Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados  Versión PDF 

Ethical Aspects of Research Involving the Use of Human Embryo in the Context of the 5th Framework Programme


Creación: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Fuente: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: Comunidades Europeas
Traducción castellana: No
Fecha: 11 de septiembre de 1998
Comprobado el 11 de marzo de 2003

 


Ethical Aspects of Research Involving the Use of Human Embryo in the Context of the 5th Framework Programme

Reference: Opinion requested by the European Commission on 11 September 1998

Rapporteurs: Dr. Anne McLaren, Ms Paula Martinho Da Silva, Prof. Egbert Schroten

The European Group on Ethics in Science and New Technologies (EGE),

Having regard to the request for an Opinion by the European Commission of 11 September 1998 on amendment N°36 tabled by the European Parliament which proposes to exclude from Community funding research projects that "result in the destruction of human embryos", in the context of deciding on the 5th Framework Programme,

Having regard to the Treaty on European Union as amended by the Treaty of Amsterdam to be ratified, and in particular Article 6 (formerly Article F) of the common provisions concerning the respect for fundamental rights, and the Articles 163-173 (formerly Articles 130f-130p) on research and technological development,

Having regard to the proposal for a European Parliament and Council Decision concerning the Fifth Framework Programme of the European Community for Research, Technological Development and Demonstration Activities (1998 - 2002) of 30 April 1997, and in particular Article 6 concerning compliance with fundamental ethical principles, and footnote 2 of Annex II on Scientific and Technical objectives concerning ethical requirements,

Having regard to the Common Position of the Council of Ministers of 23 March 1998 and the second reading of the European Parliament of 17 June 1998, concerning the above mentioned proposal for a Fifth Framework Programme,

Having regard to the proposal for a Council Decision concerning a specific programme for research, technological development and demonstration on "Quality of life and management of living resources" of 10 June 1998, and in particular footnote 8 on ethical requirements,

Having regard to Directive 98/44/EC of 6 July 1998 on the legal protection of biotechnological inventions, in particular Article 6, Having regard to the Resolutions of the European Parliament namely the Resolution on the ethical and legal problems of genetic engineering, and the Resolution on artificial insemination in vivo and in vitro, both of 16 March 1989,

Having regard to the Council of Europe Convention on Human Rights and Biomedicine signed on 4 April 1997, and the additional protocol to the Convention on the prohibition of cloning human beings signed on 12 January 1998,

Having regard to the Universal Declaration on the Human Genome and Human Rights adopted by the General Conference of UNESCO on 11 November,

Having regard to national regulations and opinions expressed by national ethical bodies within the European Union on the use of embryonic tissues,

Having regard to the report of the HER working party (Human Embryo Research) (1993) set up by the European Commission,

Having regard to the hearing held on 3 November 1998 by the EGE, with experts, representatives of the European Institutions and of interest groups (health, consumers, industry, religions),

Having heard the rapporteurs.

1. Whereas

SCIENTIFIC BACKGROUND

1.1 The first baby to be conceived by in vitro fertilisation (IVF) outside the mother's body was not born until 1978 in the UK, research on human gametes and embryos donated by infertile couples had been carried out for the previous 10 years. During this period there were no specific regulations concerning human embryo research.

Different objectives of human embryo research

1.2 Nowadays, human embryo research in which the embryo does not survive is permitted

in several Member States, in particular with the applied objectives of alleviating infertility in the couple or diagnosing serious genetic or chromosomal defects in the embryo.

1.3 Some Member States only allow an IVF embryo to be used for research if the research is intended for the benefit of that particular embryo, and if the embryo is subsequently replaced in the uterus. If there existed the possibility that procedures might damage the embryo, this type of experimentation conducted on the embryo in vitro fetus in vivo or the mother, is generally judged as being unethical. In practice therefore, the procedures used in this so-called "therapeutic research" are very limited. For the purposes of this Opinion, we confine the use of the term "research" to experiments on embryos which are not intended for transfer to the uterus, and which do not survive.

1.4 In other Member States, where research is authorised, research that is not for the benefit of the particular embryo may be permitted under licence. Most of this licensed research is aimed at either improving the success rate and the safety of IVF as treatment for infertility, and investigating the causes of infertility and miscarriage.

1.5 Other research projects are concerned with the diagnosis of genetic or chromosomal defects. Some Member States also allow human embryo research for the purpose of increasing knowledge of human development.

Common rules on reserach in Europe

1.6 In the Member States where embryo research is allowed, regulations normally require that any embryos used for research must not be implanted in the uterus, nor may they be cultured in vitro for longer than 14 days after fertilisation, a stage that in normal development would mark the end of the implantation process and the last stage at which twinning could occur. Most research projects involve culturing the embryos for a few days only.

Research on supernumerary embryos

1.7 In most cases, couples undergoing IVF treatment may have embryos that are in excess of the number that can safely be transferred to the woman's uterus, so-called supernumerary embryos. The couple may decide to store these for their own future use, if cryopreservation is an option, or they may donate them to other couples, or they may donate them for research, or they may decide to let them perish. These supernumerary embryos are the main source of embryos contributing to research projects.

These projects have a number of different aims.

1.8 One objective is to increase the "take-home baby" rate after IVF.

The possible beneficial effect of enriching the culture medium with additives (such as growth factors), or culturing them together with supporting cells from the reproductive tract, can be assessed by continuing to grow the supernumerary embryos for a few days longer in vitro. The normality of the cultured embryos can then be assessed by biochemical studies or chromosomal analysis.

Another objective is concerned with identifying features of the cultured embryos that might have predictive value for subsequent developmental potential. Research on supernumerary embryos has also led to the development of safe and reliable procedures for freezing embryos (cryopreservation), so that women/couples may increase the chances of achieving a successful pregnancy by choosing to have any supernumerary embryos transferred to the uterus at a later stage. These cryopreservation methods, developed by the use of human embryo research, are now routinely used in clinical practice of most Member States, and enhance the success rate of IVF.

1.9 Different research projects on supernumerary embryos have been carried out to establish the safety for embryo development of removing one or more cells during embryo cleavage for the diagnosis of serious genetic or chromosomal disorders. This technique of preimplantation genetic diagnosis is now used throughout the world.

New methods of using enzymes or other gene products to diagnose genetic diseases, and more efficient methods to identify aberrant chromosome constitutions, and to circumvent the problems of chromosomal mosaicism, are under investigation.

