Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation 1213 (1993) on Developments in Biotechnology and the Consequences for Agriculture


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 21 de abril de 2003
Fecha: 12 de mayo de 1993

 


Recommendation 1213 (1993)1 on Developments in Biotechnology and the Consequences for Agriculture

1. Biotechnology which in a sense has a history as long as bread making and brewing can be defined as the use of biological organisms, systems and processes in industrial, manufacturing and service activities. The elucidation of the nature and functioning of the nucleic acids (DNA and RNA) in the 1950s has paved the way for the manipulation of the building blocks of living organisms so that cells or molecules can be altered. The gene pool available for "crossing" has been widened far beyond the limits of sexual compatibility

2. Biotechnology's application in the agricultural sector (including forestry and fisheries) has resulted in the production of new animals which could not have been bred with traditional methods and the creation of new pest resistant and other genetically modified plants. The use of tissue culture has permitted the rapid regeneration of cells into identical full sized plants and animals (clones). Some of the new animals and plants have already been patented.

3. Biotechnology can be used to promote contrasting aims:

i. to raise agricultural outputs or reduce inputs;

ii. to make luxury products or basic necessities;

iii. to replace chemical herbicides and insecticides or target them more efficiently;

iv. to upgrade pedigree flocks and herds or expand indigenous stock in developed countries;

v. to upgrade plants for industrial use;

vi. to convert grain into biodegradable plastics or into methanol for fuel;

vii. to hasten maturity in livestock or prevent sexual maturation in locusts or in farmed salmon;

viii. to produce more nutritious and better flavoured foods or diagnose tests for bacterial contamination;

ix. to engineer crops for fertile temperature zones or for semi-arid regions;

x. to fight viral epizootic or build up populations of endangered species;

xi. to reduce production of "greenhouse gases" or utilise them in food production;

xii. to clone meat animals for particular markets or form embryo banks to maintain genetic diversity.

4. The Assembly is convinced that biotechnology offers the agricultural sector (including forestry and fisheries) important new development perspectives for plant and animal breeding, for the production of food as well as non-food products (energy, pharmaceuticals, medicine).

5. Biotechnology can also be misused, for example for the production of new diseases or for the creation of animals or plants which could have unwanted negative effects on specific ecosystems. The altering of genes and cells and the manipulation of life processes of animals can also result in unnecessary suffering and thus violate animal welfare regulations.

6. The Assembly is of the opinion that the manipulation of genes and life processes must be subjected to a careful monitoring by the application of appropriate policies in order to detect inherent risks, avoid harmful aspects and promote promising developments.

7. The Assembly recalls the responsibility of developed countries towards the developing countries and, in this context, supports the respective engagements stipulated in the Biological Diversity Convention adopted at the United Nations Conference on Environment and Development in Rio de Janeiro.

8. It has taken note with satisfaction of Recommendation No. R (92) 9 of the Committee of Ministers to member states on the potential ecological impact of the contained use and deliberate release of genetically modified organisms and of the decision to organise a pan-European conference on this theme from 24 to 26 November 1993 in Strasbourg, which will bring together top-level ecologists and scientists.

9. The Assembly, recalling its Resolution 870 (1986) on the biogenetic revolution in agriculture - a blessing or a curse, recommends that the Committee of Ministers:

i. extend its work on bioethics (that is the systematic study of human conduct towards life, examined in the light of ethical values and principles) to include issues related to the production, release, use and trade of new or modified living organisms, animals and plants or food and non-food products, and work for a European harmonisation of legislation in this field;

ii. invite the European Community and the European Patent Office to take part in this work;

iii. initiate the work by convening a European conference with representatives of all relevant professions and interest groups concerned to examine the scope and main content of European concerted action and use the experience already gained in the Council of Europe's work on bioethics;

iv. organise, on the basis of the pan-European conference mentioned above, a second European meeting bringing together the representatives of the world of science and ecology as well as the representatives of all the professions and interest groups involved; v. promote the setting up of national committees to analyse bioethical aspects regarding the use of biotechnology in the agricultural field, in particular with regard to field research. Such bodies could also give advice on the monitoring of new developments, on necessary policy reforms, on measures to be taken to preserve biodiversity and could be the national bodies of a European network co-operation;

vi. draw up a European convention covering bioethical aspects of biotechnology applied to the agricultural and food sector.

