Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation 1235 (1994) on Psychiatry and Human Rights


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 21 de abril de 2003
Fecha: 12 de abril de 1994

 


Recommendation 1235 (1994)1 on Psychiatry and Human Rights

1. The Assembly observes that there is no overall study on legislation and practice with regard to psychiatry covering the member states of the Council of Europe.

2. It notes that on the one hand, a body of case-law has developed on the basis of the European Convention on Human Rights and that on the other, the European Committee for the Prevention of Torture and Inhuman or Degrading Treatment or Punishment has made a number of observations with regard to practices followed in the matter of psychiatric placements.

3. It notes that, in a large number of member countries, legislation on psychiatry is under review or in preparation.

4. It is aware that, in many countries, a lively debate is currently focused on problems associated with certain types of treatment such as lobotomies and electroconvulsive therapy as well as on sexual abuse in psychiatric care.

5. It recalls Recommendation No. R (83) 2 of the Committee of Ministers to member states concerning the legal protection of persons suffering from mental disorder placed as involuntary patients.

6. It considers that the time has come for the member states of the Council of Europe to adopt legal measures guaranteeing respect for human rights of psychiatric patients.

7. The Assembly therefore invites the Committee of Ministers to adopt a new recommendation based on the following rules:

i. Admission procedure and conditions:

a. compulsory admission must be resorted to in exceptional cases only and must comply with the following criteria:

- there is a serious danger to the patient or to other persons;

- an additional criterion could be that of the patient's treatment: if the absence of placement could lead to a deterioration or prevent the patient from receiving appropriate treatment;

b. in the event of compulsory admission, the decision regarding placement in a psychiatric institution must be taken by a judge and the placement period must be specified. Provision must be made for the placement decision to be regularly and automatically reviewed. Principles established in the Council of Europe's forthcoming convention on bioethics must be respected in all cases;

c. there must be legal provision for an appeal to be lodged against the decision;

d. a code of patients' rights must be brought to the attention of patients on their arrival at a psychiatric institution;

e. a code of ethics for psychiatrists should be drawn up inter alia on the basis of the Hawaii Declaration approved by the General Assembly of the World Psychiatric Association in Vienna in 1983.

ii. Treatment:

a. a distinction has to be made between handicapped and mentally ill patients;

b. lobotomies and electroconvulsive therapy may not be performed unless informed written consent has been given by the patient or a person, counsellor or guardian, chosen by the patient as his or her representative and unless the decision has been confirmed by a select committee not composed exclusively of psychiatric experts;

c. there must be an accurate and detailed recording of the treatment given to the patient;

d. there must be adequate nursing staff appropriately trained in the care of such patients;

e. patients must have free access to a "counsellor" who is independent of the institution; similarly, a "guardian" should be responsible for looking after the interests of minors;

f. an inspection system similar to that of the European Committee for the Prevention of Torture and Inhuman or Degrading Treatment or Punishment should be set up.

iii. Problems and abuses in psychiatry:

a. the code of ethics must explicitly stipulate that it is forbidden for therapists to make sexual advances to patients;

b. the use of isolation cells should be strictly limited and accommodation in large dormitories should also be avoided;

c. no mechanical restraint should be used. The use of pharmaceutical means of restraint must be proportionate to the objective sought, and there must be no permanent infringement of individuals' rights to procreate;

d. scientific research in the field of mental health must not be undertaken without the patient's knowledge, or against his or her will or the will of his or her representative, and must be conducted only in the patient's interest.

iv. Situation of detained persons:

a. any person who is imprisoned should be examined by a doctor;

b. a psychiatrist and specially trained staff should be attached to each penal institution;

c. the rules set out above and the rules of ethics should be applied to detained persons and, in particular, medical confidentiality should be maintained in so far as this is compatible with the demands of detention;

d. sociotherapy programmes should be set up in certain penal institutions for detained persons suffering from personality disorders.

---

(1) Assembly debate on 12 April 1994 (10th Sitting) (see Doc. 7040, report of the Committee on Legal Affairs and Human Rights, Rapporteur: Mr Stoffelen; and Doc. 7048, opinion of theSocial, Health and Family Affairs Committee, Rapporteur: Mr Eisma).

Text adopted by the Assembly on 12 April 1994 (10th Sitting).

 

Recommandation 1235 (1994)1 relative à la psychiatrie et aux droits de l'homme

1. L'Assemblée constate qu'il n'existe aucune étude d'ensemble sur la législation et la pratique en matière de psychiatrie couvrant les Etats membres du Conseil de l'Europe.

