées coupables d'avoir pratiqué, encouragé ou facilité le dopage (médecins sportifs, par exemple).

Deux autres États membres (Ia Belgique et la Grèce) ont arrêté une loi qui prévoit des sanctions pénales pour les athlètes convaincus de dopage.

1.5.4 La communauté sportive

Les activités sportives ont toujours été réglementées par la communauté sportive, à savoir les fédérations internationales et les fédérations nationales, qui regroupent en leur sein les associations régionales et les clubs sportifs. Ces règles prévoyaient aussi des actions visant à combattre le dopage, telles que la réalisation de tests antidopage et la détermination de sanctions. Toutefois, les règles appliquées par les fédérations nationales -qui peuvent s'appuyer sur la législation nationale, sur les exigences des instances compétentes en matière de lutte antidopage ou sur les règles idées par les Comités olympiques nationaux- peuvent ne pas correspondre nécessairement à celles adoptées par la fédération internationale de la même discipline sportive. Il est donc difficile, dans certains cas, de déterminer les règles applicables.

1.6. Le réseau des intervenante - Aspects internes

L'athlète s'entoure d'une équipe pouvant comprendre un entraîneur, un médecin, un masseur, un nutritionniste et/ou d'autres spécialistes. Compte tenu des longues heures qu'il passe à s'entraîner, de son mode de vie particulier et du fait qu'il se trouve souvent loin de chez lui, cette équipe peut se substituer à sa famille, à son partenaire et à ses amis.

L'entraîneur joue un rôle crucial dans le bien-être physique et psychologique de l'athlète. Il coordonne et supervise les interactions au sein de l'équipe et a pour mission d'amener le sportif à réaliser des performances optimales. C'est lui qui fixe ses horaires et son type d'entraînement; c'est lui également qui doit le motiver et l'aider à avoir confiance en lui-même,

Le médecin sportif de l'équipe s'occupe de la santé physique et psychologique de l'athlète, au mieux des intérêts de celui-ci, et l'aide ainsi à réaliser les meilleur résultats possibles. Toutefois, le rôle du médecin dans le contexte du dopage sportif a, récemment surtout, été remis en question, un aspect essentiel du débat portant sur le point de savoir si l'amélioration des performances doit primer la santé de l'athlète.

L'influence éventuelle de l'entraîneur, du médecin ou de tout autre membre de l'équipe sportive est plus importante encore lorsqu'il s'agit d'enfants ou d'adolescents. Les longues heures quotidiennes d'entraînement auxquelles sont soumis les jeunes sportifs de haut niveau compromettent leur scolarisation et/ou leur développement d'un point de vue social. Ils quittent très tôt le monde de l'enfance et sont confrontés à la discipline, à l'ambition -de leurs parents, souvent -, ainsi qu'à la douleur physique et psychologique. L'activité sportive proprement dite ou tout médicament pris durant cette période peuvent entraîner des lésions permanentes.

Les parents et les membres de l'équipe sportive ont donc un rôle clé à jouer: ils doivent veiller à ce que les enfants et les adolescents s'en remettent à eux et leur permettent ainsi d'agir au mieux de leurs intérêts et de les protéger contre les abus.

1.7. Le réseau des intervenants - Aspects externes

Le sportif se trouve au centre, non seulement d'un réseau interne d'intervenants, mais également d'un cercle beaucoup plus large, comprenant tous les groupes qui investissent dans sa personne ou dans le sport en général. Parmi ces acteurs externes figurent les sponsors, les clubs, les fédérations sportives, les médias (en particulier télévisuels), les spectateurs, les gouvernements, et même les nations. Tous ces groupes ont, par définition, intérêt à ce qu'il améliore sans cesse ses performances.

