Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados  Versión PDF 

Ethical Aspects of Genetic Modification of Animals


Creación: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Fuente: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: Comunidades Europeas
Traducción castellana: No
Fecha: 21 de mayo de 1996
Comprobado el 11 de marzo de 2003

 


Ethical Aspects of Genetic Modification of Animals

Reference: Opinion requested by the European Commission on 29 September 1992

Rapporteur: Prof. Egbert Schroten

The Group of Advisers to the European Commission on the Ethical Implications of Biotechnology (GAEIB),

Having regard to the Commission's request of 29 September 1992 for an Opinion on Ethics and Biotechnology for vertebrate animals, including fish,

Having regard to the Commission's White Paper on Growth, Competitiveness, Employment (December 1993), in particular chapter 5B,

Having regard to the Treaty on European Union, namely the annexed Declaration n° 24 on the protection of animals,

Having regard to Council Directive 86/609/EEC regarding the protection of animals used for experimental and other scientific purposes,

Having regard to Council Directive 90/220 EEC, regarding the deliberate release into the environment of Genetically Modified Organisms,

Having regard to the European Conventions of the Council of Europe for the protection of animals kept for farming purposes (1976-EST 87) and in particular the Protocol of Amendment thereto, and for the protection of vertebrate animals used for experimental or other scientific purposes (1986-EST 123),

Having regard to the United Nations Conventiion on Biodiversity of 6 June 1992, ratified by the European Union on 25 October 1993,

Having regard to the hearings, organized by the GAEIB, with experts, representatives of consumers, patients' groups and pharmaceutical Industries, representatives of animal and environment protection associations, researchers and members of the European Parliament and of the Council of Europe (21 June 1995 and 20 February 1996),

Having regard to the report of Prof. Egbert Schroten on the ethical aspects of genetic modification of animals.

1. Whereas

1.1 The Opinion addresses the genetic modification of animals brought about by DNA technology, including transfer of genes (transgenesis) and the deletion of genes ("knockout").

1.2 Genetic modification of animals is a developing technology which will add to rather than replace existing techniques. It can be used:

- In fundamental bio-medical research to improve our genetic and physiological knowledge;

- To make models of human diseases;

- For the production of proteins or other substances for therapeutic aims;

- As an alternative source of tissues and organs for "xenotransplantation";

- To obtain or to improve desired features of farmed animals including fish, such as disease resistance and food production.

1.3 In this context, international competition is strong because practical applications are to be anticipated, both:

- Medical (e.g. models of cystic fibrosis, production of alpha-1-antitrypsin for the treatment of acute respiratory distress syndrome);

- And agricultural (e.g. improved meat quality in pigs, better wool production in sheep, fish with increased growth rate).

1.4 Man has always been trying to modify nature, for instance by animal breeding. However, modern animal biotechnology differs from traditional breeding, more specifically by:

- The methods used: direct intervention on a micro level (cells, DNA, genes) by highly sophisticated technologies;

- The range of the new methods: breaking through species and even kingdom barriers;

- The speed and precision of such modern technology;

- The introduction of new objectives: for instance xenotransplantation.

1.5 In our societies, besides the potential benefit we can expect from these techniques, there are concerns, for example:

- Harm to animal health and welfare;

- Impact on human health;

- Animals are being used as mere instruments for human benefit and interests;

- It is seen as an infringement of animal "integrity" or of the "intrinsic" or "inherent" value of animals;

- It is seen as "unnatural for example because it transgresses species boundaries;

- It is seen as taking environmental risks the consequences of which are difficult to calculate;

- It is seen as a slippery slope towards eugenic applications on human beings.

1.6 Some of these public concerns about genetic modification of animals may be based on lack of information. They also reflect fundamental philosophical questions about our society and the place of science and technology therein, the place of humans in nature, the relation between humans and animals and in particular the extent to which animals may be subordinated to human needs.

1.7 The religious and philosophical approach of western countries traditionally gives a specific place to humans in their relationship with nature and animals, as humans are taken to have a "superior" position. This approach is shared by most people in Europe even though society has experienced, in recent decades, movements which advocate a more bio-oriented way of thinking.