10. Furthermore, the Assembly asks the Committee of Ministers to call on governments of member states and the Commission of the European Communities:

i. to increase and co-ordinate European research and development in the field of biotechnology, giving priority to research of existing natural biodiversity and the sustained development and exploitation of these resources;

ii. to deploy all necessary efforts towards ratifying the Biological Diversity Convention concluded in Rio de Janeiro at the occasion of the United Nations Conference on Environment and Development;

iii. to give special emphasis to biochemical engineering and its potential applications for the pharmaceutical industry in general and for the production of new vaccines and disease-resistant plants in particular;

iv. to encourage the creation of new enterprises to exploit inventions in biotechnology and adopt a regulatory framework for their operation;

v. to pay special attention to the need for better and more information to the public through the organisation of information activities and exhibitions and through appropriate labelling;

vi. to strengthen training programmes on biotechnologies and their

applications in the field of agriculture, forestry, fisheries as well as food and non-food production and processing;

vii. to accept the concept of "farmers' rights" as resulting from the United Nations Food and Agriculture Organisation's (FAO) resolution, adopted in November 1989, as well as to encourage the implementation of the project on an "International Code of Conduct for Planned Biotechnology" drawn up by the AO;

viii. to take action to protect biodiversity and ecosystems from all possible negative influences that biotechnological inventions might cause and to use biotechnology in preserving biodiversity;

ix. to adopt a cautious policy with regard to the granting of patents for biotechnological inventions and applications so as to take due account of ethical considerations and environmental safety concerns;

x. to implement technology assessments for biotechnology inventions as a precondition for further research and development and to work for the setting up of an international biotechnology assessment office;

xi. to encourage the inclusion of bioethics in the training of specialists in the field of biotechnology and favour the development of professional ethical norms for work regarding biotechnologies and their applications - including the setting up of professional bodies at institutional, national, European and international levels;

xii. to associate the non-governmental organisations concerned with these activities.

---

[1] Assembly debate on 12 May 1993 (34th sitting) (see Doc. 6780, report of the Committee on Agriculture, Rapporteur: Mr Gonzalez Laxe).

Text adopted by the Assembly on 13 May 1993 (36th Sitting).

 

Recommandation 1213 (1993)1 relative aux développements de la biotechnologie et aux conséquences pour l'agriculture

1. On peut définir la biotechnologie, qui, en un sens, a une histoire aussi longue que la fabrication du pain ou de la bière, comme étant l'emploi d'organismes, de systèmes et de processus biologiques dans les activités industrielles, les procédés de fabrication et les services. Au cours des années 50, l'élucidation de la nature et du fonctionnement des acides nucléiques (ADN et ARN) a ouvert la voie à une manipulation des éléments constitutifs des organismes vivants permettant de modifier des cellules ou des molécules. On a élargi bien au-delà des limites de la compatibilité sexuelle le réservoir de gènes pouvant servir à «l'hybridation».

2. L'application de la biotechnologie au secteur agricole (y compris à la sylviculture et à la pêche) a permis de créer de nouvelles espèces animales que l'on n'aurait pas pu obtenir avec des méthodes traditionnelles, ainsi que de nouvelles plantes résistant aux insectes et d'autres végétaux génétiquement modifiés. L'utilisation de cultures tissulaires a permis une régénération rapide de cellules donnant des végétaux et des animaux identiques et pleinement développés (ou clones). Certains de ces nouveaux végétaux et animaux ont déjà fait l'objet de dépôts de brevets.