1.10 Other research projects on supernumerary embryos is carried out in order to produce cell lines (so-called "embryonic stem cells") which are capable in vitro of forming many different cell types and tissues. Various studies along these lines have recently been reported in the US. In the future, such cell lines may be of value in the therapeutic treatment of damage due to accident or degenerative disease affecting skin, heart, kidney or nervous tissue.

Research on unfertilised eggs that are subsequently fertilised in vitro

1.11 Other research projects are carried out on unfertilised eggs donated for research and subsequently fertilised in vitro. This is an additional source of embryos for research projects, and the only source that can be used for projects involving the process of fertilisation itself, or the early stages of cleavage.

There are both clinical and ethical arguments in support of developing safe methods to cryopreserve unfertilised eggs rather than embryos, for example for their later use by women undergoing cancer treatment. After which, these women become sterile. Different protocols for freezing and thawing may be followed by attempts to fertilise the eggs in vitro. Tests to see whether they develop normally after fertilisation are carried out in vitro, as an alternative to transfer to the uterus with the risk of abnormal development in vivo.

Other research projects examine the safety of removing first and/or second polar bodies as a possible alternative to embryo biopsy for the purposes of preimplantation genetic diagnosis. They also analyse the risks of using immature sperm for ICSI (Intra Cytoplasmic Spermatid Injection) in cases of severe male infertility. With the aim of minimising the need for hormone stimulation of women, in vitro maturation of immature eggs is also being studied, combined with tests on the fertilisability of the in vitro matured eggs, and the normality of their subsequent development in vitro.

Possible Future Developments

1.12 In the past, research on human eggs and embryos, without any existing legal framework at the time, played a large role in the development of IVF as a treatment for the alleviation of infertility. Today licensed human embryo research is more closely linked to new and constantly evolving techniques of assisted reproduction.

In the near future, other objectives of human embryo research may become extremely important. Basic research in this area increases our understanding of early human development, for example the expression of "cancer genes" in human development.

LEGAL BACKGROUND

Controversy on the concept of "beginning of life and "personhood"

1.13 Existing legislation in the Member States differs considerably from one another regarding the question of when life begins and about the definition of "personhood". As a result, no consensual definition, neither scientifically nor legally, of when life begins exists.

Two main views about the moral status of the embryo and thus regarding the legal protection afforded to them with respect to scientific research exist:

- human embryos are not considered as human beings and consequently have a relative worth of protection;

- human embryos have the same moral status as human beings and consequently are equally worthy of protection.

1.14 The discussion of common rules on embryo research is continuing. Recently many European countries, when discussing and signing the Council of Europe Convention on Human Rights and Biomedicine, failed to reach a consensus concerning the definition of the embryo, and, therefore, were unable to find common ground on which to place the admissibility of human embryo research within the Convention. Hence, it is up to the Member States to legislate in this area. Yet, nevertheless, Article 18.1 of the Convention stipulates "where the law allows research on embryos in vitro,it shall ensure adequate protection of the embryo".

Initial Documentation on Embryo Research

1.15 The first important report published regarding embryo research was the Warnock Report in 1984, which studied this issue in order to examine the social, ethical and legal implications and potential developments in the field of human assisted reproduction. This report recommended important rules on embryo research.

1.16 The first specific legislation regarding embryo research was published in 1988 in Spain on artificial reproduction and on donation and use of human embryos and foetuses, including derived tissues, cells and organs. This permitted for the first time research on the "pre-embryo" ("pre-embryo is defined as the initial stage which starts at fertilisation and lasts until 14 days afterwards). Since then, several legislations have come into force, with different approaches regarding embryo research.

Different Approaches regarding the definition of the human embryo

1.17 In most Member States there is presently no legal definition of the human embryo (Belgium, Denmark, Finland, France, Greece, Ireland, Italy, Luxembourg, Netherlands, Portugal and Sweden). Among those Member States which define the embryo in their legislation, the existing definitions vary considerably from one country to another (Austria, Germany, Spain, United Kingdom):

- In Austrian law, the embryo is not defined and the term "developable cells" is defined as inseminated ova and cells developed from them.

- The German law defines the embryo as "the fertilised human egg cell capable of development, from the moment of fusion of the pronuclei";

- The Spanish law makes a distinction between "pre-embryo" (group of cells resulting from the fertilisation of ovum until the implantation and formation of the primitive streak - 14 days), "embryo" (process of forming organs which continues for about two and a half months) and the "fetus" (from two and a half months on);

- The British law defines the embryo as a "live embryo where fertilisation is complete (i.e. completion is when a two cell zygote appears), including an egg in the process of fertilisation".

Legal Situation on the member states

1.18 Within the EU, there are seven countries with legislation referring to embryo research, which is either treated in a law regarding specifically the embryo (Germany), or included in a law referring particularly to medically assisted reproduction (Austria, Denmark, France, Spain, Sweden and United Kingdom);

The other eight countries do not have legislation referring to embryo research (Belgium, Finland, Greece, Italy, Ireland, Luxembourg, Netherlands and Portugal); from this last group, there are countries where embryo research is implicitly prohibited by the application of constitutional rules (Ireland);

However, five of these countries are at the moment drafting legislation which Specifically aims to regulate activities in the field of human embryo research (Belgium) or to insert embryo research in the framework of the medically assisted reproduction law (Italy, the Netherlands and Portugal) or, alternatively, in the domain of medical research (Finland).

Different scope of national legislation

1.19 Among the Member States with legal provisions on embryo research, there are many differences regarding the activities allowed and prohibited.

There are countries where embryo research is allowed only for the benefit of the particular embryo (Austria, Germany). There are Member States where embryo research is exceptionally allowed (France, Sweden,), or allowed under strict conditions (Denmark, Finland, Spain United Kingdom).

Diversity in applicable rules

1.20 There are some Member States where embryo research is only allowed with the approval by a national authority (Finland, Spain, Sweden, United Kingdom), and/or of a national or local ethics committee (Denmark, United Kingdom).

In other Member States where no legal provisions exist, recommendations (which are not legally binding) from national or local ethics committees or codes of practice promulgated by professional bodies apply (Belgium, Italy and Portugal).

Common Rules of existing legislation in the member states

1.21 Despite the different legal approaches, existing legislations in the Member States have some common principles based on similar ethical and scientific understandings which lead to common limitations and prohibitions on embryo research, such as:

a. the time limit for the use of human embryos - including the carrying out of research activities - is generally only allowed until 14 days after fertilisation;

b. the prohibition of genetic modification of normal pre-implanted embryos;

c. the prohibition of the creation of developing human-animal hybrids;

d. the prohibition to replace embryos in utero of embryos that have been previously used for research;

e. the need to obtain the consent of each person whose gametes were used to bring about the creation of the embryo.