1.8 In the pluralistic societies of the European Union, a complete consensus on moral and philosophical issues is not likely. However, we all may agree that vertebrate animals, as sentient beings, deserve special ethical awareness, and that genetic modification of animals means an increase of scientific power and thus of responsibility. On the map of these new technologies, the ethical pathways are not yet clearly marked, which implies the adoption of a policy of prudence.

1.9 The use of genetically modified animals or products issuing from them, may have potential implications for humans, which should be taken into account, namely concerning:

- Our security as a consumer

- Our right to be informed

- The protection of our environment (including biodiversity).

1.10 Since it involves additional ethical issues, the controversial question of legal protection of genetically modified animals requires a separate opinion.

2. Submits the following Opinion to the European Commission:

2.1 Genetic modification of animals may contribute to human wellbeing and welfare, but is acceptable only when the aims are ethically justified and when it is carried out under ethical conditions.

2.2 These conditions would include the following:

- The public's right to protection against risks as well as their right to adequate information;

- Human responsibility for animals, nature and the environment, including biodiversity;

- The duty to avoid or minimize animal suffering since unjustified or disproportionate suffering is unacceptable;

- The duty of reducing, replacing and when possible refining the experimentation adopted for the use of animals in research.

2.3 In view of the consequences this technology may have for the health of humans and animals, for the environment and society, a policy of great prudence is required.

2.4 The scope of this policy should apply to:

- The making of genetically modified animals;

- The use and care of these animals;

- The release of these animals;

- Putting genetically modified animals and their products onto the market (including import/export).

2.5 Concerning these points, licensing bodies in all Member States should have the task of assessing research projects and applications in the light of the above mentioned principles.

2.6 The task of these licensing bodies would include at least the assessment of:

- The objectives: transparency and ethical acceptability;

- The risks: human health, environmental impact;

- Animal health, welfare and care;

- The proportionality of means and ends concerning genetic modifications of animals;

- The quality of these procedures;

- The possibility of alternatives.

2.7 Great care should be taken to prevent the release into the environment of genetically modified animals capable of surviving and breeding in the wild.

2.8 Research into the ethical, philosophical and social aspects of animal biotechnology should be stimulated. Research into and monitoring of the possible consequences of animal biotechnology for the public and the environment should be supported at the European level.

2.9 There should be appropriate and understandable information for the public about genetic modification of animals and their products. The European Institutions should strive to:

- Systematically bridge the information gap;

- Stimulate the dialogue between research, industry and the public;

- Create platforms for participation of the public in decision making.

In accordance with its terms of reference, the Group of Advisers on the Ethical Implications of Biotechnology hereby presents this Opinion to the European Commission.

The Members:

Anne McLaren, Margareta Mikkelsen, Luis Archer, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Dietmar Mieth, Gilbert Hottois

The Chairman: Noëlle Lenoir

 

Les aspects éthiques de la modification génétique des animaux

Référence: Avis demandé par la Commission européenne le 29 septembre 1992

Rapporteur: M. Egbert Schroten

Le groupe des conseillers pour l'éthique de la biotechnologie de la Commission européenne (CEB),

vu la demande d'un avis sur les aspects éthiques de l'utilisation de la biotechnologie en ce qui concerne les vertébrés, y compris les poissons, formulée par la Commission le 29 septembre 1992,

vu le Livre blanc de la Commission sur la croissance, la compétitivité et l'emploi (décembre 1993), et notamment son chapitre 5B,

vu le traité sur l'Union européenne, notamment la déclaration annexée n° 24 relative à la protection des animaux,

vu la directive du Conseil 86/609/CEE relative à la protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d'autres fins scientifiques,

vu la directive du Conseil 90/220/CEE relative à la dissémination volontaire d'organismes génétiquement modifiés dans l'environnement,

vu la Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des animaux dans les élevages (1976-EST 87), et notamment le protocole d'amendement à cette convention, et la Convention sur la protection des animaux vertébrés utilisés à des fins expérimentales ou à d'autres fins scientifiques (1986-EST 123),

vu la Convention des Nations unies sur la biodiversité du 6 juin 1992, ratifiée par l'Union européenne le 25 octobre 1993,

vu les séances d'auditions organisées par le GCEB avec la participation de chercheurs, de représentants des consommateurs, des groupements de patients et d'industries pharmaceutiques, des représentants des associations de protection des animaux et de protection de l'environnement, des membres du Parlement européen et des représentants des services du Conseil de l'Europe (21 juin 1995 et 20 février 1996),

vu le rapport de M. Egbert Schroten sur les aspects éthiques de la modification génétique des animaux;

