Facultadesfacultadesuniversidad
raya
Canon de Leonardo
Departamento de Humanidades Biomédicas
raya
 Centro de Documentación de BioéticaAnterior Siguiente Imprimir Enviar por correo 
raya
Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 

Opinion No. 198 (1996) on the Draft Convention on Human Rights and Biomedicine


Creación: Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa
Fuente: Consejo de Europa
Lengua original: Inglés y francés.
Copyright del original: No
Traducción castellana: No
Comprobado el 21 de abril de 2003
Fecha: 26 de septiembre de 1996

 


Opinion No. 198 (1996)1 on the Draft Convention on Human Rights and Biomedicine

1. The adoption on 7 June 1996 by the Steering Committee on Bioethics (CDBI) of a revised draft convention marked the culmination of many long years of work. In this connection, the Assembly draws particular attention to its Recommendations 934 (1982) on genetic engineering, 1046 (1986) and 1100 (1989) on the use of human embryos and foetuses, and 1160 (1991) on the preparation of a convention on bioethics, as well as its Opinion No. 184 (1995) on the first draft convention in which it recommended that the Committee of Ministers "review thoroughly" the draft text.

2. The new draft convention is more complete and better structured as a whole. The order in which its provisions are placed and the links between them are more logical than in the initial draft. The text has been more carefully worded, and the addition of new articles, for example, on organ transplantation, constitutes an improvement. On some points, such as the protection of embryos, the articles have been kept brief and are intended merely to provide the basis for future protocols.

3. The draft text is in tune with the thinking behind the Assembly's proposals, although the exact wording of the individual amendments has not always been followed. A series of newly drafted provisions provides a satisfactory response to one of the Assembly's main concerns, namely the question of "consent" and, in particular, the protection of persons unable to give consent. At the same time, a further guarantee is enshrined in a new provision, based on the Assembly's amendments, concerning the role to be played by the European Court of Human Rights in interpreting the convention.

4. The Assembly believes that the new draft convention is a coherent and balanced text. It represents the maximum degree of European consensus that can be achieved at present. Once it has been adopted, the convention will serve as a universal benchmark and will encourage many states to comply with and go beyond the standards it lays down.

5. As with all texts based on compromise, it could, however, be improved in some areas. In the view of the Assembly, the draft convention provides no clear guidance on the question of the communication of results of genetic tests to third parties. This problem, which is likely to assume considerable social and economic importance in the years ahead, cannot be left unmentioned.

6. The Assembly therefore recommends that the Committee of Ministers:

i. amend Article 1 (Purpose and object) of the draft convention by inserting a second sentence as follows:

"The Parties to this convention shall take all legislative and administrative actions necessary to give effect to and carry out the provisions of this convention within their own territories.";

ii. modify Article 2 (Primacy of the human being) of the draft convention as follows: "The interests and welfare of the human being shall prevail over the sole interest of society or science.";

iii. amend Article 4 (Professional standards) of the draft convention by inserting a second sentence as follows: "But persons working in the field of health and biomedical research shall have the right to exercise conscientious objection to any such interventions.";

iv. amend Article 12 (Predictive genetic tests) of the draft convention by adding the following two new paragraphs:

"2. The communication of results of genetic testing outside the health field may be allowed only in accordance with the provisions of Article 26, paragraph 1, of this convention and in accordance with national legislation on data protection.

3. Even where the person concerned has consented or is bound by contract, the results of predictive genetic tests shall be used strictly in accordance with paragraphs 1 and 2 above.";

v. amend Article 14 (Non-selection of sex) of the draft convention to read as follows:

"The use of techniques of medically assisted procreation shall not be permitted for the purpose of choosing a future child's sex.";

vi. amplify Article 16. iii (Protection of persons undergoing research) of the draft convention as follows:

"The research project has been approved by the independent multidisciplinary competent body after independent examination of its scientific merit, including the importance of the aim of the research, and ethical acceptability.";

vii. amend Article 17, paragraph 1. ii, of the draft convention to read:

"the results of the research have the potential to produce real and direct benefit to his or her health.";

viii. amend Article 18 (Research on embryos in vitro) of the draft convention as follows:

"- research on embryos in vitro shall be permitted only in the interests of their development. It may, nevertheless, relate to the diagnosis of the most serious diseases;

- the creation of human embryos for research purposes is prohibited.";

ix. amend Article 20, paragraph 2. iv, of the draft convention, to read:

