Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation 934 (1982) On Genetic Engineering


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 20 de abril de 2003
Fecha: 26 de enero de 1982

 


Recommendation 934 (1982)1 On Genetic Engineering

The Assembly,

1. Aware of public concern about the use of new scientific techniques for artificially recombining genetic material from living organisms, referred to as "genetic engineering";

2. Considering that these concerns fall into two distinct categories:

- those arising from uncertainty as to the health, safety and environmental implications of experimental research;

- those arising from the longer-term legal, social and ethical issues raised by the prospect of knowing and interfering with a person's inheritable genetic pattern;

3. Having regard, in respect of the health, safety and environmental implications of experimental research, to the following considerations:

i. the techniques of genetic engineering present an immense industrial and agricultural potential which in coming decades could help to solve world problems of food production, energy and raw materials;

ii. radical breakthroughs in scientific and medical understanding (university of the genetic code) are associated with the discovery and development of these techniques;

iii. freedom of scientific enquiry - a basic value of our societies and a condition of their adaptability to the changing world environment - carries with it duties and responsibilities, notably in-regard to the health and safety of the general public and of fellow scientific workers and to the non-contamination of the environment;

iv. in the light of the then existing scientific knowledge and experience, uncertainties about the health, safety and environmental implications of experiments in genetic engineering were a legitimate cause for concern in the early 1970s - to the point of giving rise to requests, at that time, from within the scientific community, for certain types of experiment not to be made;

v. in the light of new scientific knowledge and experience, uncertainties in regard to experimental research have in recent years been largely clarified and resolved-to the point of allowing substantial relaxation of the control and containment measures initially instituted or envisaged;

vi. strict and comparable levels of protection should be provided in all countries for the general public and for laboratory workers against risks involved in the handling of pathogenic microorganisms in general, h-respective of whether techniques of genetic engineering are used;

4 . Having regard, in respect of the legal, social and ethical issues, to the following considerations inspired by the Council of Europe's 7th Public Parliamentary Hearing (Copenhagen, 25 and 26 May 1981) on genetic engineering and human rights:

i. the rights to life and to human dignity protected by Articles 2 and 3 of the European Convention on Human Rights imply the right to inherit a genetic pattern which has not been artifïcially changed;

ii. this right should be made explicit in the context of the European Convention on Human Rights;

iii. the explicit recognition of this right must not impede development of the therapeutic applications of genetic engineering (gene therapy), which holds great promise for the treatment and eradication of certain diseases which are genetically transmitted;

iv. gene therapy must not be used or experimented with except with the free and informed consent of the person(s) concerned, or in cases of experiment with embryos, foetuses or minors with the free and informed consent of the parent(s) or legal guardian(s);

v. the boundaries of legitimate therapeutic application of genetic engineering techniques need to be clearly drawn, brought to the attention of research workers and experimentalists, and subjected to periodical re-appraisal;

vi. outline regulations should be drawn up to protect individuals against non-therapeutic applications of these techniques;

5. Expressing the wish that the European Science Foundation should keep under review:

a. procedures and criteria for licensing the use of products of recombinant DNA techniques in medicine, in agriculture and industry;

b. the effects of the commercialisation of recombinant DNA techniques on the funding and orientations of fundamental research in molecular biology,

6. Invites member governments:

a. to take note of the reassessments which have taken place in recent years within the scientific community concerning levels of risk from research involving recombinant DNA techniques, and to adjust, in the light of these reassessments, their systems of supervision and control;

b. to provide for the periodical reassessment of levels of risk from research involving recombinant DNA techniques within the regulatory frameworks for assessing the risks from research involving the handling of micro-organisms in general;

7. Recommends that the Committee of Ministers:

a. draw up a European agreement on what constitutes legitimate application to human beings (including future generations) of the techniques of genetic engineering, align domestic regulations accordingly, and work towards similar agreements at world level;

b. provide for explicit recognition in the European Convention on Human Rights of the right to a genetic inheritance which has not been artificially interfered with, except in accordance with certain principles which are recognised as being fully compatible with respect for humanrights (as, for example, in the field of therapeutic applications):

c . provide for the drawing up of a list of serious diseases which may properly, with the consent of the person concerned, be treated by gene therapy (though certain uses without consent, in line with existing practice for other forms of medical treatment, may be recognised as compatible with respect for human rights in the probability of a very serious disease being transmitted to a person's offspring);

d. lay down principles governing the preparation, storage, safeguarding and use of genetic information on individuals, with particular reference to protecting the rights to privacy of the persons concerned in accordance with the Council of Europe conventions and resolutions on data protection:

