Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation 1046 (1986) On The Use Of Human Embryos And Foetuses For Diagnostic, Therapeutic, Scientific, Industrial And Commercial Purposes


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 20 de abril de 2003
Fecha: 24 de septiembre de 1986

 


Recommendation 1046 (1986)1 On The Use Of Human Embryos And Foetuses For Diagnostic, Therapeutic, Scientific, Industrial And Commercial Purposes

The Assembly,

1. Recalling its Recommendation 934 (1982) on genetic engineering, proposing a range of measures including in particular the recognition of the right to a genetic inheritance which should not be artificially interfered with except for therapeutic purposes;

2. Considering that recent progress in the life sciences and medicine, in particular in animal and human embryology, has opened up remarkable new scientific, diagnostic and therapeutic prospects;

3. Considering that, by the technique of fertilisation in vitro, man has achieved the means of intervening in and controlling human life in its earliest stages;

4. A. Considering that the exploitation of technological opportunities not only in science but also in medicine must be governed by clear ethical and social guidelines;

B. Considering that future benefits from the advance of medical science and technology must be carefully assessed in deciding when, and how, and on what grounds, to restrict the exploitation of technological opportunities;

C. Welcoming the contributions of the Council of Europe's ad hoc Committee of experts in the biomedical sciences, and of the European Medical Research Councils operating within the framework of the European Science Foundation;

D. Noting the statement issued by nine European Medical Research Councils following the meeting convened in London on 5 and 6 June 1986 under the auspices of the European Science Foundation;

5. Considering that, from the moment of fertilisation of the ovule, human life develops in a continuous pattern, and that it is not possible to make a clear-cut distinction during the first phases (embryonic) of its development, and that a definition of the biological status of an embryo is therefore necessary;

6. Aware that this progress has made the legal position of the embryo and foetus particularly precarious, and that their legal status is at present not defined by law;

7. Aware that adequate provisions governing the use of living or dead embryos and foetuses do not at present exist;

8. Convinced that, in view of scientific progress which makes it possible to intervene in developing human life from the moment of fertilisation, it is urgent to define the extent of its legal protection;

9. Having regard to the variety of ethical opinions on the question of using the embryo or the foetus or their tissues, and to the conflicts between values which arise;

10. Considering that human embryos and foetuses must be treated in all circumstances with the respect due to human dignity, and that use of materials and tissues therefrom must be strictly limited and regulated (see appendix) to purposes which are clearly therapeutic and for which no other means exist;

11. Convinced that the use of embryos or foetuses and the removal of their tissues for diagnostic and therapeutic purposes are only justified if the principles and conditions specified in the appendix to this recommendation are observed;

12. Considering that any exclusively national regulation of the question runs the risk of being ineffective as any activity in this field could be transferred to another country which did not enforce the same regulations;

13. Stressing the need for European co-operation,

14. Recommends that the Committee of Ministers:

A. call on the governments of the member states:

i. to investigate the rumours about a trade in dead embryos and foetuses circulating in the media, and to publish the results;

ii. to limit the use of human embryos and foetuses and materials and tissues therefrom in an industrial context to purposes which are strictly therapeutic and for which no other means exist, according to the principles set out in the appendix, and to bring their legislation into line with these principles or to enact rules in accordance therewith which should inter alia specify the conditions in which removal and use may be undertaken for a diagnostic or therapeutic purpose;

iii. to forbid any creation of human embryos by fertilisation in vitro for the purposes of research during their life or after death;

iv. to forbid anything that could be considered as undesirable use or deviations of these techniques, including:

- the creation of identical human beings by cloning or any other method, whether for race selection purposes or not;

- the implantation of a human embryo in the uterus of another animal or the reverse;

- the fusion of human gametes with those of another animal (the hamster test for the study of male fertility could be regarded as an exception, under strict regulation);

- the creation of embryos from the sperm of different individuals;

- the fusion of embryos or any other operation which might produce chimeras;

- ectogenesis, or the production of an individual and autonomous human being outside the uterus of a female, that is, in a laboratory;

- the creation of children from people of the same sex;

- choice of sex by genetic manipulation for non-therapeutic purposes;

- the creation of identical twins;

- research on viable human embryos;

- experimentation on living human embryos, whether viable or not;

- the maintenance of embryos in vitro beyond the fourteenth day after fertilisation (having deducted any time necessary for freezing);

v. to provide appropriate sanctions to ensure the application of the rules enacted pursuant to this recommendation;

vi. to create national registers of accredited medical centres authorised to carry out such techniques and to make use of them for scientific purposes;

vii. to facilitate and encourage the creation ofnational multidisciplinary committees or commissions on artificial human reproduction involving scientific activities concerning genetic material, human embryos and foetuses - to guide and counsel the medical and scientific authorities, to follow and control the application of such techniques and to authorise specific projects in the absence of concrete legislation or regulation;

B. continue to study the problems relating to the use of human embryonic and foetal tissue for scientific purposes and prepare, on the basis of the points mentioned in sub-paragraphs 14.A.ii to vii, a European convention or any other suitable legal instrument which would also be open to accession by non-member countries of the Council of Europe;

15. Instructs its competent committees to prepare a report on the use of human embryos and foetuses in scientific research, taking into account the necessary balance between the principles of freedom of research and of respect for human life and other aspects of human rights.

