Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation on the Rights of the Sick and Dying


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 20 de abril de 2003
Fecha: 28 de enero de 1976

 


Recommendation 779 (1976)1 on the Rights of the Sick and Dying

The Assembly,

1. Considering that the rapid and continuing progress of medical science creates problems, and may even pose certain threats, with respect to the fundamental human rights and the integrity of sick people;

2. Noting the tendency for improved medical technology to lead to an increasingly technical -sometimes less humane- treatment of patients;

3. Observing that sick persons may find it difficult to defend their own interests, especially when undergoing treatment in large hospitals;

4. Considering that recently it has become generally agreed that doctors should in the first place respect the will of the sick person with respect to the treatment he or she has to undergo;

5. Being of the opinion that the right to personal dignity and integrity, to information and proper care, should be clearly defined and granted to every person;

6. Convinced that the duty of the medical profession is to serve mankind, to protect health, to treat sickness and injury, and to relieve suffering, with respect for human life and the human person, and convinced that the prolongation of life should not in itself constitute the exclusive aim of medical practice, which must be concerned equally with the relief of suffering;

7. Considering that the doctor must make every effort to alleviate suffering, and that he has no right, even in cases which appear to him to be desperate, intentionally to hasten the natural course of death;

8. Emphasising that the prolongation of life by artificial means depends to a large extent on factors such as the availability of efficient equipment, and that doctors working in hospitals where the technical equipment permits a particularly long prolongation of life are often in a delicate position as far as the continuation of the treatment is concerned, especially in cases where all cerebral functions of a person have irreversibly ceased;

9. Insisting that doctors shall act in accordance with science and approved medical experience, and that no doctor or other member of the medical profession may be compelled to act contrary to the dictates of his own conscience in relation to the right of the sick not to suffer unduly,

10. Recommends that the Committee of Ministers invite the governments of the member states :

I. a. to take all necessary action, particularly with respect to the training of medical personnel and the organisation of medical services, to ensure that all sick persons, whether in hospital or in their own homes, receive relief of their suffering as effective as the current state of Medical knowledge permits;

b. to impress upon doctors that the sick have a right to full information, if they request it, on their illness and the proposed treatment, and to take action to see that special information is given when entering hospital as regards the routine, procedures and medical equipment of the institution;

c. to ensure that all persons have the opportunity to prepare themselves psychologically to face the fact of death, and to provide the necessary assistance to this end both through the treating personnel -doctors, nurses and aids- who should be given the basic training to enable them to discuss these problems with persons approaching the end of life, and through psychiatrists, clergymen or specialised social workers attached to hospitals;

II. to establish national commissions of enquiry, composed of representatives of all levels of the medical profession, lawyers, moral theologians, psychologists and sociologists, to establish ethical rules for the treatment of persons approaching the end of life, and to determine the medical guiding principles for the application of extraordinary measures to prolong life, thereby considering inter alia the situation which may confront members of the medical profession, such as legal sanctions, whether civil or penal, when they have refrained from effecting artificial Measures to prolong the death process in the case of terminal patients whose lives cannot be saved by present-day medicine, or have taken positive measures whose primary intention was to relieve suffering in such patients and which could have a subsidiary effect on the process of dying, and to examine the question of written declarations made by legally competent persons, authorising doctors to abstain from life-prolonging measures, in particular in the case of irreversible cessation of brain function;

III. to establish, if no comparable organisations already exist, national commissions to consider complaints against medical personnel for errors or negligence in the practice of their profession, and this without prejudice to the jurisdiction of the ordinary courts;

IV. to inform the Council of Europe of their analytical findings and conclusions for the purpose of harmonising criteria regarding the rights of the sick and dying and the legal and technical means of guaranteeing their application.

(1) Assembly debate on 28 January 1976 (23rd Sitting) (see Doc. 3699, report of the Committee on Social and Health Questions).

Text adopted by the Assembly on 29 January 1976 (24th Sitting).