Legal provisions laid down at European Level relating to human embryo search

1.22 Some rules applicable directly or indirectly to embryo research, such as:

- The Directive 98/44/EC of 6 July 1998 on the legal protection of biotechnological inventions, in which Article 6 (2)(c) stipulates: "…shall be considered unpatentable:

…uses of human embryos for industrial or commercial purposes …"

- The Council of Europe Convention on Human Rights and Biomedicine, 4 April 1997, and the additional protocol to the Convention on the prohibition of cloning human beings, 12 January 1998, which refers in Article 18.2 to "the prohibition of the creation of embryos solely for research purposes". The UK placed a reservation on this Article and therefore, the creation of embryos solely for research purposes is allowed but subject to approval by its public authority.

ETHICAL BACKGROUND

Diversity of Views

1.23 The diversity of views regarding the question whether or not research on human embryos in vitro is morally acceptable, depends on differences in ethical approaches, philosophical theories and national traditions, which are deeply rooted in European culture. Two contrasting approaches exist:a deontological approach, in which duties and principles control the ends and consequences of our actions; and utilitarian or consequentialist approaches in which human actions are evaluated in terms of means and ends or consequences.

1.24 These views depend on how the status of the embryo is seen. Two tendencies can be distinguished. One stressing that an in vitro embryo must be protected as a human being from the very beginning, i.e. after an egg has been fertilised. The other stating that the status of the human embryo, and thus the degree of protection, depends on the stage and the context of development, for example, when the primitive streak appears after approximately two weeks. Also the degree of protection depends on whether an embryo transfer is intended or not.

1.25 The diversity in policies and regulations concerning embryo research in the Member States of the EU reflects fundamentally differing views as to the question whether research on human embryos in vitro is morally acceptable or not. The EC Working Group on Human Embryos and Research, set up by the European Commission, states, in its first Report [1992,3], that "(t)hese views are fundamentally different and it is difficult to see how, at these extremes, the differences can be reconciled". This is also reflected in the different discussions going on within the national ethics committees that exist in various Member States.

Common Values

1.26 In spite of these fundamental differences in viewpoints, there are some common values and principles. These values and principles include:

- the respect for human life, from the embryonic stage;

- the relief of human suffering;

- the need to garuntee the quality and safety of medical treatment;

- freedom of research;

- free and informed consent of the women or couples concerned.

Pluralism

1.27 Pluralism may be seen as a characteristic of the European Union, mirroring the richness of its tradition and asking for mutual respect and tolerance.

Ethical questions related to research leading to the destruction of the embryo

1.28 IVF technology, as it is applied in most Member States of the EU, usually entails having spare embryos, a decision as to what should (not) be done with them is unavoidable. If other possibilities, including storage (cryopreservation) for later transfer or donation, cannot be implemented, in the end there only exist two options: research (leading to eventual destruction) or destruction.

1.29 In spite of the aforementioned stipulations on the Convention of the Council of Europe, the debate continues concerning the source of embryos used for research purposes: supernumerary embryos on the one hand, and unfertilised ova that is subsequently fertilised in vitro on the other hand.

2. The Group submits the following opinion

2.1 In the preamble it appeared crucial to recall that the progress of knowledge of life sciences, which in itself has an ethical value, cannot, in any case, prevail over fundamental human rights and the respect which is due to all the members of the human family.

2.2 The human embryo, whatever the moral or legal status conferred upon it in the different European cultures and ethical approaches, deserves legal protection. Even if taking into account the continuity of human life, this protection ought to be reinforced as the embryo and the fetus develop.

2.3 The Treaty on European Union, which does not foresee legislative competence in the fields of research and medicine, implies that such protection falls within the competence of national legislation (as is the case for medically assisted procreation and voluntary interruption of pregnancy). However, Community authorities should be concerned with ethical questions resulting from medical practice or research dealing with early human development.

2.4 However, when doing so, the said Community authorities have to address these ethical questions taking into account the moral and philosophical differences,reflected by the extreme diversity of legal rules applicable to human embryo research, in the 15 Member States. It is not only legally difficult to seek harmonisation of national laws at Community level, but because of lack of consensus, it would be inappropriate to impose one exclusive moral code.

2.5 The respect for different philosophical, moral or legal approaches and for diverse national culture is essential to the building of Europe.

From an ethical point of view, the multicultural character of European society requires mutual tolerance to be shown by the citizens and political figures of the European Nation States that have chosen uniquely to tie their destiny together, while at the same time ensuring mutual respect for different historical traditions which are exceedingly strong.

From a legal point of view, this multiculturalism is based upon Article 6 of the Amsterdam Treaty (ex Article F of the Treaty on European Union) which recognises fundamental rights at Union level notably based on "constitutional traditions common to the Member States". It also declares that "the Union shall respect the national identity of its Member States".

2.6 It results from the aforementioned principles, that, in the scope of European research programmes, the question of research on the human embryo has to be approached, not only with regard to the respect for fundamental ethical pri nciples, common to all Member States, but equally taking into consideration diverse philosophical and ethical conceptions, expressed through the practices and the national regulations in force in this field.

2.7 As for the scope of the amendment, concerning the funding of human embryo research, on which the Group has been consulted, the Group is of the opinion that the distinction that could be made between research which implies the destruction of the embryo and research that would enable the embryo to develop to full term would be artificial. With a view to current knowledge and new techniques, it would be an unacceptable risk to implant into a woman's uterus an embryo which previously has been the subject of research and hence may have been damaged. Consequently, the amendment in question proposes not to finance research projects at European level that ultimately end in the destruction of the embryo and in doing so, covers practically all research on human embryos.

2.8 In the light of the aforementioned principles and specifications, the Group considers that according to the ethical dimension of the Community's Fifth Framework Programme Community funding should not a priori exclude human embryo research which is the object of different ethical choices in different countries but that this funding should, nevertheless, only be granted under the strict conditions set out in the following paragraphs.

2.9 The respect of pluralism does not justify a laissez-faire attitude. Therefore, the Group repeats the recommendation given in the Opinion n° 10 of 11 December 1997 by the Group of Advisers on the Ethical Implications of Biotechnology (GAEIB) on the "Ethical aspects of the Fifth Framework Programme on Research", according to which "particular attention must be given to the ethical evaluation of research projects concerning the most sensitive fields…".

