Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados  Versión PDF 

Ethical aspects of 5th research Framework Programme


Creación: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Fuente: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: Comunidades Europeas
Traducción castellana: No
Fecha: 11 de diciembre de 1997
Comprobado el 11 de marzo de 2003

 


Ethical aspects of 5th research Framework Programme

Reference: Opinion requested by the European Commission on 24 February 1997

Rapporteur: Prof. Luis Archer and Prof. Gilbert Hottois

The Group of Advisers on the Ethical Implications of Biotechnology (GAEIB) to the European Commission,

Having regard to the Commission's request of 24 February 1997 for an Opinion on the ethical aspects of the proposal for a 5th Framework Programme,

Having regard to the Treaty on European Union, and in particular Article F (2) of the common provisions concerning respect for fundamental rights and Article 130i, paragraph 1 concerning research and technological development,

Having regard to the Council Directive 86/609/EEC regarding the protection of animals used for experimental and other scientific purposes,

Having regard to the Council Directives 90/219/EEC and 90/220/EEC regarding genetically modified (micro-) organisms,

Having regard to Council and European Parliament Decision No 1110/94/EC of 26 April 1994 adopting the 4th Framework Programme, and in particular the ethical considerations mentioned in it,

Having regard to the Council Decisions of 23 November 1994 and 15 December 1994 adopting specific research programmes for Biomedicine and Health, Biotechnology, and Agriculture and Fisheries, and in particular the ethical considerations mentioned in them, Having regard to the proposal for a European Parliament and Council Decision concerning the 5th Framework Programme of the European Community for research, technological development and demonstration activities (1998-2002) of 30 April 1997, and in particular Article 6 concerning compliance with fundamental ethical principles,

Having regard to the modified proposal for a Directive of the Council and the European Parliament regarding the legal protection of biotechnological inventions {COM (97) 446 final} of 29 August 1997,

Having regard to the proposal for a European Parliament and Council Directive on the approximation of the provisions laid down by law, regulation and administrative action relating to the implementation of good clinical practice in the conduct of clinical trials on medicinal products for human use of 3 September 1997,

Having regard to the reports of the ESLA working party (Ethical, Social and Legal Aspects of human genome analysis) (1991) and of the HER working party (Human Embryo Research) (1993) set up by the Commission,

Having regard to the United Nations Convention on Biodiversity of 6 June 1992, ratified by the European Communities on 25 October 1993,

Having regard to the Council of Europe Convention on Human Rights and Biomedicine, signed on 4 April 1997,

Having regard to the UNESCO "Universal Declaration on the Human Genome and Human Rights" adopted by UNESCO's General Conference on 11 November 1997,

Having regard to the World Medical Association's Helsinki Declaration on recommendations to doctors concerning biomedical research involving human subjects of June 1964, and amended in October 1975, October 1983, September 1989 and October 1996,

Having regard to the hearings held on 19 June 1997 by the GAEIB with Members of the European Parliament, the Commission's services, researchers, representatives of industry, consumers, patients, environmental protection organisations, animal protection associations, and various religious and philosophical views,

Having regard to the hearings held on 26 November 1997 by the GAEIB with representatives of national ethics committees or other national ethics instances, members of the European Parliament, representatives of international organisations and Commission services,

Having regard to the report by Prof. Gilbert Hottois on the ethical aspects of the 5th Framework Programme,

1. Whereas

1.1 The originality of the request for an opinion submitted to the GAEIB lies in the fact that it does not concern a particular ethical issue but, in a more general way, the ethical aspects of the 5th Research Framework Programme as a whole.

1.2 In accordance with its mandate, the GAEIB confines itself in the present opinion to the ethical aspects of research into the life sciences.

1.3 It still remains that other fields of research covered by the 5th Framework Programme also raise ethical issues of such a nature as to justify an ethical assessment.

1.4 Research carried out at Community level in the field of Life Sciences is of particular interest as it enables us to promote an interdisciplinary approach, refine experiments and, as a consequence, improve the relationship between the benefits of a research project and the ethical constraints the project entails, especially when it comes to experiments on humans or animals.

1.5 Research at Community level is even more justifiable in those areas where no economic incentives exist. This is the case for fundamental research, necessary to increase knowledge in Europe, and also in the field of rare diseases for which only limited data (epidemiological data, for instance) are available on a national level. In addition, the combination of the Member States' research resources, in rare diseases responds to the ethical principle of solidarity.