Le sport moderne est une véritable industrie, qui génère des sommes considérables. Les intérêts des acteurs externes sont souvent de nature économique. Le sportif peut retirer un avantage financier de ces intervenants externes, non seulement par le biais du parrainage ou des sources de financement du sport, mais également, par exemple, grâce aux salaires versés par les clubs ou aux prix en espèces offerts par les organisateurs de tournois - salaires et prix qui peuvent eux-mêmes être inondés, en partie du moins, par les droits de retransmission télévisuelle ou le parrainage.

Le sportif se trouve donc au centre d'un réseau d'intervenants. Ceux-ci exercent sur lui des pressions importantes pour qu'il réponde à leurs attentes, ce qui peut provoquer des conflits d'intérêt - entre, par exemple, l'objectif des fédérations, qui est d'améliorer les performances du sportif, et l'obligation de préserver la santé te celui-ci.

1.8. Aspects du débat public sur la "lutte contre le dopage"

Récemment, un vaste débat a agité l'opinion publique à propos du dopage dans le sport. Si la notion de dopage est automatiquement perçue de manière négative, elle n'en est pas moins ambiguë et elle n'est pas définie de manière précise, que ce soit sur le plan éthique ou juridique. Les définitions axées notamment sur les atteintes à la santé provoquées par le dopage, son caractère non naturel et le fait qu'il fausse la compétition, sont insuffisantes compte tenu de la complexité du problème.

Par ailleurs, il n'existe pas non plus de définition neutre du dopage qui soit convaincante. Il n'est donc pas possible de faire la distinction entre le bon et le mauvais dopage. Les définitions ne sont pas innocentes. Elles sont souvent influencées par des intentions stratégiques. Si la volonté politique, la capacité juridique et la motivation éthique existent pour supprimer ou limiter le dopage dans le sport, celui-ci est considéré comme un "abus" du fait de sa connotation négative aux yeux te la société. Encore faut-il préciser ce qui constitue une "pratique abusives. Ce n'est qu'alors que la "lutte contre le dopage" sera Iegitimée, sur un plan non seulement intuitif mais aussi rationnel.

Certains mettent publiquement en doute les préjudices causés par le dopage, ainsi que les arguments invoqués à son encontre. Voici quelques-unes des interrogations et observations généralement formulées:

- Le dopage est-il réellement préjudiciable à la santé?

- Se différencie-t-il vraiment d'autres méthodes utilisées pour combattre la fatigue physique, réduire le temps de récupération, améliorer la performance et créer un potentiel de compétition?

- Étant tonné qu'aujourd'hui, le recours au dopage intervient non seulement lors d'événements sportifs mais aussi pendant tout l'entraînement, à partir de quel moment y a-t-il pratique déloyale ou tricherie?

- Jusqu'à, la lutte contre le dopage s'est avérée inefficace.

- Comme chacun peut disposer librement de son corps, la charge de la preuve incombe à ceux qui prétendent que le dopage constitue une pratique abusive.

- Ne serait-il pas préférable de préparer les intéressés en leur apprenant à prendre des décisions responsables?

- Le droit à l'autonomie ne prime-t-il pas le droit à la protection par les gouvernements ou par des organisations?

Par ailleurs, il existe des arguments qui reposent sur des préoccupations d'intérêt public, par exemple:

- les participants et le public sont en droit d'attendre lue le sport soit "propre";

- les sportifs qui pratiquent la compétition de façon loyale sont soupçonnés comme les autres et sont donc victimes d'une discrimination. Il existe peu de structures de participation leur permettant de se défendre;

- les enfants et les jeunes sont aisément exploités et manipulés;

- la situation se complique de plus en plus: on met au point de nouvelles méthodes de dopage qui sont difficilement detectables et très efficaces (neurotransmetteurs, greffes de cellules souches, atteintes génétiques);

- c'est l'offre de dopage qui détermine la demande;

- la compétition entre athlètes devient une imposture. Elle masque d'autres formes te compétition, motivées celles-là par des intérêts scientifiques, économiques ou idéologiques;

- le corps perd son individualité, son autonomie et même son identité sexuelle, car il est soumis à des intérims liés à la recherche du succès et à son exploitation.