 

Recommandation 779 (1976)1 relative aux droits des malades et des mourants

L'Assemblée,

1. Considérant que les progrès rapides et constants de la médecine créent des problèmes et recèlent même certaines menaces pour les droits fondamentaux de l'homme et l'intégrité des malades;

2. Notant que le perfectionnement des moyens médicaux tend à donner au traitement un caractère de plus en plus technique et parfois moins humain;

3. Constatant que les malades peuvent être mal placés pour défendre eux-mêmes leurs intérêts, surtout lorsqu'ils sont soignés dans de grands hôpitaux;

4. Considérant que l'on s'accorde à reconnaître depuis quelque temps que les médecins doivent avant tout respecter la volonté de l'intéressé en ce qui concerne le traitement à appliquer;

5. Estimant que le droit des malades à la dignité et à l'intégrité, ainsi qu'à l'information et à des soins appropriés, doit être défini avec précision et accordé à tous;

6. Convaincue que la profession médicale est au service de l'homme, pour la protection de la santé, pour le traitement des maladies et des blessures, pour le soulagement des souffrances, dans le respect de la vie humaine et de la personne humaine, et convaincue que la prolongation de la vie ne doit pas être en soi le but exclusif de la pratique médicale, qui doit viser tout autant à soulager les souffrances;

7. Considérant que le médecin doit s'efforcer d'apaiser les souffrances et qu'il n'a pas le droit, même dans les cas qui lui semblent désespérés, de hâter intentionnellement le processus naturel de la mort;

8. Soulignant que la prolongation de la vie par des moyens artificiels dépend, dans une large mesure, de f acteurs tels que l'équipement disponible, et que les médecins travaillant dans des hôpitaux dont les installations techniques permettent de prolonger la vie pendant une période particulièrement longue se trouvent souvent dans une position délicate en ce qui concerne la poursuite du traitement, notamment dans le cas où l'arrêt de toutes les fonctions cérébrales d'une personne est irréversible;

9. Soulignant que les médecins doivent agir conformément à la science et à l'expérience médicale admise, et qu'aucun médecin ou autre membre des professions médicales ne saurait être contraint d'agir contre sa conscience en corrélation avec le droit du malade de ne pas souffrir inutilement,

10. Recommande au Comité des Ministres d'inviter les gouvernements des Etats membres:

I. a. à prendre toutes les mesures nécessaires, notamment en ce qui concerne la formation du personnel médical et l'organisation des services médicaux, pour que tous les malades, hospitalisés ou soignés à domicile, soient soulagés de leurs souffrances pour autant que le permet l'état actuel des connaissances médicales;

b. à appeler l'attention des médecins sur le fait que les malades ont le droit, s'ils le demandent, d'être informés complètement sur leur maladie et le traitement prévu, et à faire en sorte qu'au moment de l'admission dans un hôpital ils soient renseignés en ce qui concerne le règlement, le fonctionnement et l'équipement médical de l'établissement

c. à veiller à ce que tous les malades aient la possibilité de se préparer psychologiquement à la mort, et à prévoir l'assistance nécessaire à cette fin -en faisant appel aussi bien au personnel traitant, tel que médecins, infirmières et aides-, qui devront recevoir une formation de base pour pouvoir discuter de ces problèmes avec les personnes qui approchent de leur fin, qu'à des psychiatres, des ministres des cultes ou des assistants sociaux spécialisés, attachés aux hôpitaux;

II. à créer des commissions nationales d'enquête, composées de représentants de la profession médicale, de juristes, de théologiens moraux, de psychologues et de sociologues, chargées d'élaborer des règles éthiques pour le traitement des mourants, de déterminer les principes médicaux d'orientation en matière d'utilisation de mesures spéciales en vue de prolonger la vie, et d'examiner entre autres la situation dans laquelle pourraient se trouver les membres de la profession médicale -par exemple dans l'éventualité de sanctions prévues par les législations civile ou pénale- lorsqu'ils ont renoncé à prendre des mesures artificielles de prolongation du processus de la mort sur les malades chez qui l'agonie a déjà commencé et dont la vie ne peut être sauvée dans l'état actuel de la science médicale, ou lorsqu'ils sont intervenus en prenant des mesures destinées avant tout à apaiser les souffrances de tels malades et susceptibles d'avoir un effet secondaire sur le processus de la mort, et d'examiner la question des déclarations écrites faites par des personnes juridiquement capables, autorisant les médecins à renoncer aux mesures pour prolonger la vie, en particulier dans le cas de l'arrêt Irréversible des fonctions cérébrales;

III. à instituer, si des organisations comparables n'existent pas encore, des commissions nationales chargées d'examiner les plaintes déposées contre le personnel médical pour des erreurs ou négligences professionnelles, et ceci sans porter préjudice à la compétence des tribunaux ordinaires;

IV. à communiquer au Conseil de l'Europe les résultats de leurs analyses et conclusions à l'effet d'harmoniser les critères sur le droit des malades et des mourants, et les moyens juridiques et techniques de les assurer.

(1) Discussion par l'Assemblée le 28 janvier 1976 (23e séance) (voir Doc. 3699, rapport de la commission des questions sociales et de la santé).

Texte adopté par l'Assemblée le 29 janvier 1976 (24e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E:apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002