APPENDIX

Rules governing the use of human embryos or foetuses and the removal of their tissues for diagnostic and therapeutic purposes

A. Diagnostic purposes

i. No intervention for diagnostic purposes, other than those already authorised under national legislation, on the living embryo in vitro or in utero or on the foetus whether inside or outside the uterus shall be permitted, unless its object is the well-being of the child to be born and the promotion of its development.

ii. The use of a dead embryo and foetus for diagnostic purposes (confirmation of a diagnosis in utero or search for the cause of a spontaneous termination of pregnancy) shall be permitted.

B. Therapeutic purposes

i. No intervention on the living embryo in vitro or in utero or on the foetus whether inside or outside the uterus shall be permitted unless its object is the well-being of the child to be born, that is, to facilitate its development and birth.

ii. Therapy on embryos in vitro or in utero or on the foetus in utero shall not be permitted, unless it is for very clear and precisely diagnosed embryonic maladies, with grave or extremely bad prognosis, where no other solution is possible and therapy would offer reasonable guarantees of successful treatment of those illnesses.

iii. It shall be forbidden to keep embryos or foetuses alive artificially for the purpose of removing usable material.

iv. It would be desirable to create a list of those illnesses where therapy can be based on reliable means of diagnosis and reasonable guarantees of success. This list would be periodically updated to take account of new discoveries and scientific progress.

v. Therapy conducted on embryos and foetuses must never influence non-pathological hereditary characteristics, nor have racial selection as its aim.

vi. The use of dead embryos or foetuses must be an exceptional measure, justified in the present state of knowledge by the rare nature of the illness treated, the absence of any equally effective therapy and a manifest advantage (such as survival) for the person receiving treatment; it must comply with the following rules:

a. the decision to terminate pregnancy and the conditions of termination (date, technique, etc.) must under no circumstances be influenced by the possible or desired subsequent use of the embryo or foetus;

b. any use of the embryo or foetus must be undertaken by highly qualified teams in approved hospitals or scientific centres supervised by the public authorities; to the extent that national legislation foresees, these centres must possess multidisciplinary ethical committees;

c. total independence between the medical team terminating the pregnancy and the team which might use the embryos or foetuses for therapeutic purposes must be guaranteed;

d. embryos and foetuses may not be used without the consent of the parents or gamete donors where the latters' identity is known;

e. the use of embryos, foetuses or their tissues for profit or remuneration shall not be allowed.

---

(1) Assembly debate on 19 and 24 September 1986 (13th and 18th Sittings) (see Doc. 5615, report of the Legal Affairs Committee, Doc. 5628, opinion of the Committee on Science and Technology, and Doc. 5635, opinion of the Social and Health Affairs Committee).

Text adopted by the Assembly on 24 September 1986 (18th Sitting).

 

Recommandation 1046 (1986)1 relative a l'utilisation d'embryons et fœtus humains a des fins diagnostiques, thérapeutiques, scientifiques, industrielles et commerciales

L'Assemblée,

1. Rappelant sa Recommandation 934 (1982) relative à l'ingénierie génétique, proposant un éventail de mesures, notamment la reconnaissance d'un droit à un patrimoine génétique qui ne soit pas manipulé artificiellement à l'exception de fins thérapeutiques;

2. Considérant que les conquêtes récentes des sciences de la vie et de la médecine, et plus particulièrement de l'embryologie animale et humaine, ont ouvert des perspectives scientifiques, diagnostiques et thérapeutiques remarquables;

3. Considérant que, par la fécondation in vitro, l'homme s'est donné les moyens d'intervenir dans la vie humaine et d'en disposer dans ses tout premiers stades;

4. A. Considérant que l'exploitation des possibilités technologiques qu'offrent la médecine tout autant que la science doit être régie par des principes éthiques et sociaux clairement définis;

B. Considérant que les profits à tirer des progrès de la science et de la technologie médicale devront être évalués avec soin lorsqu'il s'agira de déterminer quand, comment et pour quelles raisons limiter l'exploitation de ces possibilités technologiques;

