Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados  Versión PDF 

Ethical Aspects of the Labelling of Foods Derived from Modern Biotechnology


Creación: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Fuente: Grupo europeo de ética de las ciencias y de las nuevas tecnologías
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: Comunidades Europeas
Traducción castellana: No
Fecha: 5 de mayo de 1995
Comprobado el 11 de marzo de 2003

 


Ethical Aspects of the Labelling of Foods Derived from Modern Biotechnology

Reference: Opinion requested by the European Commission on 13 October 1994

Rapporteur: Dr. Anne McLaren

The Group of Advisers to the European Commission on the Ethical Implications of Biotechnology,

Having regard to the Commission's request of 13 October 1994 for an opinion on the labelling of foods derived from modern biotechnology,

Having regard to the Articles 3p, 3s, 126, 127 and 129a of the Treaty on European Union,

Having regard to Article F(2) of the Common Provisions of this Treaty concerning respect of the European Union for the national identities of its Member States and of fundamental rights,

Having regard to Community instruments on the approximation of the legislation of the Member States concerning the labelling and presentation of foodstuffs and the advertising thereof, and in particular Council Directives 79/112/EEC, 85/7/EEC, 86/197/EEC, 89/395/EEC, and 91/72/EEC, and to the amended Commission proposal for a Parliament and Council Regulation (EC) on novel foods and novel food ingredients,

Having regard to the 1989 Opinion of the Consumers Consultative Committee on novel food ingredients,

Having regard to the Economic and Social Committee report of 19 April 1993,

Having regard to the Opinion of the European Parliament adopted on first reading on 27 Oct. 1993,

Having regard to the hearing that the Group of Advisers organized with representatives of consumers associations, industries, religious and philosophical bodies and members of the European Parliament,

Having regard to the report read by Dr. Anne McLaren on the ethical aspects of the labelling of foods derived from the use of modern biotechnology,

1. Whereas

1.1 modifications have been made to varieties of plants and farm animals in the crop and stockbreeding sectors for centuries, using conventional methods such as selection, crossbreeding and hybridization. The object of the modern biotechnological methods now being developed is to improve further certain characteristics of plants, animals and microorganisms by introducing into the genome a modified or unmodified copy of a gene either from the same, or from another species. These biotechnological methods differ from traditional breeding methods in that the new features of the products are clearly defined and because genetic information (DNA) can be transferred across species and even kingdom boundaries;

1.2 these new methods are intended to improve agriculture and food production so that plants for instance are more resistant to disease, harsh weather conditions or other effects of the environment; so that the performance and health of farm animals is enhanced without harming their welfare; and so that the quality and safety of farm products including their shelf life, nutritional value and purity is improved;

1.3 they can moreover enlarge choice for the consumers, who thereby can gain access to new products with particular properties (modified tomatoes which keep longer, for example); benefit to the environment (they could reduce the use of chemical fertiliser) and enhance substainability of agricultural systems in less and more developed countries.

1.4 These biotechnological applications relate to the development of the health and agri-foodstuffs sectors of the EU as specified in the White Paper (1993) Growth, Competitiveness, Employment The Challenges and Ways Forward into the 21st Century;

1.5 the primary ethical imperative applying to foodstuffs that enter the food chain -whether or not they are derived from biotechnology - relates to their safety, which has to be strictly monitored. When such products are authorized to be placed on the market they will have already met the required safety standards both for human health and for the environment; these standards, which are also subject to ethical considerations, do not fall within the scope of this opinion. The Commission's referral for an Opinion has directed the Group's attention to the ethical dimension of labelling, to the consumer's right to know as well as to the scope of the duty to provide adequate information about food derived from the use of modern biotechnology;

1.6 there are various cases to be distinguished in relation to foods derived from modern biotechnology: these include products (e.g. fruit and vegetables) in which the modified DNA remains intact; products (e.g. tinned food, meat, fruit and vegetables) in which the DNA is broken down by processing; products prepared using processing aids modified by biotechnology (e.g. enzymes); other products coming from a genetically modified source that are themselves unmodified (e.g. sugar from modified beet);

1.7 the original gene has to be replicated LQ_ YLWUR many times before it can be used. This entails dilution of the original DNA in a ratio comparable to a drop of water within all oceans, so that any DNA in the product can be regarded as a copy produced LQ_ YLWUR; in other cases the original DNA is not used at all, but similar DNA is synthesised artificially;