e. examine whether levels of protection of the health and safety of the general public and of laboratory workers engaged in experiments or industrial applications involving micro-organisms, including micro-organisms subject to recombinant DNA techniques, are adequate and comparable throughout Europe, and whether existing legislation and institutional machinery offer an adequate framework for their periodical verification and revision to this end;

f . ensure, by periodic reviews in liaison with the European Science Foundation, that national containment measures for recombinant DNA research and required laboratory safety practice continue to converge and to evolve (albeit by different routes) towards harmonisation in Europe, in the light of new research findings and risk evaluations;

g. examine the draft recommendation of the Council of the European Communities on the registration and notification to appropriate national and regional authorities of experiments involving recombinant DNA, with a view to the concerted implementation of its provisions in the countries of the Council of Europe;

h. examine the patentability of microorganisms genetically altered by recombinant DNA techniques.

---

(1) Assembly debate on 26 January 1982 (21st and 22nd Sittings) (see Docs. 4832 and 4833, reports of the Legal Affairs Committee, and of the Committee on Science and Technology).

 

Recommandation 934 (1982)1 relative a l’ingénierie génétique

L'Assemblée,

1. Consciente de l'inquiétude que suscite dans le public l'application de nouvelles techniques scientifiques de recombinaison artificielle de matériaux génétiques provenant d'organismes vivants, désignée sous le terme d'«ingénierie génétique»;

2. Considérant que cette inquiétude est de deux ordres:

- celle due à l'incertitude qui règne quant aux incidences de la recherche expérimentale sur la santé, la sécurité et l'environnement;

- celle due aux problèmes juridiques, sociaux et éthiques à long terme soulevés par la possibilité de connaître et de manipuler les caractéristiques génétiques héréditaires d'un individu;

3. Tenant compte, en ce qui concerne les incidences de la recherche expérimentale sur la santé, la sécurité et l'environnement, des considérations suivantes:

i. les techniques d'ingénierie génétique offrent un immense potentiel industriel et agricole qui, au cours des prochaines décennies, pourrait aider à résoudre les problèmes mondiaux de production alimentaire, d'énergie et de matières premières;

ii. la découverte et la mise au point de ces techniques représentent une percée fondamentale dans la connaissance scientifique et médicale (universalité du code génétique);

iii. la liberté de la recherche scientifique - valeur fondamentale de nos sociétés et condition de leur adaptabilité aux transformations de l'environnement mondial - entraîne des devoirs et des responsabilités, notamment en ce qui concerne la santé et la sécurité du grand public et des autres travailleurs scientifiques, ainsi que la non-contamination du cadre de vie;

iv. à la lumière des connaissances et de l'expérience scientifiques de l'époque, l'incertitude qui régnait quant aux incidences des expériences d'ingénierie génétique sur la santé, la sécurité et l'environnement était une cause légitime d'inquiétude au début des années 70 - au point qu'elle a amené à l'époque la communauté scientifique à demander que l'on s'abstînt de certains types d'expériences;

v. les connaissances et l'expérience scientifiques ont permis, ces dernières années, de clarifier et de dissiper pour une bonne part les incertitudes qui entouraient la recherche expérimentale - au point d'entraîner un relâchement sensible des mesures de contrôle et de limitation initialement instituées ou envisagées;

vi. le grand public et les travailleurs de laboratoire doivent, dans tous les pays, bénéficier d'un niveau strict et comparable de protection contre les risques qu'implique la manipulation des micro-organismes pathogènes en général, que l'on recoure ou non à des techniques d'ingénierie génétique;

4. En regard, en ce qui concerne les problèmes juridiques, sociaux et éthiques, aux considérations suivantes inspirées par la 7e Audition parlementaire publique du Conseil de l'Europe (Copenhague, 25 et 26 mai 1981) sur l'ingénierie génétique et les droits de l'homme:

i. les droits à la vie et à la dignité humaine garantis par les articles 2 et 3 de la Convention européenne des Droits de l'Homme impliquent le droit d'hériter des caractéristiques génétiques n'ayant subi aucune manipulation;

ii. ce droit doit être expressément énoncé dans le cadre de la Convention européenne des Droits de 1'Homme;

iii. la reconnaissance expresse de ce droit ne doit pas s'opposer à la mise au point d'applications thérapeutiques de l'ingénierie génétique (thérapie des gènes), pleine de promesses pour le traitement et l'élimination de certaines maladies transmises génétiquement;

iv. la thérapie des gènes ne doit être pratiquée et expérimentée qu'avec le libre consentement et la pleine information de l'intéressé ou, en cas d'expérimentation sur des embryons, des fœtus ou des mineurs, avec le libre consentement et la pleine information des parents ou des tuteurs;

v. les limites d'une application thérapeutique légitime des techniques d'ingénierie génétique doivent être clairement définies, portées à la connaissance des chercheurs et des expérimentateurs, et faire l'objet de révisions périodiques;

vi. il conviendra d'élaborer dans ses grandes lignes une réglementation visant à protéger les individus contre les applications de ces techniques à des fins non thérapeutiques;