Il semble y avoir, dans ce domaine, plus de questions que de réponses.

1.9. Aspects éthiques

Il est clair, malgré la complexité du phénomène du dopage, que la problématique se ramène à deux questions essentielles, à savoir la protection de la santé et l'amélioration de la performance par des moyens déloyaux. L'une et l'autre, la santé et la loyauté, doivent être considérées à la lumière d'autres valeurs, avec lesquelles elles sont parfois en contradiction, telles que le droit à l'autonomie, en vertu duquel l'athlète peut disposer de son corps comme il l'entend.

Cependant, il existe deux arguments éthiques convaincants qu'il convient d'envisager de plusieurs points de vue:

- l'argument du contrat:

Selon celui-ci, pour participer aux compétitions et s'entraîner, le sportif a passé un contrat avec une organisation sportive, qui le contraint à respecter semaines règles. Il sait qu'il existe des listes de substances prohibées. Il connaît également les sanctions applicables en cas de violation de ce contrat.

- l'argument du contrat social:

Le contrat que passe chaque sportif avec son organisation sportive a une dimension sociale plus large, dans la mesure où, aux yeux de la société, le sport véhicule certaines valeurs sociales et culturelles telles que la santé, la forme physique, la joie de vivre, le dépassement de ses propres limites, la victoire, la discipline, l'esprit d'équipe et l'entraînement.

Outre le monde sportif proprement dit, les parrains, les entreprises et les médias sont également, dans une certaine mesure, parties à ce contrat social, dont ils dépendent jour la réalisation de leurs propres objectifs. Les sponsors et les médias exercent des pressions considérables sur les athlètes pour qu'ils améliorent leurs performances, ce qui encourage le dopage. En revanche, ils sont tributaires de la préservation de l'image de loyauté dans le sport.

LE GROUPE EMET L'AVIS SUIVANT

LE CONTEXTE DU SPORT MODERNE

2.1. Transformations de l'activité sportive et valeurs liées au sport

Il est urgent, dans le cadre des politiques sportives, de mieux tenir compte des profonds changements qui ont eu lieu au cours de ce siècle en raison de l'impact économique et médiatique croissant du sport à l'échelle mondiale. Ces facteurs ont favorisé la médicalisation et le recours aux technologies de pointe dans le sport ainsi que le développement des industries qui lui sont connexes. Ceci explique que des pressions de plus en plus fortes pesant sur les athlètes. C'est pourquoi, il importe de restituer la lutte antidopage dans le contexte actuel en prenant acte qu'aujourd'hui, la performance et la victoire sont ressenties comme biens plus importantes que le seul fait te participer à une compétition.

Face à cette situation, le Groupe entend mettre l'accent sur la tension qui existe entre la lutte antidopage et la recherche de performances toujours à dépasser.

DEFINITIONS

2.2. Posée de l'avis

Le présent avis s'applique directement au sport de compétition professionnel et non professionnel de compétition. Il vise aussi le sport amateur, dont la frontière avec le sport professionnel est en effet de plus en plus floue. L'avis concerne aussi, mais indirectement, la pratique du "sport pour tous".

2.3. Définir le dopage dans le sport

Aux fins du présent avis, le Groupe propose de définir le dopage comme étant "l'utilisation, en vue de l'amélioration des performances sportives, de substances, dosages ou méthodes interdits principalement pour leurs effets potentiellement néfastes sur la santé des sportifs, et qui sont par ailleurs de nature à mettre en péril les principes communément acceptés de loyauté dans le sport (fair play)".

APPROCHE ETHIQUE

2.4. Approche éthique du dopage dans le sport

Les attentes de la société vis à vis du sport ne se réduisent pas à la seule recherche de la performance et de gains financiers élevés pour les sportifs, les associations sportives et les médias. Même professionnel ou semi-professionnel, le sport se réfère à des valeurs éthiques, notamment celle du "fair play". Il s'appuie également sur un "contrat" entre le mouvement sportif et la société qui permet de considérer le sport comme une activité d'utilité sociale revêtant une valeur culturelle en soi.