1.8 the consumer's rights, which are recognized in all the Member States as stated above, include a right to information and its corollary, a duty to inform, the scope and limits of which are laid down in law. In this respect, transparency between producers, retailers and consumers, as well as enforceability, is another consideration of great importance, to maintain public confidence in the safety and quality of products entering the food chain;

1.9 labelling with respect to consumer information is therefore important, to give consumers the opportunity to make an informed choice, and for the free movement of products in the European Union;

2. the Group submits the following opinion to the European Commission:

2.1 the attainment of a high level of consumer protection is a crucial objective of the Community and an ethical imperative with respect to food whether or not it is derived from the use of biotechnology; it is necessary to guarantee, once safety has been ensured, that the right of the consumer to adequate information is safeguarded;

2.2 biotechnological progress is a new element that can contribute towards meeting food requirements in Europe and throughout the world which corresponds to an important objective for all members of human society; modern biotechnology, as a technique, used in food production, can not be regarded in itself as ethical or non ethical; the provision of appropriate and understandable information for consumers about food derived from the use of modern biotechnology should go hand-in-hand with the development of these technologies;

2.3 the consumers must be provided with information which, for transparency, should be:

- useful, adequate and informative;

- clear, understandable, non technical;

- honest, not misleading or confusing, and which aims to prevent fraud;

- enforceable, i.e. possible to verify;

2.4 given the need to provide this information for the consumers and to lead to better understanding of the technological developments of our time, their benefits as well as their limits, labelling will be appropriate when modern biotechnology causes a substantial change in composition, nutritional value or the use for which the food is intended, not only the new food composition and characteristics but also, in this specific case, for the process; modern biotechnology, however, does not necessarily substantially change the composition and characteristics of foods; in this case, it is not appropriate to indicate the nature of the process.

2.5 consumers have a right to be able to make informed choices about what they eat; so they can legitimately expect to be able to receive a clear indication of where additional information can be obtained, especially when their choices include cultural and religious considerations;

2.6 state-of-the-art educational and information networks provide mechanisms by which producers and/or retailers can give individual consumers, consumer organisations, religious and special interest groups the material they need to reach informed judgements about food derived from the use of modern biotechnology.

The Group recommend that such mechanisms which are complementary to labelling should be developed (e.g. access to informatic databases, free telephone help lines, information networks, ...);

2.7 it is of vital importance that public information and education are promoted as well as technology assessment so that the public gains an objective and correct picture of foods derived from the use of modern biotechnology; they must be aware of the possibilities and limitations that exist in the production of food by this means. Appreciation of the improvement of food quality, safety and value that could accrue from the use of these new technologies requires a didactic as well as a democratic approach involving a close participation of European citizens;

2.8 in this respect, the Group recommends that the Commission fosters educational programmes at all levels which fall in the line of Community competence according to the Treaty.

In accordance with its terms of reference, the Group of Advisers on the Ethical Implications of Biotechnology hereby presents this Opinion to the European Commission.

The Members:

Anne McLaren, Margareta Mikkelsen, Luis Archer, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Dietmar Mieth, Gilbert Hottois

The Chairman, Noëlle Lenoir

 

Les Aspects Ethiques de L'Etiquetage des Aliments Dérivés de la Biotechnologie Moderne

Référence: Avis demandé par la Commission européenne le 13 octobre 1994

Rapporteur: Dr Anne McLaren

Le Groupe des Conseillers pour L'Ethique de la Biotechnologie de la Commission Européenne,

vu la demande d'avis de la Commission, du 13 octobre 1994, sur l'étiquetage des aliments dérivés de la biotechnologie moderne,

vu le Traité sur l'Union européenne et notamment les articles 3 point p), 3 point s), 126, 127 et 129 A,

vu en particulier l'article F paragraphe 2 des dispositions communes de ce traité concernant le respect, par l'Union européenne, de l'identité nationale de ses Etats membres et des droits fondamentaux,

vu les instruments communautaires sur le rapprochement des législations nationales concernant l'étiquetage et la présentation des denrées alimentaires ainsi que la publicité faite à leur sujet, et notamment les directives du Conseil 79/112/CEE, 85/7/CEE, 86/197/CEE, 89/395/CEE et 91/72/CEE, et la proposition modifiée de la Commission pour un règlement du Conseil et du Parlement sur les nouveaux aliments et ingrédients alimentaires, vu l'avis de 1989 du Conseil Consultatif des Consommateurs sur les nouveaux ingrédients alimentaires,

vu le rapport du Comité économique et social du 19 avril 1993, vu l'avis adopté par le Parlement européen en première lecture le 27 octobre 1993,

vu le débat organisé par le groupe de conseillers le 12 avril 1995 avec des représentants de l'industrie, d'associations des consommateurs, et de groupes religieux et philosophiques, ainsi qu'avec des membres du Parlement européen,

vu le rapport de Mme Anne McLaren sur les aspects éthiques de l'étiquetage des aliments dérivés de la biotechnologie moderne,