This presupposes systematic ethical evaluation, at Community level, of protocols of research on human embryos presented for Community funding. Besides, such a recommendation could be included in the Framework Programme itself.

2.10 However, the Group considers that amongst the fundamental ethical principles that ought to guide this ethical evaluation, priority should be given to the principle of the respect due to human life, as well as, respect regarding the consent of the woman or couple concerned.

It should also be assured that the project complies, in all circumstances, with national regulations, and that, in particular, the approval from the ethical committee(s) competent at national level has previously been sought.

2.11 Moreover, according to the Group, it is crucial to place human embryo research, in the countries where it is permitted, under strict public control, while ensuring maximum transparency, whether the research in question is carried out by either the public or private sector. Indeed, such transparency should be a compulsory requirement of any proposal funded by the 5fth Framework Programme, since it provides the best guarantee against major risks of arbitrary experimentation.

2.12 However promising the medical perspectives, recent manipulations of human stem cell lines carried out in the US raise a number of ethical questions. These questions emphasise the urgency to enlarge the debate, which is just getting underway. European citizens have a right to be clearly informed about the conflicting values that research is currently facing, as well as to be put in a position to evaluate the responsibilities implied for society as a whole.

2.13 In order to clearly set out the most appropriate terms of this debate at European level, specific resources should be made available within the Framework Programme, to permit a global scientific and ethical evaluation of research projects carried out on the human embryo, such as are presently performed in all countries of the European Union where it is permitted. This evaluation should be made public.

2.14 The Group re-affirms the desire, already expressed in the aforementioned Opinion n°10, that the European Commission provides itself as rapidly as possible with a system of information, which it seriously lacks at present, regarding all ethical and legal aspects relative to life sciences, at both national and international level. Without such information, the Union would no longer be able to promote the crucial debate concerning the future of our society.

The European Group on Ethics in Science and New Technologies:

The Members

Paula Martinho da Silva Anne McLaren Marja Sorsa Ina Wagner Göran Hermerén Gilbert Hottois Dietmar Mieth Octavi Quintana Trias Stefano Rodota Egbert Schroten Peter Whittaker

The Chairperson, Noëlle Lenoir

 

Les Aspects Ethiques de la Recherche Impliquant L'Utilisation D'Embryons Humains dans le Contexte du 5é Programme-Cadre de Recherche

Référence: Avis requis par la Commission européenne le 11 septembre 1998

Rapporteurs: Dr Anne Mc Laren, Mme Paula Martinho Da Silva, M. le Professeur Egbert Schroten

Le Groupe européen d'éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE),

vu la demande d'avis présentée par la Commission européenne le 11 septembre 1998, concernant l'amendement 36 déposé par le Parlement européen, dans le contexte de l'adoption du 5ème programme-cadre de recherche, en tant qu'il propose d'interdire tout financement communautaire de "la recherche sur les embryons qui implique la destruction de ceux-ci";

vu le traité sur l'Union européenne, modifié par le traité d'Amsterdam non encore ratifié, en particulier les dispositions de l'article 6 (ancien article F) des dispositions communes concernant le respect des droits fondamentaux et les articles 163 à 173 (anciens articles 130F à 130P) relatifs à la recherche et au développement technologique,

vu la proposition de décision du Parlement européen et du Conseil du 30 avril 1997 relative au cinquième programme-cadre de la Communauté européenne pour des actions de recherche, de développement technologique et de démonstration (1998- 2002), en particulier l'article 6 relatif au respect des principes éthiques fondamentaux et la note (2) de l'annexe II "Objectifs scientifiques et technologiques" concernant les exigences éthiques,

vu la position commune arrêtée par le Conseil le 23 mars 1998 et la décision adoptée en seconde lecture par le Parlement européen le 17 juin 1998, concernant la proposition de décision susmentionnée,

vu la proposition de décision du Conseil du 10 juin 1998 arrêtant un programme spécifique de recherche, de développement technologique et de démonstration dans le domaine "Qualité de la vie et gestion des ressources du vivant", en particulier la note (8) relative aux exigences éthiques,

vu la directive 98/44/CE du Parlement européen et du Conseil du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques, en particulier l'article 6,

vu les résolutions du Parlement européen, et notamment la résolution sur les problèmes éthiques et juridiques de la manipulation génétique et la résolution sur la fécondation artificielle in vivo et in vitro, adoptées toutes deux le 16 mars 1989,

vu la convention du Conseil de l'Europe sur les droits de l'Homme et la Biomédecine, signée le 4 avril 1997, et le protocole à ladite convention portant interdiction du clonage d'êtres humains, signé le 12 janvier 1998,

vu la déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'Homme, adoptée par la Conférence générale de l'Unesco le 11 novembre 1997,

vu les réglementations nationales et les avis exprimés par les organismes nationaux d'éthique dans l'Union européenne à propos de l'utilisation des tissus embryonnaires,

vu le rapport du groupe de travail sur les embryons humains et la recherche (HER) mis en place par la Commission européenne (1993),

vu la réunion du GEE du 3 novembre 1998, réunissant des experts, des représentants des institutions européennes et de groupes d'intérêts (santé, consommateurs, industrie, religions),

vu l'audition des rapporteurs,

1. Considerants les points suivants

CONTEXTE SCIENTIFIQUE

1.1 Le premier enfant conçu hors du corps de sa mère selon la technique de la fécondation in vitro (FIV) est né en 1978 au Royaume-Uni. Pendant les dix années qui ont précédé Cette naissance, des recherches ont été menées sur des gamètes et des embryons donnés par des couples stériles, sans qu'existe aucune réglementation concernant ce type de recherche.

Diversité des objectifs de la recherche sur l'embryon humain

1.2 De nos jours, les recherches menées sur des embryons humains suivies de leur destruction, sont autorisées dans plusieurs Etats membres. Elles visent alors, en particulier, à trouver les moyens de pallier la stérilité du couple ou de diagnostiquer de graves anomalies génétiques ou chromosomiques chez l'embryon.

