Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Comité de Ministros del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation on the Use of Analysis of Deoxyribonucleic Acid (DNA) within the Framework of the Criminal Justice System


Creación: Comité de Ministros del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 20 de abril de 2003
Fecha: 10 de febrero de 1992

 


Recommendation (92) 1 on the Use of Analysis of Deoxyribonucleic Acid (DNA) within the Framework of the Criminal Justice System

(Adopted by the Committee of Ministers on 10 February 1992 at the 470th meeting of the ministers' deputies)

The Committee of Ministers, under the terms of Article 15.b of the Statute of the Council of Europe,

Considering that the aim of the Council of Europe is to achieve a greater unity between its members;

Having regard to the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms and the Convention for the Protection of Individuals with regard to Automatic Processing of Personal Data of 28 January 1981 ("the Data Protection Convention");

Considering that the fight against crime calls for the use of the most modern and effective methods;

Convinced of the need to pursue a common criminal policy aimed at the protection of individuals and the society in which they live;

Bearing in mind that the techniques of DNA analysis can offer advantages to the criminal justice system, in particular in the determination of innocence or guilt;

Bearing in mind however that such techniques, which are continuously evolving, should be carried out in a reliable manner;

When this Recommendation was adopted and in application of Article 10.2.c of the Rules of Procedure for the meetings of the Ministers' Deputies, the Representative of Denmark reserved the right of her government to comply or not with the Recommendation as a whole; the Representatives of Germany, the Netherlands and Norway reserved the right of their governments to comply or not with principle 8 of the Recommendation.

Mindful however that the introduction and use of these techniques should take full account of and not contravene such fundamental principles as the inherent dignity of the individual and the respect for the human body, the rights of the defence and the principle of proportionality in the carrying out of criminal justice,

RECOMMENDS the governments of member States to be guided in their legislation and policy by the principles and recommendations set out below;

INSTRUCTS the Secretary General to bring the contents of this Recommendation to the attention of the non-member States and international organisations which have participated in its preparation.

Principles and recommendations

1. Definitions

For the purposes of this Recommendation:

"DNA analysis" refers to any procedure which may be employed in the analysis of deoxyribonucleic acid (DNA), the basic genetic material of human and other living beings.

"Samples" refers to any substance of living origin which may be utilised for the purpose of DNA analysis.

"DNA file" refers to any structured collection of the results of DNA analysis tests whether retained in material form, as manually held records, or on a computerised database.

2. Scope and Limitations

This Recommendation applies to the collection of samples and use of DNA analysis for the purposes of the identification of a suspect or any other individual within the framework of the investigation and prosecution of criminal offences.

3. Use of samples and information derived therefrom

Samples collected for DNA analysis and the information derived from such analysis for the purpose of the investigation and prosecution of criminal offences must not be used for other purposes. However, where the individual from whom the samples have been taken so wishes, the information should be given to him.

Samples collected from living persons for DNA analysis for medical purposes, and the information derived from such samples, may not be used for the purposes of investigation and prosecution of criminal offences unless in circumstances laid down expressly by the domestic law.

Samples taken for DNA analysis and the information so derived may be needed for research and statistical purposes. Such uses are acceptable provided the identity of the individual cannot be ascertained. Names or other identifying references must therefore be removed prior to their use for these purposes.

4. Taking of samples for DNA analysis

The taking of samples for the purpose of DNA analysis should only be carried out in circumstances determined by the domestic law; it being understood that in some States this may necessitate specific authorization from a judicial authority.

Where the domestic law admits that samples may be taken without the consent of the suspect, such sampling should only be carried out if the circumstances of the case warrants such action.

5. Recourse to DNA analysis

Recourse to DNA analysis should be permissible in all appropriate cases, independent of the degree of seriousness of the offence.

6. Accreditation of laboratories and institutions and control of DNA analysis

DNA analysis is a sophisticated scientific procedure which should only be performed by laboratories possessing the appropriate facilities and experience.

