Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation on Protection of the Human Genome by the Council of Europe


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 21 de abril de 2003
Fecha: 25 de abril de 2001

 


Recommendation 1512 (2001)1 Protection of the Human Genome by the Council of Europe

1. The Council of Europe's Parliamentary Assembly notes that the human genome international research project, in view of the numerous and unimaginable consequences that it might have for medicine and for the animal and plant world, conjures up scenarios for all humanity that raise numerous ethical questions, while holding out the promise of enormous improvements in the quality of life.

2. The protection of human dignity should be the guiding principle for the handling of the Human Genome Project.

3. The genetic age will dawn with the completion of the project: diagnosis will become objective, and it will be possible to identify the presence of genetic disorders or a genetic predisposition to illnesses at an early stage. In many cases, gene therapy will become possible, and this will basically give rise to a form of genetic engineering designed, for instance, to avoid the development of a tumour in an individual found to be at risk. It might also be applied to other illnesses, such as hypertension, diabetes, Alzheimer's disease, osteoporosis, certain psychiatric disorders, etc.

4. At the same time, the Assembly is aware of the enormous ethical implications of further research on the human genome, including some of a negative nature. These include questions regarding the cloning of cells, the conditions ruling genetic testing and the divulging and use of obtained information.

5. In this connection, the Assembly is fully aware of the now well-known fact that laboratories, with their associated databanks, are already actively at work on DNA separation in certain European countries and enjoy the financial support of prominent pharmaceutical companies.

6. The Assembly is also aware that substantial economic interests are at stake in the Human Genome Project, by virtue of the very fact that it might hold out incalculable opportunities for preventing illness and improving treatment, as it involves many public and private research centres to which considerable financial resources will be allocated.

7. The Assembly is of the opinion that the results of this grandiose research effort - in which the United States has the lead over Europe - must be made available to all, genetic information being a common human heritage, as set out in Article 1 of the Universal Declaration on the Human Genome and Human Rights, adopted at Unesco in Paris on 11 November 1997. The Assembly in particular refers in this context to the Council of Europe Convention for the Protection of Human Rights and Dignity of the Human Being with regard to the Application of Biology and Medicine - Convention on Human Rights and Biomedicine (ETS No. 164) as well as its own Recommendations 1425 (1999) on biotechnology and intellectual property and 1468 (2000) on biotechnologies.

8. In particular, the Assembly is aware that the prospects opened up by the discoveries associated with the Human Genome Project pose a whole series of ethical problems, essentially concerning such fundamental issues as the use of genetic information for preventive purposes and possibly a presumed right, at a later stage, to take preventive action when certain genetic information is obtained. However, a crucial question will be the assessment of who will have which rights to use the information: the case of insurance companies, employers, parents, schools, etc.

9. The Assembly calls, inter alia, through the establishment of a Euroforum on Human Genetics, for the widest possible participation by citizens in the discussion on the human genome through the involvement of the European media and suitable and accurate information by the Council of Europe.

10. The Assembly expresses the wish that the scope of action of the above-mentioned authority should not be confined to Europe, but that it may become part of a world authority under the aegis of the United Nations. To this end, the Assembly advocates that the necessary contacts be established with the appropriate bodies within the UN and Unesco as soon as possible.

11. In view of the above, the Assembly recommends that the Committee of Ministers:

i. invite every Council of Europe member state concerned to set up, under its own domestic legislation, a national authority having the express task of monitoring, informing and advising on the compliance of research on the human genome with universally recognised ethical and moral principles of respect for life and human dignity;

ii. set up, at European level as well, and more specifically in the context of the Council of Europe, a body or authority to fulfill on a permanent basis the task of monitoring the development of the Human Genome Project research process, ensuring respect for ethical principles in the context of research on the human genome, assessing the effects of such research also regarding health risks, and giving thorough consideration to all the ethical aspects of the project, and consider in this context the role of the Steering Committee on Bioethics (CDBI);

iii. ensure that these bodies for monitoring research on the human genome will familiarise the European public with new possibilities for progress in genetics in terms of information and technology and serve also to promote campaigns to inform and educate the public, in particular the health professions;

iv. make sure that consultation of the European authority be mandatory, and that it formulate an opinion when conventions are drafted on this subject in the context of the Council of Europe and codes of ethics produced; such a body should also have free access to important information on genetics and be able to carry out its own inspections of public and private European research institutes;

v. ask member states to sign, ratify and implement the Convention on Human Rights and Biomedicine;

vi. ask all Council of Europe member states to strive to change the basis of patent law in international fora, as far as the ownership of human being tissue and genes is concerned, into law pertaining to the common heritage of mankind.

---

(1) Assembly debate on 25 April 2001 (13th Sitting) (see Doc. 8901, report of the Committee on Culture, Science and Education, rapporteur: Mr Martelli).

Text adopted by the Assembly on 25 April 2001 (13th Sitting).

 

Recommandation 1512 (2001)1 Protection du génome humain par le Conseil de l’Europe

1. L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe constate que le projet de recherche international «Génome humain», en raison des conséquences innombrables et inimaginables qu'il peut avoir sur la médecine et sur le monde animal et végétal, laisse entrevoir des scénarios pour l'humanité tout entière qui soulèvent de nombreux problèmes éthiques tout en offrant la promesse d'améliorations considérables de la qualité de la vie.