1.3 D'autres Etats membres limitent les possibilités de recherche aux seuls embryons conçus par FIV, à la condition que la recherche soit menée au bénéfice de l'embryon lui-même de manière à ce qu'il puisse être replacé dans l'utérus. Toutefois, lorsque la recherche risque d'endommager l'embryon, ce type d'expérimentation qui porte sur l'embryon in vitro le foetus in vivo ou la mère est en général jugée sans conteste contraire à l'éthique. C'est pourquoi, en fait, ce type de recherche dite "thérapeutique" est d'application très limitée. Aux fins du présent avis, le terme "recherche" désigne uniquement les expériences réalisées sur des embryons qui ne sont pas destinés à être replacés dans l'utérus maternel et ne survivent pas à la recherche.

1.4 Dans les autres Etats membres où elles sont autorisées par la loi, les recherches qui ne visent pas au bénéfice d'un embryon particulier, sont soumises à autorisation préalable. Leur objectif est soit de faire progresser le taux de réussite et la sécurité des FIV, dans le cadre d'un traitement contre la stérilité, soit d'identifier les causes de la stérilité et de la survenance de fausses couches.

1.5 Des recherches peuvent également avoir pour but de permettre le diagnostic d'anomalies génétiques ou chromosomiques chez l'embryon. Dans certains Etats membres, des recherches sur l'embryon humain peuvent, par ailleurs, être conduites dans le seul but d'améliorer les connaissances sur le développement humain.

Régles Communes Applicables à la recherche sur l'embryon humain en Europe.

1.6 Les lois qui autorisent cette recherche prévoient en général que les embryons, une fois utilisés pour la recherche, ne peuvent ni être implantés dans l'utérus, ni même être maintenus en culture in vitro plus de 14 jours après la fécondation. En effet, dans le cadre d'un développement normal, ce délai marque la fin du processus d'implantation et la dernière étape durant laquelle une gémellité reste possible. La plupart des projets de recherche ne nécessitent, en tout état de cause, la mise en culture des embryons que pendant quelques jours.

Recherche sur des embryons surnumméraires

1.7 A l'occasion d'une FIV, on dispose, en général, d'un nombre d'embryons supérieur à celui qui peut, sans risque, être transféré dans l'utérus de la mère. Ces embryons en surnombre sont dits "surnuméraires". Le couple géniteur peut décider soit de conserver ces embryons par cryopréservation pour les utiliser ultérieurement, soit d'en faire don à d'autres couples, soit de les donner en vue de recherches, soit encore de les laisser périr. Les embryons surnuméraires constituent la principale source d'embryons utilisés pour la recherche.

Les projets de recherche utilisant ce type d'embryons peuvent avoir divers objectifs.

1.8 L'un de ces objectifs est d'augmenter le taux des naissances ("take-home baby" rate) de bébés issus d'une FIV.

Des projets ont, en effet, pour but d'étudier les bénéfices tirés d'un enrichissement des milieux de culture par des additifs (tels que les facteurs de croissance) ou de la mise en culture des embryons avec des cellules de soutien provenant de l'appareil reproductif. Ces bénéfices peuvent être évalués en prolongeant de quelques jours la croissance in vitro des embryons surnuméraires, ce qui rend possible d'apprécier la normalité des embryons ainsi cultivés par des études biochimiques ou des analyses chromosomiques.

Un autre objectif de ces recherches est d'identifier les caractéristiques des embryons cultivés susceptibles d'avoir une valeur prédictive quant à leur potentiel de développement ultérieur.

La recherche sur les embryons surnuméraires a, par ailleurs, abouti à la mise au point de procédures sûres et fiables de congélation des embryons (cryopréservation), ce qui permet aux femmes ou aux couples d'augmenter leurs chances de mener une grossesse à terme grâce à l'implantation d'embryons surnuméraires obtenus au cours de cycles de traitement ultérieurs. Ces méthodes de cryopréservation, dont la mise au point résulte de recherches sur l'embryon humain, sont maintenant d'utilisation courante dans la majorité des Etats membres. Elles améliorent le taux de succès de la FIV.

1.9 Divers travaux de recherche sur les embryons surnuméraires ont été menés pour déterminer les risques que présente, pour le développement de l'embryon, le prélèvement d'une ou de plusieurs cellules durant la segmentation en vue du diagnostic d'anomalies génétiques ou chromosomiques graves. Ce diagnostic génétique dit "pré-implantatoire" est aujourd'hui pratiqué dans des pays du monde entier. De nouvelles modalités d'utilisation des enzymes ou autres produits génétiques pour le diagnostic des maladies génétiques, ainsi que des méthodes plus efficaces d'identification des aberrations chromosomiques et de traitement des problèmes de mosaïcisme chromosomique, sont à l'étude.

1.10 D'autres travaux de recherche sur les embryons surnuméraires visent à produire des lignées cellulaires (appelées "cellules souches embryonnaires") capables de produire in vitro une très grande variété de cellules et de tissus. Des recherches de ce type ont été récemment révélées aux Etats-Unis. A l'avenir, la production de lignées cellulaires pourrait être utile dans le traitement thérapeutique des lésions ou des maladies dégénératives touchant l'épiderme, le coeur, les reins ou les tissus nerveux.

Recherche sur des ovules ultérieurement fécondes in vitro

1.11 D'autres projets de recherche sont menés sur des ovules non fécondés qui sont mis à la disposition de la science pour être ensuite fécondés in vitro. Il s'agit d'une source supplémentaire d'embryons pour la recherche. C'est la seule source à laquelle les chercheurs peuvent recourir pour des recherches portant sur le processus de fécondation lui-même ou sur les premières étapes de la segmentation.

Des arguments, tant cliniques qu'éthiques, plaident en faveur du développement de méthodes sûres de cryopréservation des ovules (plutôt que des embryons) qui pourraient, par exemple, être ultérieurement utilisés pour permettre à des femmes, devenues stériles par suite d'un traitement anti-cancéreux, de procréer.

Divers protocoles de recherche tendant à la congélation et à la décongélation des ovules, suivis de tentatives de leur fécondation in vitro sont ainsi en cours de réalisation. Le but est de vérifier que les ovules se développent normalement après la fécondation, ceci afin déviter de transférer dans l'utérus des ovules risquant de se développer anormalement in vivo.

D'autres projets de recherche ont pour but d'étudier les risques associés au prélèvement du premier et/ou du second globule(s) polaire(s) comme alternative possible à la biopsie embryonnaire aux fins de diagnostic génétique pré-implantatoire ainsi que les risques liés à l'utilisation de sperme immature dans le cadre d'ICSI (injections intracytoplasmiques de spermatides dans les ovules) pratiquées dans des cas de stérilité masculine grave.

