Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Recommendation on Biotechnologies


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 21 de abril de 2003
Fecha: 29 de junio de 2000

 


Recommendation 1468 (2000)1 Biotechnologies

1. Biotechnology has experienced huge advances in recent decades following the elucidation of the nature and functioning of the nucleic acids (DNA and RNA) in the 1950s and later work on molecular genetics and the mapping, sequencing and interpretation of entire genomes (human and others). The discovery that DNA molecules are interchangeable among animals, plants, bacteria and other organisms and the possibility to manipulate or change their units (genes) have given biotechnology enormous scope for applications, but have also resulted in serious public concerns about the safety and ethical acceptability of some of the new inventions.

2. This new knowledge imposes choices regarding further developments and applications of biotechnology involving living matter, in particular because of possible consequences for different life forms, the earth's eco-system and humanity. A central reference for choices to be made must be the preservation of human dignity and a healthy environment.

3. It is increasingly important to include ethical considerations centred on humankind, society and the environment in deliberations regarding developments in biotechnologies, life sciences and technologies and their applications.

4. Public opinion should be more strongly involved in political decision-making as regards scientific and technological choices and scientists should be encouraged to engage more in public debate.

5. The parliamentary hearing on scientific information and the European media (Paris, 11-12 October 1999) demonstrated the important role played by the media with regard to information and awareness-raising in the field of biotechnologies.

6. This is why, as regards biotechnologies, their development and applications, especially where human and nature are concerned, the Assembly recommends that the Committee of Ministers:

i. ask the relevant steering committees to adopt the precautionary principle as a common tenet of decision-making, once its scope has been clearly defined. The Assembly welcomes in this context the agreement reached on 29 January 2000 in Montreal on an international protocol (the Cartagena Protocol on Biosafety) to the 1992 United Nations Framework Convention on Biological Diversity, regulating trade in genetically modified organisms by including the application of the precautionary principle, but regrets that the decisions made regarding traceability and labelling were not more binding;

ii. continue to broaden its activities in the field of bioethics, as envisaged in Recommendation 1213 (1993) on developments in biotechnology and the consequences for agriculture. Due account should be taken of the findings of the Council of Europe's international conference on the ethical issues arising from the application of biotechnology (Oviedo, Spain, 16-19 May 1999), covering in particular the problems concerning the patentability of living matter and of Recommendation 1425 (1999) on biotechnology and intellectual property;

iii. ask the Steering Committee on Bioethics (CDBI) to prepare, in co-operation with other relevant organisations, for the introduction of an assessment method for ascertaining whether new technologies in medicine and biology are compatible with fundamental ethical principles, human rights and human dignity. This should take into account the decision-making procedures of individual countries and relevant international organisations as well as the different cultural, religious or social traditions or conventions in the member states. Such a method will entail the introduction of a bioethical labelling procedure based, as a minimum, on the shared principles of non-commercialisation of the human body, individual consent and legitimate use for purposes of human health;

iv. convene a group of experts to elaborate, by involving a citizens' forum, the scope and provisions of a future convention on the use of living matter. This would be with the aim of drawing up an international convention on a worldwide basis, under the auspices of organisations which are able to assume the responsibilities that go along with overseeing such a convention;

v. involve all the partners concerned in co-operation to that end, including the Parliamentary Assembly;

vi. invite the national ethics committees to participate fully in these activities;

vii. call on the member states of the European Union to request the renegotiation of Directive 98/44/EC of the European Parliament and Council of 6 July 1998 on the legal protection of biotechnological inventions, in particular Article 5, paragraph 2 thereof. The time thus gained, with immediate effect, would permit the necessary public discussion and the finding of an appropriate solution in conformity with the Council of Europe Convention for the Protection of Human Rights and Dignity of the Human Being with regard to the application of Biology and Medicine: Convention on Human Rights and Biomedicine (European Treaty Series No. 164). In this connection, those member governments which have already brought appeals against Directive 98/44/EC before the Court of Justice of the European Communities should be supported.

---

[1] Assembly debate on 29 June 2000 (23rd Sitting) (see Doc. 8738, report of the Committee on Science and Technology, rapporteur: Mr Mattéi, and Doc. 8786, opinion of the Committee on Agriculture, Rural Development and Food, rapporteur: Mr Wodarg).

Text adopted by the Assembly on 29 June 2000 (23rd Sitting).

 

Recommandation 1468 (2000)1 Biotechnologies

1. La biotechnologie a connu des progrès spectaculaires au cours des dernières décennies, grâce à l'élucidation, dans les années 50, de la nature et du fonctionnement des acides nucléiques (ADN et ARN), et aux travaux menés par la suite sur la génétique moléculaire et la cartographie, le séquençage et l'interprétation de génomes entiers (humains ou non). La découverte de l'interchangeabilité des molécules d'ADN entre les animaux, les plantes, les bactéries et d'autres organismes ainsi que la possibilité de manipuler ou de modifier leurs unités (gènes) ont considérablement élargi le champ des applications de la biotechnologie, tout en suscitant dans l'opinion publique une profonde inquiétude quant à la sécurité et à l'acceptabilité éthique de certaines de ces nouvelles inventions.