C. Se félicitant de la contribution du Comité ad hoc d'experts du Conseil de l'Europe sur les progrès des sciences biomédicales, et de celle des Conseils européens de la recherche médicale, travaillant dans le cadre de la Fondation européenne de la science;

D. Notant la communication publiée par les Conseils de la recherche médicale de neuf pays d'Europe à l'issue d'une réunion tenue à Londres, les 5 et 6 juin 1986, sous les auspices de la Fondation européenne de la science;

5. Considérant que dès la fécondation de l'ovule, la vie humaine se développe de manière continue, si bien que l'on ne peut faire de distinction au cours des premières phases (embryonnaires) de son développement,

et qu'une définition du statut biologique de l'embryon s'avère donc nécessaire;

6. Consciente de ce que ce progrès a rendu particulièrement précaire la condition juridique de l'embryon et du fœtus, et que leur statut juridique n'est actuellement pas déterminé par la loi;

7. Consciente de ce qu'il n'existe pas de dispositions adéquates réglant l'utilisation d'embryons et fœtus vivants ou morts;

8. Convaincue de ce que, face au progrès scientifique qui permet d'intervenir dès la fécondation sur la vie humaine en développement, il est urgent de déterminer le degré de sa protection juridique;

9. Tenant compte du pluralisme des opinions s'exprimant sur le plan éthique à propos de l'utilisation d'embryons ou de fœtus, ou de leurs tissus, et des conflits de valeurs qu'il provoque;

10. Considérant que l'embryon et le fœtus humains doivent bénéficier en toutes circonstances du respect dû à la dignité humaine, et que l'utilisation de leurs produits et tissus doit être limitée de manière stricte et réglementée (voir annexe) en vue de fins purement thérapeutiques et ne pouvant être atteintes par d'autres moyens;

11. Estimant que l'utilisation d'embryons ou de fœtus et le prélèvement de leurs tissus à des fins diagnostiques et thérapeutiques ne sont légitimes que si les principes et conditions définis dans l'annexe à la présente recommandation sont respectés;

12. Considérant que toute réglementation exclusivement nationale risque d'être inefficace étant donné que toute activité en la matière pourrait se déplacer dans un autre pays ne prévoyant pas la même réglementation;

13. Soulignant la nécessité d'une coopération européenne,

14. Recommande au Comité des Ministres:

A. d'inviter les gouvernements des Etats membres

i. à procéder à des enquêtes au sujet des rumeurs circulant dans les médias concernant commerce d'embryons et de fœtus morts, et à en publier les résultats;

ii. à limiter l'utilisation industrielle des embryons et de fœtus humains, ainsi que de leurs produits et tissus, à des fins strictement thérapeutiques et ne pouvant être atteintes par d'autres moyens, selon les principes mentionnés en annexe, et à conformer leur droit à ceux-ci, ou à adopter des règles conformes, ces règles devant notamment préciser les conditions dans lesquelles le prélèvement et l'utilisation dans un but diagnostique ou thérapeutique peuvent être effectués;

iii. à interdire toute création d'embryons humains par fécondation in vitro à des fins de recherche de leur vivant ou après leur mort;

iv. à interdire tout ce qu'on pourrait définir comme des manipulations ou déviations non désirables de ces techniques, entre autres:

- la création d'êtres humains identiques par clonage ou par d'autres méthodes, à des fins de sélection de la race ou non;

- l'implantation d'un embryon humain dans l'utérus d'une autre espèce ou l'opération inverse;

- la fusion de gamètes humains avec ceux d'une autre espèce (le test du hamster pour l'étude de la fertilité d'origine masculine pourrait constituer une exception, en fonction des termes stricts d'un règlement);

- la création d'embryons avec du sperme d'individus différents;

- la fusion d'embryons ou toute autre opération susceptible de réaliser des chimères;

- l'ectogénèse, ou production d'un être humain individualisé et autonome en dehors de l'utérus d'une femme, c'est-à-dire en laboratoire;

- la création d'enfants de personnes du même sexe;

- le choix du sexe par manipulation génétique à des fins non thérapeutiques;

- la création de jumeaux identiques;

- la recherche sur des embryons humains viables;

- l'expérimentation sur des embryons vivants, viables ou non;

- le maintien des embryons in vitro au-delà du quatorzième jour après la fécondation (déduction faite du temps de congélation éventuel);

v. à prévoir les sanctions appropriées afin d'assurer l'application des règles adoptées en exécution de la présente recommandation;

vi. à élaborer un registre national des centres et services sanitaires accrédités et autorisés à réaliser ces techniques et à les utiliser scientifiquement;

vii. à faciliter et encourager la création de comités ou de commissions nationaux multidisciplinaires sur les techniques artificielles de reproduction humaine, les activités scientifiques sur le matériel génétique, les embryons et les fœtus humains, afin d'orienter et conseiller les autorités sanitaires et scientifiques, suivre et contrôler l'application de telles techniques, et autoriser des projets spécifiques en l'absence de législation ou de réglementation concrète;