1. Considérant que:

1.1. l'homme, depuis des siècles, n'a cessé de modifier les variétés de plantes et d'animaux d'élevage en utilisant des méthodes traditionnelles comme la sélection, les croisements et l'hybridation. L'objectif des méthodes de la biotechnologie moderne qui se développent actuellement est d'améliorer certaines caractéristiques des plantes, des animaux et des micro-organismes en introduisant dans leur génome une copie modifiée ou non modifiée d'un gène provenant soit de la même espèce, soit d'une espèce différente. Ces méthodes biotechnologiques diffèrent des méthodes d'élevage traditionnelles du fait que les nouvelles caractéristiques des produits sont plus clairement définies et qu'en outre l'information génétique (ADN) peut être transmise d'une espèce à une autre, voire d'un règne à un autre;

1.2. ces nouvelles méthodes visent à améliorer la production agricole et alimentaire, par exemple en rendant les plantes plus résistantes aux maladies, aux rigueurs climatiques ou à d'autres facteurs d'environnement. Elles tendent également à améliorer le rendement et la santé des animaux d'élevage sans nuire à leur bien-être, tout en augmentant la qualité et la sécurité des produits fermiers, y compris leur durée de conservation, leur valeur nutritionnelle et leur pureté;

1.3. elles peuvent en outre étendre la gamme des choix proposés au consommateur, qui peut ainsi accéder à de nouveaux produits aux caractéristiques particulières (tomates modifiées se conservant plus longtemps, par exemple). Ces méthodes peuvent être bénéfiques pour l'environnement (en réduisant l'utilisation d'engrais chimiques) et améliorer les systèmes d'exploitation agricole dans tous les pays, industrialisés ou en développement;

1.4. ces applications biotechnologiques sont liées au développement des secteurs agro-alimentaire et de la santé dans l'Union européenne, dans la ligne des propositions du Livre blanc de 1993: "Croissance, compétitivité, emploi - Les défis et les pistes pour entrer dans le 21e siècle";

1.5. le premier impératif éthique en matière de produits entrant dans la chaîne alimentaire - que ceux-ci soient ou non dérivés de la biotechnologie moderne - est de garantir leur sécurité, qui doit être rigoureusement contrôlée. Cependant, lorsqu'ils sont autorisés à venir sur le marché, ces produits ont déjà satisfaits aux normes de sécurité requises, tant pour la santé humaine que pour l'environnement. Ces normes de sécurité, bien qu'étant l'objet de considérations éthiques, n'entrentpas dans le champ du présent avis. La demande d'avis de la Commission a dirigé l'attention du Groupe sur la dimension éthique de l'étiquetage, en égard au droit à l'information du consommateur, et sur la portée de l'obligation des producteurs et distributeurs de fournir au consommateur une information appropriée concernant les aliments dérivés de la biotechnologie moderne;

1.6. plusieurs cas de figures sont à distinguer à propos des aliments dérivés de la biotechnologie moderne: les produits (p. ex. les fruits et les légumes) contenant un ADN modifié et non dégradé; les produits (p. ex. les aliments en boîte, viande, fruits et légumes) dans lesquels l'ADN est dégradé par les processus de transformation; les produits préparés en utilisant des auxiliaires de fabrication modifiés par la biotechnologie (p. ex. des enzymes); les produits provenant d'une source génétiquement modifiée, mais qui ne sont pas eux-mêmes modifiés (p. ex. le sucre provenant de betteraves modifiées);

1.7. le gène original doit être reproduit LQ_ YLWUR plusieurs fois avant de pouvoir être utilisé. Ceci implique une dilution de l'ADN d'origine comparable à celle d'une goutte d'eau dans l'ensemble des océans du monde. Ainsi, l'ADN présent dans le produit est à considérer comme une copie produite LQ_ YLWUR. Dans certains cas, l'ADN d'origine n'est pas utilisé du tout, un ADN similaire étant synthétisé artificiellement;

1.8. les droits des consommateurs, qui sont reconnus dans tous les Etats membres (voir supra), englobent leur droit à l'information et son corollaire, à savoir l'obligation d'informer, dans les conditions fixées par la loi. La transparence entre producteurs, distributeurs et consommateurs, ainsi que l'effectivité du contrôle du respect des règles prescrites, sont essentielles pour préserver la confiance du public dans la sécurité et la qualité des produits entrant dans la chaîne alimentaire;