2. Ces nouvelles connaissances imposent des choix quant aux progrès et aux applications futurs de la biotechnologie sur la matière vivante, en raison notamment de leurs éventuelles conséquences sur d'autres formes de vie, sur l'écosystème de la Terre et sur l'humanité. Le souci de préserver la dignité humaine et un environnement sain doit constituer un facteur essentiel des choix qui seront faits.

3. Il est de plus en plus important d'inclure des considérations éthiques sur l'homme, la société et l'environnement dans les délibérations concernant les développements dans le domaine des biotechnologies, à savoir les sciences et les technologies du vivant, et leurs applications.

4. L'opinion publique devrait davantage être associée à la prise de décision politique quant aux choix scientifiques et technologiques, et les scientifiques devraient être encouragés à s'engager davantage dans les débats publics.

5. L'audition parlementaire sur la communication scientifique et les médias européens (Paris, 11-12 octobre 1999) a démontré le rôle important que jouent les médias pour l'information et la prise de conscience dans le domaine des biotechnologies.

6. C'est pourquoi, en ce qui concerne les biotechnologies, leurs développements et leurs applications, et en particulier en ce qui concerne l'homme et la nature, l'Assemblée recommande au Comité des Ministres:

i. de demander aux comités directeurs concernés d'adopter le principe de précaution comme principe commun de décision, après que le contenu en aura été clairement défini. L'Assemblée se félicite à cet égard de l'adoption, le 29 janvier 2000, à Montréal, d'un protocole international (le Protocole de Cartagène sur la prévention des risques biotechnologiques) à la Convention-cadre des Nations Unies sur la diversité biologique de 1992, protocole réglementant le commerce des organismes génétiquement modifiés sur la base du principe de précaution, mais regrette que les décisions prises à l'égard de la traçabilité et de l'étiquetage ne revêtent pas un caractère plus contraignant;

ii. de continuer d'élargir son travail dans le domaine de la bioéthique, comme prévu dans la Recommandation 1213 (1993) relative aux développements de la biotechnologie et aux conséquences pour l'agriculture. Les résultats de la Conférence internationale du Conseil de l'Europe sur les questions éthiques soulevées par l'application de la biotechnologie (Oviedo, Espagne, 16-19 mai 1999), notamment les problèmes concernant la brevetabilité du vivant, et la Recommandation 1425 (1999) relative à la biotechnologie et la propriété intellectuelle doivent être pris en compte;

iii. de demander au Comité directeur pour la bioéthique (CDBI) de préparer, en coopération avec les autres organisations concernées, l'introduction d'une méthode d'évaluation permettant d'estimer si de nouvelles technologies dans les domaines de la médecine et de la biologie sont compatibles avec les principes éthiques fondamentaux, les droits de l'homme et la dignité humaine. Ce faisant, on tiendra compte des processus décisionnels en vigueur dans les différents pays et dans les organisations internationales concernées ainsi que des différentes traditions ou conventions culturelles, religieuses ou sociales des États membres. Il s'agit de préparer un processus de labellisation bioéthique intégrant, au minimum, les principes de la non-commercialisation du corps humain, du consentement des personnes et d'une utilisation légitimée par des objectifs de santé humaine;

iv. de convoquer un groupe d'experts pour élaborer, au terme d'un forum citoyen, le contenu et les dispositions d'une future convention sur l'utilisation du vivant. Cette élaboration et cette composition devraient viser à la réalisation d'une convention internationale sur une base mondiale, sous les auspices des organisations en mesure d'assumer les responsabilités qui vont de pair avec la surveillance d'une telle convention, et de concert avec elles;

v. d'associer tous les partenaires concernés à coopérer dans ce domaine, y compris l'Assemblée parlementaire;

vi. d'inviter les comités nationaux d'éthique à participer pleinement à ces travaux;

vii. d'inviter les États membres de l'Union européenne à demander la renégociation de la Directive 98/44/CE du Parlement européen et du Conseil de l'Union européenne du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques, notamment l'article 5, paragraphe 2. Ce délai supplémentaire, avec effet immédiat, doit permettre de disposer du temps nécessaire à l'ouverture d'un indispensable débat public en vue de la recherche d'une solution adaptée, conformément à la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des droits de l'homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine: convention sur les droits de l'homme et la biomédecine (Convention sur la bioéthique) (Série des traités européens no 164). Dans ce contexte, il convient de soutenir les gouvernements des États membres qui ont déjà introduit devant la Cour de justice des Communautés européennes un recours contre la Directive 98/44/CE.

---

[1] Discussion par l'Assemblée le 29 juin 2000 (23e séance) (voir Doc. 8738, rapport de la commission de la science et de la technologie, rapporteur: M. Mattéi; et Doc. 8786, avis de la commission de l'agriculture, du développement rural et de l'alimentation, rapporteur: M. Wodarg).

Texte adopté par l'Assemblée le 29 juin 2000 (23e séance).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E: apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002