Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation on Biotechnology and Intellectual Property


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 21 de abril de 2003
Fecha: 23 de septiembre de 1999

 


Recommendation 1425 (1999)1 Biotechnology and Intellectual Property

1. The Assembly recalls its Recommendation 1213 (1993) on developments in biotechnology and their consequences for agriculture.

2. It is aware that the patent system, as a system for the protection of intellectual property, is an integral part of the market economy and therefore can be a driving force for innovation in many technological questions.

3. A guideline on patent legislation should help to develop criteria for granting patents continuously according to technological progress, in favour of both the interests of the claiming party and the interests of the public in regard to public order, morality and general aspects of the state economy.

4. Living organisms are able to reproduce themselves even if they are patented, and in view of this special quality of living organisms the scope of a patent is difficult to define, which makes it nearly impossible to find a balance between private and public interests.

5. The Assembly deems it necessary to oblige scientists, as well as scientific research and development units working in the field of biotechnology, to conform with the Convention on Biological Diversity (Rio de Janeiro, 1992), guaranteeing both the principle of free scientific access to worldwide genetic resources and the interests of developing countries in sharing the benefits of technological progress.

6. However, it is aware that for ethical reasons there are also severe reservations against patenting living organisms.

7. It considers that the issue of patenting living organisms should comply with the provisions of the Convention on Biological Diversity (CBD), and that greater account should be taken of the interests of developing countries in the Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights (Trips Agreement) of the World Trade Organisation; it asks the World Trade Organisation to comply with the Convention on Biological Diversity.

8. The Assembly has taken note that Directive 98/44/EEC on the legal protection of biotechnological inventions of 6 July 1998 (Bio-Patenting Directive of the European Community) was challenged at the Court of Justice of the European Communities by the governments of the Netherlands and Italy, and that Norway is considering not implementing it.

9. The Assembly considers that monopolies granted by patent authorities may undermine the value of regional and worldwide genetic resources and of traditional knowledge in those countries that provide access to these resources.

10. It considers that the aim of sharing the benefits from the utilisation of genetic resources within this broader view does not necessarily require patent-holding but requires a balanced system for protecting both intellectual property and the "common heritage of mankind".

11. It also considers that the many outstanding questions regarding the patentability and the scope of protection of patents on living organisms in the agro-food sector must be solved swiftly taking into account all interests concerned, not least those of farmers and developing countries.

12. The Assembly therefore believes that neither plant-, animal- nor human-derived genes, cells, tissues or organs can be considered as inventions, nor be subject to monopolies granted by patents.

13. For these reasons the Assembly recommends that the Committee of Ministers, in co-operation with the European Union, the World Intellectual Property Organisation, the Food and Agriculture Organisation, the World Trade Organisation, Unesco and in accordance with the Convention on Biological Diversity:

i. study in detail all aspects linked to the protection of intellectual property in biotechnological innovations with a view to further improving international legislation in this field;

ii. assess and review the effects of granting patents with a broad scope as regards the progress of research and development and the free market;

iii. develop a code of conduct for scientists and scientific units working in the field of biotechnology which guarantees both free scientific access to worldwide genetic resources and benefit-sharing with developing countries;

iv. discuss a suitable alternative system of protecting intellectual property in the field of biotechnology which would fit the purposes

of the Convention on Biological Diversity and meet the needs of worldwide interests both private and public;

v. encourage the ratification by those member states that have not yet done so of the Council of Europe's 1963 Convention on the Unification of Certain Points of Substantive Law on Patents for Invention, and envisage updating the convention in the light of the conclusions of the report;

vi. consider the ethical aspects of the patentability of inventions involving biological and, in particular, human material.

---

(1) Assembly debate on 20 September 1999 (25th Sitting) (see Doc. 8459, report of the Committee on Agriculture and Rural Development, rapporteur: Mr Wodarg; and Doc. 8532, opinion of the Committee on Legal Affairs and Human Rights, rapporteur: Mr Vishnyakov).

Text adopted by the Assembly on 23 September 1999 (30th Sitting).

 

Recommandation 1425 (1999)1 biotechnologie et propriété intellectuelle

1. L'Assemblée rappelle sa Recommandation 1213 (1993) relative aux développements de la biotechnologie et aux conséquences pour l'agriculture.

2. Elle est consciente que le système de brevets, qui vise à protéger la propriété intellectuelle, fait partie intégrante de l'économie de marché et qu'il peut en conséquence constituer un moteur de l'innovation pour de nombreuses questions technologiques.