1.9. l'étiquetage est indispensable, pour permettre au consommateur un choix informé ainsi que pour assurer la libre circulation des marchandises en Europe;

2. émet l'avis suivant

2.1. la réalisation d'un niveau élevé de protection des consommateurs est un objectif prioritaire de l'Union européenne et constitue un impératif éthique en ce qui concerne les aliments, qu'ils soient ou non dérivés de la biotechnologie moderne. La sécurité des aliments étant assurée, le droit du consommateur à une information appropriée doit également être garanti;

2.2. les progrès de la biotechnologie constituent un facteur nouveau susceptible de contribuer à la satisfaction des besoins alimentaires en Europe et dans le reste du monde. Ceci répond à une exigence majeure de tous les membres de la famille humaine. Toutefois, la biotechnologie moderne, comme technique utilisée dans la production alimentaire, n'est en soi ni éthique ni contraire à l'éthique. Aussi, l'offre au consommateur d'informations appropriées, claires et compréhensibles relatives aux aliments dérivés de la biotechnologie moderne, doit-elle aller de pair avec le développement de ces techniques;

2.3. les consommateurs doivent obtenir des renseignements qui, suivant l'exigence éthique de transparence, doivent être:

- utiles, appropriés et informatifs,

- clairs, compréhensibles et non techniques,

- honnêtes, ne prêtant pas à confusion, n'induisant pas en erreur et visant à éviter les fraudes,

- applicables, c'est à dire susceptibles d'être vérifiés;

2.4. eu égard à la nécessité de fournir cette information aux consommateurs et de contribuer à une meilleure compréhension des progrès technologiques de notre époque, de leurs avantages comme de leurs limites, il convient de prévoir un étiquetage chaque fois que la biotechnologie moderne entraîne une modification substantielle dans la composition ou la valeur nutritionnelle de l'aliment, ou encore dans ses conditions d'utilisation. Dans tous ces cas, l'étiquetage doit indiquer non seulement la nouvelle composition et les caractéristiques nouvelles du produit alimentaire, mais également le procédé utilisé. La biotechnologie moderne ne modifie cependant pas nécessairement la composition et les caractéristiques des aliments d'une façon substantielle. Dans ce dernier cas, il n'y a pas lieu de mentionner le procédé;

2.5. les consommateurs ont le droit d'être en situation de faire un choix informé à propos de leur alimentation. Ils doivent donc légitimement pouvoir prétendre se procurer des informations complémentaires, en particulier lorsque leur choix se fonde sur des considérations culturelles et religieuses;

2.6. les systèmes d'information et les structures éducatives donnent à l'heure actuelle la possibilité aux producteurs et/ou aux distributeurs de fournir aux consommateurs, aux organisations de consommateurs, aux communautés religieuses ou aux divers groupes d'intérêts, les renseignements dont ils ont besoin pour se faire une opinion dûment fondée au sujet des aliments dérivés de la biotechnologie moderne. Le groupe préconise le développement de mécanismes complémentaires d'information suivant diverses formules telles que: l'accès aux banques de données informatiques, les numéros de téléphone dits "verts" ou les réseaux d'information, par exemple.

2.7. l'information et l'éducation du public doivent impérativement être encouragées de même que la mise en place de dispositifs d'évaluation permettant aux citoyens de se faire une idée exacte et objective des aliments dérivés de la biotechnologie moderne ainsi que des avantages et des limites de la production alimentaire issue de cette technique. L'évaluation des améliorations apportées à la qualité, la sécurité et la valeur économique des aliments qui pourraient résulter de l'usage de ces nouvelles technologies exige une approche à la fois didactique et démocratique, impliquant l'étroite participation des citoyens européens;

2.8. le groupe recommande, à cet égard, à la Commission de promouvoir la mise en œuvre de programmes éducatifs à tous les niveaux dans le cadre des compétences conférées par le Traité en ce domaine à l'Union européenne.

Conformément à son mandat, le Groupe de Conseillers pour l'Ethique de la Biotechnologie remet le présent avis à la Commission européenne.

Les membres:

Anne McLaren, Margareta Mikkelsen, Luis Archer, Octavi Quintana-Trias, Stefano Rodota, Egbert Schroten, Dietmar Mieth, Gilbert Hottois

La Présidente, Noëlle Lenoir


Documentos internacionales - Grupo Europeo de Ética de las ciencias y de las nuevas tecnologíasDocumentos relacionados Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002