Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Comité de Ministros del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation on the Harmonisation of Medico-Legal Autopsy Rules


Creación: Comité de Ministros del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 20 de abril de 2003
Fecha: 2 de febrero de 1999

 


Recommendation (99) 3 on the Harmonisation of Medico-Legal Autopsy Rules1

The Committee of Ministers, under the terms of Article 15.b of the Statute of the Council of Europe,

Considering that the aim of the Council of Europe is to achieve a greater unity between its members;

Having regard to the principles laid down in the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms and, in particular, the prohibition of torture or inhuman or degrading treatment or punishment, and the right to life;

Conscious that it is normal practice for autopsies to be carried out in all Council of Europe member States to establish the cause and manner of death for medico-legal or other reasons or to establish the identity of the deceased;

Considering the importance of compensation for victims and families in criminal and civil proceedings;

Underlining the need for investigation, description, photographic documentation and sampling during medico-legal autopsy to follow primarily medical and scientific principles and simultaneously consider legal requirements and procedures;

Conscious that the increasing mobility of the population throughout Europe and the world, as well as the increasing internationalisation of judicial proceedings, require the adoption of uniform guidelines on the way autopsies are to be carried out and on the way autopsy reports are to be established;

Considering the Council of Europe Agreement on the Transfer of Corpses (European Treaty Series No. 80) and having regard to the difficulties often experienced by the receiving country when a dead body is repatriated from one member state to another;

Aware of the importance of proper autopsy procedures, in particular with a view to bringing to light illegal executions, and murders perpetrated by authoritarian regimes;

Underlining the need to protect the independence and impartiality of medico-legal experts, as well as to make available the necessary legal and technical facilities for them to carry out their duties in an appropriate way and to promote their training;

Considering the importance of national quality control systems to ensure the proper performance of medico-legal autopsies;

Underlining the need to strengthen international co-operation with a view to the progressive harmonisation of medico-legal autopsy procedures at a European level;

Having regard to Recommendation 1159 (1991) on the harmonisation of autopsy rules adopted, at its 43rd Ordinary Session, by the Parliamentary Assembly of the Council of Europe;

Having regard to the Model Autopsy Protocol of the United Nations, endorsed by the General Assembly of the United Nations in 1991;

Taking into account the “guide on disaster victim identification” adopted by the International Criminal Police Organisation (Interpol) General Assembly in 1997,

1. Recommends the governments of member states:

i. to adopt as their internal standards the principles and rules contained in this recommendation;

ii to take or reinforce, as the case may be, all appropriate measures with a view to the progressive implementation of the principles and rules contained in this recommendation;

iii to set up a quality assurance programme to ensure the proper implementation of the principles and rules contained in this recommendation.

2. Invites the governments of member states to inform the Secretary General of the Council of Europe upon his or her request of the measures taken to follow up the principles and rules contained in this recommendation.

Principles and rules relating to medico-legal autopsy procedures

Scope of the recommendation

1. In cases where death may be due to unnatural causes, the competent authority, accompanied by one or more medico-legal experts, should where appropriate investigate the scene, examine the body and decide whether an autopsy should be carried out.

2. Autopsies should be carried out in all obvious or suspected unnatural death, even where there is a delay between causative events and death, in particular:

a. homicide or suspected homicide;

b. sudden, unexpected death, including sudden infant death;

c. violation of human rights such as suspicion of torture or any other form of ill treatment;

d. suicide or suspected suicide;

e. suspected medical malpractice;

f. accidents, whether transportational, occupational or domestic;

g. occupational disease and hazards;

h. technological or environmental disasters;

i. death in custody or death associated with police or military activities;

j. unidentified or skeletalised bodies.

3. Medico-legal experts must exercise their functions with total independence and impartiality. They should not be subject to any form of pressure and they should be objective in the exercise of their functions, in particular in the presentation of their results and conclusions.

Principle I – Scene investigation

a. General principles

1. In case of obvious or suspected unnatural death, the physician who first attended the dead body should report to the competent authorities, the latter deciding whether an examination should be carried out by a qualified medico-legal expert or by a physician familiar with medico-legal examination.

2. Particularly in cases of homicide or suspicious death, medico-legal experts should be informed without delay and, where appropriate, go immediately to the place where the body is found and have immediate access there. In this respect, there should be an adequate structure of co-ordination among all persons involved and, in particular, among judicial bodies, medico-legal experts and police.

b. Examination of the body

1. Role of the police

The following tasks, among others, should be carried out by police officers:

a. record the identities of all persons at the scene;

b. photograph the body as it is found;

c. make sure that all relevant artifacts are noted, and that all exhibits, such as weapons and projectiles, are seized for further examination;

d. in agreement with the medico-legal expert, obtain identification of the body and other pertinent information from scene witnesses, including those who last saw the decedent alive, where available;

e. protect the deceased's hands and head with paper bags, under the control of the medico-legal expert;

f. preserve the integrity of the scene and surroundings;

2. Role of the medico-legal expert

The medico-legal expert should without delay:

a. be informed of all relevant circumstances relating to the death;

b. ensure that photographs of the body are properly taken;

c. record the body position and its relation to the state of the clothing and to the distribution pattern of rigor mortis and hypostasis, as well as the state of post-mortem decomposition;

d. examine and record the distribution and pattern of any blood stains on the body and at the scene, as well as other biological evidence;

e. proceed to a preliminary examination of the body;

f. except where the body is decomposed or skeletal, note the ambient temperature and deep-rectal temperature of the body, and estimate the time of death by recording the degree, location and fixation of rigor mortis and hypostasis, as well as other findings;

g. make sure that the body is transported and stored in a secure and refrigerated location in an undisturbed state.

Principle II – Autopsy physicians

Medico-legal autopsies should be performed, whenever possible, by two physicians, of whom at least one should be qualified in forensic pathology.

Principle III – Identification

In order to ensure that proper identification of the body is carried out in accordance with the disaster victim identification guide adopted by the General Assembly of Interpol in 1997, the following criteria should be considered: visual recognition, personal effects, physical characteristics, dental examination, anthropological identification, finger prints and genetic identification.

1. Visual identification

Visual identification of a body should be carried out by relatives or persons who knew and have recently seen the decedent.

2. Personal effects

A description of clothing, jewellery and pocket contents should be recorded. These may assist correct identification.

3. Physical characteristics

Physical characteristic should be recorded through an external and an internal examination.

4. Dental examination

Where appropriate, the examination of teeth and jaws should be carried out by a dentist with medico-legal experience.

5. Anthropological identification

Whenever human material is skeletised or in an advanced stage of decomposition, an anthropological identification should be carried out, if necessary.

6. Fingerprints

Where appropriate, fingerprints should be taken by police officers. A close collaboration should exist between all experts involved.

7. Genetic identification

Where appropriate, genetic identification should be carried out by an expert in forensic genetics.

It is appropriate to take biological samples from the deceased in order to assist genetic identification. Measures should be taken in order to avoid contamination and guarantee appropriate storage of biological samples.

Principle IV - General considerations

1. Medico-legal autopsies and all related measures must be carried out in a manner consistent with medical ethics and respecting the dignity of the deceased.

2. Where appropriate, the closest relatives should be given an opportunity to see the corpse.

3. Before beginning the autopsy, the following minimum rules should be applied:

a. record the date, time and place of autopsy;

b. record the name(s) of the medico-legal expert(s), assistant(s) and all other persons present at the autopsy with indication as to the position and role of each one in the autopsy;

c. take colour photographs or video, where appropriate, of all relevant findings and of the dressed and undressed body;

d. undress the body, examine and record clothing and jewellery, verify the correspondence between injuries on the body and clothing;

e. where appropriate, take X-rays, particularly in cases of suspected child abuse, and for identification and location of foreign objects.

4. Where appropriate, before beginning the autopsy, body orifices should be appropriately swabbed for the recovery and identification of biological trace evidence.

5. If the decedent was hospitalised prior to death, admission blood specimens and any X-rays should be obtained as well as hospital records.