"The authorisation provided for under paragraphs 2 and 3 of Article 6 has been given specifically and in writing, in accordance with the law and with the approval of the judicial authorities responsible for the protection of children.";

x. amend Article 32, paragraph 6 (Amendments to the convention), of the draft convention by amplifying it as follows:

"The committee shall examine the proposal not earlier than two months after it has been forwarded by the Secretary General in accordance with paragraph 5. The committee shall submit the text adopted by a two-thirds majority of the votes cast to the Committee of Ministers for approval. The Committee of Ministers shall transmit the adopted text, before approval, to the Parliamentary Assembly for opinion. After its approval, this text shall be forwarded to the Parties for ratification, acceptance or approval.";

xi. adopt the amended draft convention without referring it back to the CDBI and open it for signature before the end of this year, as any further delay could jeopardise the innovative nature of the text as a model for national legislators;

xii. establish a timetable for the preparation of the draft protocols on organ transplantation, medical research and the protection of embryos, instruct the CDBI also to prepare a protocol on genetics, and transmit each draft protocol to the Assembly for opinion as soon as it has been finalised.

---

(1) Assembly debate on 26 September 1996 (30th and 31st Sittings) (see Doc. 7622, report of the Committee on Science and Technology, rapporteur: Mr Plattner; Doc. 7664, opinion of the Social, Health and Family Affairs Committee, rapporteur: Mr Daniel; and Doc. 7654,opinion of the Committee on Legal Affairs and Human Rights, rapporteur: Mr Schwimmer).

Text adopted by the Assembly on 26 September 1996 (30th and 31st Sittings).

 

Avis No 198 (1996)1 relatif au projet de Convention sur les Droits de l'Homme et la Biomédecine

1. L'adoption par le Comité directeur pour la bioéthique (CDBI) le 7 juin dernier d'un projet de convention révisé est le couronnement de longues années de travaux. L'Assemblée rappelle en particulier ses Recommandations 934 (1982) relative à l'ingénierie génétique, 1046 (1986) et 1100 (1989), relatives à l'utilisation d'embryons et de fœtus humains, 1160 (1991) relative à l'élaboration d'une convention de bioéthique et son Avis no 184 (1995), sur un premier projet de convention, où elle demandait au Comité des Ministres de revoir celui-ci de «façon approfondie».

2. Le nouveau projet est plus complet et mieux structuré dans son ensemble. L'ordre et l'enchaînement des dispositions suivent une logique plus rigoureuse par rapport au projet initial. Sa rédaction est plus soignée et l'adjonction de nouveaux articles, par exemple sur les transplantations d'organes, constitue un progrès. Sur certains points, tels que la protection de l'embryon, les libellés des articles sont courts, ceux-ci devant servir uniquement comme référence de base aux protocoles futurs.

3. Le projet respecte la philosophie des propositions de l'Assemblée même si le libellé exact des amendements individuels n'a pas toujours été suivi. Une des préoccupations majeures de l'Assemblée relative à la question du «consentement», et en particulier à la protection des personnes qui n'ont pas la capacité de consentir, a trouvé une réponse satisfaisante dans une série de nouvelles formulations. Par ailleurs, une nouvelle disposition, inspirée des amendements de l'Assemblée, relative au rôle que doit jouer la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'interprétation de la convention, constitue une sauvegarde supplémentaire.

4. L'Assemblée considère que le nouveau projet de convention est un texte cohérent et équilibré. Il représente le degré optimal de consensus européen qui soit possible à l'heure actuelle. Une fois adoptée, la convention servira de référence universelle et incitera plusieurs Etats à atteindre et à dépasser les normes qui y sont contenues.

5. Comme tout texte qui est le résultat de compromis, le projet reste néanmoins perfectible sur un certain nombre de points. L'Assemblée estime qu'en ce qui concerne la question relative aux tests génétiques le projet de convention ne comporte aucun message clair quant à la communication des résultats de ces tests aux tiers. Ce problème qui risque de prendre une ampleur socio-économique considérable dans les années à venir ne pourra être passé sous silence.