3. La biotechnologie peut être employée à des fins opposées:

i. pour augmenter les rendements agricoles ou réduire les intrants;

ii. pour fabriquer des produits de luxe ou des produits de première nécessité;

iii. pour remplacer les herbicides et les insecticides chimiques ou les rendre plus efficaces;

iv. pour améliorer la qualité des troupeaux et des animaux de race ou développer les espèces autochtones des pays en développement;

v. pour améliorer les plantes à usage industriel;

vi. pour transformer les céréales en matières plastiques biodégradables ou en méthanol afin d'en faire du carburant;

vii. pour hâter la maturité du bétail ou empêcher la maturation sexuelle des sauterelles ou des saumons d'élevage;

viii. pour produire des aliments ayant une valeur nutritive accrue et un meilleur goût ou mettre au point des tests permettant de dépister les infections bactériennes;

ix. pour adapter les cultures aux zones tempérées fertiles ou aux régions semi-arides;

x. pour combattre les épizooties virales ou reconstituer des populations d'espèces menacées;

xi. pour réduire la production de «gaz de serre» ou les utiliser dans la production alimentaire;

xii. pour reproduire par clonage des animaux d'embouche destinés à certains marchés ou constituer des banques d'embryons afin de maintenir la diversité génétique.

4. L'Assemblée est convaincue que la biotechnologie offre au secteur agricole (y compris à la sylviculture et à la pêche) de nouvelles et d'importantes perspectives de développement, qu'il s'agisse de la culture des plantes, de l'élevage des animaux ou de la production de produits alimentaires et non alimentaires (dans les domaines de l'énergie, de l'industrie pharmaceutique, de la médecine).

5. On peut aussi faire mauvais usage de la biotechnologie, notamment en créant de nouvelles maladies ou des espèces animales ou végétales susceptibles d'avoir des effets indésirables sur certains écosystèmes. L'altération des gènes et des cellules et la manipulation des processus physiologiques chez les animaux peuvent également aboutir à des souffrances inutiles, en violation des règlements relatifs au bien-être des animaux.

6. L'Assemblée estime que la manipulation des gènes et des processus biologiques doit être soumise à un contrôle étroit par la mise en œuvre de politiques appropriées destinées à détecter les risques intrinsèques, à éviter les effets nocifs et à encourager les progrès prometteurs.

7. L'Assemblée rappelle la responsabilité des pays développés envers les pays en voie de développement et appuie, dans ce contexte, les engagements respectifs énoncés dans la Convention sur la diversité biologique adoptée à Rio de Janeiro lors de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement.

8. C'est avec satisfaction qu'elle a pris acte de la Recommandation n° R (92) 9 du Comité des Ministres aux États membres sur l'impact écologique potentiel de l'utilisation contrôlée et de la dissémination volontaire des organismes génétiquement modifiés, et de la décision d'organiser, du 24 au 26 novembre 1993 à Strasbourg, une conférence paneuropéenne sur ce thème, qui réunira des écologistes et des scientifiques de haut niveau.

9. Rappelant sa Résolution 870 (1986) relative à la révolution biogénétique en agriculture - un bienfait ou une malédiction?, l'Assemblée recommande au Comité des Ministres:

i. d'élargir ses travaux sur la bioéthique (c'est-à-dire l'étude systématique du comportement humain à l'égard de la vie, à la lumière de valeurs et de principes éthiques) aux problèmes liés à la production, à la dissémination, à l'utilisation et à la commercialisation d'organismes vivants, d'animaux et de plantes ou de produits alimentaires et non alimentaires nouveaux ou modifiés, et de participer à l'harmonisation européenne de la législation dans ce domaine;

ii. d'inviter la Communauté européenne et l'Office européen des brevets à participer à ces travaux;