Principle V – Autopsy procedures

I. External examination

1. The examination of the clothing is an essential part of the external examination and all findings therein are to be clearly described. This is especially important in those cases where the clothing has been damaged or soiled: each area of recent damage must be described fully and relevant findings are to be related to the site of injuries on the corpse. Discrepancies in such findings are also to be described.

2. The description of the body following an external examination must include:

a. age, sex, build, height, ethnic group and weight, nutritional state, skin colour and special characteristics (such as scars, tattoos or amputations);

b. post-mortem changes, including details relating to rigor and post mortem hypostasis – distribution, intensity, colour and reversibility – and putrefaction and environmentally induced changes;

c. findings on a primary external inspection and description which, if required, include sampling of stains and other trace evidence on the body surface and a reinspection after removal and cleaning of the body;

d. inspection of the skin of the posterior surfaces of the corpse;

e. description and careful investigation of the head and the facial orifices includes: colour, length, density and distribution of hair (and beard); nasal skeleton; oral mucosa, dentition and tongue; ears, retro-auricular areas and external meati; eyes: colour of irises and sclerae, regularity and appearance of pupils, sclerae, conjunctivae; skin (presence and absence of petechiae to be described); if fluids have been evacuated from facial orifices, their colour and odour;

f. neck: checking for excessive mobility, presence and absence of abrasions, other marks and bruising (including petechiae) over the entire circumference of the neck;

g. thorax: shape and stability; breasts; aspect, nipples and pigmentation;

h. abdomen: external bulging, pigmentation, scars, abnormalities and bruising;

i. anus and genitals;

j. extremities: shape and abnormal mobility, abnormalities; injection marks and scars; palmar surfaces, finger and toe nails;

k. material findings under fingernails.

3. All injuries, including abrasions, bruises, lacerations and other marks have to be described by shape, exact measurement, direction, edges, angles and location relative to anatomical landmarks. Photographs should be taken. Bite marks shall be swabbed, and casts made where necessary.

4. Signs of vital reaction around wounds, foreign particles inside wounds and in their surroundings and secondary reactions, such as discolouration, healing and infections must also be described.

5. The investigation of cutaneous and sub-cutaneous bruising may require local skin incision.

6. Where appropriate, specimens from wounds must be removed for further investigations, such as histology and histochemistry.

7. All signs of recent or old medical and surgical intervention and resuscitation must be described. Medical devices must not be removed from the body before the intervention of the medico-legal expert.

8. A decision has to be taken at this stage as to the strategies of investigation and the necessity of documentation by X-rays and other imaging procedures.

II. Internal examination

A. General

1. All relevant artifacts produced by the dissection and from sampling procedures, must be documented.

2. All three body cavities – head, thorax and abdomen – must be opened layer by layer. Where appropriate, the vertebral canal and joint cavities should be examined.

3. Examination and description of body cavities include: an examination for the presence of gas (pneumothorax), measurement of volume of fluids and blood, appearance of internal surfaces, intactness of anatomical boundaries, external appearance of organs and their location; adhesion and cavity obliterations, injuries and haemorrhage.

4. The demonstration and dissection of the soft tissues and musculature of the neck have to be components of all medico-legal autopsies (see the paragraph concerning special procedures).

5. All organs must be examined and sliced following established guidelines of pathological anatomy. This includes opening of all relevant vessels, for example, intracranial arteries, sinuses, carotid arteries, coronary arteries, pulmonary arteries and veins, aorta and vessels of the abdominal organs, femoral arteries and lower limb veins. Relevant ducts have to be dissected, for example, central and peripheral airways, biliary ducts and ureters. All hollow organs have to be opened and their content described by colour, viscosity, volume (samples should be retained, where appropriate). All organs have to be sliced and the appearance of the cut surface described. If injuries are present, the dissection procedure may have to vary from the normal one: this should be appropriately described and documented.

6. All internal lesions and injuries must be precisely described by size and location. Injury tracks must be described in order to include their direction as regards the organ anatomy.

7. The weight of all major organs must be recorded.

B. Detailed

1. Head

a. Before opening the skull, the periosteum must be scraped off in order to display or exclude any fractures.

b. The head examination procedure must allow the inspection and description of the scalp, external and internal surfaces of the skull and of the temporal muscles.

c. The thickness and appearances of the skull and sutures, the appearances of the meninges, the cerebrospinal fluid (CSF), the wall structure and contents of cerebral arteries and sinuses must be described. The description of the bones must also include an examination of their intactness, including the connection between the skull and the first two vertebrae.

d. In obvious or suspected head injury (for example, if a detailed examination is required or if autolysis or putrefaction is present) fixation of the whole brain is recommended before its dissection.

e. Middle ears must be always opened and nasal sinuses where indicated.

f. The soft tissue and skeleton of the face is dissected only in relevant cases, using a cosmetically acceptable technique.

2. Thorax and neck

The opening of the thorax must be performed using a technique which allows the demonstration of the presence of pneumothorax and the inspection of the thorax walls, including the postero-lateral regions. In situ dissection of the neck must display the details of its anatomy.

3. Abdomen

The opening procedure of the abdomen must allow an accurate examination of all layers of the walls, including the postero-lateral regions. In situ dissection is necessary in certain cases, particularly for the demonstration of injury tracks and evacuation of fluids. Dissection of organs should observe anatomical continuity of systems, where possible. The whole intestine must be dissected and its contents described.

4. Skeleton

a. The examination of the thoracic cage, the spine and the pelvis must be part of the autopsy procedure.

b. Where appropriate traumatic deaths need a precise dissection of the extremities, possibly complemented by X-ray examination.

5. Special procedures

a. If there is any suspicion of neck trauma, the brain and thoracic organs are to be removed prior to the dissection of the neck, to enable detailed dissection to take place in a bloodless field.

b. If there is a suspicion of air embolism, pre-autopsy radiology of the thorax must be performed. The first stage of the autopsy in such a case must be a careful partial opening of the thorax and dislocation of the lower three-quarters of the sternum with the subsequent opening of the heart under water, allowing the measurement and sampling of escaping air or gas.

c. For the demonstration of particular injury patterns, deviation from the normal procedure of dissection has to be accepted, provided that such procedures are specifically described in the autopsy report.

d. The dissection in traumatic deaths must include a full exposure of the soft tissues and musculature on the back of the body. The same procedure must be applied to the extremities (so called “peel-off” procedure).

e. In suspected or overt sexual assaults, the sexual organs are to be removed en bloc together with the external genitalia, rectum and anus, before they are dissected. Relevant swabs of orifices and cavities must be taken prior to this procedure.

6. Sampling

The scope of the sampling procedure is to be case-dependent. However, the following minimum rules should be applied:

a. in all autopsies, the basic sampling scheme includes specimens from the main organs for histology and peripheral blood sampling (such as for alcohol and drug analyses and genetic identification), urine and gastric contents. All blood samples must be peripheral blood and not heart or thoracic;

b. if the cause of death cannot be established with the necessary degree of certainty, sampling includes additional specimens and fluids for metabolic studies and thorough toxicology. This includes blood, vitreous humour, CSF, bile, hair samples and further relevant tissues;

c. if death is related to physical violence, sampling includes the injuries, for example to determine wound age and any foreign materials in the wounds;

d. if reconstructions are desirable, the removal of bones and osseous compartments may become necessary;

e. if identification is the predominant aim, the removal of jaws and other bones may be necessary;

f. if strangulation or the application of physical force to the neck is suspected or diagnosed, the entire neck structures, musculature and neurovascular bundles must be preserved for histology. The hyoid bone and the laryngeal cartilages must be dissected very carefully;

g. biological samples must be collected in tightly closed jars, properly preserved and placed under seal and transported to the laboratory in perfect safety;

h. certain specimens and fluids need to be sampled in a special way and analysed without delay.

7. Release of the body

After a medico-legal autopsy has been carried out, medico-legal experts should ensure that the body is returned in a dignified condition.