1.6 Research into bioethics and social sciences is necessary both for an understanding of the ethical implications of research into biotechnology and genetics and for the ethical assessment of this research. Thus, bioethics research and research ethics are complementary.

1.7 Although the concept of Europe is based on respect for national differences and identities, it relies on strong common values. Thus, Europe's cultural tradition recognizes the value of freedom of research as a fundamental human freedom.

1.8 During the 3rd (1991-1994) and 4th (1994-1998) Community Framework Programmes, bioethics research initially concerned only issues related to human genome research, before being extended to issues raised by medical research and, finally, to all areas of research into the Life Sciences.

1.9 At the same time, an ethical assessment of research projects has gradually been established, by introducing specific procedures concerning particular categories of research (projects making use of embryonic or fetal human tissues, for instance).

1.10 In the absence of normative competences of the European Community in areas particularly concerned with bioethics research and health, it is, for the Commission to submit the research projects that it finances to certain requirements and to an ethical evaluation.

2. The Group submits the following Opinion to the European Commission

2.1 The fundamental ethical issues raised by research into Life Sciences and the resulting applications justify the definition of ethical conditions governing research. In this respect, the innovative reference to "fundamental ethical principles" in Article 6 of the 5th Framework Programme is entirely appropriate.

2.2 These ethical conditions must be applied in such a way as to respect the fundamental principle of freedom of research, which flows from freedom of thought. Research ethics must therefore seek to reconcile the freedom to carry out research activities with the imperatives linked to the protection of the fundamental rights of European citizens and human responsibilities towards animals and the environment.

2.3 Without prejudice to the Member States' competence with regard to research, in the context of national regulations, the Commission should ensure that an ethical assessment is made of the research projects submitted to it, and must therefore set up appropriate procedures.

2.4 With regard to the ethical assessment of research projects, it is worth making a distinction between three levels, viz.

(1) the research project, from the point of view of the modalities of implementation;

(2) the declared aims of the research and the envisaged applications of the results;

(3) possible uses and consequences, in the medium and long term, of the research and its results on individuals, the environment and society in general.

The first level should systematically give rise to an ethical assessment in the context of the Community research programmes.

The second level can and should also be the subject of an ethical assessment.

The third level of assessment should only be taken into consideration exceptionally, where the research project immediately and manifestly raises strong ethical concerns.

2.5 For an ethical assessment of a research project submitted to the Commission, the author should specify:

- a precise description of the modalities of implementation of the project;

- a description of the objective of the project, with an indication of the envisaged applications of the results, where appropriate;

- indication of the national and international rules and regulations applicable, and an explanation of how the researchers will face up to their obligations.

If opinions have already been obtained from local ethics committees as required by national regulations, they should be attached by applicants when submitting project proposals. At all events, the requisite authorisations must have been obtained by the time research contracts are concluded.

2.6 Ethical assessments of Community research projects should in principle be carried out during the course of scientific assessments; where appropriate (for instance, if the issues in question are particularly sensitive), they may also be carried out later by independent panels of experts, of pluralist and multidisciplinary composition.

2.7 Special attention should be paid to the ethical assessment of research projects in the most sensitive areas, in particular those where the Member States' legislation differs. Differences in approach among national legislations cannot a priori be grounds for excluding such research from the 5th Framework Programme.

2.8 The first level of ethical assessment concerns all research, whether it involves human beings, animals or plants.

2.9 Where research involving human beings is concerned, the fundamental ethical principles applicable are those recognized in international texts and in particular:

- the principle of individual autonomy (entailing the giving of informed consent, and respect for privacy and particularly the confidentiality of personal data);

- the principle of respect for human dignity;

- the principle of non-discrimination (in particular vis-à-vis individuals who are in a position to take part in the research);

- the principle of proportionality (in particular between risks and benefits);

- the principle of non-exploitation (to protect individuals from pressure, in particular economic inducement);

- the principle of protection for groups of vulnerable people, particularly concerning consent (while not excluding them from any potential direct or indirect benefits of participation in the research).

2.10 With regard to animal experimentation, the ethical principles applicable are in particular:

- replacement (by alternative methods),

- reduction (in the number of animals);

- refinement (making it possible to limit the number of experiments).

Animal suffering must be avoided or kept to a minimum taking into account the benefits expected from the research. These principles must be applied particularly rigorously to the animal species that are the closest to human beings. Research involving transgenesis and/or the cloning of animals calls for a particularly high level of ethical vigilance.

2.11 With regard to research on plants or micro-organisms, the ethical principles to be observed concern respect for proportionality between the expected benefits and the risks vis-à-vis human health and the environment, and vigilance with regard to biodiversity.