iii. d'engager les travaux en convoquant une conférence européenne rassemblant des représentants de toutes les professions et groupes d'intérêts concernés, afin d'examiner la portée et les grandes lignes d'une action européenne concertée et d'exploiter l'expérience déjà acquise dans le cadre des études du Conseil de l'Europe sur la bioéthique;

iv. d'organiser, sur la base de la conférence paneuropéenne citée ci-dessus, une deuxième rencontre européenne réunissant les représentants du monde scientifique et écologique, et les représentants de toutes les professions et groupes d'intérêts concernés;

v. d'encourager la création de comités nationaux chargés d'analyser les aspects bioéthiques de l'application de la biotechnologie au secteur agricole, en particulier en ce qui concerne la recherche sur le terrain. Ces organismes pourraient également donner des avis en ce qui concerne le monitorage des nouvelles découvertes, les réformes politiques nécessaires, et les mesures à prendre pour préserver la biodiversité, et pourraient constituer les antennes nationales d'un réseau européen de coopération;

vi. d'élaborer une convention européenne sur les aspects bioéthiques de la biotechnologie appliquée aux secteurs agricole et alimentaire.

10. En outre, l'Assemblée demande au Comité des Ministres d'inviter les gouvernements des États membres et la Commission des Communautés européennes:

i. à intensifier et à coordonner les activités européennes de recherche et de développement en matière de biotechnologie, et à donner la priorité à la recherche sur la biodiversité naturelle existante ainsi qu'au développement et à l'exploitation durables de ces ressources;

ii. à tout mettre en œuvre pour ratifier la Convention sur la diversité biologique signée à Rio de Janeiro à l'occasion de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement;

iii. à privilégier le génie biochimique et ses applications potentielles pour l'industrie pharmaceutique, en général, et pour la production de nouveaux vaccins et de plantes résistant aux maladies, en particulier;

iv. à encourager la création de nouvelles entreprises destinées à exploiter les inventions biotechnologiques et à adopter un cadre juridique pour leur mise en œuvre;

v. à accorder une attention particulière à la nécessité d'améliorer et d'accroître l'information du public par l'organisation de campagnes d'information et d'expositions, et par un étiquetage approprié;

vi. à renforcer les programmes de formation concernant les biotechnologies et leurs applications aux domaines de l'agriculture, de la sylviculture, de la pêche ainsi qu'à la fabrication et au traitement des produits alimentaires et non alimentaires;

vii. à accepter le concept des «droits des fermiers» tel qu'il résulte de la résolution de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), adoptée en novembre 1989, et à encourager la mise en œuvre du projet de «Code international de bonne conduite pour la biotechnologie planifiée» élaboré par la FAO;

viii. à prendre des mesures afin de protéger la biodiversité et les écosystèmes de toutes influences néfastes susceptibles d'être causées par les inventions biotechnologiques, et à utiliser la biotechnologie pour sauvegarder la biodiversité.

ix. à adopter une politique prudente s'agissant de la délivrance de brevets relatifs à des inventions et des applications biotechnologiques, de manière à prendre dûment en compte les considérations éthiques et les préoccupations touchant la sécurité de l'environnement;

x. à soumettre les inventions dans le domaine de la biotechnologie à des évaluations technologiques conditionnant la poursuite des travaux de recherche et de développement, et à œuvrer pour la création d'un bureau international d'évaluation de la biotechnologie;

xi. à encourager l'inclusion de la bioéthique dans la formation des spécialistes de la biotechnologie et à promouvoir l'élaboration de normes déontologiques pour les travaux concernant les biotechnologies et leurs applications - y compris la création d'organes professionnels au niveau des établissements ainsi qu'aux plans institutionnel, national, européen et international;

xii. à associer les organisations non gouvernementales concernées à ces travaux.

---

[1] Discussion par l'Assemblée le 12 mai 1993 (34e séance) (voir Doc. 6780, rapport de la commission de l'agriculture, rapporteur: M. González Laxe).

Texte adopté par l'Assemblée le 13 mai 1993 (36e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002