Principle VI – Autopsy report

1. The autopsy report is as important as the autopsy itself, as the latter is of little value if the findings and opinions of the medico-legal expert are not communicated in a clear, accurate and permanent document. The autopsy report should be an integral part of the autopsy procedure and be drafted carefully.

2. The report should therefore be:

a. full, detailed, comprehensive and objective;

b. clear and comprehensible not only to other doctors, but also to non-medical readers;

c. written in a logical sequence, well-structured and easy to refer to in various sections of the report;

d. be in a legible and permanent form, with hard paper copy even if it is retained in electronic storage;

e. be written in a discursive “essay” style;

3. When drafting an autopsy report, the following minimum content should be included:

a. legal preface to fulfil statutory requirements, if needed;

b. serial number, computer retrieval coding and International Classification of Disease Code (ICD) code;

c. full personal details of deceased (including name, age, sex, address and occupation) unless unidentified;

d. date, place and time of death, where known;

e. date, place and time of autopsy;

f. name, qualifications and status of medico-legal expert(s);

g. persons present at the autopsy and their function;

h. name of the authority commissioning the autopsy;

i. person(s) identifying the body to the medico-legal expert;

j. name and address of the medical attendant of the deceased;

k. a synopsis of the history and circumstances of the death, as given to the medico-legal expert by the police, judges, relatives or other persons, as well as information contained in the file, where available;

l. description of the scene of death, if attended by the medico-legal expert; reference should be made to the provisions contained in Principle I above;

m. external examination; reference should be made to the provisions of Principle V above;

n. internal examination by anatomic systems, together with a comment on every organ. Reference should be made to the provisions of Principle V above;

o. a list of all samples retained for toxicology, genetic identification, histology, microbiology and other investigations should be included; all such specimens should be identified and attested by the medico-legal expert according to the legal system of the state concerned, for continuity of evidence;

p. results of ancillary investigations, such as radiology, odontology, entomology and anthropology should be included, when such results are available;

q. one of the most important parts of the autopsy report is the evaluation of the significance of the accumulated results by the medico-legal expert. After termination of the autopsy, evaluation is usually provisional because later findings and later knowledge of other circumstantial facts can necessitate alteration and modification. Medico-legal experts must interpret the overall findings so that the maximum information and opinion can be offered. Also questions that have not been raised by the competent authority must be addressed if they could be of significance;

r. based on the final interpretation, the cause of death (in the International Classification of Disease should be given. Where several alternatives for the cause of death exist and the facts do not allow a differentiation between them, the medico-legal expert should describe the alternatives and, if possible, rank them in order of probability. If this is not possible, then the cause of death should be certified as “Unascertained”;

s. the report should be finally checked, dated and signed by the medico-legal expert(s).

4. The date of the autopsy and the date of the provisional report should never be more than a day or two apart. The date of the autopsy and the date of the final report should be as close together as possible.

Appendix to Recommendation (99) 3

Specific procedures (selected examples)

1. Constriction of neck (hanging, manual and ligature strangulation)

The examination of the scene where the body was found is extremely important: for example the presence of a chair or similar platform; fastening of the strangulation device; technique of tying of the knot; adhesive taping of hands and objects for trace evidence:

– Strangulation marks: depth, width, intermediate rings, direction, suspension point, raised ridges of skin, zones of hyperaemia, presence of duplicate strangulation marks; further specific neck injuries: dried excoriations due to slippage of the implement, marks due to textile weave pattern and structure, distribution of petechiae in the skin, bruising, scratch marks, blisters in the strangulation mark.

– Bleeding from facial orifices. Differences in widths of the pupils, localization of hypostasis, presence and distribution of congestion.

– Injuries due to convulsions, defensive injuries, injuries due to being held forcibly.

Dissection of the soft tissues, of the musculature and of the organs of the neck in a bloodless field is essential.

2. Drowning / Immersion

Note carefully the following findings: foam at the mouth, cutis anserina, maceration, mud and algae, lesions due to water animals, injuries due to surroundings (for example rocks and ships), loss of nails, skin, localization of livor mortis.

Technique: sampling of gastric contents, precise description of the lungs (weight, measurement, extent of emphysema), sampling, lung fluid, liver and other tissues, for the possible demonstration of diatoms and other contaminants.

If required, sampling of drowning medium (for example river, bath water) should be carried out.

3. Sexually motivated murder

The inspection and documentation of the scene of crime, e.g. relative to the injury pattern, is especially important. All injuries must be photographed together with a scale. If required, the body surfaces must be investigated under UV light and taped. Search for and sampling of foreign biological material must include pubic hairs and secretions on the body surface as for instance originating from bites. Such material must be preserved carefully for DNA investigation and protected against contamination. “En bloc” dissection of the genital organs is strongly recommended. It is also necessary to proceed to the careful removal and sampling of material under the fingernails and control hairs.

4. Death from child abuse and neglect

State of nutrition and general care, thorough description and documentation of external injuries and scars, thorough examination for bone fractures (X-ray), must be evaluated.

Consider the removal of a variety of tissues: for example all injuries, regional lymph nodes in malnutrition, endocrine organs, immuno-competent tissues, specimens from different parts of the intestine.

5. Infanticide / still-birth

Special techniques of dissection are necessary to expose the falx cerebri and the tentorium cerebelli; describe the site of caput succedaneum; remove all fractures “en bloc”; investigate all bone centres of ossification (size and presence). Special care is to be applied to the thoracic organs: degree of inflation of the lungs, flotation test “en bloc” and “en detail”. However, the limitations of the flotation test must be appreciated. All malformations must be described. As regards abdominal organs, gas content of the intestine must be investigated. The umbilical cord and the placenta must be subject to morphological and histological examination.

6. Sudden death

A subdivision into three main categories relative to the further strategy after gross examination is useful:

a. findings that obviously explain the sudden occurrence of death (for example haemopericardium, aortic rupture). Cases belonging to this category can usually be regarded as sufficiently solved;

b. findings that could explain the death but allow other explanations. Cases belonging to this category necessitate the exclusion of, for example,. poisoning and possibly histological proof of recent or chronic alterations relative to the cause of death;

c. findings are either nil/minimal or do not explain the occurrence of death. Cases belonging to this category will usually require extensive further investigations. This is especially so with sudden infant death cases. In such cases a more comprehensive investigative scheme is essential.

7. Shooting fatalities

The following should be carried out:

– extensive account on the scene of the incident, of weapons involved, of types of bullets, of sites of “environmental” damage, of cartridge cases and of relative positions of persons involved;

– thorough examination of the clothing and description of relevant damage and careful sampling;

– thorough investigation and documentation of any blood (splashes) on the body surfaces (including clothing and hands);

– precise description of bullet entry and exit wounds relative to anatomical landmarks and distances from the soles of the feet and bullet tracks within the body;

– description of any impression marks of the muzzle;

– excision of uncleaned skin specimens surrounding entry and exit wounds;

– X-ray before and/or during autopsy (where necessary);

– determination of bullet tracks and their direction(s);

– final determination of direction(s) of fire, of the succession of shots, of intra-vital occurrence, of the victim's position (s).

8. Death caused by explosive devices

a. As well as evaluating the cause of death, autopsy is essential to assist in reconstructing the nature of the explosion and identifying the type and maker of the explosive device, especially in aircraft sabotage or other terrorist actions.

b. Full X-ray of the body must be made to detect and localise any metallic objects, such as detonator components, which may lead to the identification of the explosive device.

c. The pattern of injury may indicate that the dead person was a perpetrator of the explosion, for example maximum injury in the lower abdominal region suggests that he or she carried the device on his or her lap during a premature explosion.

d. At autopsy, all foreign objects in the tissues, identified on X-rays, must be carefully preserved for forensic examination.

e. Samples of tissues, clothing, etc., must be retained for chemical analysis to identify the type of explosive.

9. Blunt and/or sharp force injuries

The following should be carried out:

– examination of the weapons or objects that are possibly involved (especially their dimensions);

– extensive examination and inspection of clothing (including damage, stains);

– careful dissection and description of all tracks (layer by layer) including their dimensions and weapon-related traces, signs of vitality.