2.12 The second level of assessment concerning the declared aims of the project and the envisaged applications of the results, entails taking into account, on the one hand, the beneficial effects arising from advances in knowledge and improvements with regard to health and welfare and, on the other, the potential risks. In this regard, the precautionary principle must be respected.

2.13 The third level of ethical assessment is up against the complexity and unforeseeability of all the possible uses and consequences of the results of research. This is all the more difficult in that it is bound up with conceptions of the future of society in general. This ethical assessment is therefore more a subject for public debate and for national and Community socio-political bodies.

2.14 The five-yearly assessment of the research framework programmes should include an ethical component. This should involve taking stock of how the ethical assessment of research projects was applied, and should inform the public on the way the fundamental ethical principles have been respected in the implementation of the programme.

2.15 Research ethics should oblige researchers to abide by a code of conduct entailing rigour and intellectual probity both with regard to defining and conducting research projects and in relation to the presentation and interpretation of the results of research (including when these results are negative and even where there are commercial pressures on research).

2.16 In order to be conducted competently, an ethical assessment of research needs to be supported by research in bioethics. This type of research and more widely, social sciences research should continue to be encouraged at Community level.

2.17 Research in bioethics should cover issues in the fields of animal research, food and environment as well as in the biomedical field.

2.18 The analysis of ethical questions on controversial and publicly debated research issues should be encouraged even on practices such as e.g. the germline gene therapy, which are excluded from funding under the Framework Programme.

2.19 Studies at Community level on the interaction between research and development on the one hand of society on the other (dialogue between the scientific community, public perception of research and new technologies, role of the media,...) should be strengthened.

2.20 Research in bioethics in so far as it helps to identify a specifically European ethical approach, should contribute to the establishment of European citizenship.

2.21 The European Commission should set up a regularly updated information system concerning all the ethical and legal data related to Life Sciences at both national and international levels.

2.22 The Commission must ensure that links are established with national ethics committees and similar national bodies in the Member States and in this context should associate itself with the efforts of cooperation carried out by international organisations (such as the Council of Europe and UNESCO).

2.23 Information and education about the new technologies and their social and ethical impact should be expanded, in particular in secondary schools, in order to educate European citizens to participate fully in the public debate on the important ethical questions and on the resulting choices of society.

In accordance with its mandate, the Group of Advisers on the Ethical Implications of Biotechnology submits this Opinion to the European Commission.

The Members:

Anne McLaren, Margareta Mikkelsen, Luis Archer, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Dietmar Mieth, Gilbert Hottois

The Chairman: Noëlle Lenoir

 

Les Aspects Ethiques de 5ème Programme-Cadre de Recherche

Référence: Avis demandé par la Commission européenne le 24 février 1997

Rapporteurs: Prof. Luis Archer et Prof. Gilbert Hottois

Le Groupe des Conseillers pour l'Éthique de la Biotechnologie (GCEB) auprès de la Commission européenne,

vu la demande d'avis formulée par la Commission, le 24 février 1997, concernant les aspects éthiques du projet de 5ème programme-cadre,

vu le traité sur l'Union européenne et notamment l'article F, paragraphe 2, des dispositions communes, relatif au respect des droits fondamentaux ainsi que l'article 130 I, paragraphe 1 relatif à la recherche et au développement technologique,

vu la directive 86/609/CEE du Conseil relative à la protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d'autres fins scientifiques, en date du 24 novembre 1986,

vu les Directives du Conseil sur les (micro-) organismes génétiquement modifiés 90/219/CEE et 90/220/CEE, en date du 23 avril 1990,

vu la décision n° 1110/94/CE du Parlement européen et du Conseil du 26 avril 1994, adoptant le 4ème programme-cadre de recherche, notamment les considérations éthiques qui y sont mentionnées,

vu les décisions du Conseil du 23 novembre 1994 et du 15 décembre 1994 adoptant les programmes de recherche spécifiques en Biomédecine et Santé, en Biotechnologie et en Agriculture et Pêche notamment les considérations éthiques qui y sont mentionnées,

vu la proposition de Décision du Parlement européen et du Conseil relative au 5ème programme-cadre de la Communauté européenne pour des actions de recherche, de développement technologique et de démonstration (1998-2002) du 30 avril 1997 et en particulier l'article 6 relatif au respect des principes éthiques fondamentaux,

vu la proposition modifiée de Directive du Parlement européen et du Conseil relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques, {COM (97) 446 final du 29 août 1997},