2.5. Principes éthiques fondamentaux européens que la lutte contre le dopage met en jeu

Les mesures prises au niveau de l'Union Européenne pour prévenir et réprimer le dopage dans le sport doivent s'inscrire dans une perspective te santé publique et de promotion de la santé des athlètes et prendre en considération les principes éthiques suivants:

- La protection de la santé des citoyens européens, parmi lesquels agirent les athlètes,

- Les exigences d'intégrité et de transparence qui imposent de lutter contre la tricherie dans le sport,

- La protection des personnes vulnérables, spécialement les enfants,

- La dignité des sportifs qui implique de les mettre à l'abri de toutes formes d'exploitation,

2.6. Droits et obligations des sportifs

Les principaux droits et obligations des sportifs à la base de l'éthique du sport sont les suivants:

- L'autonomie qui suppose le droit à la libre disposition par l'individu de son corps.

- Le droit du sportif à l'information sur les substances et les méthodes utilisées pour son entraînement et les compétitions, et les risques qui y sont attachés.

- Le droit/obligation de participer à des compétitions sur une base de loyauté (fair play) et dans le respect de l'agilité d'accès des athlètes concernés.

- Le droit des sportifs d'être protégés contre tout type d'exploitation liée aux intérêts économiques en jeu, qui est susceptible d'altérer leur autonomie.

- La participation active dans la mise en pratique des règles éthiques dans le sport.

- La participation des sportifs aux processus décisionnels concernant leurs différentes disciplines, leur permettant de rester informés sur les risques, avantages et modalités de la médicalisation du sport, ainsi lue sur les règles concernant les contrôles antidopage et les et les sanctions dont ils sont assortis.

2.7. Droits et obligations partagés entre les associations sportives et les athlètes

Les droits afférents à la pratique d'un sport sont assortis de certaines obligations. Parmi celles-ci figure le respect loyal des règles mixtes. La loyauté implique non seulement que tous les sportifs comprennent et respectent ces règles, reconnues par le mouvement sportif, mais également que les associations sportives (fédérations régionales, nationales et internationales et clubs) garantissent les conditions permettant aux intéressés de les respecter.

Les associations sportives de tous les niveaux - y compris par conséquent les fédérations internationales et le Comité international olympique (CIO) - devraient activement promouvoir l'éthique dans le sport, étant donné le pouvoir et les ressources financières dont elles disposent. Il leur incombe d'informer les sportifs, selon les disciplines, sur les substances et les méthodes employées dans le cadre d'entraînement et des compétitions ainsi que sur les risques qui y sont attachés.

Le droit des sportifs à cette information et l'obligation pour les deux parties de respecter les règles antidopage devraient figurer dans les contrats des sportifs. Il devrait etre clair que les deux parties encourent des sanctions.

APPROCHE RELATIVE A LA SANTE ET A L'ETHIQUE MEDICALE

2.8. Médecine sportive et éthique

La médicalisation du sport confère des responsabilités spécifiques à l'ensemble des intervenants médicaux et paramédicaux (médecins, entraîneurs, masseurs, psychologues, pharmaciens, etc), compte tenu de l'influence considérable qu'ils exercent sur les sportifs.

S'il est généralement admis que le médecin sportif n'a pas seulement un rôle préventif et/ou curatif, il n'en reste pas moins tenu au respect scrupuleux des principes éthiques de la médecine relatifs en particulier à son obligation de protéger la santé du sportif.

Partout et surtout dans les États membres qui ne reconnaissent pas la médecine du sport en tant que spécialité, comme c'est le cas dans quatre États (Autriche, Finlande, Italie, Portugal), l'Union européenne devrait encourager des formations plus poussées en médecine sportive dans le cadre de la formation médicale générale.

L'Union Européenne devrait également inciter les États membres, notamment financièrement, à organiser des campagnes de sensibilisation aux problèmes médicaux et de santé des sportifs, dans les établissements scolaires.