1. considérant ce qui suit:

1.1 Le présent avis est relatif à la modification génétique des animaux à l'aide de la technique de l'ADN, notamment le transfert de gènes (transgenèse) et la soustraction de gènes ("knock-out").

1.2 La modification génétique des animaux est une technique nouvelle destinée à compléter plutôt qu'à remplacer les techniques existantes. Elle peut être utilisée:

- dans la recherche biomédicale fondamentale, pour améliorer les connaissances dans le domaine de la génétique et de la physiologie;

- dans le cadre de l'expérimentation animale, pour utiliser des animaux servant de modèles aux maladies humaines;

- pour fabriquer des protéines ou d'autres substances à des fins thérapeutiques;

- pour constituer une source de tissus et d'organes en vue de "xenotransplantation";

- pour conférer certaines caractéristiques à des animaux d'élevage, y compris les poissons, ou améliorer leurs caractéristiques ayant trait par exemple à la résistance aux maladies ou leur utilisation dans l'alimentation.

1.3 La concurrence internationale est particulièrement forte dans ce domaine compte-tenu des applications prometteuses de ces techniques nouvelles:

- dans le domaine médical (constitution de modèles permettent d'approfondir les recherches sur la mucoviscidose, production d'alpha-l-antitrypsine pour le traitement du syndrome de la détresse respiratoire aiguë);

- dans le domaine agricole (amélioration de la qualité de la viande porcine, amélioration de la production de laine par les moutons, accélération de la croissance des poissons).

1.4 De tous temps, l'homme s'est efforcé de transformer la nature, par exemple en procédant à l'élevage d'animaux. La biotechnologie animale moderne se distingue toutefois de l'élevage traditionnel, notamment par les caractéristiques suivantes:

- les méthodes utilisées: intervention directe au niveau microscopique (cellules, ADN, gènes) à l'aide de techniques très complexes,

- la portée des nouvelles méthodes: elles permettent de franchir les barrières entre les espèces, et même entre règnes (végétaux, animaux, humains);

- la rapidité et la précision des techniques en cause;

- la mise en oeuvre d'applications entièrement nouvelles, telles que les xénotransplantations.

1.5 Dans nos sociétés, en dehors des avantages potentiels qu'elles comportent, ces techniques font naître des préoccupations concernant:

- la santé et le bien-être des animaux,

- leur impact sur la santé humaine,

- le fait qu'elles transforment les animaux en simples instruments au service de l'homme,

- le fait qu'elles apparaissent comme une atteinte à "l'intégrité" de l'animal ou même à sa valeur "inhérente" ou "intrinsèque",

- leur caractère "non naturel" du fait, par exemple, qu'elles abolissent les frontières entre espèces,

- le fait qu'elles puissent entrainer des risques pour l'environnement dont les conséquences sont difficiles à mesurer,

- le fait qu'elles pourraient être la pente glissante vers la mise en oeuvre de pratiques eugéniques sur l'homme.

1.6 Si, certaines des inquiétudes du public quant aux modifications génétiques des animaux sont liées à un manque d'information, ces craintes reflètent également des préoccupations philosophiques fondamentales concernant la société et le rôle de la science et de la technologie, la place de l'homme dans la nature, les relations entre l'homme et l'animal, et en particulier la mesure selon laquelle les animaux peuvent être utilisés pour satisfaire les besoins de l'homme.

1.7 Les conceptions religieuses et philosophiques occidentales confèrent à l'homme une place à part vis à vis de la nature et des animaux. Dans cette vision du monde, l'homme occupe une place "supérieure". Ces conceptions sont partagées par une majorité de l'opinion en Europe, même si l'on a constaté, au cours des dernières décennies, l'apparition de courants de pensée reposant davantage sur le "biocentrisme".