3. Des lignes directrices sur la législation en matière de brevets devraient contribuer à l'élaboration de critères pour la délivrance continue de brevets conformément aux progrès technologiques dans l'intérêt, d'une part, du demandeur et, d'autre part, de la population, que ce soit sur le plan de l'ordre public, de la moralité ou des aspects généraux de l'économie.

4. Les organismes vivants sont capables de se reproduire même s'ils sont patentés et, étant donné cette caractéristique particulière, l'étendue d'un brevet est difficile à définir, ce qui rend pratiquement impossible la recherche d'un équilibre entre intérêt public et privé.

5. L'Assemblée croit nécessaire d'obliger les scientifiques, ainsi que les centres de recherche et de développement scientifique dans le domaine de la biotechnologie, à se conformer à la Convention sur la diversité biologique (Rio de Janeiro, 1992) en garantissant tant le principe du libre accès scientifique aux ressources génétiques mondiales que les intérêts des pays en développement dans le partage des avantages du progrès technologique.

6. Elle est toutefois consciente que de graves réserves s'opposent aussi, pour des raisons éthiques, à la brevetabilité d'organismes vivants.

7. Elle considère que la question de la brevetabilité d'organismes vivants doit se conformer aux dispositions de la Convention sur la diversité biologique, et que les intérêts des pays en voie de développement doivent être davantage pris en compte dans l'Accord relatif aux droits de propriété liés aux échanges (accord Trips) de l'Organisation mondiale du commerce; elle demande que l'Organisation mondiale du commerce se conforme à la Convention sur la diversité biologique.

8. L'Assemblée constate que la Directive CEE/98/44 du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques (directive sur les brevets de la Communauté européenne) est contestée devant la Cour de justice des Communautés européennes par les Gouvernements des Pays-Bas et de l'Italie, et que la Norvège envisage de ne pas l'appliquer.

9. Elle considère que les monopoles accordés par les autorités responsables des brevets peuvent ruiner la valeur des ressources génétiques régionales et mondiales, et les connaissances traditionnelles des pays qui donnent accès à ces ressources.

10. Elle estime que l'objectif de partager les avantages retirés de la valorisation des ressources génétiques dans cette perspective plus large n'implique pas nécessairement la détention d'un brevet, mais requiert un système équilibré pour la protection à la fois de la propriété intellectuelle et du «patrimoine commun de l'humanité».

11. Elle estime aussi que les multiples questions en suspens à propos de la brevetabilité et de l'étendue de la protection des brevets concernant des organismes vivants dans le secteur agroalimentaire doivent être réglées rapidement, en tenant compte de tous les intérêts en jeu, et notamment ceux des agriculteurs et des pays en développement.

12. L'Assemblée considère en conséquence que ni les gènes, ni les cellules, ni les tissus, ni les organes d'origine végétale, animale, voire humaine ne doivent être considérés comme des inventions, ni faire l'objet de monopoles accordés par des brevets.

13. C'est pourquoi elle recommande au Comité des Ministres, en collaboration avec l'Union européenne, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture, l'Organisation mondiale du commerce, l'Unesco et, conformément à la Convention sur la diversité biologique:

i. d'étudier en détail tous les aspects liés à la protection de la propriété intellectuelle des innovations biotechnologiques afin d'améliorer la législation internationale dans ce domaine;

ii. d'évaluer et d'étudier les effets de l'octroi de brevets dans une perspective générale, qu'il s'agisse des progrès de la recherche-développement ou du libre jeu du marché;

iii. d'élaborer un code de conduite à l'intention des scientifiques et des centres de recherche scientifique dans le domaine de la biotechnologie qui garantisse le libre accès scientifique aux ressources génétiques mondiales et le partage des bénéfices avec les pays en développement;

iv. d'envisager un système approprié de remplacement pour protéger la propriété intellectuelle dans le domaine de la biotechnologie afin de poursuivre les buts de la Convention sur la diversité biologique et de satisfaire les besoins des intérêts privés et publics à l'échelle mondiale;

v. d'encourager la ratification de la Convention du Conseil de l'Europe de 1963 sur l'unification de certains éléments du droit des brevets d'invention, par les États membres qui ne l'ont pas encore fait, et d'envisager de la réactualiser à la lumière des conclusions du rapport;

vi. de réfléchir aux aspects éthiques de la brevetabilité des inventions mettant en jeu du matériel biologique, en particulier humain.

---

(1) Discussion par l'Assemblée le 20 septembre 1999 (25e séance) (voir Doc. 8459, rapport de la commission de l'agriculture et du développement rural, rapporteur: M. Wodarg; et Doc. 8532, avis de la commission des questions juridiques et des droits de l'homme, rapporteur: M. Vishnyakov).

Texte adopté par l'Assemblée le 23 septembre 1999 (30e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E: apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002