10. Fire Deaths

The following should be carried out:

– examination of remains of clothing, - specific types and shapes of skin combustions;

– search for heat-related alterations and peculiarities;

– demonstration/exclusion of fire accelerants.;

– search for signs of vitality: carbon monoxide, HCN, soot inhalation, skin lesions.

11. Suspicion of intoxication (General Outlines)

11.1 Where anatomical findings do not reveal a cause of death and/or there is vague suspicion of poisoning, basic sampling should include peripheral blood, urine, stomach contents, bile, liver and kidney.

11.2 If specific suspicion arises, sampling should be group-related as follows:

– hypnotics, sedatives, psycho-active drugs, cardiac drugs and analgesics, pesticides: as aforementioned under (11.1);

– drugs of abuse: as aforementioned under (11.1) and additionally cerebrospinal fluid, brain tissue, injection marks, hairs;

– volatile fat-soluble substances such as fire accelerant and solvents: as aforementioned under (11.1) and in addition: blood from left ventricle, brain tissue, subcutaneous fat tissue, lung tissue, clothing;

– nutritional intoxication: as aforementioned under (11.1) and in addition: intestinal contents, if possible taken from 3 different sites;

– suspicion of chronic intoxication (heavy metals, drugs, pesticides etc.) as aforementioned under (11.1) and in addition: hairs (tufts), bones, fat tissue, intestinal contents.

12. Decomposed bodies

The presence of decomposition does not remove the need for a full autopsy.

Radiological examination will exclude bony injury, the presence of foreign bodies, for example bullets.

Toxicological studies (particularly estimation of alcohol concentrations) should be carried out but interpreted with great caution.

–––

(1) When this recommendation was adopted the Representatives of Denmark and the Netherlands, in application of Article 10.2c of the Rules of Procedure for the meeting of the Ministers' Deputies, reserved the right of their Governments to comply or not with paragraph 2 (scope of the recommendation) of the present recommendation. When this recommendation was adopted the Representative of Germany, in application of Article 10.2c of the Rules of Procedure for the meeting of the Ministers' Deputies, reserved the right of his Government to comply or not with paragraph 2 f and h of the present recommendation.

 

Recommandation (99) 3 relative a l'harmonisation des règles en matière d'autopsie médico-légale1

Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15.b du Statut du Conseil de l'Europe,

Considérant que le but du Conseil de l'Europe est de réaliser une union plus étroite entre ses membres;

Tenant compte des principes énoncés dans la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales et, en particulier, de l'interdiction de la torture et des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et du droit à la vie;

Conscient du fait que des autopsies sont normalement pratiquées dans tous les Etats membres du Conseil de l'Europe afin de déterminer la cause et les circonstances du décès à des fins médico-légales ou pour d'autres raisons, ou pour établir l'identité de la personne décédée;

Considérant l’importance que peut avoir l’indemnisation des victimes et des familles dans les procédures judiciaires civiles et pénales;

Soulignant le fait qu'au cours de l'autopsie médico-légale les modalités d'investigation, de description des lésions, de documentation photographique et de prélèvement des échantillons doivent être conformes aux principes fondamentaux de l'art médical et de la science tout en prenant en considération les impératifs des procédures judiciaires en vigueur;

Conscient du fait que la mobilité croissante de la population en Europe et dans le monde entier, ainsi que l’internationalisation croissante des procédures judiciaires, exige que soient adoptées des règles uniformes sur la manière dont les autopsies doivent être pratiquées, ainsi que sur la manière d'établir les rapports d'autopsie;

Considérant l'Accord du Conseil de l'Europe sur le transfert des corps des personnes décédées (Série des traités européens n° 80) et tenant compte des difficultés souvent rencontrées par l'Etat receveur lorsqu'un corps est rapatrié d'un Etat membre à un autre;

Conscient de l'importance de procédures idoines de l'autopsie, notamment pour faire la lumière sur les exécutions illégales et les meurtres commis par des régimes autoritaires;

Soulignant la nécessité d'assurer l'indépendance et l'impartialité du médecin légiste, ainsi que celle de mettre à sa disposition les moyens nécessaires aux plans juridique et technique pour exercer ses fonctions de façon adéquate et promouvoir sa formation;

Considérant l’importance des systèmes de contrôle de qualité au niveau national afin d’assurer une réalisation adéquate des autopsies médico-légales;

Soulignant la nécessité de renforcer la coopération internationale afin d’harmoniser progressivement les procédures d’autopsie médico-légale au niveau européen;

Compte tenu de la Recommandation 1159 (1991) relative à l'harmonisation des règles en matière d'autopsie, adoptée lors de sa 43e session ordinaire par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe;

Compte tenu du Protocole type d'autopsie des Nations Unies, entériné en 1991 par l'Assemblée générale des Nations Unies;

Prenant en considération le Guide d'identification des victimes de catastrophes, adopté en 1997 par l'Assemblée générale de l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol),

1. Recommande aux gouvernements des Etats membres:

i. d’adopter dans leur droit interne les principes et les règles contenus dans la présente recommandation;

ii. de prendre ou de renforcer, selon le cas, toutes les mesures appropriées pour faire appliquer progressivement les principes et les règles contenus dans la présente recommandation;

iii. de mettre en place un programme d’assurance qualité afin de garantir la mise en œuvre appropriée des principes et des règles contenus dans la présente recommandation;

2. Invite les gouvernements des Etats membres à informer le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, à sa demande, des mesures prises pour donner suite aux principes et aux règles contenus dans la présente recommandation.

Principes et règles relatifs aux procédures d'autopsie médico-légale

Champ d'application de la recommandation

1. En cas de décès qui pourrait être dû à une cause non naturelle, l'autorité compétente, accompagnée d'un ou de plusieurs médecins légistes, devrait procéder, dans les cas appropriés, à l'examen des lieux et du cadavre, et décider si une autopsie s'avère nécessaire.

2. Les autopsies devraient être réalisées dans tous les cas de mort non naturelle évidente ou suspectée, quel que soit le délai entre l'événement responsable de la mort et la mort elle-même, en particulier dans les cas suivants:

a. homicide ou suspicion d'homicide;

b. mort subite inattendue, y compris la mort subite du nourrisson;

c. violation des droits de l'homme, telle que suspicion de torture ou de toute autre forme de mauvais traitement;

d. suicide ou suspicion de suicide;

e. suspicion de faute médicale;

f. accident de transport, de travail ou domestique;

g. maladie professionnelle;

h. catastrophe naturelle ou technologique;

i. décès en détention ou associé à des actions de police ou militaires;

j. corps non identifié ou restes squelettiques.

3. Le médecin légiste doit exercer ses fonctions en toute indépendance et impartialité. Il ne devrait être soumis à aucune sorte de pression et il devrait exercer son mandat objectivement, notamment dans la présentation complète de ses résultats et conclusions.

Principe I – Examen des lieux

a. Principes généraux

1. En cas de décès non naturel, manifeste ou suspecté, le médecin ayant constaté le décès devrait rendre compte à l'autorité compétente, à laquelle il appartiendra de décider s'il convient de procéder à un examen par un médecin légiste ou par un médecin familier des techniques d'examen médico-légal.

2. Particulièrement en cas d’homicide ou de décès suspect, le médecin légiste devrait être informé sans délai et, le cas échéant, se rendre immédiatement sur les lieux, et y avoir immédiatement accès. A cet égard, une structure de coordination adéquate entre toutes les personnes concernées, notamment entre les organes de justice, le médecin légiste et la police devrait être mise en place.

b. Examen du corps

1. Rôle de la police

Les tâches suivantes devraient, entre autres, être réalisées par les officiers de police:

a. relever l'identité de toutes les personnes présentes sur les lieux;

b. photographier le corps en l'état;

c. s'assurer que tous les indices sont notés, et que les pièces à conviction, telles que les armes et les projectiles, sont saisies pour un examen plus approfondi;

d. en accord avec le médecin légiste, obtenir des informations permettant l'identification du corps ainsi que toute autre information pertinente, lorsqu'elles sont disponibles, auprès des témoins présents sur les lieux ainsi qu'auprès des personnes ayant vu pour la dernière fois la victime encore en vie;

e. protéger les mains et la tête du cadavre avec des sachets en papier sous le contrôle du médecin légiste;

f. préserver l'intégrité des lieux et des environs.