2. Elle note que, d'une part, une jurisprudence s'est développée à partir de la Convention européenne des Droits de l'Homme et que, d'autre part, le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants a été amené à faire un certain nombre d'observations concernant la pratique en matière d'internement psychiatrique.

3. Elle relève que, dans un grand nombre de pays membres, les législations concernant la psychiatrie sont en cours de révision ou d'élaboration.

4. Elle est informée que, dans de nombreux pays, un débat animé est en cours sur des problèmes liés à certains types de traitements, tels la lobotomie et les électrochocs, ainsi que sur les abus sexuels dans le cadre du traitement psychiatrique.

5. Elle rappelle la Recommandation no R (83) 2 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la protection juridique des personnes atteintes de troubles mentaux et placées comme patients involontaires.

6. Elle considère qu'il est grand temps que les Etats membres du Conseil de l'Europe se dotent de mesures législatives assurant le respect des droits de l'homme des malades psychiatriques.

7. En conséquence, l'Assemblée invite le Comité des Ministres à adopter une nouvelle recommandation s'inspirant des règles ci-après:

i. Procédure et conditions de placement:

a. le placement non volontaire doit être exceptionnel et doit répondre aux critères suivants:

- il existe un danger grave pour le patient lui-même ou pour autrui;

- un critère additionnel peut être celui du traitement, si l'absence de placement peut entraîner une détérioration de l'état du patient ou l'empêcher de recevoir un traitement approprié;

b. en cas de placement non volontaire, la décision de placement dans un établissement psychiatrique doit être prise par un juge et la durée du placement doit être précisée. Une révision périodique et automatique de la nécessité du placement doit être prévue. Dans tous les cas, il faut tenir compte des principes posés dans la future convention sur la bioéthique du Conseil de l'Europe;

c. la décision doit pouvoir faire l'objet d'un recours prévu par la loi;

d. un code des droits des malades doit être porté à la connaissance des malades à leur entrée dans l'établissement psychiatrique;

e. un code de déontologie pour les psychiatres devrait être élaboré, qui pourrait s'inspirer notamment de la Déclaration d'Hawaï approuvée par l'Assemblée générale de l'Association mondiale de psychiatrie à Vienne en 1983.

ii. Traitements:

a. une distinction doit être établie entre les patients handicapés mentaux et les patients aliénés;

b. la lobotomie et la thérapie par électrochocs ne peuvent être pratiquées que si le consentement éclairé a été donné par écrit par le patient lui-même ou par une personne choisie par le patient pour le représenter, soit un conseiller soit un curateur, et si la décision a été confirmée par un comité restreint qui n'est pas composé uniquement d'experts psychiatriques;

c. le traitement appliqué au malade doit faire l'objet d'un rapport précis et circonstancié;

d. le personnel soignant doit être en nombre suffisant et avoir une formation adaptée à ce type de malades;

e. un «conseiller» indépendant de l'institution doit être accessible aux patients sans aucune entrave; de même un «curateur» devrait être chargé de veiller aux intérêts des mineurs;

f. une inspection analogue à celle du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants devrait être mise en place.

iii. Problèmes et abus en psychiatrie:

a. le code de déontologie doit stipuler expressément qu'il est interdit au psychothérapeute de faire des avances sexuelles à ses patientes;

b. l'isolement des patients doit être strictement limité et le logement en dortoirs de grande dimension doit également être évité;

c. aucun moyen de contention mécanique ne doit être utilisé. Les moyens de contention chimique doivent être proportionnés au but recherché, et aucune atteinte irréversible ne doit être portée aux droits de procréation des individus;

d. la recherche scientifique dans le domaine de la santé mentale ne doit pas se faire à l'insu ni contre la volonté du patient ou de la patiente, ou de son représentant, et doit être menée seulement dans l'intérêt du patient ou de la patiente.

iv. Situation des personnes détenues:

a. toute personne incarcérée devrait être examinée par un médecin;

b. un psychiatre et un personnel spécialement formé devraient être attachés à chaque établissement pénitentiaire;

c. les règles énoncées précédemment et les règles de déontologie devraient s'appliquer aux détenus, et, notamment,

le secret médical devrait être observé dans toute la mesure compatible avec les exigences de la détention;

d. des programmes sociothérapeutiques devraient être mis en place dans certaines unités pénitentiaires pour les détenus présentant des troubles de la personnalité.

---

(1) Discussion par l'Assemblée le 12 avril 1994 (10e séance) (voir Doc. 7040, rapport de la commission des questions juridiques et des droits de l'homme, rapporteur: M. Stoffelen; et Doc. 7048, avis de la commission des questions sociales, de la santé et de la famille, rapporteur: M. Eisma).

Texte adopté par l'Assemblée le 12 avril 1994 (10e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002