Afin de limiter le recours à la stimulation hormonale chez la femme, la maturation in vitro d'ovules immatures fait également l'objet d'études. Celles-ci sont combinées à des essais visant à apprécier la capacité de fécondation des ovules mûris in vitro et les conditions d'un développement ultérieur normal de ces ovules in vitro.

Perspectives

1.12 Par le passé, les recherches effectuées - alors sans cadre légal - sur des ovules et des embryons humains ont largement contribué au progrès de la FIV en tant que traitement de la stérilité. Ces recherches qui sont actuellement soumises à autorisation préalable restent étroitement liées au souci d'améliorer les techniques, en constante évolution, de la procréation médicalement assistée.

Dans un proche avenir, les autres objectifs de la recherche sur l'embryon humain pourraient gagner en importance. Ainsi, la recherche fondamentale, qui aide à comprendre le développement humain précoce, par exemple, pourrait-elle permettre de mieux appréhender l'expression des "gènes du cancer".

CONTEXTE JURIDIQUE

Controverses sur les notions de "débuts de la vie humaine" et de "personnalité humaine"

1.13 Les législations en vigueur dans les Etats membres diffèrent sensiblement quant à la question de savoir quand commence la vie humaine et à partir de quand apparaît la "personnalité" humaine. Force est de constater qu'il n'existe, en effet, aucune définition consensuelle, ni scientifique, ni juridique, des débuts de la vie.

On distingue cependant deux grandes conceptions du statut moral de l'embryon et, par conséquent, de la protection juridique dont il doit bénéficier :

- Dans la première conception, l'embryon n'est pas un être humain et ne mérite donc qu'une protection limitée;

- Dans la seconde, l'embryon jouit du statut moral de tout être humain et doit donc bénéficier à ce titre d'une protection étendue.

1.14 Ce débat, qui a des incidences sur les règles à appliquer à la recherche sur l'embryon, est loin d'être clos. Récemment encore, lors des négociations de la Convention du Conseil de l'Europe sur "les droits de l'Homme et la Biomédecine", les pays signataires ne sont pas parvenus à s'entendre sur le statut juridique de l'embryon, et n'ont donc pu trancher la question de l'admissibilité de la recherche sur l'embryon. Ils ont donc renvoyé aux lois des Etats le soin de statuer sur cette question. Cependant, l'article 18 de la Convention stipule dans son premier alinea : "Lorsque la recherche sur les embryons in vitro est admise par la loi, celle-ci assure une protection adéquate de l'embryon."

Premières Recommendations el Législations relatives à la recherche

1.15 Le rapport "Warnock", publié au Royaume-Uni en 1984, est la première étude majeure sur la recherche sur l'embryon, du point de vue de ses conséquences sociales, éthiques et juridiques, au regard en particulier de ses prolongements possibles dans le domaine de la procréation médicalement assistée. Ce rapport comporte à cet égard d'importantes recommandations.

1.16 La première législation spécifique relative à la recherche sur l'embryon a été adoptée en Espagne en 1988. Elle porte sur la procréation artificielle ainsi que sur le don et l'utilisation d'embryons et de foetus humains - y compris les tissus dérivés, cellules et organes. Cette législation autorise, pour la première fois, la recherche sur les "pré-embryons", soit ceux dont la durée de vie après la fécondation n'excède pas 14 jours.

Depuis 1988, d'autres législations en Europe sont intervenues, témoignant d'approches diverses de la recherche sur l'embryon.

Différences dans la définition même de L'embryon humain

1.17 Dans la plupart des Etats membres, il n'existe aucune définition juridique de l'embryon humain (Belgique, Danemark, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Suède). Dans les autres Etats (Allemagne, Autriche, Espagne et Royaume-Uni), la loi retient des notions très variables quant à la définition de l'embryon. Ainsi:

- La législation autrichienne ne définit pas l'embryon mais évoque la notion de "cellules aptes au développement", pour désigner les ovules fécondés et les cellules qui en sont issues;

- la législation allemande définit l'embryon comme "un ovule humain fécondé pouvant se développer, à partir de la fusion des pronucléi";

- la législation espagnole distingue le pré-embryon (groupe de cellules résultant de la fécondation de l'ovule jusqu'à l'implantation et la formation de la ligne primitive après 14 jours, l'embryon issu du processus de formation d'organes qui se poursuit pendant environ deux mois et demi et le foetus (à partir de deux mois et demi);

- dans la législation britannique, on entend par embryon, "un embryon vivant résultant d'une fécondation complète (un zygote bicellulaire est formé), ce qui inclut l'ovule en cours de fécondation".

Situation Juridique dans les Etats Membres

1.18 Sept Etats membres disposent d'une législation sur la recherche sur l'embryon. Il peut s'agir d'une loi concernant spécifiquement l'embryon (Allemagne), ou d'une loi relative à tout ce qui touche en général à la procréation médicalement assistée (Autriche, Danemark, France, Espagne, Suède et Royaume-Uni).

Les huit autres Etats membres ne sont dotés d'aucune législation en matière de recherche sur l'embryon (Belgique, Finlande, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal). Parmi ces Etats, se trouve l'Irlande où la recherche sur l'embryon est implicitement interdite en vertu de dispositions constitutionnelles.

Cinq de ces Etats sont en passe de se doter de législations nouvelles, soit pour réglementer spécifiquement la recherche sur l'embryon humain (Belgique), soit pour réglementer la procréation médicalement assistée (Italie, Pays-Bas et Portugal), ou les expérimentations médicales (Finlande).

Portée Variable des législations nationales

1.19 La portée des législations nationales concernant la recherche sur l'embryon est extrêmement variable.

Dans certains Etats, la recherche sur l'embryon humain n'est permise qu'au bénéfice de l'embryon concerné (Allemagne, Autriche). Dans d'autres Etats, elle n'est autorisée qu'à titre tout à fait exceptionnel (France, Suède) ou à de strictes conditions (Danemark, Espagne, Finlande, Royaume-Uni).

Diversité de la nature desiegles applicables

1.20 Dans certains Etats, toute recherche sur l'embryon humain requiert l'autorisation préalable d'une autorité nationale (Espagne, Finlande, France, Royaume-Uni, Suède) et/ou d'un comité national ou local d'éthique (Danemark, Royaume-Uni). Dans les Etats qui ne possèdent pas de législation sur la recherche sur l'embryon, celle-ci fait parfois l'objet de recommandations (non juridiquement contraignantes) formulées par des comités nationaux ou locaux d'éthique ou contenues dans des codes de conduite émanant d'organismes professionnels (Belgique, Italie et Portugal).