2. Rôle du médecin légiste

Le médecin légiste devrait sans délai:

a. être informé de toutes les circonstances relatives à la mort;

b. s'assurer que les photographies du corps sont prises de façon appropriée;

c. noter la position du corps et sa compatibilité avec l'état des vêtements, le degré de la rigidité et de la lividité cadavériques, ainsi que l'état de décomposition post mortem;

d. examiner et noter la localisation et la forme de toute trace de sang sur le corps et sur les lieux, ainsi que tout autre indice biologique;

e. procéder à un examen préliminaire du corps;

f. noter la température ambiante, la température rectale profonde du corps, et estimer l'heure du décès en relevant le degré, la localisation et l'état de réversibilité de la rigidité et de la lividité cadavériques, ainsi que toute autre constatation, sauf lorsque le corps est en état de décomposition ou de squelette;

g. s'assurer que le corps est transporté et conservé en l'état dans un lieu réfrigéré sûr.

Principe II – Médecins chargés de l'autopsie

Les autopsies médico-légales devraient être pratiquées, dans la mesure du possible, par deux médecins, dont l'un au moins devrait être médecin légiste.

Principe III – Identification

Une identification exacte devrait être faite, conformément au Guide de l'identification des victimes de catastrophes, adopté par l'Assemblée générale d'Interpol en 1997 et d'après les critères suivants: identification visuelle, effets personnels, caractéristiques physiques, examen dentaire, empreintes digitales, examen anthropologique et identification génétique.

1. Identification visuelle

L'identification visuelle d'un corps devrait être effectuée par des proches ou par des personnes ayant connu et vu le défunt récemment.

2. Effets personnels

La description des vêtements, des bijoux et du contenu des poches devrait être enregistrée. Elle peut aider à une identification correcte.

3. Caractéristiques physiques

Les caractéristiques physiques devraient être obtenues à partir d'examens externe et interne.

4. Examen dentaire

Dans les cas appropriés, un examen des dents et des maxillaires devrait être effectué par un odontologiste ayant une expérience en médecine légale.

5. Examen anthropologique

Lorsque les restes humains sont à l'état de squelette ou dans un état avancé de décomposition, un examen anthropologique devrait être effectué si nécessaire.

6. Empreintes digitales

Le cas échéant, les empreintes digitales devraient être relevées par des officiers de police. Il devrait y avoir une collaboration étroite entre tous les experts impliqués.

7. Identification génétique

Lorsqu'une identification génétique apparaît appropriée, celle-là devrait être effectuée par un expert en génétique médico-légale.

Il est opportun de prélever des échantillons biologiques sur le corps du défunt, afin de permettre l'identification génétique. Des mesures devraient être prises afin d'éviter toute contamination et pour garantir une conservation appropriée de ces échantillons biologiques.

Principe IV – Considérations générales

1. Les autopsies médico-légales et toutes autres mesures liées à celles-là, doivent être réalisées conformément aux principes de l’éthique médicale et en respectant la dignité de la personne décédée.

2. Lorsque cela est approprié, les proches devraient avoir la possibilité de voir le corps.

3. Avant de commencer l'autopsie, il convient d'appliquer les règles minimales suivantes:

a. noter la date, l'heure et le lieu de l'autopsie;

b. noter le(s) nom(s) du (des) médecin(s) légiste(s), assistant(s) et autres personnes présentes lors de l'autopsie, en indiquant leur qualité et le rôle de chacun dans l'autopsie;

c. le cas échéant, prendre des photographies en couleur ou tourner une vidéo de toutes les constatations pertinentes faites sur le corps habillé et déshabillé;

d. déshabiller le corps, examiner et répertorier les vêtements et les bijoux, vérifier la concordance entre les blessures observées sur le corps et l'état des vêtements;

e. le cas échéant, procéder à des radiographies, notamment en cas de suspicion de sévices sur des enfants et afin de découvrir et de localiser des objets étrangers.

4. Avant le début de l'autopsie, tous les orifices devraient, le cas échéant, faire l'objet d'un écouvillonnage approprié afin de conserver et d'identifier les traces d'éléments biologiques.

5. Si la victime a été hospitalisée avant son décès, il conviendrait d'obtenir les échantillons biologiques prélevés à l'admission, les radiographies et tout autre élément figurant dans le dossier médical constitué par l'établissement.

Principe V – Procédures de l'autopsie

I. Examen externe

1. L'examen des vêtements constitue une partie essentielle de l'examen externe, et tous les indices trouvés doivent être clairement décrits. Cela est particulièrement important dans les cas où les vêtements sont endommagés ou souillés: chaque partie endommagée récemment doit être décrite complètement, et pour tous les indices importants une concordance avec les blessures corporelles devrait être recherchée. Toute discordance concernant ces indices doit être décrite.

2. La description du cadavre effectuée au cours d'un examen externe doit mentionner:

a. l'âge, le sexe, la corpulence, la taille, le groupe ethnique, le poids, l'état nutritionnel, la couleur de la peau et les signes particuliers (tels que cicatrices, tatouages, amputations);

b. les modifications cadavériques, comprenant celles relatives à la rigidité et aux hypostases post mortem – leur répartition, leur intensité, leur couleur et leur réversibilité – et celles relatives à la putréfaction et aux modifications entraînées par les conditions environnementales;

c. les découvertes faites au cours du premier examen externe et la description qui, le cas échéant, doit inclure les taches ou autres traces visibles sur la surface du cadavre, ainsi qu'un nouvel examen du corps après enlèvement et nettoyage;

d. l'inspection du revêtement cutané des surfaces postérieures du corps;

e. la description et l'examen minutieux de la tête et des orifices de la face doivent comprendre: la couleur, la longueur, la densité et la distribution de la chevelure (et des poils de la barbe); le squelette nasal; les muqueuses buccales, la dentition et la langue; les oreilles, y compris les régions rétro-auriculaires et les conduits auditifs externes; les yeux; la couleur de l’iris et des sclérotiques, la forme et l’apparence des pupilles, les sclérotiques et la conjonctive; la peau (pour la recherche d'éventuelles pétéchies à décrire); la présence d'écoulements au niveau des différents orifices de la face, avec leur couleur et leur odeur;

f. cou: recherche d'une mobilité anormale et contrôle de la présence ou de l'absence d'abrasions ou de toutes traces et contusions (y compris sous forme de pétéchies) sur toute la circonférence cervicale;

g. thorax: aspect et stabilité; seins: aspect, mamelons, pigmentation;

h. abdomen: distensions externes, pigmentations, cicatrices, malformations et contusions;

i. anus et organes génitaux;

j. au niveau des membres: aspect et mobilité anormale, malformations; traces d'injection et cicatrices; surfaces palmaires; ongles des doigts et des orteils;

k. indices matériels sous les ongles.

3. Toutes les blessures, y compris les abrasions, contusions, lacérations et toutes autres marques doivent être décrites avec leur forme, leur taille exacte, l'orientation, leurs bords et leur situation par rapport aux repères anatomiques. Des photographies devraient être prises. Les traces de morsures feront l’objet d’un écouvillonnage et, le cas échéant, d’un moulage.

4. Les signes de réaction vitale autour des plaies, la présence de particules étrangères à l'intérieur et sur le pourtour des blessures doivent également être décrits, de même que les réactions secondaires telles que décoloration, cicatrisation ou infection.

5. L'appréciation des contusions cutanées ou sous-cutanées peut nécessiter une incision locale de la peau.

6. Le cas échéant, des prélèvements au niveau des blessures sont nécessaires pour un examen complémentaire, par exemple d'histologie ou d'histochimie.

