Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Comité de Ministros del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation concerning the Legal Protection of Persons Suffering from Mental Disorder Placed as Involuntary Patients


Creación: Comité de Ministros del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 20 de abril de 2003
Fecha: 22 de febrero de 1983

 


Recommendation (83) 2 concerning the Legal Protection of Persons Suffering from Mental Disorder Placed as Involuntary Patients1

(Adopted by the Committee of Ministers on 22 February 1983 at the 356th meeting of the ministers' deputies)

The Committee of Ministers, under the terms of Article 15.b of the Statute of the Council of Europe,

Considering that the aim of the Council of Europe is to achieve a greater unity between its members, in particular through harmonising the laws on matters of common interest;

Having regard to the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms and to its application by the organs established under that convention;

Having regard to Recommendation 818 (1977) of the Consultative Assembly of the Council of Europe on the situation of the mentally ill;

Considering that common action at European level will promote the desired better protection of persons suffering from mental disorder,

Recommends that the governments of the member states should adapt their laws to the rules annexed to this recommendation or adopt provisions in accordance with those rules when introducing new legislation.

RULES

Article 1

1. These rules concern the involuntary placement of persons suffering from mental disorder. Placement decided pursuant to criminal proceedings is not covered by these rules; however, Rules 5, 9, 10 and 11 apply to such a placement.

2. Involuntary placement (hereinafter referred to as "placement") means the admission and detention for treatment of a person suffering from mental disorder (hereinafter referred to as "patient") in a hospital, other medical establishment or appropriate place (hereinafter referred to as "establishment"), the placement not being at his own request.

3. The admission of a patient to an establishment for treatment at his own request does not fall within the field of application of these rules. However, these rules apply to cases where a patient who has originally been admitted at his own request is to be detained in an establishment in spite of his wish to be discharged.

Article 2

Psychiatrists and other doctors, in determining whether a person is suffering from a mental disorder and requires placement, should do so in accordance with medical science. Difficulty in adapting to moral, social, political or other values, in itself, should not be considered a mental disorder.

Article 3

In the absence of any other means of giving the appropriate treatment:

a. a patient may be placed in an establishment only when, by reason of his mental disorder, he represents a serious danger to himself or to other persons;

b. states may, however, provide that a patient may also be placed when, because of the serious nature of his mental disorder, the absence of placement would lead to a deterioration of his disorder or prevent the appropriate treatment being given to him.

Article 4

1. A decision for placement should be taken by a judicial or any other appropriate authority prescribed by law. In an emergency, a patient may be admitted and retained at once in an establishment on the decision of a doctor who should thereupon immediately inform the competent judicial or other authority which should make its decision. Any decision of the competent judicial or other authority mentioned in this paragraph should be taken on medical advice and under a simple and speedy procedure.

2. Where a decision for placement is taken by a non-judicial body or person, that body or person should be different from that which originally requested or recommended placement. The patient should immediately be informed of his rights and should have the right of appeal to a court which should decide under a simple and speedy procedure. Moreover, a person whose duty it is to assist the patient to decide whether to appeal should be designated by an appropriate authority, without prejudice to the right of appeal of any other interested person.

3. The admission of a patient to an establishment for treatment at his own request does not fall within the field of application of these rules. However, these rules apply to cases where a patient who ha originally been admitted at his own request is to be detained in an establishment in spite of his wish to be discharged.

4. The judicial decisions referred to in paragraph 3 should be open to appeal.

Article 5

1. A patient put under placement has a right to be treated under the same ethical and scientific conditions as any other sick person and under comparable environmental conditions. In particular, he has the right to receive appropriate treatment and care.

2. A treatment which is not yet generally recognised by medical science or presents a serious risk of causing permanent brain damage or adversely altering the personality of the patient may be given only if the doctor considers it indispensable and if the patient, after being informed, has given his express consent. If the patient is not capable of understanding the nature of the treatment, the doctor should submit the matter for decision to an appropriate independent authority prescribed by law which should consult the patient's legal representative, if any.

3. Clinical trials of products and therapies not having a psychiatric therapeutic purpose on persons suffering from mental disorder, subject to placement, should be forbidden. Clinical trials having a psychiatric therapeutic purpose are a matter for national legal provisions.

Article 6

The restrictions on personal freedom of the patient should be limited only to those which are necessary because of his state of health and for the success of the treatment; however, the right of a patient:

a. to communicate with any appropriate authority, the person mentioned in Article 4 and a lawyer, and

b. to send any letter unopened,

should not be restricted.

Article 7

A patient cannot be transferred from an establishment to another except considered his therapeutic interest and, if possible, his desires.

Article 8

1. A placement should be for a limited period or, at least, the necessity for placement should be examined at regular intervals. The patient can request that a judicial authority should consider the necessity for placement at reasonable intervals. The rules in Article 4, paragraph 3, apply.