vu la proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil concernant le rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des Etats membres relatives à l'application de bonnes pratiques cliniques dans la conduite d'essais cliniques de médicaments à usage humain du 3 septembre 1997,

vu les rapports du groupe de travail ESLA (Ethical, Social and Legal Aspects) sur les aspects éthiques, sociaux et juridiques de l'analyse du génome humain (1991) et du groupe HER (Human Embryo Research) sur l'embryon humain et la recherche (1993) mis en place par la Commission,

vu la Convention des Nations Unies du 6 juin 1992 sur la biodiversité, ratifiée par la Communauté européenne le 25 octobre 1993,

vu la Convention du Conseil de l'Europe sur "les droits de l'homme et la biomédecine", signée le 4 avril 1997,

vu la "Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'homme" de l'UNESCO, en date du 11 novembre 1997,

vu la Déclaration d'Helsinki de l'Association Médicale Mondiale, concernant des recommandations aux médecins pour la recherche biomédicale impliquant des êtres humains de juin 1964, amendée en octobre 1975, octobre 1983, septembre 1989 et octobre 1996,

vu les débats organisés par le GCEB le 19 juin 1997 avec des membres du Parlement européen, des services de la Commission, des chercheurs, des représentants de l'industrie, des consommateurs, des patients, des associations de protection de l'environnement et de protection des animaux, ainsi que des représentants des différents courants religieux ou philosophiques,

vu les débats organisés par le GCEB le 26 novembre 1997 avec des représentants des différents comités nationaux d'éthique ou autres instances éthiques assimilées, des membres du Parlement européen, des représentants des organisations internationales, et les services de la Commission,

vu le rapport du Prof. Gilbert Hottois sur l'éthique dans le 5ème programme-cadre.

1. Considérant les points suivants:

1.1 L'originalité de la demande d'avis adressée au GCEB tient au fait qu'elle porte non sur une question d'éthique particulière mais, de manière plus globale, sur les aspects éthiques de l'ensemble du 5ème programme-cadre de recherche.

1.2 La délimitation de son champ propre de compétences a conduit le GCEB à ne considérer dans le présent avis que les aspects éthiques de la recherche en Sciences de la Vie.

1.3 Il reste que les autres domaines de recherche, concernés par le programme-cadre soulèvent aussi des questions éthiques de nature à justifier la nécessité d'une évaluation éthique.

1.4 La recherche communautaire, dans le domaine des Sciences de la Vie, présente un intérêt spécifique en permettant de réunir des compétences diversifiées, d'optimiser les expérimentations, et par suite d'améliorer le rapport entre les bénéfices d'une recherche et les contraintes éthiques, notamment lorsqu'il s'agit d'expérimentations sur des êtres humains ou sur des animaux

1.5 La dimension communautaire de la recherche se justifie encore davantage dans les domaines ne bénéficiant pas d'incitatifs économiques. Il en est ainsi de la recherche fondamentale, indispensable à l'élévation du niveau des savoirs en Europe. Il en est également ainsi de la recherche dans le domaine des maladies rares pour lesquelles, en outre, les données disponibles au niveau national (par exemple les données épidémiologiques), sont limitées.

La mise en commun des moyens de recherche concernant les maladies rares des Etats membres répond au principe éthique de solidarité.

1.6 La recherche en bioéthique et en sciences humaines est un élément nécessaire tant à la compréhension des implications éthiques des recherches en Sciences de la Vie qu'à l'évaluation éthique des projets de recherche en ce domaine. Il existe donc une complémentarité entre la recherche en bioéthique et l'éthique de la recherche.

1.7 L'Europe, tout en respectant les différences et les identités nationales, s'appuie sur des valeurs communes. La tradition culturelle de l'Europe reconnait à cet égard la valeur de la liberté de recherche, en tant que liberté fondamentale de l'homme.

1.8 Durant les troisième (1991-1994) et quatrième (1994-1998) programmes-cadres communautaires, la recherche en bioéthique s'est d'abord centrée sur les questions relatives à la recherche sur le génome humain, puis sur la recherche médicale et enfin, elle s'est intéressée à l'ensemble des questions éthiques soulevées par la recherche en Sciences de la Vie.

1.9 De même, une évaluation éthique des projets de recherche s'est progressivement mise en place suivant des procédures spécifiques visant des catégories particulières de recherches, (par exemple, les projets utilisant des tissus embryonnaires ou foetaux humains).