6. L'Assemblée recommande, par conséquent, au Comité des Ministres:

i. d'amender l'article 1 (Objet et finalité) du projet de convention en ajoutant un second alinéa libellé comme suit: «Les Parties à la présente convention prennent toutes les mesures législatives et administratives nécessaires pour mettre en vigueur et appliquer les dispositions de la convention sur leur propre territoire.»;

ii. de modifier l'article 2 (Primauté de l'être humain) du projet de convention comme suit: «Les intérêts et le bien-être de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science.»;

iii. de modifier l'article 4 (Obligations professionnelles et règles de conduite) du projet de convention en insérant une deuxième phrase libellée comme suit:

«Cependant, toute personne travaillant dans le domaine de la santé et de la recherche biomédicale peut faire valoir son droit à l'objection de conscience pour refuser de procéder à ladite intervention.»;

iv. d'amender le projet de convention en introduisant deux nouveaux alinéas dans l'article 12 (Tests génétiques prédictifs) libellés comme suit:

«2. La communication des résultats d'un test génétique à des fins autres que médicales ne peut être autorisée que conformément aux dispositions de l'article 26, paragraphe 1, de la présente convention et à celles de la législation nationale en matière de protection des données.

3. Même en cas de consentement ou d'obligation contractuelle de l'intéressé, l'utilisation des résultats de tests génétiques prédictifs n'est strictement autorisée que dans le cadre des paragraphes 1 et 2 ci-dessus.»;

v. d'amender l'article 14 (Non-sélection du sexe) du projet de convention comme suit:

«L'utilisation des techniques d'assistance médicale à la procréation n'est pas admise pour choisir le sexe de l'enfant à naître.»;

vi. de compléter l'article 16. iii (Protection des personnes se prêtant à une recherche) du projet de convention comme suit:

«Le projet de recherche a été approuvé par l'instance compétente, indépendante et multidisciplinaire, après avoir fait l'objet d'un examen indépendant sur le plan de sa pertinence scientifique, y compris l'importance de l'objectif de la recherche, et sur le plan éthique.»;

vii. d'ajouter à l'article 17 du projet de convention, paragraphe 1. ii: «comportent un bénéfice réel et direct pour sa santé.»;

viii. d'amender le projet de convention en rédigeant ainsi l'article 18 (Recherche sur les embryons in vitro):

«- la recherche sur les embryons in vitro n'est admise que dans l'intérêt de leur développement. Elle peut toutefois porter sur le diagnostic des maladies les plus graves;

- la constitution d'embryons humains aux fins de recherche est interdite.»;

ix. d'amender l'article 20, paragraphe 2. iv, du projet de convention comme suit:

«L'autorisation prévue aux paragraphes 2 et 3 de l'article 6 a été donnée spécifiquement et par écrit, selon la loi et en accord avec l'autorité judiciaire chargée de la protection de l'enfance.»;

x. de compléter l'article 32, paragraphe 6 (Amendements à la convention), du projet de convention comme suit:

«Le comité examine la proposition au plus tôt deux mois après qu'elle a été transmise par le Secrétaire Général conformément au paragraphe 5. Le comité soumet le texte adopté à la majorité des deux tiers des voix exprimées à l'approbation du Comité des Ministres. Le Comité des Ministres transmet le texte adopté, avant son approbation, à l'Assemblée parlementaire pour avis. Après son approbation, ce texte est communiqué aux Parties en vue de sa ratification, son acceptation ou son approbation.»;

xi. d'adopter le projet de convention amendé, sans le référer une nouvelle fois au CDBI, et de l'ouvrir à la signature avant la fin de l'année en cours, un nouveau retard pouvant mettre en péril le caractère innovateur du texte en tant que modèle pour le législateur national;

xii. d'établir un calendrier pour l'élaboration des projets de protocole concernant les transplantations d'organes, la recherche médicale et la protection de l'embryon, de donner mandat au CDBI aussi pour l'élaboration d'un protocole sur la génétique et de transmettre pour avis à l'Assemblée les projets de protocole au fur et à mesure que ceux-ci auront été mis au point.

---

(1) Discussion par l'Assemblée le 26 septembre 1996 (30e et 31e séances) (voir Doc. 7622,rapport de la commission de la science et de la technologie, rapporteur: M. Plattner; Doc. 7664, avis de la commission des questions sociales, de la santé et de la famille, rapporteur: M. Daniel; et Doc. 7654, avis de la commission des questions juridiques et des droits de l'homme, rapporteur: M. Schwimmer).

Texte adopté par l'Assemblée le 26 septembre 1996 (30e et 31e séances).


Documentos internacionales - Asamblea Parlamentaria del Consejo de EuropaDocumentos relacionados  Versión PDF 
raya
Universidad de Navarra | Departamento de Humanidades Biomédicas | Centro de Documentación Anterior Siguiente Imprimir Enviar por correo
EspacioarribaEspacioIrunlarrea, 1. 31008 - Pamplona. España. Tf: +34 948 425600 Fax: +34 948 425630 Correo E: apardo@unav.es
Visitante númerodesde el 25-II-2002