2. The placement may be terminated at any moment on the decision:

a. of a doctor, or

b. of a competent authority.

acting on his own initiative or at the request of the patient or any other interested person.

3. The termination of the placement does not necessarily imply the end of treatment which may continue on a voluntary basis.

Article 9

1. The placement, by itself, cannot constitute, by operation of law, a reason for the restriction of the legal capacity of the patient.

2. However, the authority deciding a placement should see, if necessary, that adequate measures are taken in order to protect the material interests of the patient.

Article 10

In all circumstances, the patient's dignity should be respected and adequate measures to protect his health taken.

Article 11

These rules doe not limit the possibility for a member state to adopt provisions granting a wider measure of legal protection to persons suffering from mental disorder subject to placement.

---

(1) When this recommendation was adopted and in application of Article 10.2.c of the Rules of Procedure for the meetings of the Ministers' Deputies, the Representatives of the following member states reserved the right of their governments to comply or not with the provisions indicated below of the rules appended hereto:
- The Federal Republic of Germany: Articles 3.a and 6.b;
- Ireland: Articles 4.2 last sentence and 3 last sentence, and 9.2;
- Liechtenstein: Articles 4.2 last sentence and 3 first sentence, and 6.b;
- The Netherlands: Articles 3.a, 4.4 and 6;
- Sweden: Article 6.b;
- Switzerland: articles 4.1 last sentence, final phrase, and 2 last sentence, and 6.b;
- The United Kingdom: Articles 4.2 last sentence and 3 last sentence, and 6.b;

 

Recommandation (83) 2 sur la protection juridique des personnes atteintes de troubles mentaux et placées comme patients involontaires1

(Adoptée par le Comité des Ministres le 22 février 1983, lors de la 356e réunion des délégués des ministres)

Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15.b du Statut du Conseil de l'Europe,

Considérant que le but du Conseil de l'Europe est de réaliser une union plus étroite entre ses membres, en particulier par l'harmonisation des législations sur des questions d'un intérêt commun;

Tenant compte de la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales ainsi que de son application par les organes créés par cette convention;

Tenant compte de la Recommandation 818 (1977) de l'Assemblée Consultative du Conseil de l'Europe relative à la situation des malades mentaux;

Considérant qu'une action commune au niveau européen favorisera une meilleure protection des personnes

REGLES

Article 1

1. Les présentes règles concernent le placement involontaire des personnes atteintes de troubles mentaux. Le placement décidé en application d'une procédure pénale n'est pas visé par les présentes règles; cependant, les règles 5, 9, 10 et 11 seront applicables à ce placement.

2. Le placement involontaire (ci-après dénommé «placement») consiste à faire admettre et retenir, aux fins de traitement, une personne atteinte de troubles mentaux (ci-après dénommée «le patient») dans un hôpital ou établissement de soins ou autre endroit approprié (ci-après dénommé «établissement») sans que ce patient en ait fait lui-même la demande.

3. L'admission d'un patient dans un établissement aux fins de traitement n'entre pas dans le champ d'application des présentes règles si c'est le patient lui-même qui l'a demandée. Toutefois, ces règles s'appliquent aux cas dans lesquels un patient admis initialement à sa propre demande doit être retenu dans l'établissement en dépit de sa volonté de le quitter.

Article 2

Les psychiatres et les autres médecins doivent se conformer aux données de la science médicale lorsqu'ils ont à déterminer si une personne est atteinte d'un trouble mental nécessitant le placement. Les difficultés d'adaptation aux valeurs morales, sociales, politiques ou autres, ne doivent pas être considérées, en elles-mêmes, comme un trouble mental.

Article 3

A défaut de tout autre moyen d'administrer le traitement approprié:

a. un patient ne peut faire l'objet d'un placement dans un établissement que si, en raison de ses troubles mentaux, il représente un grave danger pour sa personne ou celle d'autrui;

b. les Etats peuvent, toutefois, prévoir que le patient pourra faire l'objet d'un placement lorsque, en raison de la gravité de ses troubles mentaux, l'absence de placement détériorerait l'état du patient ou ne permettrait pas de lui apporter le traitement approprié.

Article 4

1. La décision de placement doit être prise par un organe judiciaire ou toute autre autorité appropriée désignée par la loi. En cas d'urgence, un patient peut être admis et retenu sur-le-champ dans un établissement sur décision d'un médecin qui doit alors informer immédiatement l'autorité judiciaire ou l'autre autorité compétente qui rendra sa décision. La décision de l'autorité judiciaire ou autre visée dans le présent paragraphe doit être prise sur avis médical et selon une procédure simple et rapide.