The member States should ensure that a list be drawn up of accredited laboratories or institutions which satisfy the following criteria:

- high professional knowledge and skill, coupled with appropriate quality control procedures,

- scientific integrity,

- adequate security of the installations and of the substances under investigation,

- adequate safeguards to ensure absolute confidentiality in respect of the identification of the person to whom the result of the DNA analysis relates,

- guarantees that the conditions laid down by this Recommendation are followed.

The member States should institute a means of exercising regular supervision of their accredited laboratories.

7. Data protection

The collection of samples and the use of DNA analysis must be in conformity with the Council of Europe's standards of data protection as laid down in the Data Protection Convention No 108 and the Recommendations on data protection and in particular Recommendation No. R (87) 15 regulating the use of personal data in the police sector.

8. Storage of samples and data

Samples or other body tissues taken from individuals for DNA analysis should not be kept after the rendering of the final decision in the case for which they were used, unless it is necessary for purposes directly linked to those for which they were collected.

Measures should be taken to ensure that the results of DNA analysis and the information so derived is deleted when it is no longer necessary to keep it for the purposes for which it was used. The results of DNA analysis and the information so derived may however be retained where the individual concerned has been convicted of serious offences against the life, integrity and security of persons. In such cases strict storage periods should be defined by domestic law.

Samples and other body tissues, or the information derived from them, may be stored for longer periods:

(i) when the person concerned so requests; or

(ii) when the sample cannot be attributed to an individual, for example when it is found at the scene of an offence.

Where the security of the State is involved, the domestic law of the member State may permit retention of the samples, the results of DNA analysis and the information so derived even though the individual concerned has not been charged or convicted of an offence. In such cases strict storage periods should be defined by domestic law.

The establishment and operation of any DNA file for purposes of the investigation and prosecution of criminal offences should be regulated by law.

9. Equality of arms

States should ensure that DNA analysis as a specific means of proof is equally accessible to the defence, either by decision of a judicial authority or through the use of an independent expert.

Where the quantity of substances available for analysis is limited, care should be taken to ensure that the rights of the defence are not impaired.

10. Technical standards

The member States should promote standardisation of the methods of DNA analysis both at national and international levels. This may involve interlaboratory collaboration in validation of the analytical and control procedures.

11. Intellectual property

While acknowledging that the intellectual property rights associated with particular methods of DNA analysis may be vested in certain laboratories, member States should ensure that this does not impede access to the use of DNA analysis.

12. Transborder exchange of information

DNA analysis may be obtained from a laboratory or institution established in another country provided that the laboratory or institution satisfies all the requirements laid down in this Recommendation.

Transborder communication of the conclusions of DNA analysis should only be carried out between States complying with the provisions of this Recommendation and in particular in accordance with the relevant international treaties on exchange of information in criminal matters and with Article 12 of the Data Protection Convention.

 

Recommandation (92) 1 sur l'utilisation des analyses de l'acide désoxyribonucléique (ADN) dans le cadre du système de justice pénale

(Adoptée par le Comité des Ministres le 10 février 1992 lors de la 470e réunion des délégués des ministres)

Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15 b. du Statut du Conseil de l'Europe,

Considérant que le Conseil de l'Europe a pour but de réaliser une union plus étroite entre ses membres;

Tenant compte de la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales et de la Convention pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel du 28 janvier 1981 ("la Convention pour la protection des données"); Considérant que la lutte contre le crime exige le recours aux méthodes les plus modernes et les plus efficaces;

Convaincu de la nécessité de mener contre la criminalité une politique pénale commune visant à protéger les individus et la société dans laquelle ils vivent;

Prenant en considération le fait que les techniques d'analyse de l'ADN peuvent présenter de l'intérêt pour le système de justice pénale, notamment lorsqu'il s'agit d'établir l'innocence ou la culpabilité;

Lors de l'adoption de cette Recommandation et en application de l'article 10.2.c du Règlement intérieur des réunions des Délégués des Ministres, le Délégué du Danemark réserve le droit de son gouvernement de se conformer ou non à l'ensemble de la Recommandation; les Délégués de l'Allemagne, des Pays-Bas et de la Norvège réservent le droit de leur gouvernement de se conformer ou non avec le principe 8 de la Recommandation.