Enfin, l'Union devrait encourager une concertation entre toutes les parties intéressées, en particulier les organisations de praticiens directement associés au mouvement sportif, dans le but de promouvoir l'élaboration d'un 'code de bonne conduite' de la médecine du sport.

2.9. Prévention du dopage et surveillance des soins dispensés

La lutte contre le dopage ne saurait être exclusivement fondée sur la répression. Sa réussite dépend de l'implication de toutes les parties intéressées dont les efforts conjoints sont nécessaires à combat et à la promotion de la santé des sportifs. Telle est l'approche adéquate comme en témoignent en effet les difficultés auxquelles s'est heurté jusqu'à le mouvement sportif dans ses tentatives de lutte antidopage.

Il convient donc de mettre avant tout l'accent sur la santé du sportif et la nécessité de lui assurer une surveillance médicale appropriée. Le Groupe recommande, à cet effet, de créer un service spécialisé d'aide médicale et psychologique gratuit, accompagné d'un support d'information, qui serait ouvert aux sportifs sur une base volontaire. Ce système permettrait aux intéressés de faire contrôler leur état de santé lorsqu'ils le jugeraient nécessaire.

L'Agence européenne du Médicament devrait être associée à l'évaluation des effets des produits dopants sur la santé tant physique que psychologique des sportifs. L'Agence devrait aussi être impliquée dans la mise en place des dispositifs de pharmacovigilance, directement accessibles sur Internet, concernant les médicaments susceptibles d'avoir des effets dopants.

Une attention particulière devrait être portée aux nouveaux médicaments, notamment ceux issus du génie génétique qui, utilisés comme produits dopants, sont sensiblement plus difficiles à détecter que d'autres substances plus anciennes.

En outre, des dispositions spécifiques sur la protection des athlètes, en tant que travailleurs exposés à des risques professionnels particuliers, devraient être insérées dans les textes communautaires relatifs à la santé et à la sécurité des travailleurs.

2.10. Les personnes vulnérables

Compte tenu du nombre croissant d'enfants et d'adolescents qui s'adonnent au sport en recevant un entraînement sportif de haut niveau, et qui subissent de ce fait des pressions, il est impératif de renforcer les mesures de protection permettant de préserver leur santé et de sauvegarder leur autonomie.

Enfants et adolescents sont particulièrement vulnérables aux manipulations et à l'exploitation dont ils peuvent faire l'objet, notamment en matière de dopage. La tension psychologique, un entraînement long et intensif de même que les contraintes imposées par les contrats de parrainage font que pour ces jeunes la pratique du sport est assimilable à un travail. Aussi, dans ce cas, la pratique du sport de haut niveau devrait-elle être régie par des règles protectrices similaires à celles applicable aux enfants qui travaillent. Ces règles doivent être définies par référence à la Convention susvisée tes Nations-Unies de 1990 sur les droits de l'enfant et à la Directive de 1994 susvisée sur la protection des jeunes au travail.

En dehors de la protection dont ils doivent faire l'objet comme enfants et adolescents 'au travail', ces jeunes doivent être pleinement informés des risques et dangers liés à l'exercice de leur discipline sportive de manière à être rendus aptes à prendre par eux-mêmes les décisions qu'ils souhaitent. Dans cette optique, les fédérations ont un devoir particulier quant à l'information dont les parents doivent disposer sur les risques et dangers encourus par leurs enfants.

Il importe de manière générale de favoriser la responsabilisation des parents des jeunes sportifs, tant du point de vue de la protection de la santé de leurs enfants, que de leur devoir d'aider au développement de leur autonomie et à leur épanouissement personnel.

Une directive sur la protection des enfants et des adolescents dans le sport devrait être élaborée, notamment en vue de préciser les mesures de protection de ceux qui se destinent au sport professionnel ou semi-professionnel.