7. Toutes traces récentes ou anciennes d'intervention médicale, chirurgicale ou de réanimation doivent être décrites. Les dispositifs médicaux ne doivent pas être retirés du corps du défunt avant l'intervention du médecin légiste.

8. A ce stade, il y a lieu de déterminer la stratégie à suivre en matière d'investigation et la nécessité ou non de recourir à des examens radiologiques et à tout autre procédé d'imagerie médicale.

II. Examen interne

A. Généralités

1. Tout artefact produit par la dissection ou les procédures de prélèvement doit être répertorié.

2. Les trois cavités du cadavre – la boîte crânienne, le thorax et l'abdomen – doivent être ouvertes plan par plan. Le cas échéant, le canal rachidien et les cavités articulaires devraient être examinés.

3. L'examen et la description des cavités doivent comporter: un examen de la présence de gaz (pneumothorax), la mesure du volume des liquides ou du sang; l'aspect de la face interne des parois, l'absence d'anomalie au niveau des limites et des structures anatomiques; l'aspect externe des organes et leur localisation; les adhérences et obstructions intracavitaires, ainsi que les lésions et hémorragies.

4. L'exploration et la dissection des tissus mous et des muscles de la région cervicale font partie intégrante de toute autopsie médico-légale (voir le paragraphe concernant les techniques particulières).

5. Tous les organes doivent être examinés et découpés conformément aux règles de la pratique anatomo-pathologique. Cela doit toujours inclure l'ouverture de tous les vaisseaux importants, par exemple les artères et les sinus crâniens, les carotides, les artères coronaires, les artères et les veines pulmonaires, l'aorte et les vaisseaux abdominaux, les artères fémorales et les veines des membres inférieurs. D'autres conduits doivent être disséqués, par exemple les voies aériennes supérieures et périphériques, les voies biliaires, les uretères. Tous les organes creux doivent être ouverts, et leur contenu décrit en fonction de la couleur, de la viscosité et du volume (le cas échéant, les échantillons doivent être conservés). Tous les organes doivent être découpés, et l'aspect de la tranche de section précisé. Si des lésions sont constatées, la technique de dissection pourra s'écarter de la procédure habituelle; la technique utilisée devrait être décrite et documentée de façon appropriée.

6. Toutes les lésions et blessures internes doivent être minutieusement décrites selon leur dimension et leur localisation. Le trajet des plaies doit être décrit afin d'établir leur direction en relation avec l'anatomie de l'organe.

7. Le poids des organes majeurs doit être noté.

B. Examen détaillé

1. Tête

a. Avant l'ouverture de la boîte crânienne, le périoste doit être détaché afin de mettre en évidence ou d'exclure toute fracture.

b. L'examen de la tête doit impliquer l'inspection et la description du cuir chevelu, des surfaces externe et interne de la boite crânienne et des muscles temporaux.

c. L'épaisseur et l'aspect des os et des sutures du crâne, l'aspect des méninges, du liquide céphalo-rachidien (LCR), les parois et le contenu des artères cérébrales et des sinus doivent être décrits. La description des os doit aussi comporter la vérification de leur intégrité, y compris au niveau de la charnière cervico-occipitale et des deux premières vertèbres cervicales.

d. En cas de blessure à la tête, suspectée ou manifeste, (notamment si des examens détaillés sont nécessaires ou en cas de suicide ou de putréfaction), il conviendra de fixer le cerveau dans sa totalité avant de procéder à sa dissection.

e. Les oreilles moyennes doivent toujours être ouvertes; les sinus nasaux doivent l'être également lorsque cela est indiqué.

f. Les tissus mous et le squelette de la face ne sont disséqués qu'en cas de nécessité, selon une technique préservant autant que possible l'aspect esthétique.

2. Thorax et cou

L'ouverture du thorax doit être effectuée selon une technique permettant la mise en évidence d'un pneumothorax, ainsi que l'examen de toutes les parois thoraciques, y compris celles des régions postérolatérales. La dissection in situ du cou doit permettre de visualiser les détails de son anatomie.

3. Abdomen

L'ouverture de l'abdomen doit permettre de procéder à un examen précis de tous les plans de tissus, y compris ceux des régions postérolatérales. La dissection in situ est nécessaire dans certains cas, notamment pour l'évacuation des liquides d'épanchement, ou encore pour reconstituer les trajets des plaies. La dissection des organes devrait assurer, si possible, la continuité anatomique des viscères. L'ensemble de l'intestin doit être disséqué et son contenu décrit.

4. Squelette

a. L'examen de la cage thoracique, de la colonne vertébrale et du bassin doit faire partie intégrante de l'autopsie médico-légale.

b. Les décès d'origine traumatique nécessitent, le cas échéant, une dissection minutieuse des membres, autant que possible complétée par un examen aux rayons X.

5. Techniques particulières

a. S'il y a le moindre doute au sujet d'un traumatisme cervical, l'encéphale et les viscères thoraciques doivent être extraits avant la dissection détaillée du cou afin de permettre des investigations sur un champ non souillé de sang.

b. En cas de suspicion d'embolie gazeuse, une radiographie du thorax doit être pratiquée avant l'autopsie. Dans ce cas, la première étape de l'autopsie doit comporter l'ouverture partielle et prudente du thorax et la dislocation des trois quarts inférieurs du sternum, suivie de l'ouverture du cœur sous l'eau, permettant ainsi la mesure et le prélèvement de l'air ou du gaz pouvant s'en échapper.

c. Dans le but de mettre en évidence certains types de blessures, la technique normale et habituelle d'autopsie peut être modifiée, à condition que cette technique soit spécifiquement décrite dans le rapport d'autopsie.

d. Dans les cas de décès d'origine traumatique, la dissection doit comporter la mise à nu des tissus mous et de la musculature de la partie postérieure du corps. La même procédure doit être appliquée au niveau des quatre membres (technique dite de «l'écorchage»).

e. En cas d'agression sexuelle évidente ou suspectée, les organes génitaux internes doivent être extraits «en bloc» en même temps que les organes génitaux externes, le rectum et l'anus, pour être ensuite disséqués. Cette dissection sera précédée de prélèvements par écouvillonnage au niveau des différents orifices et cavités.

6. Prélèvements

La procédure de prélèvement varie d'un cas à l'autre. Il convient cependant d'appliquer les règles minimales suivantes:

a. dans toute autopsie, l'échantillonnage de base en matière de prélèvement doit comprendre un échantillon des principaux organes pour des examens histologiques et un échantillon de sang (afin par exemple de rechercher le taux d'alcool, de réaliser les analyses toxicologiques ou de procéder à l'identification génétique), d'urine et du contenu gastrique. Tous les échantillons de sang doivent être constitués de sang périphérique et non thoracique ou cardiaque;

b. si la cause de la mort ne peut être établie avec certitude, les prélèvements doivent comprendre des échantillons et liquides biologiques additionnels pour les analyses métaboliques et toxicologiques. Cela doit inclure le sang, l'humeur vitrée, le liquide céphalo-rachidien, la bile, des échantillons de cheveux et tout autre prélèvement tissulaire justifié;

c. si la mort est d'origine violente, il y aura lieu de réaliser des prélèvements au niveau des blessures, par exemple, afin d'en déterminer l'âge ainsi que l'existence de matériel étranger dans celles-ci;

d. s'il paraît souhaitable de procéder à une reconstruction corporelle, le prélèvement de structures osseuses peut être nécessaire;

e. si l'identification constitue l'objectif principal, l'extraction des maxillaires et d'autres os peut être nécessaire;

f. en cas de suspicion ou de diagnostic de strangulation ou de toute forme de violence au niveau de la région cervicale, il importe de préserver pour examen histologique, la totalité des structures du cou, y compris les plans musculaires et les axes vasculo-nerveux. L'os hyoïde et les cartilages du larynx doivent faire l'objet d'une dissection particulièrement soignée;

g. les prélèvements biologiques de l'autopsie doivent être placés dans des bocaux bien fermés, dans de bonnes conditions de conservation, mis sous scellés, et transportés au laboratoire dans des conditions de parfaite sécurité;

h. certains échantillons et fluides doivent être prélevés de manière spécifique et analysés sans délai.