1.8 Les sociétés pluralistes de l'Union européenne excluent qu'il puisse exister un consensus complet sur les questions morales et philosophiques. Toutefois, chacun admet que les vertébrés, en tant qu'êtres sensibles, méritent considération du point de vue éthique, et que les manipulations génétiques sur les animaux entraînent un surcroît de responsabilité par l'accroissement du pouvoir scientifique qu'elles impliquent. Les aspects éthiques de ces nouvelles technologies doivent être encore approfondis. C'est la raison pour laquelle la prudence est de mise.

1.9 L'utilisation d'animaux modifiés génétiquement ou de produits qui en sont issus peut avoir des implications potentielles pour l'homme. Il importe de les prendre en considération, notamment en ce qui concerne:

- la sécurité de l'homme en tant que consommateur,

- le droit à l'information,

- a protection de l'environnement (y compris de la biodiversité).

1.10 Comme elle touche à d'autres aspects éthiques, la question controversée de la protection juridique des animaux génétiquement modifiés doit faire l'objet d'un avis spécifique.

2. présente l´avis suivant à la commission européenne:

2.1 La modification génétique des animaux peut contribuer au bien-être de l'homme, mais elle n'est acceptable que lorsqu'elle est justifiée sur le plan éthique et qu'elle est réalisée dans des conditions éthiquement acceptables.

2.2 Ces conditions impliquent:

- le droit du public d'être protégé face aux risques et d'être correctement informé,

- la responsabilité de l'homme vis-à-vis des animaux, de la nature et de l'environnement, y compris la biodiversité,

- le devoir d'éviter ou de réduire la souffrance animale étant donné qu'une souffrance injustifiée ou disproportionnée n'est pas acceptable,

- l'obligation de réduire, remplacer et dans la mesure du possible, affiner les expériences sur les animaux à des fins de recherche.

2.3 Eu égard aux conséquences que ces techniques peuvent avoir pour la santé humaine et animale, pour l'environnement et la société, une extrême prudence s'impose.

2.4. Ce principe de prudence doit s'appliquer en ce qui concerne:

- l'obtention d'animaux génétiquement modifiés

- l'utilisation et le soin de ces animaux,

- leur mise en liberté

- la commercialisation de ces animaux et des produits qui en sont issus (y compris importation et exportation).

2.5. En ce qui concerne les points précités, les organismes compétents en matière d'octroi de licences dans tous les États membres doivent être chargés d'évaluer les projets de recherche et leurs applications à la lumière des principes évoqués précédemment (point 2.2).

2.6. Ces organismes doivent être chargés d'évaluer au moins:

- les objectifs, sous l'angle de leur transparence et de leur acceptabilité éthique,

- les risques pour la santé humaine et l'environnement,

- la santé et le bien-être des animaux,

- la proportionnalité des moyens et des objectifs quant aux modifications génétiques des animaux,

- la qualité des procédures,

- la possibilité de solutions alternatives

2.7. Il est nécessaire de veiller particulièrement à ce que des animaux génétiquement modifiés capables de survivre et de se reproduire ne soient pas libérés dans l'environnement.

2.8 La recherche sur les aspects éthiques, philosophiques et sociaux des biotechnologies animales doit être encouragée. La recherche et la surveillance en ce qui concerne les conséquences éventuelles de la biotechnologie animale pour l'homme et l'environnement doivent être soutenues au niveau européen.

2.9 Une information adéquate et compréhensible sur les modifications génétiques des animaux et les produits qui en sont issus, doit être apportée au public. Les institutions européennes doivent s'employer:

- à pallier systématiquement les lacunes en matière d'information

- à promouvoir le dialogue entre la recherche, l'industrie et le public,

- à créer des plates-formes permettant au public de participer à la prise de décision.

Conformément à son mandat, le Groupe de Conseillers pour les Aspects Ethiques de la Biotechnologie soumet par la présente son avis à la Commission européenne.

Les membres:

Anne McLaren, Margareta Mikkelsen, Luis Archer, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Dietmar Mieth, Gilbert Hottois

La Présidente: Noëlle Lenoir


Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002