Règles Communes aux législations en vigueur dans les etats membres

1.21 En dépit d'approches juridiques divergentes, les législations en vigueur dans les Etats membres retiennent certaines règles communes qui reflètent des approches éthiques et scientifiques analogues d'un pays à l'autre. Ainsi, par exemple:

a. le délai maximal autorisé pour l'utilisation de l'embryon - y compris pour des activitésde recherche - est généralement de 14 jours après la fécondation;

b. il est interdit de procéder à des modifications génétiques sur des embryons normaux au stade pré-implantatoire;

c. il est interdit de créer des hybrides mi-humains, mi-animaux;

d. il est interdit d'implanter in utero des embryons préalablement utilisés pour la recherche;

e. le consentement des individus ou des couples dont les gamètes ont servi à créer un embryon est exigé avant toute utilisation possible de celui-ci pour la recherche.

Règles déjà adoptées au niveau européen qui touchent la recherche sur l'embryon

1.22 Ces règles, qui s'appliquent directement ou indirectement à la recherche sur l'embryon, sont en particulier issues de:

- La directive 98/44/CE du Parlement européen et du Conseil du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques, dont l'article 6, paragraphe 2, point c), dispose que "... ne sont notamment pas brevetables: ... les utilisations d'embryons humains à des fins industrielles ou commerciales";

- La Convention du Conseil de l'Europe sur les droits de l'Homme et la Biomédecine du 4 avril 1997 est assortie d'un protocole additionnel, en date du 12 janvier 1998, portant interdiction du clonage d'êtres humains. La Convention, quant à elle, précise à l'article 18, paragraphe 2, que "la constitution d'embryons humains aux fins de recherche est interdite". Le Royaume-Uni a, d'ailleurs, émis une réserve sur cet article, afin que la création d'embryons aux seules fins de recherche puisse être admise moyennant une autorisation administrative.

CONTEXTE ETHIQUE

Diversité des Points de Vue

1.23 La diversité des points de vue quant au caractère moralement acceptable ou non de la recherche sur les embryons humains in vitro traduit des divergences entre principes éthiques, conceptions philosophiques et traditions nationales. Cette diversité est à la base même de la culture européenne. Deux approches s'opposent notamment:

l'approche déontologique qui veut que nos devoirs et nos principes conditionnent la finalité et les conséquences de nos actions; l'approche utilitaire ou "téléologique" qui implique que les actions humaines soient évaluées en fonction des moyens et des fins poursuivies (ou des conséquences).

1.24 Ces points de vue sont influencés par la manière dont l'embryon est perçu. Deux conceptions principales se dégagent. Dans la première, l'embryon in vitro doit être protégé en tant qu'être humain dès le début même de son existence, c'est-à-dire à partir, du moment où l'ovule a été fécondé. Dans la seconde conception, le statut de l'embryon humain, et par suite le degré de protection dont il doit bénéficier, dépendent du stade et du contexte de son développement. On se fonde, par exemple, sur l'apparition de la ligne primitive, deux semaines environ après la conception. La protection à accorder à l'embryon dépend également de la décision prise de l'implanter ou non dans l'utérus de la femme.

1.25 A propos des divergences qui existent en Europe sur la question de savoir si la recherche sur l'embryon est moralement acceptable ou non, le groupe de travail sur "l'embryon humain et la recherche" créé par la Commission européenne, au niveau communautaire, relève à propos dans son premier rapport [mars 1992] que "les points de vue sont fondamentalement différents et l'on voit mal comment, étant si extrêmes, ils pourraient se concilier". Cette diversité de points de vue, au sein de l'Europe, ressort également des discussions en cours dans les différents comités d'éthiques nationaux existant dans différents Etats membres.

Valeurs Communes

1.26 En dépit de ces divergences fondamentales, des valeurs et principes apparaissent communs à tous les Etats membres:

- le respect de la vie humaine, dès le stade embryonnaire;

- la nécessité d'alléger la souffrance humaine;

- la nécessité de garantir la qualité, et donc la sécurité, des traitements médicaux;

- le principe de la liberté de la recherche;

- l'exigence du consentement libre et informé des femmes ou des couples concernés.

Pluralisme

1.27 Le pluralisme apparaît comme une particularité de l'Union européenne. Il témoigne de la richesse des traditions de ses Etats membres et appelle chacun au respect et à la tolérance mutuels.

Questions Ethiques relatives à l'utilisation des embryons destinés a être dêstruits

1.28 Dans la mesure où la FIV, telle qu'elle se pratique dans la plupart des Etats membres, implique généralement la création d'embryons surnuméraires, une décision concernant ce qu'il convient (ou ne convient pas) de faire de ces embryons est incontournable. A défaut de pouvoir "stocker" ces embryons, par cryopréservation, en vue d'une implantation pour permettre une grossesse ou d'un don pour le projet parental d'autrui, il ne reste que deux options possibles : utiliser les embryons pour la recherche (impliquant leur destruction) ou les détruire.

1.29 En dépit des stipulations, ci-dessus rappelées, de la Convention du Conseil de l'Europe, le débat reste ouvert quant à la source des embryons utilisés pour la recherche : qu'il s'agisse des embryons surnuméraires, d'une part, ou d'ovules ultérieurement fécondés in vitro, d'autre part.

2. Le Groupe émet l'avis suivant:

2.1. En préambule, il apparaît fondamental de rappeler que le progrès de la connaissance en sciences de la vie, lequel a une valeur éthique en soi, ne saurait cependant prévaloir sur les droits fondamentaux de l'homme et sur le respect dû à tous les membres de la famille humaine.

2.2. L'embryon humain, quel que soit le statut moral ou légal qui lui est reconnu au regard des différentes cultures et des différentes approches éthiques qui ont cours en Europe, mérite donc la protection de la loi. Alors même qu'il existe un continuum de la vie humaine, cette protection doit être renforcée au fur et à mesure du développement de l'embryon et du foetus.

2.3. Le Traité sur l'Union, qui ne prévoit pas de compétence législative communautaire dans les domaines de la recherche et de la médecine, implique qu'une telle protection relève des législations nationales (comme c'est également le cas de la procréation médicalement assistée et de l'interruption volontaire de grossesse). Il n'en reste pas moins cependant que les instances communautaires doivent se préoccuper des questions éthiques soulevées par les pratiques médicales ou de recherche intéressant les débuts de la vie humaine.