Prenant en considération cependant que de telles techniques, qui sont en constante évolution, doivent être mises en oeuvre de manière fiable;

Conscient, toutefois, qu'en l'adoptant et en appliquant ces techniques il faut tenir pleinement compte de principes aussi fondamentaux que la dignité intrinsèque de l'individu et le respect du corps humain, les droits de la défense et le principe de la proportionnalité dans l'administration de la justice pénale, et éviter de porter atteinte à ces principes,

RECOMMANDE aux gouvernements des Etats membres de s'inspirer dans leur législation et leur politique des principes et des recommandations formulés ci-après;

CHARGE le Secrétaire Général de porter le contenu de la présente Recommandation à l'attention des Etats non membres et les organisations internationales qui ont participé à son élaboration.

Principes et recommandations

1. Définitions

Aux fins de la présente Recommandation:

L'expression "analyse[s] de l'ADN" s'entend de tout procédé susceptible d'être utilisé pour analyser l'acide désoxyribonucléique (ADN), qui constitue le matériel génétique de base de l'homme et des autres êtres vivants.

Le terme "échantillons" s'entend de tout matériel d'origine biologique, susceptible d'être utilisé pour les besoins d'analyses de l'ADN.

L'expression "fichier de l'ADN" s'entend de tout recueil structuré des résultats de tests d'analyse de l'ADN, qu'ils soient conservés sous une forme matérielle, comme les fichiers établis à la main, ou dans une base informatisée de données.

2. Champ d'application et limitations

La présente Recommandation s'applique au prélèvement d'échantillons et à l'utilisation des analyses de l'ADN aux fins d'identification d'un suspect ou toute autre personne dans le cadre d'enquêtes et de poursuites pénales.

3. Utilisation des échantillons et des informations qui en découlent

Les échantillons prélevés pour effectuer des analyses de l'ADN et les informations dégagées de ces analyses aux fins d'enquêtes et de poursuites pénales ne doivent pas non plus être utilisés à d'autres fins. Cependant, lorsque la personne sur laquelle les échantillons ont été prélevés le souhaite, l'information doit lui être donnée.

Les échantillons prélevés sur des personnes vivantes pour effectuer des analyses de l'ADN à des fins médicales, et les informations obtenues à partir de ces échantillons, ne peuvent être utilisés pour les besoins d'enquêtes et de poursuites pénales, si ce n'est dans des cas expressément prévus par le droit interne.

L'utilisation d'échantillons prélevés pour effectuer des analyses de l'ADN, et des informations ainsi recueillies, peut s'imposer à des fins de recherche et de statistiques. Une telle utilisation est admissible à condition que l'identité de l'individu en cause ne puisse être établie. Aussi faut-il au préalable retirer de ces échantillons et de ces informations les noms des intéressés et les autres mentions permettant de les identifier.

4. Prélèvement d'échantillons aux fins d'analyse de l'ADN

Le prélèvement d'échantillons aux fins d'analyse de l'ADN ne devrait être effectué que dans des circonstances déterminées par le droit interne, étant entendu que dans certains Etats, un tel prélèvement soit subordonné à l'autorisation expresse d'une autorité judiciaire.

Lorsque le droit interne admet que des échantillons soient prélevés sans le consentement du suspect, un tel prélèvement ne devrait être effectué que si les circonstances de l'affaire exigent une telle mesure.

5. Recours aux analyses de l'ADN

Le recours aux analyses de l'ADN doit être autorisé dans tous les cas appropriés, quel que soit le degré de gravité de l'infraction.

6. Agréments de laboratoires et d'institutions et contrôle des analyses de l'ADN

L'analyse de l'ADN est un procédé scientifique complexe qui ne doit être employé que par des laboratoires possédant les installations et l'expérience requises.

Les Etats membres devraient veiller à ce que soit établie une liste de laboratoires ou d'instituts agréés, répondant aux critères suivants:

- niveau élevé des connaissances et des compétences professionnelles, associé à des procédures appropriées de contrôle de la qualité;

- intégrité scientifique;

- sécurité adéquate des installations et des matériels faisant l'objet d'examens;

- mesures pertinentes pour garantir une confidentialité absolue eu égard à l'identification de la personne à laquelle se rapportent les résultats de l'analyse de l'ADN; et

- garanties que les conditions énoncées dans la présente Recommandation seront respectées.