1.10 En l'absence de compétences normatives de la Communauté européenne dans les domaines plus particulièrement concernés par la bioéthique (Recherche et Santé), il appartient à la Commission de soumettre à des exigences et à une évaluation éthiques les projets de recherche qu'elle finance.

2. Le Groupe présente à la Commission l´avis suivant:

2.1 Les questions éthiques fondamentales soulevées par la recherche en Sciences de la Vie et par ses applications justifient la définition de conditions éthiques à la recherche. Dans cette perspective, la mention novatrice du respect de "principes éthiques fondamentaux" dans l'article 6 du 5ème programme-cadre est pleinement appropriée.

2.2 Ces conditions éthiques doivent s'appliquer de manière à ce que soit respecté le principe fondamental de la liberté de recherche, qui procède de la liberté de pensée. L'éthique de la recherche doit donc viser à concilier le libre exercice des activités de recherche avec les impératifs liés tant à la protection des droits fondamentaux du citoyen européen qu'aux responsabilités de l'homme vis-à-vis de l'animal et de l'environnement.

2.3 Sans préjudice des compétences des Etats membres en matière de recherche dans le cadre des règlementations nationales, il incombe à la Commission de veiller à l'évaluation éthique des projets de recherche qui lui sont soumis, en mettant en place des procédures appropriées.

2.4 En vue de l´évaluation éthique des projets de recherche, trois niveaux sont à distinguer concernant:

(1) le projet de recherche du point de vue des modalités de sa mise en œuvre;

(2) l'objectif déclaré de la recherche et les applications envisagées des résultats;

(3) les utilisations et conséquences possibles à moyen et long termes, de la recherche et de ses résultats tant sur l'individu, l'environnement que sur la société en général.

Le premier niveau doit systématiquement donner lieu à une évaluation éthique dans le cadre des programmes de recherche communautaires.

Le deuxième niveau peut et doit également être évalué d'un point de vue éthique.

Le troisième niveau ne doit être pris en considération qu'exceptionnellement dans la procédure d'évaluation lorsque le projet de recherche suscite manifestement de graves préoccupations éthiques.

2.5 L'évaluation éthique d'un projet de recherche soumis à la Commission implique que l'auteur précise:

- la description des modalités de sa mise en œuvre;

- la description de l'objectif poursuivi par le projet ainsi que, s'il y a lieu, des applications envisagées des résultats;

- l'indication des réglementations nationales et internationales applicables à cet égard et accompagnée d'informations sur la façon dont le chercheur fait face à ses obligations, imposées par la réglementation.

Les avis des comités d'éthique locaux, requis par la réglementation nationale et déjà obtenus, doivent être joints au projet dès sa soumission à la Commission En tout état de cause, les autorisations requises doivent avoir été obtenues lors de la conclusion du contrat de recherche.

2.6 L'évaluation éthique des projets de recherche communautaire doit en principe être concomitante à l'évaluation scientifique. Elle pourra aussi, s'il y a lieu (par exemple si les questions soulevées sont particulièrement sensibles), être réalisée postérieurement par des groupes indépendants d'experts, de composition pluridisciplinaire et pluraliste.

2.7 Une attention particulière doit être portée à l'évaluation éthique des projets de recherche concernant les domaines les plus sensibles, notamment ceux à propos desquels les législations des Etats membres différent. La prise en considération des différences d'approche des législations nationales ne peut constituer a priori un motif d'exclusion de ces recherches du 5ème programme-cadre.

2.8 Le premier niveau d'évaluation éthique concerne toutes recherches, qu'elles impliquent des êtres humains, des animaux ou des végétaux.

2.9 En ce qui concerne la recherche impliquant des êtres humains , les principes éthiques fondamentaux applicables sont ceux reconnus dans les textes internationaux, notamment:

- le principe d'autonomie de l'individu (impliquant le recueil du consentement éclairé, le respect de la vie privée, au regard notamment de la confidentialité des informations personnelles);

- le principe du respect de la dignité de la personne humaine;

- le principe de non-discrimination (en particulier, vis-à-vis des personnes susceptibles de participer à la recherche);

- le principe de proportionalité (en particulier, entre risque et bénéfice);

- le principe de non exploitation (pour mettre les personnes à l'abri de pressions, en particulier d'ordre économique);

- le principe de protection des groupes de personnes vulnérables en particulier au regard du recueil du consentement (mais sans que ces personnes puissent être exclues du bénéfice potentiel, direct ou indirect, de la participation à la recherche).