7. Restitution du corps

Après avoir effectué une autopsie médico-légale, les médecins-légistes devraient s’assurer de la restitution du corps dans des conditions compatibles avec le respect de la dignité.

Principe VI – Rapport d'autopsie

1. Le rapport d'autopsie est aussi important que l'autopsie elle-même puisque cette dernière a peu de valeur si les découvertes et l'avis du médecin légiste ne sont pas communiqués dans un document clair, précis et permanent. Le rapport d'autopsie devrait être partie intégrante de la procédure et devrait être rédigé avec le plus grand soin.

2. Le rapport devrait être en conséquence:

a. complet, détaillé, compréhensible et objectif;

b. clair et compréhensible non seulement pour d'autres médecins, mais aussi pour des lecteurs qui n'ont pas de formation médicale;

c. rédigé selon un déroulement logique, systématique et établi de sorte que l'on puisse se référer aisément aux différentes parties du rapport;

d. présenté sous une forme lisible et permanente, avec des copies papier même s'il y a une mise en mémoire électronique;

e. écrit dans un style “d'essai” discursif.

3. La teneur du rapport d'autopsie devrait comprendre au minimum:

a. une préface juridique pour répondre aux conditions stipulées par la loi, si nécessaire;

b. la référence du dossier, le code de récupération sur ordinateur et le code «Classification Internationale des maladies» (CIM);

c. des informations personnelles complètes sur la personne décédée (nom, âge, sexe, adresse et profession), à moins qu'elle n'ait pu être identifiée;

d. la date, l'heure et le lieu du décès, dès lors qu'ils sont connus;

e. la date, le lieu et l'heure de l'autopsie;

f. le nom, la qualification et le statut du ou des médecin(s) légiste(s);

g. les personnes présentes à l'autopsie et leur fonction;

h. la dénomination de l'autorité ayant ordonné l'autopsie;

i. la ou les personnes qui ont identifié le corps auprès du médecin légiste;

j. le nom et l'adresse du médecin traitant de la personne décédée;

k. un synopsis du déroulement et des circonstances du décès, tels qu'ils ont été indiqués au médecin légiste par la police, les magistrats, la famille ou d'autres personnes, ainsi que les informations trouvées dans le dossier, si elles sont disponibles;

l. la description des lieux du décès, si le médecin légiste s'est rendu sur ces lieux, une référence devrait être faite aux dispositions contenues dans le principe I énoncé ci-dessus;

m. l'examen externe, une référence devrait être faite aux dispositions contenues dans le principe V énoncé ci-dessus;

n. l'examen interne, par système anatomique, accompagné d'un commentaire sur chaque organe; il faudrait se référer au principe V ci-dessus;

o. une liste de tous les échantillons conservés aux fins toxicologique, d'identification génétique, d'histologie et de microbiologie ainsi qu'à d'autres fins devrait être incluse. Tous ces éléments devraient être identifiés et contrôlés par le médecin légiste selon le système juridique de l'Etat concerné, afin de préserver les indices;

p. il y a lieu d'inclure le résultat des examens annexes (radiologie, odontologie, entomologie et anthropologie par exemple) lorsque ces résultats sont disponibles.

q. l’une des parties les plus importantes du rapport d’autopsie concerne l’évaluation de la signification de l'ensemble des constatations effectuées par le médecin légiste. A l’issue de l’autopsie, cette évaluation revêt généralement un caractère provisoire dans la mesure où les constatations ultérieures et les informations recueillies par la suite au sujet d’autres circonstances de la mort peuvent susciter des révisions et des modifications. Les médecins légistes doivent interpréter l’ensemble de leurs constatations de manière à pouvoir fournir le plus d’informations et d’avis possible. De plus, ils doivent les interpréter de manière que les questions n’ayant pas été soulevées par l’autorité compétente puissent être abordées, le cas échéant;

r. sur la base de l'interprétation finale, la cause du décès devrait être indiquée (selon le système de la Classification internationale des maladies). Lorsque plusieurs causes de décès existent, et que les faits ne permettent pas de trancher, le médecin légiste devrait décrire ces causes et, si possible, les classer par ordre de probabilité. Si cela n'était pas possible, il y aurait lieu de certifier que la cause du décès «n'a pas été établie»;

s. enfin, le rapport devrait être relu et vérifié, puis daté et signé par le ou les médecin(s) légiste(s).

4. Le laps de temps entre la date de l'autopsie et la date du rapport provisoire ne devrait pas dépasser un jour ou deux. Le délai entre la date de l'autopsie et la date du rapport final devrait être aussi bref que possible.

Annexe à la Recommandation (99) 3

Procédures particulières (quelques exemples)

1. Strangulation (par pendaison, strangulation manuelle ou au lien)

Les constatations sur les lieux de découverte du corps sont extrêmement importantes: présence d'une chaise ou de toute autre plate-forme; mode de serrage du dispositif de strangulation; technique de confection du lien et du nœud; prélèvement au moyen de ruban adhésif sur les mains et sur des objets pour mettre en évidence des traces:

- signes de strangulation: profondeur, largeur du sillon, sillons intermédiaires, direction, point de suspension, phlyctènes, stigmates unguéaux, zones d'hyperhémie, présence de doubles marques de strangulation; autres lésions spécifiques cervicales: excoriations parcheminées dues au frottement du lien, marques dues à la structure ou aux motifs du lien (tissu), distribution des ecchymoses, pétéchies et excoriations de la peau;

- présence d'écoulements sanguins au niveau des narines et de la bouche, inégalité du diamètre des pupilles, localisation des hypostases, présence et localisation de congestions;

- blessures en rapport avec des phénomènes convulsifs, lésions de défense, plaies dues à une immobilisation forcée.

La dissection des tissus mous, de la musculature et des organes du cou, sur un champ non souillé de sang, est essentielle.

2. Noyade / Immersion

Il convient de noter soigneusement les constatations suivantes: présence de mousse au niveau de l'orifice buccal; peau ansérine; traces de macération, de boue et d'algues ainsi que de lésions provoquées par la faune aquatique ou par l'environnement (rocher et bateau, par exemple); détachement des ongles et décollement du revêtement cutané; localisation des lividités cadavériques.

Au plan technique, il convient de procéder à un prélèvement du contenu gastrique, de décrire précisément l'état des poumons (poids, taille, degré d'emphysème), et d'effectuer les prélèvements, échantillons pulmonaires, hépatiques et autres, nécessaires pour la mise en évidence de diatomées et d'autres contaminants.

Le cas échéant, il convient de prélever un échantillon du milieu liquide (par exemple: rivière, eau du bain).

3. Meurtres à motivation sexuelle

L'inspection des lieux du crime est particulièrement importante, notamment pour comprendre l'origine des blessures constatées. Toutes les blessures doivent être photographiées avec une échelle de référence. Si nécessaire, le revêtement cutané du cadavre doit être étudié sous lumière ultraviolette puis faire l'objet de tamponnements. Il faut s'attacher tout particulièrement à rechercher du matériel biologique étranger, tel que poils pubiens et sécrétions présentes sur la surface du corps, provenant par exemple de morsures. Ces matériaux doivent être préservés soigneusement aux fins de recherche d'ADN et protégés de toute contamination. Il est fortement recommandé de procéder au prélèvement «en bloc» des organes génitaux avant la dissection. Il est également nécessaire de procéder à un curage soigneux des ongles, ainsi qu'à une recherche de cheveux, l'ensemble de ces prélèvements étant conservé.

4. Décès d'enfants victimes de sévices et de privations

Avant la dissection, l'état général et l'état nutritionnel doivent être évalués, avec entre autre la description des cicatrices, des plaies ou lésions diverses, accompagnée d'un examen radiographique pour la recherche de fractures osseuses.

Il convient au cours de l'autopsie d'envisager des prélèvements aussi variés que ceux de toutes les blessures, des aires ganglionnaires en cas de malnutrition, des organes endocriniens, de tout tissu intervenant dans le processus de défense immunitaire et des échantillons de différentes régions de l'intestin.