Les Etats membres devraient prendre des dispositions pour que leurs laboratoires agréés fassent périodiquement l'objet d'un contrôle.

7. Protection des données

Les échantillons doivent être prélevés et les analyses de l'ADN utilisées conformément aux normes du Conseil de l'Europe pour la protection des données, telles qu'elles sont prévues dans la Convention No. 108 relative à la protection des données et dans les Recommandations sur la protection des données, notamment dans la Recommandation R (87) 15 visant à réglementer l'utilisation des données à caractère personnel dans le secteur de la police.

8. Conservation des échantillons et des données

Les échantillons prélevés sur le corps d'individus aux fins d'analyse de l'ADN ne doivent pas être conservés une fois que la décision finale a été rendue dans l'affaire en vue de laquelle ils ont été utilisés, à moins qu'une telle conservation ne s'impose pour des besoins directement liés à ceux en vue desquels ils ont été prélevés.

Il faut veiller à effacer les données des analyses de l'ADN et les informations obtenues au moyen de ces analyses dès lors qu'il n'est plus nécessaire de les conserver aux fins en vue desquelles elles ont été utilisées. Les données des analyses de l'ADN et les informations ainsi recueillies peuvent toutefois être conservées lorsque l'intéressé a été reconnu coupable d'infractions graves portant atteinte à la vie, à l'intégrité ou à la sécurité des personnes. En prévision de tels cas, la législation nationale devrait fixer des délais précis de conservation.

Les échantillons et autres tissus humains, ou les informations qui en découlent, peuvent être conservés pour de plus longues périodes:

(i) lorsque la personne concernée demande; ou

(ii) lorsque l'échantillon ne peut être attribué à une personne, par exemple lorsqu'il est trouvé sur le lieu du crime.

Dans les cas où la sûreté de l'état est en cause, le droit interne peut permettre la conservation des échantillons, des résultats de l'analyse de l'ADN et de l'information qui en découle, même si la personne concernée n'a pas été inculpée ou condamnée pour une infraction. En prévision de tels cas, la législation nationale devrait fixer des délais précis de conservation.

L'établissement et la gestion de tout fichier ADN pour les besoins d'enquêtes et de poursuites pénales doivent être réglementés par la loi.

9. Egalité des armes

Les Etats devraient assurer que l'analyse de l'ADN en tant que moyen spécifique de preuve soit accessible de la même manière à la défense, soit par décision d'une autorité judiciaire, soit par l'intermédiaire d'un expert indépendant.

Lorsque la quantité des substances disponibles pour des analyses est limitée, il y a lieu de veiller à ce qu'aucune atteinte ne soit portée aux droits de la défense.

10. Normes techniques

Les Etats membres devraient encourager la normalisation des méthodes d'analyse de l'ADN, tant à l'échelon national qu'à l'échelon international. Cette normalisation pourrait obliger les divers laboratoires à collaborer en matière d'homologation des procédés d'analyse ou de contrôle.

11. Propriété intellectuelle

Tout en reconnaissant que les droits de propriété intellectuelle liés à telles ou telles méthodes d'analyse de l'ADN pourraient demeurer acquis à certains laboratoires, les

Etats membres doivent veiller à ce que ce fait n'entrave pas l'accès à l'utilisation de l'analyse de l'ADN.

12. Echange transfrontière d'informations

Il est possible de solliciter d'un laboratoire ou d'un institut établi dans un autre pays des analyses de l'ADN pour les besoins d'enquêtes et de poursuites pénales à condition que ce laboratoire ou cet institut remplisse toutes les conditions énoncées dans la présente Recommandation.

La communication transfrontière des conclusions d'analyses de l'ADN ne devrait s'effectuer qu'entre des Etats qui se conforment aux dispositions de la présente Recommandation, et en particulier dans le respect des traités internationaux pertinents sur l'échange d'informations en matière pénale, ainsi que de l'article 12 de la Convention relative à la protection des données.


Documentos internacionales - Comité de Ministros del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E: apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002