B. de continuer à étudier les problèmes liés à l'utilisation de tissus d'embryons ou de fœtus humains à des fins scientifiques et d'élaborer, en se fondant sur les points mentionnés au paragraphe 14.A.ii à vii, une convention européenne ou tout autre instrument juridique approprié ouvert aussi à l'accession des pays non membres du Conseil de l'Europe;

15. Charge ses commissions compétentes de préparer un rapport sur l'utilisation d'embryons et fœtus humains à des fins de recherche scientifique en tenant compte de la nécessité d'établir un équilibre entre le principe de la liberté de la recherche et le respect de la dignité humaine inhérente à toute vie ainsi que les autres aspects de la protection des droits de l'homme.

ANNEXE

Règles à respecter lors de l'utilisation et du prélèvement de tissus d'embryons ou de fœtus humains à des fins diagnostiques ou thérapeutiques

A. A des fins diagnostiques

i. Toute intervention sur l'embryon vivant in utero ou in vitro ou sur le fœtus in utero ou à l'extérieur de l'utérus à des fins diagnostiques autres que celles déjà prévues par la législation nationale n'est légitime que si elle a pour but le bien-être de l'enfant à naître et de favoriser son développement.

ii. L'utilisation de l'embryon et du fœtus mort à des fins diagnostiques (confirmation des diagnostics in utero, ou recherche de la cause d'une interruption spontanée de grossesse) est légitime.

B. A des fins thérapeutiques

i. Toute intervention sur l'embryon vivant in utero et in vitro ou sur le fœtus vivant in utero ou à l'extérieur del'utérus n'est légitime que si elle a pour but le bien-être de l'enfant à naître, à savoir favoriser son développement et sa naissance.

ii. La thérapeutique sur les embryons in vitro ou in utero ou sur les fœtus in utero, ne sera autorisée que pour les maladies des embryons présentant un diagnostic très précis, à pronostic grave ou très mauvais, sans autre solution de traitement et lorsque la thérapeutique offrira des garanties de solution raisonnables de la maladie.

iii. Il est interdit de maintenir en survie artificielle les embryons ou fœtus dans le but d'obtenir des prélèvements utilisables.

iv. Il conviendrait de disposer d'un répertoire des maladies pour lesquelles la thérapeutique dont il est fait état dispose de moyens diagnostiques fiables et présente de bonnes possibilités de succès. Cette liste des maladies devrait être renouvelée périodiquement en fonction de nouvelles connaissances et de nouveaux progrès scientifiques.

v. La thérapeutique réalisée sur les embryons et les fœtus ne devra jamais avoir d'influence sur leurs caractères héréditaires non pathologiques, ni avoir pour but la sélection de la race.

vi. L'utilisation d'embryons ou de fœtus morts doit avoir un caractère exceptionnel justifié, dans l'état actuel des connaissances, à la fois par la rareté des maladies traitées, l'absence de toute autre thérapeutique également efficace et l'avantage manifeste, tel que la survie, que retirera le bénéficiaire du traitement, et respecter les règles suivantes:

a. la décision et les conditions (date, technique, etc.) de l'interruption de grossesse ne doivent en aucun cas être influencées par l'utilisation ultérieure possible ou souhaitée de l'embryon ou du fœtus;

b. toute utilisation d'embryon ou de fœtus doit être effectuée par une équipe hautement qualifiée dans des centres hospitaliers ou scientifiques agréés, contrôlés par les autorités publiques. Dans la mesure où la législation nationale le prévoit, ces centres doivent être dotés d'un comité éthique à composition multidisciplinaire;

c. une totale indépendance doit être garantie entre l'équipe médicale qui procède à l'interruption de grossesse et l'équipe susceptible d'utiliser les embryons et fœtus à des fins thérapeutiques;

d. l'utilisation ne peut avoir lieu sans le consentement des parents ou des donneurs de gamètes si l'identité de ces derniers est connue;

e. l'utilisation des embryons, des fœtus ou de leurs tissus ne peut être faite dans un but lucratif ou donner lieu à rémunération.

---

(1) Discussion par l'Assemblée les 19 et 24 septembre 1986 (13e et 18e séances) (voir Doc. 5615, rapport de la commission des questions juridiques, Doc. 5628, avis de la commission de la science et de la technologie et Doc. 5635, avis de la commission des questions sociales et de la santé).

Texte adopté par l'Assemblée le 24 septembre 1986 (18e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002