5. Infanticide / mort-né

Des techniques particulières d'autopsie sont nécessaires pour mettre en évidence la faux du cerveau et la tente du cervelet; décrire la localisation de la bosse sérosanguine; prélever «en bloc» toutes les zones de fracture; rechercher tous les points d'ossification et en mesurer la taille. Il convient d'accorder une attention particulière aux organes thoraciques: degré d'aération des poumons, docimasie pulmonaire globale et fragmentaire dont les limites doivent être appréciées. Toutes les malformations doivent être décrites. Au niveau des organes abdominaux la présence de gaz dans l'intestin doit être recherchée. Le cordon ombilical et le placenta doivent être soumis à un examen morphologique et histologique.

6. Mort subite

Les cas de mort subite peuvent se subdiviser en trois catégories, en fonction des résultats de l'examen macroscopique:

a. les constatations macroscopiques expliquent à l'évidence la raison de la mort subite (par exemple, hémopéricarde, rupture de l'aorte). Les cas relevant de cette catégorie peuvent être considérés comme résolus;

b. les constatations qui pourraient expliquer le décès mais qui permettent d'autres explications. Les cas appartenant à cette catégorie nécessitent d'exclure une autre cause telle qu'un empoisonnement; par ailleurs, des investigations histologiques sont nécessaires pour apporter la preuve éventuelle du caractère récent ou chronique des lésions susceptibles d'être à l'origine du décès;

c. les constatations macroscopiques sont soit négatives soit insuffisantes; en tout état de cause, ne peuvent expliquer l'origine du décès. Les cas appartenant à cette catégorie justifient habituellement le recours à des examens complémentaires plus élaborés. C'est le cas notamment de la mort subite du nourrisson. Dans ce cas, il est essentiel de se référer à un protocole d'investigation plus complet et systématique.

7. Décès par projectiles d'armes à feu

Il devrait être procédé:

- à un rapport détaillé sur les lieux et les circonstances de l'incident, l'arme utilisée, le type de projectile, l'emplacement des dommages «environnementaux», les douilles, la position relative des personnes impliquées;

- à un examen approfondi des vêtements, à la description des dommages pertinents et à leur prélèvement soigneux;

- à des investigations approfondies et parfaitement documentées sur toute tache de sang (éclaboussure) sur la surface du corps (y compris au niveau des vêtements et des mains);

- à une description précise des plaies correspondant aux orifices d'entrée et de sortie des projectiles, en mentionnant leur localisation par rapport aux repères anatomiques, leur distance par rapport à la plante des pieds et la trajectoire à l'intérieur du corps;

- à une description de toutes marques de pression de la bouche du canon sur le revêtement cutané;

- à des prélèvements du revêtement cutané non lavé situé au pourtour des orifices d'entrée et de sortie des projectiles;

- à un examen radiographique avant et/ou pendant l'autopsie (si nécessaire);

- à la détermination des trajets et trajectoires des projectiles;

- à une conclusion concernant l'orientation du ou des tirs, quant à l'ordre de succession des coups de feu, quant à ceux survenus du vivant ou non de la victime et quant aux positions de cette dernière durant les faits.

8. Décès causé par un engin explosif

a. De même qu'elle tend à établir la cause du décès, l'autopsie est essentielle pour la reconstruction de la nature de l'explosion, pour l'identification du type et de l’origine de l'engin explosif, surtout en cas de sabotage d'avion ou de tout autre acte de terrorisme.

b. Le corps doit être complètement radiographié afin de détecter et de localiser des objets métalliques, tels que des composants de détonateur qui peuvent conduire à l'identification de l'engin explosif.

c. La disposition des blessures peut indiquer que la personne décédée était l'auteur de l'explosion; des blessures importantes dans la région basse de l'abdomen peuvent par exemple indiquer que l'auteur portait l'engin sur ses genoux, lors de l'explosion prématurée.

d. Lors de l'autopsie, tout objet étranger présent dans les tissus, identifié lors d'examens radiologiques, doit être soigneusement conservé aux fins d'un examen médico-légal.

e. Des échantillons de tissu, de vêtement, etc., doivent être conservés aux fins d'analyses chimiques afin d'identifier le type d'explosif.

9. Décès par instrument tranchant et/ou contondant

Il devrait être procédé:

- à l'examen des armes ou des objets susceptibles d'être en cause (il faudrait notamment relever leurs dimensions);

- à l'examen approfondi des vêtements (à la recherche de déchirures et de taches);

- à la dissection soigneuse et à la description de toutes les plaies (plan par plan), de leur taille, de leur trajet intra-corporel, avec recherche de toutes traces liées à l'arme utilisée et avec contrôle du caractère vital des lésions.

10. Décès par le feu

Il devrait être procédé:

- à l'état des vêtements ou de ce qu'il en reste, degré et caractéristiques des lésions de brûlures du revêtement cutané et des muqueuses;

- à la recherche des lésions dues à la chaleur et caractéristiques;

- à la mise en évidence ou à l'exclusion de la présence d'agents inflammables;

- à la recherche de réactions vitales: monoxyde de carbone, HCN, inhalation de particules de suie, lésions cutanées.

11. Intoxications (généralités)

11.1 Lorsque les constatations anatomiques ne révèlent pas la cause du décès et/ou s'il y a suspicion d'empoisonnement, il conviendrait d'effectuer des prélèvements systématiques de sang périphérique, d'urine, du contenu de l'estomac, de bile, de foie et de rein.

11.2 En cas de suspicion d'intoxication, les prélèvements devraient être regroupés comme suit:

- les médicaments hypnotiques, sédatifs, et plus généralement psychotropes, les médicaments à visée cardio-vasculaire et analgésique, ainsi que les pesticides, au niveau des prélèvements précédemment mentionnés (11.1);

- les stupéfiants, au niveau des prélèvements précédemment mentionnés (11.1), sans oublier ceux du liquide cérébro-spinal, du tissu cérébral, des points d'injection et des cheveux, ou, à défaut, de poils;

- des substances volatiles liposolubles telles que les agents inflammables et les solvants, au niveau des prélèvements précédemment mentionnés (11.1), en y ajoutant un prélèvement de sang effectué au niveau du ventricule gauche, un prélèvement de tissu cérébral, de graisse sous-cutanée, du tissu pulmonaire et un fragment de vêtement;

- une intoxication alimentaire, grâce aux prélèvements précédemment mentionnés (11.1) en y ajoutant le contenu intestinal prélevé si possible en trois endroits différents;

- en cas de suspicion d'intoxication chronique (métaux lourds, stupéfiants, pesticides, etc.), au niveau des prélèvements précédemment mentionnés (11.1) en y ajoutant une mèche de cheveux, un fragment osseux, un prélèvement de tissu adipeux, et le contenu intestinal.

12. Cadavres putréfiés

La présence d'un état de putréfaction n'empêche pas la nécessité d'une autopsie complète.

Les investigations radiologiques permettront d'exclure ou de mettre en évidence des fractures osseuses, la présence de corps étrangers tels que des projectiles d'armes à feu ou des prothèses.

Les études toxicologiques (notamment la détermination de l'alcoolémie) devraient être effectuées, mais interprétées avec la plus grande précaution.

–––

(1) Lors de l'adoption de cette recommandation, les Délégués du Danemark et des Pays-Bas, par application de l'article 10.2c du Règlement intérieur des réunions des Délégués des Ministres, ont réservé le droit de leurs Gouvernements de se conformer ou non au paragraphe 2 (Champ d'application de la recommandation) de la présente recommandation. Lors de l'adoption de cette recommandation, le Délégué de l'Allemagne, par application de l'article 10.2c du Règlement intérieur des réunions des Délégués des Ministres, a réservé le droit de son Gouvernement de se conformer ou non au paragraphe 2 f et h (Champ d'application de la recommandation) de la présente recommandation.


Documentos internacionales - Comité de Ministros del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002