2.10 En ce qui concerne l'expérimentation animale, les principes éthiques applicables sont en particulier:

- le remplacement (par des méthodes alternatives),

- la réduction (du nombre des animaux),

- l'optimisation de l'expérimentation (permettant de limiter le nombre d'expériences).

2.11 La souffrance animale doit être évitée ou en tout état de cause limitée au minimum compte tenu des bénéfices attendus de la recherche. L'application de ces principes doit être particulièrement stricte s'agissant, des espèces animales les plus proches de l'homme. Les recherches comportant le recours à la transgénèse ou/et au clonage des animaux doivent faire l'objet d'une vigilance particulière d'un point de vue éthique.

2.12 Pour ce qui est de la recherche sur les plantes ou les micro-organismes, les principes éthiques à observer concernent le respect de la proportionalité entre les bénéfices attendus et les risques pour la santé humaine et l'environnement, ainsi que la vigilance à l'égard de la biodiversité.

2.13 Le deuxième niveau d'évaluation, qui concerne les objectifs déclarés du projet et les applications envisagées des résultats, suppose de prendre en compte d'une part les bienfaits liés au progrès de la connaissance et à l'amélioration de la santé et du bien-être et, d'autre part les risques potentiels. A cet égard, le principe de précaution doit être respecté.

2.14 L'évaluation éthique au troisième niveau se heurte à la complexité et à l'imprévisibilité des utilisations et conséquences des résultats de la recherche. Elle est d'autant plus délicate qu'elle est liée à des conceptions sur l'avenir de la société en général. Aussi, cette appréciation éthique relèvet-elle plutôt du débat public et des instances socio-politiques, nationales et communautaires.

2.15 L'évaluation quinquennale des programmes-cadres de recherche devrait inclure un volet éthique. Celui-ci doit permettre de dresser le bilan de l'application des procédures d'évaluation éthique des projets de recherche et d'informer le public sur la manière dont les principes éthiques fondamentaux ont été respectés dans la mise en oeuvre du programme.

2.16 L'éthique de la recherche impose au chercheur une déontologie impliquant rigueur et probité intellectuelle au niveau de la définition et de la conduite des projets de recherche, ainsi qu'au niveau de la présentation et l'interprétation des résultats de la recherche, (y compris si ces résultats sont négatifs et quelles que soient les pressions économiques pesant sur la recherche).

2.17 L'évaluation éthique de la recherche exige, pour être effectuée avec compétence, d'être éclairée par la recherche en bioéthique. Cette dernière, et plus largement la recherche en sciences humaines, doivent continuer d'être stimulées au niveau communautaire.

2.18 La recherche en bioéthique doit porter sur les domaines de la recherche animale, alimentaire et environnementale, aussi bien que sur le domaine biomédical.

2.19 L'analyse des questions éthiques sur des thèmes de recherche controversés et débattus dans le public doit être encouragée y compris s'agissant de pratiques, comme par exemple la thérapie génique germinale, qui sont exclues des financements du programme-cadre de recherche.

2.20 Les études menées au niveau communautaire sur les interactions entre recherche et développement, d'une part, et la société, d'autre part, (dialogue entre la communauté scientifique et le public, perception du public de la recherche et des technologies nouvelles, rôle des médias, etc.) doivent être renforcées.

2.21 La recherche en bioéthique, en tant qu'elle aide à dégager une approche éthique spécifiquement européenne, doit contribuer à l'élaboration de la citoyenneté européenne.

2.22 La Commission européenne devrait se doter d'un système d'information actualisé sur l'ensemble des données éthiques et juridiques relatives aux Sciences de la Vie au niveau tant national qu'international.

2.23 La Commission européenne doit veiller à l'établissement de liens avec les comités d'éthique nationaux ou autres instances assimilées dans les Etats membres, et dans ce cadre, s'associer aux efforts de la coopération menés par d'autres organisations internationales (telles que le Conseil de l'Europe et l'UNESCO).

2.24. Les actions d'information et d'éducation relatives aux nouvelles technologies et à leurs impacts sociaux et éthiques doivent être amplifiées, en particulier au niveau de l'enseignement secondaire, afin de former des citoyens européens à même de participer pleinement au débat public sur les grands choix de société.

Conformément à son mandat, le Groupe de Conseillers pour l'Ethique de la Biotechnologie formule le présent avis à l'intention de la Commission européenne.

Les membres:

Anne McLaren, Margareta Mikkelsen, Luis Archer, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Dietmar Mieth, Gilbert Hottois

La Présidente: Noëlle Lenoir


Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002