2. Lorsque la décision de placement est prise par une personne ou un organe qui n'est pas judiciaire, cet organe ou cette personne doivent être différents de ceux ayant demandé ou recommandé le placement. Le patient doit être immédiatement informé de ses droits et doit avoir le droit d'introduire un recours devant un tribunal qui prendra sa décision selon une procédure simple et rapide. En outre, une personne chargée d'assister le patient à décider s'il convient d'exercer le droit de recours sera désignée par une autorité appropriée, sans préjudice du droit de recours de toute autre personne intéressée.

3. Lorsque la décision est prise par un organe judiciaire ou lorsqu'un recours est formulé devant une autorité judiciaire contre la décision de placement d'un organe administratif, le patient doit être informé de ses droits et doit avoir l'occasion effective d'être entendu par un juge personnellement sauf si le juge, eu égard à l'état de santé du patient, décide de l'entendre moyennant une certaine forme de représentation. Le patient doit être informé de ses droits de recours contre la décision de placement ou celle qui la confirme et, s'il le demande ou si le juge l'estime opportun, bénéficier de l'assistance d'un conseil ou d'une autre personne.

4. Les décisions judiciaires visées au paragraphe 3 doivent pouvoir faire l'objet d'un recours.

Article 5

1. Tout patient faisant l'objet d'un placement a le droit d'être traité dans les mêmes conditions déontologiques et scientifiques que tout autre malade et dans des conditions matérielles comparables. Il a notamment le droit de recevoir un traitement et des soins appropriés.

2. Un traitement qui n'est pas encore généralement reconnu par la science médicale ou qui présente un risque sérieux d'entraîner des dommages irréversibles au cerveau ou de détériorer la personnalité du patient, ne pourra être administré que si le médecin l'estime indispensable et si le patient, dûment informé, y consent expressément. Lorsque celui-ci n'est pas capable de comprendre la portée du traitement, le médecin doit soumettre la question à une autorité indépendante appropriée désignée par la loi qui entendra le représentant légal du patient, s'il existe.

3. Les essais cliniques de produits ou techniques médicales n'ayant pas un but thérapeutique psychiatrique sur des personnes atteintes de troubles mentaux et faisant l'objet d'une mesure de placement doivent être interdits. Les essais cliniques ayant un but thérapeutique psychiatrique sont régis par les dispositions juridiques nationales.

Article 6

Les restrictions imposées à la liberté individuelle du patient doivent être limitées à celles nécessitées par son état de santé et l'efficacité du traitement; cependant, les droits du patient:

a. de communiquer avec toute autorité appropriée, la personne visée à l'article 4 et un avocat, et

b. d'envoyer toute lettre sans que celle-ci ait été ouverte,

ne peuvent être soumis à des restrictions.

Article 7

Un patient ne peut être transféré d'un établissement à un autre que compte tenu de son intérêt thérapeutique et, dans la mesure du possible, de ses désirs.

Article 8

1. Le placement doit être d'une durée limitée, ou, tout au moins, la nécessité du placement doit être réexaminée périodiquement. Le patient peut, à des intervalles raisonnables, demander à une autorité judiciaire de se prononcer sur la nécessité du placement. L'article 4, paragraphe 3, sera alors applicable.

2. Le placement peut prendre fin à tout moment par une décision prise:

a. par un médecin, ou

b. par l'autorité compétente,

soit de sa propre initiative, soit sur demande du patient ou de toute autre personne intéressée.

3. La fin du placement n'implique pas nécessairement la fin du traitement qui pourra continuer sur une base volontaire.

Article 9

1. Le placement, en lui seul, ne peut constituer de plein droit une cause de restriction de la capacité juridique du patient.

2. Toutefois, l'autorité décidant le placement doit veiller à ce qu'au besoin les mesures appropriées soient prises en vue de sauvegarder les intérêts matériels du patient.

Article 10

Dans toutes circonstances, la dignité du patient doit être respectée et des mesures appropriées doivent être prises pour protéger sa santé.

Article 11

Les présentes règles ne limitent pas la faculté de chaque Etat d'adopter des dispositions accordant une protection juridique plus étendue aux personnes atteintes de troubles mentaux et faisant l'objet d'un placement.

---

(1) Lors de l'adoption de la recommandation et en application de l'article 10.2.c du Règlement intérieur des réunions des Délégués des Ministres, les Délégués des Etats membres ci-après ont réservé le droit de leurs Gouvernements de se conformer ou non aux dispositions susmentionnées des règles annexées à la recommandation:
- République Fédérale d'Allemagne: articles 3.a et 6.b;
- Irlande: articles 4.2 dernière phrase et 3 dernière phrase, et 9.2;
- Liechtenstein: articles 4.2 dernière phrase et 3 première phrase, et 6.b;
- Pays-Bas: articles 3.a, 4.4 et 6;
- Suède: article 6.b;
- Suisse: articles 4.1 dernier membre de phrase et 2 dernière phrase, et 6.b;
- Royaume-Uni: articles 4.2 dernière phrase et 3 dernière phrase, et 6.b.


Documentos internacionales - Comité de Ministros del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E: apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002