CONTROLE DU DOPAGE

2.11. Approches qualitative et quantitative du dopage

Se borner à l'établissement d'une liste de produits dopant interdits, quelle que soit la discipline sportive concernée, et définir sur cette seule base ce qui constitue une pratique de dopage, n'est pas suffisant dans l'optique de santé publique à retenir. Aussi, le Groupe préconise-t-il une approche plus scientifique, tenant compte non seulement de la nature de substances en cause, mais également des doses utilisées et de l'association de substances dont l'interaction peut nuire à la santé tes athlètes. Cette approche implique cependant une actualisation permanente des connaissances scientifiques.

Il conviendrait dans cet esprit de mettre en place au niveau de l'Union un 'laboratoire de référence' qui jouerait un rôle de coordination d'un réseau européen de laboratoires dûment agrées pour opérer des contrôles antidopage.

Dans la perspective d'un élargissement des compétences de l'Agence européenne du Médicament, le Groupe recommande d'attribuer à terme à cet organisme le soin d'établir et de publier des informations sur les produits pharmaceutiques qui, bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché européen, sont néanmoins susceptibles d'être utilisés pour améliorer les performances individuelles et donc pour le dopage.

2.12. Le contrôle du dopage et le principe de la séparation des fonctions

Sans remettre en cause l'autonomie des associations sportives, il importe de respecter le principe de 'séparation des fonctions' dans la mise en œuvre de mesures antidopage, de manière à éviter les conflits d'intérêts liés au fait qu'un même organisme est à la fois juge et partie.

Conformément à ce principe, les associations sportives ne doivent pas être les seules à contrôler les pratiques de dopage. D'une part, ces contrôles s'avèrent insuffisants dans la mesure où ils sont essentiellement limités à la période des compétitions. D'autre part, il peut sembler paradoxal que les fédérations, dont l'objectif est d'obtenir les meilleurs résultats sportifs, aient à sanctionner des pratiques ayant précisément pour finalité le dépassement continu des performances de leurs sportifs.

Il est dès lors indispensable de prévoir un système de contrôle externe et indépendant qui puisse permettre des contrôles inopinés, pendant aussi bien qu'en dehors des compétitions.

2.13. Le contrôle du dopage et la coopération policière et judiciaire

La coopération policière et judiciaire, prévue au titre du 'troisième pilier' du traité sur l'Union Européenne, devrait s'appliquer à la lutte antidopage.

Dès à présent, le Groupe horizontal de la Commission sur la lutte antidopage devrait voir son mandat élargi aux questions interdisant la consommation de drogues dans le sport.

Une attention particulière doit être portée à l'utilisation d'Intemet comme moyen d'alimenter le trafic de drogue dans un but de dopage dans le sport.

L'AGENCE MONDIALE

2.14. Une Agence internationale pour combattre le dopage dans le sport

Le projet, initié par le CIO, d'une Agence internationale antidopage répond à la nécessité de garantir une dimension externe et indépendante à la lutte contre ce type de pratique.

Toutefois, le succès d'une telle agence est subordonné à certaines conditions, indispensables pour assurer sa crédibilité et son efficacité.

Ces conditions sont les suivantes:

- Un statut d'indépendance: Pour garantir l'indépendance de l'agence, les représentants du mouvement sportif, y compris les sportifs eux-mêmes, ne soient pas majoritaires dans ses instances dirigeantes. Les délégués des instances publiques devraient quant à eux représenter au moins la moitié des membres et des dirigeants de cette agence.

- Transparence et responsabilité: Les activités de l'agence devraient rester aussi transparentes que possible, notamment grâce à la publication d'un rapport annuel, à la participation des ONG à certains de leurs travaux et à la transparence de leurs modes de financement et de leurs processus délibératifs.

- Autorité de l'Agence: S'il n'est pas envisagé de donner à l'Agence un pouvoir démissionnaire, celle-ci devrait malgré tout être à même, dans le cas où aucune organisation internationale n'exercerait de rôle prééminent dans le même domaine, de bénéficier, avant de formuler des recommandations, du concours des plus hautes autorités, tant au sein du monde sportif qu'en dehors.