2.4 Les instances communautaires doivent aborder ces questions éthiques en tenant compte des divergences morales et philosophiques reflétées par l'extrême diversité des règles juridiques applicables à la recherche sur l'embryon humain dans les quinze Etats membres. En effet, il serait non seulement juridiquement délicat d'imposer en ce domaine une harmonisation des législations nationales mais, du fait de l'absence de consensus, il serait également inopportun de vouloir édicter une morale unique, exclusive de toutes les autres.

2.5. Le respect des différences d'approches philosophiques, morales, voire juridiques, propres à chaque culture nationale est consubstantiel à la construction de l'Europe. D'un point de vue éthique, le caractère multiculturel de la société européenne invite à la tolérance mutuelle, tant les peuples que les responsables politiques des Nations de l'Europe qui ont choisi, de manière unique, de lier leur destin tout en assurant le respect mutuel de traditions historiques particulièrement fortes.

D'un point de vue juridique, ce multiculturalisme a pour base l'article 6 du Traité d'Amsterdam ( ex Article F du Traité de Maastricht ) qui fait dériver les droits fondamentaux, reconnus au niveau de l'Union, notamment des « traditions constitutionnelles communes aux Etats membres » et qui proclame, par ailleurs, que « l'Union respecte l'identité nationale de ses Etats membres ».

2.6. Il résulte des principes ci-dessus définis que, dans le cadre des programmes de recherche européens, la question de la recherche sur l'embryon humain doit être envisagée, tant du point de vue du respect des principes éthiques fondamentaux communs à tous les Etats membres, qu'en tenant compte de la diversité de conceptions philosophiques et éthiques exprimées à travers les différentes pratiques et réglementations nationales en vigueur en ce domaine.

2.7. Quant à la portée de l'amendement concernant le financement des recherches sur l'embryon et sur lequel le Groupe est consulté, ce dernier estime artificielle la distinction qui serait opérée entre les recherches impliquant la destruction de l'embryon et celles qui préserveraient l'embryon afin de conduire à la naissance d'un bébé. En effet, en l'état actuel des connaissances et des techniques, l'implantation, dans l'utérus, d'un embryon ayant fait l'objet préalablement d'une recherche et qui est donc susceptible d'être endommagé, constituerait un risque éthiquement inacceptable. Par conséquent, l'amendement dont il s'agit, en proposant d'interdire le financement des seules recherches impliquant la destruction des embryons, couvre en réalité quasiment l'ensemble des recherches sur l'embryon qui seraient ainsi bannies au plan communautaire.

2.8. A la lumière des principes et précisions précédemment évoqués, le Groupe estime donc conforme à la dimension éthique du cinquième programme-cadre communautaire de ne pas exclure, a priori, des financements communautaires, les recherches sur l'embryon humain qui font l'objet de choix éthiques divergents selon les pays, mais de n'en admettre néanmoins le financement éventuel que sous les strictes conditions définies aux paragraphes suivants.

2.9. Le respect du pluralisme ne saurait en effet justifier le laissez-faire. Le Groupe réitère donc la recommandation contenue dans l'avis n° 10 en date du 11 décembre 1997 du Groupe de Conseillers pour l'Ethique de la Biotechnologie sur les « aspects éthiques du cinquième programme-cadre de recherche », aux termes de laquelle « une attention particulière doit être portée à l'évaluation éthique des projets de recherche concernant les domaines les plus sensibles... ».

Cela suppose l'évaluation éthique systématique, au niveau communautaire, des protocoles de recherche sur les embryons humains présentés en vue d'un financement européen. Une telle recommandation pourrait, d'ailleurs, figurer dans le programme-cadre lui-même.

2.10. Le Groupe rappelle par ailleurs que, parmi les principes éthiques fondamentaux devant guider cette évaluation éthique, s'imposent tout particulièrement le principe du respect dû à la vie humaine ainsi que le respect du consentement des femmes ou des couples concernés.

Il y a également lieu de s'assurer que le projet, en tout état de cause, est conforme aux exigences requises par la règlementation nationale et a, en particulier, recueilli l'accord du ou des comités d'éthique compétents au plan national.

2.11. Le Groupe estime en outre indispensable, dans les pays où les recherches sur l'embryon sont admises, de les soumettre à un strict contrôle public, tout en assurant le maximum de transparence, que les recherches en cause soient menées dans le secteur public ou dans le secteur privé. Une telle transparence devrait également s'appliquer à tout projet de recherche financé au titre du 5è Programme-cadre car elle constitue, en effet, la meilleure garantie contre le risque majeur d'expérimentations arbitraires.

2.12. Les récentes manipulations faites aux Etats-Unis sur des lignées cellulaires humaines, pour prometteuses qu'en soient les perpectives médicales, soulèvent de considérables interrogations éthiques. Elles soulignent l'urgence d'approfondir un débat qui n'en est encore qu'à ses débuts. Les citoyens européens sont, en effet, en droit d'être exactement informés des conflits de valeur auxquels la recherche est maintenant confrontée et d'être ainsi mis à même de mesurer les responsabilités qui en résultent pour la société tout entière.

2.13. Pour que les termes de ce débat soient clairement posés au niveau européen, qui paraît le mieux approprié, des ressources spécifiques devraient être réservées, dans le programme-cadre, afin de permettre une évaluation scientifique et éthique globale des recherches sur l'embryon humain actuellement menées dans l'ensemble des pays de l'Union européenne où elles sont autorisées. Cette évaluation devrait être rendue publique.

2.14. Le Groupe réitère le souhait, déjà exprimé dans l'avis n° 10 précité, de voir la Commission européenne se doter le plus rapidement possible d'un système d'information, qui lui fait actuellement cruellement défaut, sur l'ensemble des données éthiques et juridiques relatives aux Sciences de la Vie au niveau tant national qu'international. Sans une telle information, l'Union perdrait la maîtrise d'un débat déterminant pour l'avenir de notre société.

Le Groupe Européen d'Ethique des Sciences et des Nouvelles Technologies.

Les Membres:

Paula Martinho da Silva Anne McLaren Marja Sorsa Ina Wagner Göran Hermerén Gilbert Hottois Dietmar Mieth Octavi Quintana Trias Stefano Rodota Egbert Schroten Peter Whittaker

La Présidente, Noëlle Lenoir


Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002