5. Formulant le souhait que la Fondation européenne de la science maintienne à l'étude:

a. les modalités et les critères d'autorisation d'emploi, en médecine, en agriculture et en industrie, des produits des techniques de recombinaisons génétiques in vitro;

b. les incidences de la commercialisation des techniques de recombinaisons génétiques in vitro sur le financement et les orientations de la recherche fondamentale en biologie moléculaire,

6. Invite les gouvernements des Etats membres:

a. à prendre note des réévaluations intervenues ces dernières années au sein de la communauté scientifique en ce qui concerne les niveaux de risque de la recherche impliquant des recombinaisons génétiques in vitro, et à adapter leurs systèmes de surveillance et de contrôle en fonction de ces réévaluations;

b. à prévoir la réévaluation périodique des niveaux de risque de la recherche impliquant des techniques de recombinaisons génétiques in vitro dans le cadre réglementaire prévu pour l'évaluation des risques liés à la recherche impliquant la manipulation de micro-organismes en général;

7. Recommande au Comité des Ministres:

a . d'élaborer un accord européen sur ce qui constitue une application légitime des techniques d'ingénierie génétique aux êtres humains (y compris aux générations futures), d'aligner les législations nationales en conséquence, et de promouvoir la conclusion d'accords analogues au niveau mondial;

b. de prévoir la reconnaissance expresse, dans la Convention européenne des Droits de l'Homme, du droit à un patrimoine génétique n'ayant subi aucune manipulation, sauf en application de certains principes reconnus comme pleinement compatibles avec le respect des droitsde l'homme (par exemple dans le domaine des applications thérapeutiques);

c . de prévoir l'établissement d'une liste des maladies graves susceptibles d'être traitées par la thérapie des gènes avec le consentement de l'intéressé (bien que certaines interventions opérées sans consentement, conformément à la pratique en vigueur pour d'autres formes de traitement médical, puissent être considérées comme compatibles avec le respect des droits de l'homme lors-qu'une maladie très grave risque d'être transmise à l'enfant de l'intéressé);

d . de définir les principes régissant la saisie, la sécurité du stockage et l'exploitation des informations génétiques sur les individus, en assurant en particulier la protection du droit à la vie privée des personnes concernées conformément aux conventions et résolutions du Conseil de l'Europe relatives à la protection des données;

e . d'examiner si les niveaux de protection de la santé et de la sécurité du grand public et des employés de laboratoire s'occupant d'expériences ou d'applications industrielles faisant appel à des micro-organismes, y compris les micro-organismes soumis à des techniques de recombinaisons génétiques in vitro, sont suffisants et comparables dans toute l'Europe, et si la législation et les mécanismes institutionnels existants offrent un cadre suffisant pour assurer à cette fin leur vérification et leur révision périodiques;

f . de faire en sorte, par des contrôles périodiques effectués en liaison avec la Fondation européenne de la science, que les mesures nationales de limitation de la recherche sur les recombinaisons génétiques in vitro, ainsi que les mesures mises en œuvre pour assurer la sécurité dans les laboratoires, continuent à converger et à évoluer (bien que par des voies différentes) vers une harmonisation en Europe, à la lumière des nouvelles données de la recherche et des nouvelles évaluations des risques;

g. d'examiner le projet de recommandation du Conseil des Communautés européennes sur l'enregistrement des expériences impliquant des recombinaisons génétiques in vitro et sur leur notification aux autorités nationales et régionales, en vue de la mise en œuvre concertée de ses dispositions dans les pays du Conseil de l'Europe;

h . d'examiner la brevétabilité des microorganismes génétiquement modifiés par les techniques de recombinaisons génétiques in vitro.

---

(1) Discussion par l'Assemblée le 26 janvier 1982 (21e et 22e séances) (voir Doc. 4832 et 4833, rapports des commissions des questions juridiques et de la science et de la technologie).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002