- La neutralité et le rôle de conciliation: Le statut de l'agence doit clairement définir ses missions de façon à éviter les conflits de compétence avec d'autres organismes tels que le CIO, I'OMS ou l'Union Européenne, par exemple. Il importe par ailleurs de souligner le rôle important qu'est susceptible de jouer l'agence comme instance de conciliation entre fédérations et sportifs.

- Compétence: L'agence devrait pouvoir recourir à des experts de haut niveau dans les domaines scientifique et éthique, appartenant ou non au monde sportif. Elle devrait aussi être encouragée à collaborer avec l'Agence européenne du Médicament.

- La promotion d'une éthique sportive: En dehors de la réalisation d'études sur le dopage et la santé des sportifs, l'agence devrait comporter en son sein un département d'éthique de caractère indépendant, pluraliste et pluridisciplinaire qu'elle pourrait consulter le cas échéant à la demande d'un Etat. Elle devrait en outre attribuer des aides financières à la réalisation de recherches en éthique du sport.

Par ailleurs, le Groupe estime que le titre retenu d'une agence "antidopage" a une connotation négative et masque en outre la complexité réelle de la question. C'est pourquoi il lui semblerait préférable de donner à l'agence une autre dénomination, telle que par exemple celle d'agence "pour la santé et la sécurité des athlètes"

Comme indiqué ci-dessus, l'agence devrait publier chaque année un "Rapport mondial sur la santé et la sécurité des sportifs"

EDUCATION ET RECHERCHE

2.15. Recherche

Le Groupe tient à insister sur la nécessité d'encourager les recherches épidémiologiques sur l'incidence du sport sur la santé, ainsi que d'études de suivi, en particulier à long terme, sur les effets de la médicalisation du sport et ses abus éventuels.

Des recherches sur les méthodes de détection des produits dopants devraient également être promues.

Il devrait en être de même des recherches en sciences humaines incluant les aspects sociologiques, éthiques et juridiques du sport en liaison avec la commercialisation et la médicalisation accrue des pratiques sportives.

Ces différents types de recherche devraient ménétrier de financements communautaires par le moyen de programmes cadres de recherche.

2.16. Sensibilisation aux problèmes du dopage dans le sport

Afin de sensibiliser le public, notamment les jeunes, aux problèmes du dopage et de la santé des sportifs, des conférences de consensus devraient être organisées en coopération avec les associations sportives et les institutions scolaires.

Le monde enseignant, suivant des modalités propres à chaque pays, devrait également être davantage sensibilisé à ces questions tant du point de vue éthique qu'au niveau de l'enseignement proprement dit du sport.

FINANCEMENT

2.17. Financement des mesures antidopage

Les collectivités publiques consacrent des sommes considérables en faveur du sport. Les activités sportives génèrent quant à elles globalement d'énormes droits. Par conséquent, il paraît justifié au plan éthique que ces bénéfices contribuent de manière substantielle aux efforts consentis pour lutter contre le dopage et pour protéger la santé et la sécurité des sportifs.

CODE DE BONNE CONDUITE

Une conférence européenne sur le dopage dans le sport devrait être organisée par l'Union Européenne, en liaison avec le Conseil de l'Europe, dont l'objectif serait d'amener les participants (sportifs, mouvements sportifs, États, institutions européennes, organisations professionnelles de médecins, représentants de l'industrie pharmaceutique, organisations représentatives de la jeunesse et des familles, médias notamment audiovisuels...) à s'entendre sur une Déclaration commune faisant office de 'code européen de bonne conduite dans le sport'.

Le Groupe Européen d'Ethique des Sciences et des Nouvelles Technologies:

Les membres: Paula Martinho da Silva, Anne McLaren, Marja Sorsa, Ina Wagner, Göran Hermeren, Gilbert Hottois, Dietmar Mieth, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Peter Whittaker

La présidente: Noëlle Lenoir


Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002