2. La protection de la dignité humaine doit être le principe directeur guidant le traitement du projet «Génome humain».

3. L'achèvement du projet marquera l'entrée dans l'ère de la génétique: le diagnostic deviendra objectif et il sera possible de déceler précocement la présence de troubles génétiques ou des prédispositions génétiques à certaines maladies. Dans nombre de cas, la thérapie génique deviendra possible grâce, en substance, à une forme de manipulation génétique visant, par exemple, à éviter l'apparition d'une tumeur chez un individu qui se découvrirait exposé à ce risque. Elle pourra s'appliquer également à d'autres pathologies telles que l'hypertension, le diabète, la maladie d'Alzheimer, l'ostéoporose, certaines maladies psychiatriques, etc.

4. En même temps, l'Assemblée est consciente que le développement de la recherche sur le génome humain aura, sur le plan éthique, des conséquences énormes, parfois négatives. Ces dernières incluent les questions du clonage des cellules, des conditions régissant les tests génétiques, et de la divulgation et de l'utilisation des informations obtenues.

5. A cet égard, l'Assemblée est tout à fait au courant du fait, désormais notoire, que dans certains pays européens, des laboratoires travaillent déjà activement à la séparation de l'ADN, grâce aux banques de données et au soutien financier de grands groupes pharmaceutiques.

6. L'Assemblée est également consciente du fait que le projet «Génome humain», parce qu'il ouvre des perspectives sans limites en termes de prévention des maladies et d'accroissement des capacités thérapeutiques, met en jeu des intérêts économiques considérables à travers les nombreux centres de recherche, tant publics que privés, qui y participent et auxquels des ressources financières importantes seront affectées.

7. L'Assemblée estime que les résultats de ce remarquable effort de recherche - dans laquelle les États-Unis ont pris le pas sur l'Europe - doivent être mis à la disposition de tous, les informations génétiques étant le patrimoine commun de l'humanité, ainsi que l'énonce l'article 1 de la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'homme, adoptée le 11 novembre 1997 à Paris dans le cadre de l'Unesco. Dans ce contexte, l'Assemblée se réfère en particulier à la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des droits de l'homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine - Convention sur les droits de l'homme et la biomédecine (STE n° 164) - ainsi qu'à ses propres Recommandations 1425 (1999) sur la biotechnologie et la propriété intellectuelle et 1468 (2000) sur les biotechnologies.

8. L'Assemblée est notamment consciente que les perspectives offertes par les découvertes liées au projet «Génome humain» posent une série de problèmes éthiques touchant essentiellement des questions fondamentales telles que l'utilisation de l'information génétique à des fins de prévention et, ultérieurement peut-être, le droit présumé d'intervention préalable lorsque l'on aurait connaissance d'une certaine information génétique. Cependant, il deviendra crucial de se demander qui aura le droit d'utiliser l'information, s'agissant des compagnies d'assurance, des employeurs, des parents, des écoles, etc.

9. L'Assemblée souhaite, à travers, par exemple, l'organisation d'un euroforum sur la génétique humaine, la plus large participation possible des citoyens au débat sur le génome humain, avec le concours des médias européens et du Conseil de l'Europe qui fournira des informations appropriées et dignes de foi.

10. L'Assemblée souhaite que ladite autorité ne limite pas sa sphère d'action au niveau européen, mais qu'elle puisse devenir partie d'une autorité de garantie mondiale placée sous l'égide des Nations Unies. A cet effet, elle amorce dans les meilleurs délais les contacts appropriés avec les organes compétents de l'Onu et de l'Unesco.

11. A la lumière de ce qui précède, l'Assemblée recommande au Comité des Ministres:

i. d'inviter chaque État membre du Conseil de l'Europe concerné à se doter, dans son système juridique interne, d'une autorité nationale spécialement chargée de rester vigilante, de donner des informations et des conseils quant à la conformité des recherches sur le génome humain avec les principes éthiques et moraux universellement reconnus que sont le respect de la vie et de la dignité humaine;

ii. d'instituer, au niveau européen et, plus précisément dans le cadre du Conseil de l'Europe, un organe ou une autorité permanente qui veille au bon déroulement du processus de recherche du projet «Génome humain», qui garantisse le respect des principes éthiques dans la conduite des recherches sur le génome humain en évaluant les conséquences de cette recherche, notamment les risques pour la santé, et qui examine attentivement tous les aspects éthiques du projet, et de considérer dans ce contexte le rôle du Comité directeur pour la bioéthique (CDBI);

iii. de garantir que cet organisme, chargé de suivre les travaux sur le génome humain, veille à ce que le public européen soit informé des nouvelles perspectives qu'offrent les progrès de la génétique et les avancées technologiques, et qu'il encourage aussi les campagnes d'information et d'éducation des citoyens, notamment des professionnels de la santé;

iv. de s'assurer que cet organisme est obligatoirement consulté lors de l'élaboration de conventions du Conseil de l'Europe sur ce thème et de la rédaction de codes déontologiques, qu'il a libre accès aux informations importantes en matière génétique et peut exercer une véritable surveillance auprès des instituts de recherche européens, publics et privés;

v. de demander aux pays membres de signer, ratifier et mettre en œuvre la Convention sur les droits de l'homme et la biomédecine;

vi. de demander à l'ensemble des États membres du Conseil de l'Europe qu'ils s'efforcent de modifier la loi sur les brevets afin d'arriver, au sein des forums internationaux, à une loi relative au patrimoine commun de l'humanité pour ce qui concerne la propriété des tissus et des gènes humains.

---

(1) Discussion par l'Assemblée le 25 avril 2001 (13e séance) (voir Doc. 8901, rapport de la commission de la culture, de la science et de l'éducation, rapporteur: M. Martelli).

Texte adopté par l'Assemblée le 25 avril 2001 (13e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E: apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002